CLOUTIER & EPINGLIER

 

1

 

OUTILS DE CLOUTIER

 

 

Nous l'avons déjà dit dans l'Histoire des cloutiers du Pays du Gier, l'exercice de ce métier ne nécessitait pas de nombreux outils : une forge, tout de même (!), une enclume un peu particulière composée de plusieurs éléments dont certains varient de forme suivant la nature du clou à fabriquer, un marteau et quelques tenailles.

La forge est semblable à celle du forgeron ou du maréchal-ferrant : nous en avons présenté une dans ce dernier dossier.

Bien qu'elle soit composée d'éléments de petite taille, l'enclume du cloutier du Pays du Gier dépassait en poids les enclumes de tous les autres métiers ! La base ou souche ou jabotte est constituée d'un cube de granite de 70 x 70 x 70 cm, soit, environ, 900 kg. Cette pierre est percée de 3 ou 4 trous dans lesquels vont être insérés les différentes parties de l'enclume :

- le pié d'étape ou étapou qui supporte la clouyère ou cloutière ou claveiro.
- la place ou pialou.
- la tranche.
- une lame ressort.

 

   

 

 

   

 

 

   
 

                                         1 Pié d'étape          2 Clouyère           3 Place  
                                         4 Tranche              5 Lame ressort

                                         Loire

 

 

 

Comme on peut sans douter, les photographies ont été prises "en l'état", sans nettoyage préalable ! Sur la première, on peut voir à la droite de la tranche un creux dans la pierre qui servait à poser le marteau. A noter, également, la façon dont est maintenue la lame-ressort dans la souche.

Il va de soi que, pour nos expositions itinérantes, il est hors de question de déplacer cette enclume. Nous avons fait un montage sur panneau. Il faudra envisager un montage sur billot en bois qui sera plus évocateur de la réalité.

 

   
 

                       1 Pié d'étape L 38 l 6,5 x 6,5
                       2 Clouyère    16 x 4 x 2
                       3 Place L 26 l 9,5 x 5
                       4 Tranche    6,5 x 5,3 x 2,8

 

 

Suivant la nature du clou à réaliser (taille, tête …), le cloutier disposait d'une série de clouyères. En réalité, ce nombre était limité car le cloutier se spécialisait dans 4 ou 5 types de clous.

 

Le marteau se distingue, a priori, de ceux que l'on peut voir dans les autres métiers des métaux. A priori, car on ne peut pas dire que les spécialistes soient tous d'accord, que ce soit dans les livres ou sur les forums. Nous avons trois marteaux identiques, tous originaires de la Loire et sensiblement différents, par exemple, de ceux du tailleur de limes avec lesquels la confusion semble possible.

 

   
 

                                     Marteau
                                     Loire
                                     Fer L 12,6 tête 5,5 x 5,5 3,5 x 3,5   manche 29

 

 

 

   
 

                                             Marteau
                                             Loire
                                             Fer L 12   tête 5 x 5 2,5 x 3   manche 26

 

 

 

   
 

                                               Marteau
                                               Loire
                                               Fer L 14,5 tête 4,5 x 5 3,8 x 3,8   manche 26

 

 

Le fer est cintré pour les deux premiers modèles. Le troisième est droit. Par contre les trois sont chanfreinés.

 

Les tenailles que nous présentons sont celles (ou peu s'en faut !) de l'Encyclopédie. Sans doute, y en a-t-il bien d'autres.

 

 

   
 

                                               Tenaillettes
                                                Loire
                                                L 34

 

 

 

   
 

                              Tenailles à crochet
                               Loire
                               L 53

 

 

 

   
                            Tenailles à bidon
                           Loire
                           L 54
 

 

                         

Disposer des outils n'est pas suffisant. Il faut, une fois de plus, avoir un savoir-faire qui va permettre de faire de beaux clous et d'en faire suffisamment pour en vivre. Le cloutier va marteler la verge de fer chauffée au rouge sur la place, puis l'épointer sur l'étape en créant quatre faces. Il pose la verge sur la tranche, la coupe aux ¾ et la coude. Il place cette ébauche dans la clouyère, la sépare de la verge et façonne la tête au marteau. Pour les petits clous, une seule chaude est suffisante. Pour les plus gros, une deuxième chaude est nécessaire avant de forger la tête. La lame-ressort permet de régler la longueur de la jambe du clou et de l'éjecter lorsqu'il est fini : la jambe ne doit pas toucher la clouyère qui prendrait la chaleur du clou qui deviendrait noir, plus difficile à forger. On dit que cette lame fait "danser" le clou.

Cette enclume, et plus particulièrement la clouyère, subissait des chocs importants. Le trou vertical où l'on introduit la jambe du clou a tendance à s'élargir. Tous les quinze jours, il faut lui redonner sa taille initiale.

Pour terminer, voici quelques clous, crochets ou pitons fabriqués par le cloutier. Nous les présentons, également, chez le maréchal-ferrant et le serrurier.

                                                      

 

   
 

                                    Clous pour ferrer les chevaux
                                    Loire
                                    L 8 - 6,5 - 6 - 5

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 
  Crochets avec vrille terminale (2 du bas)                                             Pitons avec vrille terminale
Loire                                                                                                      Loire
L 6,5   11   14                                                                                        L 7
 

 

 

     
 

                                             Clous forgés (XVIe siècle)
                                             Loire
                                             L 7,5 à 8

 

 

 

 Le 16 janvier 2017

 

Des précisions nous ont été demandées à propos des différentes phases de la fabrication du clou. Nous avons fait appel à un cloutier de Saint-Martin-la Plaine, J.-L. G., qui a bien voulu nous décrire son travail, avec quelques photographies :

 

"On étire, d'abord, la jambe du clou pour faire la pointe, sur la place :

 

     

 

puis on calibre et on redresse la jambe sur le pié d'étape, puis on la tranche aux ¾ de son épaisseur. On la plie avant de la remettre au feu :

 

     

                                                 

 On met, ensuite, la "jambe" dans la cloutière et on finit de la séparer de la tige :

 

     

 

Enfin, on refoule la tête du clou que l'on fait sauter avec une lame-ressort ou, comme ici, avec une lame de métal".

 

     

 

     

 

     

 

 

Notre cloutier nous propose quelques photographies d'enclumes sur les 200 qu'il a répertoriées à ce jour dans notre Pays du Gier.

 

 

 

 

 

   
                                     Billot en acier                                                                                        Billot en bois  

 

 

   

 

 
                     Billot en pierre : la plus classique                                                               Arbre de vie sur pié d'étape  

 

Sur le billot en pierre, et contrairement à ce que nous avons pu dire par ailleurs, le trou situé en bas à droite, sur la photographie de gauche, est dû à la pose répétée du marteau au même endroit.

 

En espérant que ces précisions permettront de mieux comprendre comment on fabrique un clou, nous remercions notre cloutier local. Il va de soi que les différentes phase présentées peuvent varier d'une région à l'autre.

 

 

                                                                                                                                                             A suivre …

 

 

A.R.C.O.M.A. NOS OUTILS ANCIENS DE CLOUTIER – EPINGLIER 1