PAYS DU GIER

 

 

 

OUTILS DES GARDES FORESTIERS

 

 

 

Les gardes forestiers n'ont pas pour mission l'abattage des arbres. Nous ne présenterons, donc, pas de haches, de cognées, encore moins de serpes ou de tourne-bille…qui appartiennent au bûcheron.

Les outils présentés concernent essentiellement le mesurage et le marquage des arbres soit à abattre, soit à conserver, soit abattus.

 

 

OUTILS DE MESURAGE

Le compas de forestier ou pied à coulisse ou encore bastringue mesure le diamètre de l'arbre en cm. Une autre graduation peut donner directement la circonférence ( = 2πr ou πD).

 

   

 

   
                                                                                 Diamètre en cm  

 

     
                                                                              Circonférence en cm  

 

                                                      Compas de forestier (bois et laiton)
                                                    Pyrénées-Atlantiques
                                                    L 80   becs L 37
                                                    Graduations D 0 – 70    Ø 040 – 220
 

 

Lorsque l'arbre est abattu, le garde utilise une pige ou règle-pige ou encore métré pour en mesurer la longueur. D'environ 1 m de long, la pige est une règle plus ou moins plate, munie à ses extrémités de deux crochets métalliques pointus.

 

   

 

     

 

     
 

                                                    Piges ou Métrés

1 Pyrénées-Orientales                                                  2 Aisne                                            
   101,5 x 3 x 1   crochet 10                                            100 x 3,3 x 1   crochet 11

   graduations 10 – 20 – 30 …100                                  graduations 5 – 10 – 15 – 20…95
   S.R. (?)                                                                        P & L   .6.  cloutés

                                                                                        2 clous à 25, 3 à 50 et 75 cm

 

 

 

Le dernier outil de mesurage que nous vous présentons ici fait l'objet d'un article dans la rubrique "Outil mystère". Il a été fabriqué à Boston, aux Etats-Unis, par J.Watts, entre 1834 et 1849. Cet industriel était spécialisé dans la fabrication de règles et de jauges. Comment cette règle graduée avec rainette est-elle arrivée dans l'Aisne où nous l'avons trouvée ? C'est déjà un mystère.

Contrairement à nos premières informations, elle est utilisée ni par des gardes forestiers, ni par des bûcherons, mais par des négociants en bois... au Canada. Nous reprenons, ici, ce qu'un internaute nous a indiqué :

 "Nos propriétaires [canadiens] de boisé utilisent une règle semblable pour mesurer les billes de sciage afin de calculer le volume brut de bois utile à produire des planches. 

On obtient un volume en pieds mesure de planche (PMP).

En mesurant le plus petit diamètre de la bille, la règle nous donne directement le nombre de PMP.

Les chiffres à l’extrémité de la règle correspondent à la longueur des billes en pieds et le calcul du volume est lu sur la même ligne."

Ces explications sont, peut-être, un peu succinctes. Pour en savoir plus, voici deux liens :
- le premier définit plus précisément la notion de volume en pieds mesure de planche (PMP) :

                       http://www.spbestrie.qc.ca/fr/public/archives/FACTEURS_CONVERSION_SCIAGE.pdf

- le deuxième donne quelques précisions sur la façon de calculer ce volume :

                                                https://www.youtube.com/watch?v=4M91Qbn4kcI

 

Avant de présenter cette règle énigmatique terminée par une rainette, un petit rappel sur les mesures de longueur anglo-saxonnes s'impose :
         - 1 inch ("pouce") = 25,4 mm (USA)        [ou 25,0 mm (Angleterre)]
         - 1 foot ("pied")    = 12 inches = 30,48 cm (USA)

 

  

     

 

Cette règle mesure 2 feet, soit 60,96 cm. Elle comporte 4 échelles de graduations qui se prolongent d'une face à l'autre.

     Face 1     Jusqu'au chiffre 23 :  1 graduation = 25   mm  (ou 25,4 ?)
                    de 24 à 25               :            "             23     -
                    de 26 à 27               :            "             21,8  -
                    de 28 à 29               :            "             20,5  -

Par rapport au chiffre 12 de la première ligne correspondent respectivement les chiffres 13, 14 et 15 sur les lignes 2, 3 et 4.

                                  

   

 

 

     Face 2    Les 4 échelles commencent à un inch de l'extrémité avec pour 1er chiffres 16, 17, 18 19 :
                   de 16 - 3 à 31           :  1 graduation = 19 mm 
                   de 17 - 3 à 33           :            "             18  -
                   de 18 - 3 à 35           :            "             17  -
                   de 19 - 3 à 37           :            "             16  -
                   Les graduations 16, 17, 18 et 19 correspondent à un foot.

     

   

 

 

     Face 3    Les 4 échelles commencent à 1 inch de l'extrémité avec pour 1er chiffres 20, 21, 22, 23.
                    de 20 - 3 à 39         :   1 graduation = 15    mm
                    de 21 - 3 à 41         :              "            14,5   -
                    de 22 - 3 à 43         :              "            13,8   -
                    de 23 - 3 à 45         :              "            13,5   -
                    Les graduations 20, 21, 22 et 23 correspondent à un foot.

        

   

 

 

     Face 4    Les 4 échelles commencent à 1 inch de l'extrémité avec pour 1er chiffres 24, 25, 26, 27.
                    de 24 - 4 à 47         :   1 graduation = 12,5 mm
                    de 25 - 4 à 49         :            "              12      -
                    de 26 - 4 à 51         :            "              11,5   -
                    de 27 - 4 à 53         :            "              11      -
                    Les graduations 24, 25, 26 et 27 correspondent à un foot.

       

   

 

 

On peut penser que la graduation en inches permet de mesurer le diamètre de chaque bille. La rainette doit être utilisée pour marquer celle qui a été mesurée. On pourrait assimiler cet instrument à une règle à calculer, remplacée aujourd'hui (même si elle est encore vendue) par le "mètre" en inches, une grille sur papier et un crayon (voir le lien "youtube"). Des explications complémentaires seraient utiles !

 

OUTILS DE MARQUAGE

Si la bisaiguë est l'outil emblématique du charpentier, la hache-marteau est bien celui du garde forestier. Comme son nom l'indique, elle est composée d'une hache qui sert à enlever l'écorce sur une quinzaine de centimètres, en principe à 1,50 m de hauteur – pour certains auteurs, à 1,30 m – et à la base de l'arbre - pour être sûr qu'il n'y a pas eu d'erreur. Sur la zone ainsi dégagée, le garde frappe avec son marteau sur lequel se trouvent en relief et à l'envers des signes distinctifs permettant d'identifier l'origine du marquage : le pouvoir royal ou républicain, le seigneur local, le Maître des eaux et Forêts, l'arpenteur, l'adjudicataire… Outre des indications sur le propriétaire de la hache-marteau, ce marquage délimite la parcelle à gérer (marquage en assiette), les coupes à effectuer (marquage en délit, en délivrance, en réserve).

 

     
 

                                               Hache-marteau de forestier
                                                 Puy-de-Dôme    G M
                                                
Fer L 17  hache tranchant 8  marteau 3,5 x 1,6

                                                 Manche à clavettes 31

 

 

 

     
 

                                           Hache-marteau de forestier
                                           Loire    F.J
                                           Fer L 9  hache tranchant 6,5  marteau 2,5 x 1,7
                                           Manche à clavettes 28

 

 

Dans l'histoire des gardes forestiers, nous avons évoqué l'évolution et la multiplicité des lettres gravées par le martelage. Nous nous garderons bien de chercher la signification de ces deux marquages : GM et F.J.

Nous avons quelques doutes sur cette troisième hache-marteau qui ne comporte pas de lettres. En principe, ces lettres étaient "effacées" lorsque le propriétaire de l'outil interrompait ses activités. Il est difficile de voir des traces d'anciennes marques, mais cela ne signifie rien. L'absence de manche n'arrange rien. Elle provient d'une région boisée. Notre interrogation : hache-marteau de forestier, vraisemblablement, ou hache à sucre ! Bien sûr, ce n'est pas la même utilisation.

  

     
 

                                           Hache-marteau de forestier (?)
                                           Isère
                                           Fer L 15   hache tranchant 6   marteau 3 x 2,5

 

                              

 

La rouanne ou rainette de forestier permet de marquer l'arbre, abattu ou non.  La forme est à peu près toujours la même, conçue pour éviter que la main ne soit blessée par le frottement contre l'écorce. Dans le modèle que nous présentons, la lame et la garde se replient sur le manche.

 

   
 

                                           Rouanne ou rainette de forestier.
                                           Essonne
                                           Fer L 8  manche L 12  garde 16

 

 

Avec la tocotte ou marteau-numéroteur, le garde indique par des chiffres la longueur, le diamètre de l'arbre abattu. Un modèle dit "mécanique" possède deux disques concentriques permettant de marquer en un coup de 0 à 99. Le nôtre n'a qu'un disque : c'est le plus courant.

 

   

 

     
 

                                                Tocotte ou marteau-numéroteur
                                                   Ardennes    A B   chiffres de 0 à 9
                                                   Ø 11  manche 34

 

 

 

Dans son livre sur la vie quotidienne en Forez, Bernard Plessis fait parler Francis, un paysan de Doizieu : "Quand un propriétaire voulait faire une coupe, il venait marquer lui-même ses arbres, s'il le pouvait, ou il les faisait marquer par un homme du métier, souvent patron d'une scierie. On commençait par reconnaître les bornes et on parcourait les parcelles, la hachette à la main, en s'arrêtant devant les plus beaux sapins. De tête, le forestier estimait son cubage. Certains avaient un œil ! Sur vingt ou trente sapins estimés, l'écart n'était pas d'un mètre cube, quand on venait à mesurer… Alors on marquait l'arbre à abattre : un coup de hachette et un numéro tracé à la rouanne : une pointe au centre et de part et d'autre deus branches en forme de gouge, de hauteur inégale – Francis a forgé la sienne lui-même, il me l'a montrée - : on pique la point dans le bois et, comme d'un compas, on trace avec une branche ou l'autre ; de 0 à 9, on peut faire tous les chiffres".

La description de cette rouanne évoque tout-à-fait celle du tonnelier. Quel que soit le métier, le but de ces outils est de graver le bois ; si leur manche a différentes formes, leur tranchant est toujours en forme de gouge.

 

 

FIN 

 

 

A.R.C.O.MA.  NOS OUTILS DE GARDE FORESTIER