BOURRELIER

6

DISCUSSION

 

 

Dans le chapitre 5 de ce dossier, nous vous avons annoncé la réalisation de ce nouveau chapitre. Cela fait suite à l'intervention de M. Bernard MONTAGNE, bourrelier à la retraite, passionné par son métier, et qui souhaite transmettre ses connaissances et son savoir-faire. On ne peut que l'en remercier.

Comme dans tous les dossiers que nous avons rédigés, nous avons demandé aux professionnels, aux artisans, aux amateurs éclairés, de nous donner des précisions sur certains outils. Sans doute, est-ce pour ce métier que nous avons mis le plus de points d'interrogation. Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu de critique, ce qui ne veut pas dire que nous n'ayons pas commis d'erreur. Nous sommes conscients que le dialogue n'est pas facile puisque nous n'avons pas de forum d'échange. Seule notre adresse e-mail nous permet de converser avec les internautes qui le souhaitent. Chaque fois que nous avons été contactés, nous avons répondu dans les plus brefs délais. Certains de ces échanges ont été retranscrits sur notre site.

C'est ainsi que M. MONTAGNE nous a signalé que de nombreuses erreurs s'étaient glissées dans le dossier du Bourrelier, et ce, dans tous les chapitres. On ne peut pas dire que cela nous ait réjouis, surtout dans ce sens, même si une telle intervention était espérée depuis la création de ce site.

Il faut dire que nos connaissances sont purement livresques ; en d'autres termes, nous nous appuyons sur des documents écrits par des spécialistes reconnus. Nous cherchons à faire pour le mieux : 3 heures par jour de recherches et de rédaction sont nécessaires pour rédiger ces articles, sans parler du nettoyage et des photographies (vive la retraite !). Cela nous permet de télécharger un document par semaine, sans compter les petits articles tels que les "En bref", certaines actualités … Depuis le 24 septembre 2013, nous avons publié plus de 200 articles, 2450 photos différentes, pour 600 outils cités dans le dictionnaire. Depuis la parution de cet article, nous sommes passés, respectivement, à 330, 5100, 1000 en juillet 2018.

Alors, pourquoi ces erreurs ? Ce sont d'abord ces connaissances livresques qui ne peuvent rivaliser avec le savoir-faire de l'artisan. C'est, ensuite, une précipitation liée à la fréquence des publications. Ce sont aussi des ressemblances entre outils. Ce sont, enfin, des descriptions ou des attributions inadéquates trouvées dans certains livres sur l'outillage ancien : il semblerait qu'il y ait des erreurs, même dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

Restent, enfin, certains objets qui semblent être des intrus : le sont-ils vraiment ? Ne peuvent-ils être utilisés dans ce métier de bourrelier, par certains artisans ou dans d'autres pays que la France, par exemple ?

Nous allons, donc, vous présenter quelques outils que nous avons fait disparaître ou non, avec les raisons de leur attribution à ce métier, des appellations utilisées.

 

Chapitre 1 : COUTEAUX A PIED, COUTEAUX A MAIN

 

Nous avons évoqué dans le chapitre 1 l'orthographe de "pied". La plupart des spécialistes considère que l'orthographe est bien celle-ci : P I E D. Par contre, aucun n'est capable de donner avec certitude une explication sur cette dénomination. Bernard MONTAGNE, pour sa part, évoque l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert,  Cordonnier et Cordonnier-Bottier, dans laquelle on trouve, sur la même page les deux orthographes : pied et pié. Pied est utilisé pour pied de femme ou d'homme ; pié, pour le couteau. De pié à pied, on évoque l'évolution de la langue française. Une autre hypothèse peut être avancée pour laquelle un linguiste nous serait très utile. Et si "pié" était synonyme de "pic", ces deux extrémités pointues par lesquelles se termine la demi-lune du couteau et sans lesquelles il serait impossible de couper le cuir. Le débat est lancé : si vous avez des idées qui peuvent faire avancer ce problème, n'hésitez pas à nous écrire (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Nous nous ferons un plaisir de "Copier-coller" votre message.

La lecture de l'Encyclopédie nous permet de retrouver le mot pié dans la description d'autres métiers. Chez le cloutier grossier, on peut lire "pié d'étape" qui est un partie de l'enclume du cloutier : on ne voit là aucun "pic". Chez l'épinglier, on peut lire "Il s'assied à terre, ayant la jambe droite ployée de façon que le bout du pié soit sous sa cuisse gauche...". Il semble que les auteurs utilisent alternativement les deux orthographes pour un même sens : le pied tel que nous l'écrivons aujourd'hui. Sans doute, pourrons-nous trouver d'autres exemples pour montrer que pied et pié sont synonymes et clore, ainsi, ce débat.

L'absence de ces pics permet aussi de faire la distinction entre couteau de bourrelier ou de cordonnier et hachoir de cuisine. C'est ce que nous allons voir maintenant.

                                                 

N° 1 Couteau à pied ou hachoir ?

 

   
 

                                            Pyrénées orientales
                                            Fer 14,5 x 7   manche 13,5

 

 

Nous avons trouvé cet outil, à deux reprises, dans le livre de D. BOUCARD, "Les outils taillants", outils du bourrelier : page 209, outil 633 et page 211, gravure du XVIIIe, vraisemblablement. On le trouve, également, dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, métier de bourrelier, planches I et V.

La hauteur de l'outil semble très proche de celle de l'outil D.B., page 209., mais supérieure à celle des 3 autres.

Dans le doute, nous avons retiré cet outil.

 

N° 2 Couteau à pied ou hachoir ?

 

   
 

                                   Var                            GILPIN
                                                                CAST STEEL

                                   Fer 15 x 8   manche 15

 

 

Le manche double, horizontal, est curieusement placé par rapport à ceux qui sont fabriqués par la maison BLANCHARD. Nous avons effectué des recherches sur internet pour "hachoir Gilpin". Tous les hachoirs que nous avons vus ont, curieusement, une lame rectangulaire. Aucune n'est en forme de demi-lune. Peut-être, faudrait-il chercher davantage ou disposer d'un catalogue de ce "Coutelier en tout genre", GILPIN senior & CO Cannock 1892. Il n'est pas rare de voir des outils aux fonctions identiques, mais aux formes différentes, simplement en traversant la Manche.

Dans le doute, nous avons retiré cet outil.

Réaction des adhérents du Forum des outils anciens :
Il s'agit d'un coupe-herbe.

 

N° 3 Couteau à pied ou hachoir ?

 

   
                                         Pyrénées orientales   ST ETIENNE
                                       Fer 16 x 5,5   manche 11
                                       Question : est-ce vraiment un couteau à pied ?
 

 

La question était déjà posée dans la présentation de cet objet qui est, sans aucun doute, après une meilleure observation (tardive, nous en convenons) un hachoir malgré la ressemblance.

Nous avons retiré cet outil.

Réaction des adhérents du Forum des outils anciens :
Cet instrument est, effectivement, un ustensile de cuisine, appelé hachinette, "petit hachoir destiné à rendre menues les herbes mises dans un bol en bois prévu à cet effet"(Dictionnaire D.Boucard). Toutefois, pour des raisons de prix d'achat par rapport à un couteau à pied Blanchard, cet ustensile est devenu outil dans certains métiers du cuir : cordonnier, sûrement, bourrelier, vraisemblablement (suivant l'épaisseur du cuir).

Autre réaction :
La découpe d'un cuir débute avec les pointes de la partie supérieure de la lame en demi-lune. Cette hachinette est terminée par deux arrondis et non deux pointes. A partir de là, tout est possible ...Le manche pose, également, problème.

 

 

N°4 Couteau à pied ?

Le texte de présentation de cet outil était le suivant :

"Dernier couteau à pied, - mais en est-ce bien un ? -, en forme de cloche. Aucune marque ne permet d'en préciser l'origine, ni le métier qui l'utilise. Il pourrait être classé dans les objets mystères. Si vous avez des précisions, merci de nous les communiquer."

 

   
 

                                             Loire
                                             Fer 11 x 10, 5   manche 14

 

 

Le texte de présentation de l'outil montrait notre incertitude sur la nature de cet objet. Nous n'affirmions rien ; nous cherchions une réponse. Nous n'avons reçu aucune suggestion. D. BOUCARD en présente un, aussi en forme de cloche, page 217, n° 654, provenant d'Inde. La question que nous posions est toujours d'actualité.

Nous avons retiré cet outil.

Réaction des adhérents du Forum des outils anciens :
D'après le dictionnaire de D.Boucard, il s'agit d'une hachinette.

Autre réaction :
La base du fer n'est pas assez large pour couper du cuir.

 

Ces 4 ustensiles de cuisine ont donc été retirés du dossier "Bourrelier". Ils seront présentés, à nouveau, dans le cadre de la vie domestique.

 

N° 5 Cornette cassée ?

 

   
 

                                         Cornette à 2 taillants
                                         Pyrénées orientales

                                         Fer 5,2 x 4,5   manche 8,5

 

 

D. BOUCARD présente un modèle identique, page 217, n° 651 avec comme dénomination "Couteau double tranchant".

Dans le doute, nous avons retiré cet outil.

 

N° 6 Couteau à raser ou cornette à dos droit ?

 

   
 

               Couteau à raser                          BLANCHARD
              
Pyrénées orientales                          (lièvre)
                                                                         PARIS
          

               Fer 12 x 6   manche 10,5

 

 

Couteau à raser : c'est ainsi que D. BOUCARD dénomme l'outil n° 652, page 217. R.VERDIER présente le même outil dans le 1er supplément du Glossaire du Collectionneur d'Outils, page 250, n° 49, avec ce même nom de Couteau à raser.

Le nom a été remplacé par "Cornette à dos droit".

 

 

Chapitre 2  COUTEAUX MECANIQUES, COMPAS,  EMPORTE-PIECE

 

N° 1 Emporte-pièce

 

   
 

Haute-Vienne          A. BARON                                                 Haute-Vienne            A. BARON
                               
LIMOGES                                                                                    LIMOGES
                                        8                                                                                                    10
L 16   l 7   h 24                                                                             L 18   l 7,5   h 27

 

 

 

     
  Pyrénées orientales                                                             Pyrénées orientales
L 12   l 10   h 17                                                                  L 4,5   h 15
 

 

 

   
 

                                                     Pyrénées orientales
                                                     L 15   h 16

 

 

Pour des raisons de rentabilité, Monsieur MONTAGNE nous dit que ces emporte-pièce devaient appartenir à des maroquiniers. L'achat de ces outils ne pouvait être justifié que par la réalisation de très nombreuses pièces. Le bourrelier avait une production réduite qui ne nécessitait pas un tel investissement. Nous le croyons très volontiers.

Nous les avons donc retirés.

 

N° 2 Emporte-pièce

 

     
 

                                                       Emporte-pièce à gaufrer (décoration)
                                                       Pyrénées orientales
                                                       L 13   l 4,5

 

 

Cet outil est utilisé par le maroquinier.

Nous l'avons retiré.

 

N° 3 Emporte-pièce

 

     
 

Loire                                                                                             Loire
L 14,5 – 15,5 – 16   découpe : 1,2 – 2,2 – 3                                L 17,7 – 21,5   découpe 2,5 – 3,2
(Utilisation ?)

 

 

Pour ceux de gauche, nous avions posé la question de l'utilisation. Une photographie de l'extrémité supérieure est nécessaire.

Ceux de droite ont été conservés. Nous retrouvons un modèle similaire dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, "Art du cuir", bourrelier, planche V, fig. 11a, ainsi que dans le Glossaire de R.Verdier, supplément 1, page 256, n° 59B.

 

Chapitre 3 : PINCES, PERCEUSES, MARTEAUX

 

N° 1 Pince à marteau ou à tendre ?

 

   
 

                                               Pince à tendre, à marteau            
                                               Loire                                       BLANCHARD
                                                                                                     (lévrier)
                                                                                                      PARIS
                                              
L 19   marteau 1,8 x 1,7

 

 

La dénomination "Pince à tendre, à marteau" a été retenue bien que, dans le site "Bourrelier Outils Compétence", cette pince soit dénommée "Pince à marteau".

Autre réaction :
Pince à tendre, à marteau.

 

N° 2 Pinces à tendre

 

   
 

                       Pinces à tendre ou à monter (1, à marteau ; 2 et 3, avec arrache-clou)
                       Loire                               2     P H (étoile)             3   P.M
                       1 L 23   mâchoire 1,5     2 L 23   mâchoire 2,5       3 L 18   mâchoire 1,8

 

 

Ces pinces sont attribuées au cordonnier.

Nous les avons retirées.

A noter que l'on trouve dans le site "Bourrelier Outils Compétence" une pince à tendre à bec fin proche des pinces proposées ci-dessus (sans bec fin). Question : quelle est la différence entre la pince à tendre de cordonnier et celle de bourrelier ?

Autre réaction :
La 1 doit être attribuée au cordonnier. La 3 peut être utilisée par le bourrelier. La 2 appartiendrait, éventuellement, à un autre métier : carrossier, garnisseur.

Nous avons trouvé (tardivement) dans le Glossaire de R. Verdier, supplément n° 1, une pince qui évoque fortement celle qui porte le n° 2. Elle se trouve dans le métier de Coffretier - Malletier - Bahutier, page 81, n° 4 : "Branches droites, les extrémités en pied-de-biche, mâchoires à carres aplaties ; mors plats à fines dentures imbriquées. Sert à étirer les peaux"

 

 

N° 3 PINCE A RENTRER

 

   
 

                                           Pince à rentrer
                                           Loire                             Rougier & Plé               ACIER FIN
                                                                                     PARIS                           
17
                                           L 17,5

 

 

Cette pince est attribuée au maroquinier.

Nous l'avons retirée.

 

N° 4 Vilebrequin à engrenage ou chignole.

 

     
 

                                                       Vilebrequins à engrenage
                               Rhône                                                      Loire
                               L 29   cadre bronze 13 x 6                       L 30   cadre acier 13 x 6
                               engrenages et cadre en bronze                 engrenages acier et bronze

 

 

L'appellation de vilebrequin à engrenage est utilisée par A. Mercuzot, dans son livre "Guide des outils…" pour un outil identique, utilisé par le serrurier, page 192, ainsi que dans le Dictionnaire de D. Boucard, page 721.

Nous avons remplacé ce nom par chignole. Mais ne peut-on penser qu'il y a des habitudes et des appellations locales ?

 

N° 5 MARTEAU A JONCTIONNER

Nous avons conservé ce marteau qui ressemble au marteau à plaquer d'ébéniste. Il provient d'un atelier de bourrelier. On le retrouve dans le Glossaire de R.Verdier, supplément 1, page 257, n° 67.

 

N° 6 MARTEAU RIVOIR

Nous n'avons conservé que le plus petit des quatre présentés.

 

 

Chapitre 4 :  OUTILS POUR COUPER, PARER, MESURER, COUDRE ...

 

N° 1 CISAILLE

 

   
 

                                 Cisaille
                                 Loire                                         DARRICO & GACHEZ
                                                                                         PARIS     (coq)
                                
L 20

 

 

Il semble que le bourrelier n'utilise pas de cisaille. Pour ce modèle, il serait intéressant de disposer d'un catalogue de la marque DARRICO & GACHEZ pour en connaître l'utilisation. A noter que VERGEZ-BLANCHARD fabrique une "cisaille coupe-tout" pouvant couper cuir ou tôle (fine).

Dans le doute, nous l'avons retirée.

Réaction des adhérents du Forum des outils anciens :
Une cisaille peut servir à préparer des gabarits en carton ou en tôle fine (zinc), chez le cordonnier.

Autre réaction :
Le bourrelier ne se sert jamais d'une cisaille. Il peut utiliser des tôles fines qui lui sont fournies, aux dimensions voulues, par le ferblantier.

 

N° 2 Couteau à parer ou à refendre ou à dédoubler.

 

   
 

                                 Couteau à parer
                                 Loire                                         BLANCHARD
                                                                                       (lévrier)
                                                                                        PARIS
  

                                 L 33   l 4,7   h 4   fer 9

 

 

L'appellation que nous avons utilisée semble la plus fréquente : D. Boucard, page 215 n° 647, Dictionnaire D. Boucard, page 206, site Bourrelier Outils Compétence, Glossaire de R.Verdier supplément 1, page 253, n° 53.

Nous conservons les 3 options.

Autre réaction :
Le couteau à parer dispose d'une lame articulée, contrairement au couteau à refendre dont la lame est fixe. D'autres photographies sont nécessaires.

 

N° 3 Griffe à 3 points.

 

   
 

                                                     Griffe à 3 points
                                                     Rhône                                      5
                                                                                               RAMIERE
                                                    
L 10,5   l 1,6   poignée 6,5

 

 

La griffe utilisée par le bourrelier comporte beaucoup plus de points. Il semblerait, donc, que cet outil appartienne à un autre métier du cuir, comme le cordonnier. A noter, toutefois qu'un modèle à 3 points est présenté dans le site Bourrelier Outils Compétence. Il serait intéressant de disposer d'un catalogue "RAMIERE".

Dans le doute, nous l'avons retirée.

Autre réaction :
Les points sont trop espacés pour que cette griffe soit utilisée par le bourrelier. Outil de cordonnier, outil modifié ?

 

N° 4 Rainette

 

   
 

                                       Rainette
                                       Loire                               (étoile) CHEVALLIER   A P
                                       L 15   poignée 9,5

 

 

Effectivement, cette rainette appartient, a priori, au tonnelier. Nous en présentons deux très proches pour ce métier. L'erreur vient du fait qu'elle nous a été présentée par son propriétaire comme venant d'un atelier de Bourrelier. Nous l'avons recontacté récemment : elle appartenait, en fait, et curieusement, à un cordonnier.

Nous l'avons retirée. Elle sera mise avec les autres, dans le dossier "Tonnelier".

 

N° 5 Disque taillant et roulette

Le texte de présentation de cet outil était le suivant :

Un autre outil peut également servir à réaliser cette découpe : il est constitué d'un disque tranchant et d'une roulette pouvant servir à écraser la couture et à réunir les deux bords du cuir. Ce n'est là qu'une hypothèse. Nous n'avons jamais rencontré cet objet dans notre documentation. Une confirmation par un professionnel est souhaitable.

 

 

   
 

                                         Disque taillant et roulette (?)
                                         Loire
                                         L 29   roulettes : 1 et 2,5   poignée 12,5

 

 

Dans la présentation de cet outil, nous avons montré notre incertitude et avons fait appel à un professionnel. Nous n'avons pas eu de réponse. Cet outil que nous n'avons pas trouvé dans notre documentation pourrait être utilisé par le relieur. Toute information complémentaire sera la bienvenue.

Nous l'avons retiré.

 

N° 6 Alène automatique

 

   
 

                                         Alène automatique "EXPRESS-COUSEUR"
                                         Loire                              

 

 

   

 

Nous avons présenté cette alène comme un outil familial avec sa fiche technique. Sans doute, n'a-t-elle pas sa place dans un métier artisanal. On la retrouve, pourtant, dans le Glossaire de R.Verdier, vol. 1, Bourrelier, page 23, n° 2.

Nous l'avons retirée.

 

N° 7 Alène courbe

 

   
 

                               Alènes courbes
                               Loire
                               L 14,5 à 12,5

 

 

Ces alènes sont attribuées au cordonnier. Comment distinguer les alènes de cordonnier de celles du bourrelier ?

Nous les avons retirées et remplacées par des alènes à manche plat, en buis.

Autre réaction :
Les manches des alènes du bourrelier sont plats ou semi-plats. Ils sont souvent en buis.

 

N° 8 Aiguilles

 

   
 

                                     Aiguilles
                                     Pyrénées orientales

 

 

Ces aiguilles étaient avec d'autres outils de bourrelier.

Nous les avons retirées.

Autre réaction :
Celle de gauche était utilisé pour coudre des sacs de jute. Sans certitude, les autres pouvaient être utilisées par le matelassier, ou dans la marine...

 

Chapitre 5 OUTILS DE DECORATION ET DE FINITION

 

N° 1 Rondelle à devant

 

   
 

                               Rondelle à devant
                               Loire                                                         Original
                                                                                                SIEVERT
                                                                                              TYPE 3610
                                                                                        
MADE IN SWEDE
                                                                                           STOCKHOLM
                                                                                           MAX SIEVERT
                               L 28   poignée 21

 


Notre imagination a été un peu débordante et hâtive pour cet outil que nous avons cru similaire à celui que présente D. Boucard dans son dictionnaire. La recherche de "SIEVERT type 3610" dans Google nous aurait évité cette grossière erreur. Il s'agit, en fait, d'un "wheel dresser", ou dresse meule ou ? (mot français exact), fabriqué entre 1950 et 1960 par la société Sievert, utilisé pour abraser la meule et exposer, ainsi, de nouveaux grains. C'est un outil de tourneur.

Nous l'avons retiré.

 

N° 2 Ebourroir Abat-carre

 

   
 

                                     1   Ebourroir                                         2  Abat-carre
                                          Pyrénées orientales                              Pyrénées orientales
                                          L 16,5   manche 9,5                             L 16   manche 10

 

 

Ces outils sont considérés comme appartenant au cordonnier. Il serait bon, là encore, de savoir la différence entre les outils de bourrelier et de cordonnier.

Autre réaction :
L'ébourroir du bourrelier est appelé coupe-bord ; sa lame est droite. Par contre, l'abat-carre présenté appartient bien au métier de bourrelier.

 

N° 3 Crochet à tendre

 

   
 

                                       Crochet à tendre ???
                                       Loire

                                       L 26   boucle 6,7 x 5

 

 

Cet outil, resté mystérieux, a été identifié comme une partie d'une courroie utilisée par le meunier (voir ci-dessous).

Nous l'avons retiré suite à la remarque suivante :

Autre réaction :
Partie d'une courroie qui sert à maintenir le sac de jute ouvert, le temps de la réception du grain à la sortie de la batteuse.

 

     

 

N° 4 Cache-couture anglais

 

   
 

                                             Cache-couture anglais ???
                                             Var                                     BLANCHARD
                                                                                            (lévrier)
                                                                                              PARIS
                                            
L 24   manche 13

 

 

Cet outil Blanchard est tout aussi mystérieux. Là encore, nous attendons des suggestions.

Autre réaction :
Il pourrait s'agir d'une rainette simple. La photographie est à refaire.

 

Enfin, nous avons supprimé le fer à marquer, peut-être destiné à la maroquinerie, et les aiguilles à usage mal défini, qui nous ont été transmises par le fils d'un bourrelier.

 

   
 

                                              Aiguilles ???????
                                              Loire
                                              L 24,5 et 27

 

 

 

Le site Bourrelier Outil Compétence fait état d'autres outils que nous n'avons pas jugés utiles d'inclure dans le dossier "Bourrelier" car ils ne sont utilisés, a priori, que de façon anecdotique par cet artisan. Ce sont les outils de tanneur que vous pouvez retrouver dans le dossier correspondant. Cela reviendrait, par exemple, à considérer que le couteau mécanique est un outil de maréchal-ferrant puisque l'un des couteaux mécaniques présentés a été acquis précisément chez un maréchal-ferrant. Bien d'autres exemples de ce type pourraient être cités.

Nous arrivons au terme de ce dossier et des modifications qui nous ont été demandées, à juste titre. Nous remercions encore une fois M. B. MONTAGNE pour ses conseils. Sans doute aurons-nous d'autres entretiens téléphoniques qui nous permettront de préciser l'utilisation de certains outils.

 

Nous regrettons, bien sûr, les erreurs commises. Nous reprenons, ici, le dernier paragraphe du chapitre 5, qui montrait nos doutes :

En ce qui concerne cette liste et la destination de chaque outil, il est possible qu'il y ait quelques erreurs, malgré nos recherches : aucun d'entre nous n'est spécialiste de ce métier. Il a fallu dans certains cas suivre une certaine logique. Si vous pensez qu'il est nécessaire de modifier ou d'approfondir certaines de nos propositions, n'hésitez pas à nous le faire savoir (schéma, textes). Nous nous ferons un plaisir de modifier ces documents (adressez vos suggestions à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Par ailleurs, comme vous avez pu le constater, de nombreux points d'interrogation ont émaillé notre texte confirmant qu'il n'y avait pas "affirmation", "certitude", mais "possibilité" réclamant confirmation.

Nous espérons des réactions à ce chapitre "Discussion" qui fera vôtre, ce site. Ne disposant ni de blog, ni de forum, pour l'instant, nous nous ferons un plaisir de faire un "Copier – coller " de vos mails, s'ils permettent d'avancer dans ce sujet et si, bien sûr, vous en êtes d'accord.

 

                                                                                                              A suivre ..?

 

 

A.R.C.O.M.A. NOS OUTILS ANCIENS DE BOURRELIER 6