MINEUR

 

L'ECLAIRAGE

 

 

Commencer par l'éclairage montre l'importance que cela revêtait pour le mineur. Si l'exploitation consiste, au début, à gratter le sol, il faut, ensuite, creuser des "fendues" et des puits pour atteindre les couches les plus riches. L'éclairage s'impose donc. D'abord, avec des moyens naturels : le bois gras, le crachet. La lampe métallique à huile n'arrive qu'au milieu du XVIIIe siècle.

 

 

     
 

                                                               Lampe à huile "rat de cave" en fer
                                                                France / Saint-Etienne

 

Sur cette première lampe, le bouton du couvercle du réservoir d'huile est plat, en forme de cœur.

 

 

 
 
 

 

 

 

 

 

 
                                                               Lampe à huile "rat de cave" en fer
                                                              France / Saint-Etienne
 

 

Le bouton du couvercle est ici avec un fort relief, en forme de coq. Ce petit animal apparaît après la Révolution. Il est le signe de la vigilance que devait respecter, à tout instant, le mineur de fond. L'épaisseur du corps est variable en fonction du rang et des fonctions du propriétaire de la lampe.

Plus travaillée, cette lampe en bronze est, aussi, sans doute plus récente.

   
 
 

                                              Lampe à huile "rat de cave" en bronze
                                              France / Vireux Molhain

 

 

Fruit du travail des mineurs et des métallurgistes locaux, la lampe typique de la région stéphanoise apparaît fin XVIIIe,  début XIXe siècle, dans la vallée du Gier. Son nom : la rave, par analogie de forme avec le légume (?) ou crézieu, en acier ou en laiton. On retrouve le coq, avec des épaisseurs variables. Le réservoir est rond et plat. L'étrier est articulé, ce qui permet d'incliner le réservoir et de consommer le combustible (huile de colza, de noix…) jusqu'à la dernière goutte. Pour la maîtrise, ce réservoir est constitué de pans en arcs de cercle concaves.

 

 

       
                                                                               Crézieu
                                                                              France / Saint-Etienne
 

 

Le coq est plat. L'étrier est droit, sans embellissement.

 

 

         
 

                                                                           Crézieu
                                                                           France / Saint-Etienne

 

 

Proche de la précédente, elle a été peinte en noir, sans doute pour la protéger de la rouille.

 

 

   
 
 

                                                                                  Crézieu
                                                                                  France / Saint-Etienne

 

 

Le coq a grossi, l'étrier est décoré. Une chaînette retient une pincette qui permet de tirer la mèche.

 

   
 
                                                                   Crézieu
                                                                 France / Saint-Etienne
 


La sœur jumelle de la précédente.

 

La lampe de l'agent de maîtrise se distingue par la forme du réservoir constitué de 8 pans. Elle peut être en acier ou en laiton. Le coq est plus ventru.

 

   


 
 

                                                           Crézieu à 8 pans d'agent de maîtrise
                                                           France / Saint-Etienne

 

 

Les raves à 16 pans sont beaucoup plus rares. Elles signent la qualité du propriétaire, le Gouverneur. Elles sont pourvues de décorations au niveau de l'étrier. Coq et balustres sont souvent en laiton.

 

   










 
 

                                                                 Crézieu à 16 pans de Gouverneur
                                                                 France / Saint-Etienne

 

 

L'utilisation de la rave est interdite dans les mines grisouteuses du bassin stéphanois en 1825. Cette interdiction est généralisée en 1912.

 

Toutes ces lampes sont à feu nu, à l'origine d'explosions.  En 1816, un chimiste anglais, H. Davy, crée la première lampe de sûreté, à huile. Elle est composée d'un réservoir d'huile surmonté d'un grillage cylindrique très fin qui limite le contact de la flamme avec l'air ambiant.  La lumière très faible qui en résulte est un obstacle majeur à son utilisation. Par ailleurs, dans un courant d'air violent, la flamme peut traverser le grillage. Pour l'instant, nous ne possédons pas de lampe Davy.

 

En 1839, l'irlandais William Clanny intercale, entre le réservoir et le grillage, un verre cylindrique sécurisé par des barreaux, améliorant ainsi l'intensité lumineuse et limitant les risques de "sortie" de la flamme.

 

 

 








 
 

                                                                 Lampe type Clanny  90
                                                                  France / Montpellier

 

 

Les deux suivantes ont la particularité d'être entièrement en laiton. Elles sont utilisées par des géomètres et des ingénieurs du fond de la mine : non magnétique, ce matériau ne déviait pas l'aiguille de la boussole.

La première vient du bassin stéphanois et est équipée d'un verre "Baccarat". Le verre de la deuxième porte la mention "Schott & Gen  -  Jena".

 

   




 
                                                                 Lampe type Clanny, verre Baccarat
                                                               France / Saint-Etienne
 

 

 

 

   








 
 

                                                    Lampe type Clanny, verre Schott & Gen  -  Jena
                                                    France / Bischeim

 

 

En 1840, le belge Mathieu-Louis Mueseler  met sur le marché une lampe proche de celle de Clanny : un réservoir, surmonté d'un verre, et d'un grillage. A l'intérieur du grillage, il place une cheminée qui améliore le tirage et, en haut du verre, il place un diaphragme qui limite les risques en cas d'explosion interne.

 

A partir de 1867, un ingénieur de l'Ecole des mines de Saint Etienne, Jean-Baptiste Marsaut, partant de la lampe de Mueseler, améliore les performances de celle-ci, à l'issue de milliers d'essais. Il enlève le diaphragme, la cheminée, double le grillage qu'il enferme dans une cuirasse à entrées d'air et sorties de gaz multiples, obtenant ainsi une flamme stable, un éclairage plus confortable. Cette lampe à huile est enregistrée et brevetée en 1882.
Un an plus tard, l'allemand Carl Wolf adapte le brûleur à l'essence de pétrole ou benzine.

 

                                        

   
 

                                                             Lampe type Marsaut
                                                             France / Saint-Etienne

 

                         

 

 

   
 

                                          Lampe à pétrole type Marsaut   325
                                          Belgique / Fosses-la-Ville
                                          BREVETÉ SYSTÈME CASTIAU MOMCEAU SUR SAMBRE

 

 

 

 

   








 
                          Lampe type Marsaut ARRAS, à essence, à verre Baccarat
                        (type Wolf BNF BLANZY 1953 ou type B Marsaut  BLANZY  UNIS France)
                        France / Villiers Saint Frédéric
 

 

 

 

     
 

                                                  Lampe type Marsaut / Vale, en laiton
                                                  Pays de Galles  BRITISH COAL MINING
                                                                                      TYPE VALE
                                                                             COLLIERY NAME & N°
                                                                            ABERAMAN COLLIERY
                                                                                 SERIAL N° 313760
                                                                              COPANY WALES U.K.

 

 

Un internaute nous donne une précision "historique" sur cette lampe : "Cette lampe date des années 1980. A l'époque, le gouvernement anglais avait décidé de fermer l'exploitation du charbon en GB. Les mineurs se sont mis en grève. Pour financer leur mouvement, des femmes de mineurs employées dans des usines de fabrication de lampes ont produit ces lampes. A l'époque, on les trouvait en France, notamment chez Nature et Découverte."

 

Pour les mines non grisouteuses, on utilise aussi à partir de la fin du XIXe siècle, les lampes à acétylène. Ce gaz très inflammable résulte de l'action de l'eau sur le carbure de calcium. Ces lampes contiennent donc deux réservoirs : l'inférieur contient le carbure, le supérieur contient l'eau. Le débit de l'eau peut être réglé pour moduler l'intensité de la flamme. Ce principe sera utilisé pour les phares des véhicules automobiles. Les lampes que nous vous présentons ont été mises sur le marché entre 1920 et les années 1930.

 

 

   







 
                                                    Lampe à acétylène LA FRANÇAISE, avec réglage du débit d'eau
                                                  France / Perpignan                             
 

     

 

 

   
                                                                 Lampe à acétylène, sans réglage du débit d'eau
                                                               France / Perpignan                             
 

 

 

 

     
 

                                                                   Lampes à acétylène
                                                                   A gauche : Saint-Etienne
                                                                   A droite : Perpignan (avec réflecteur)

 

 

 

 

   

 
                                                   Lampe à acétylène MERCIER
                                                 France / Perpignan
 

 

 

Les lampes électriques apparaissent dès 1862. Il faut attendre 1890 pour que débute la production industrielle. D'abord à main, portables, elles font place aux lampes à casque à la fin des années 1930.

 

   
 

                                                           Lampe électrique à main
                                                           France / Gommegnies   206

 

 

 

Et pour terminer, une lampe (?) qui pourrait être l'objet-mystère de ce dossier : un détecteur de grisou (?).

 

   

 

 

Notre collection est très modeste si l'on considère que notre région doit sa richesse, notamment, aux mines de charbon. C'est le problème d'être un collectionneur généraliste. Si l'on consulte internet, on s'aperçoit que les passionnés sont nombreux, au moins aussi nombreux que les différents types de lampes qui ont été inventées depuis le début du XIXe siècle. Nous donnons quelques liens de sites qui nous ont permis d'améliorer nos propres connaissances ou simplement de nous émerveiller devant certains objets rencontrés dans les mines.

 

Collection de lampes de mineur

Blog de andredemarles

Puits COURIOT Parc-Musée de la mine de Saint-Etienne

 

 

 

FIN

 

 

A.R.C.O.M.A.  NOS LAMPES ANCIENNES DE MINEUR