MENUISIERS,   ÉBÉNISTES

 

ET AUTRES MÉTIERS DE "MENU" BOIS

 

 

LES   RABOTS DE CORROYAGE

 

 

Ce nouveau chapitre consacré aux rabots est divisé en plusieurs sections correspondant aux actions réalisables avec cet outil : corroyage, recalage, moulurage, assemblage, rainurage… Le domaine est très vaste et compliqué, surtout pour un béotien en la matière. Nous allons nous appuyer sur le livre bien nommé "LES RABOTS" de Pierre Bouillot et Xavier Chatellard, aux Editions Vial, 2010. L'utilisation d'un livre excellent n'est pas une garantie absolue contre nos erreurs. Alors, pour les spécialistes, n'hésitez pas à intervenir.

Pour commencer, nous vous proposons un petit rappel sur les différentes parties du rabot :

 

   
                        1 Nez                         2 Joue                      3 Semelle
                      4 Talon                       5 Fer                        6 Contre-fer
                      7 Coin                        8 Oreillons               9 Lumière
 

 

On retrouve ces différents éléments dans la plupart des rabots, à l'exception du contre-fer. Celui-ci date de la fin du XVIIIe siècle. Il évite le "broutage" du fer lié à l'élasticité (relative) de l'acier et casse le copeau au plus court limitant la formation d'éclats. Il en existe plusieurs types : simple, à vis courte et à vis longue.

  

     
                                                                Fer, contre-fer simple et lumière  

 

 

       
 

     Fer + contre-fer à                               Fer    Contre-fer à vis courte                                                Lumière
          vis courte

 

 

 

       
 

                                    Fer + contre-fer à vis longue                                                            Lumière

 

 

 

1 RABOTS DE CORROYAGE

Selon l'encyclopédie Larousse, le corroyage (de corroyer, de l'ancien français conreer, préparer, du latin populaire conredare) est "le travail d'une pièce de bois scié, avivée, ayant le degré de siccité convenable, en vue de lui donner la planitude, les dimensions et l'état de surface requis pour l'usinage définitif, notamment en épaisseur".

En d'autres termes, le corroyage permet d'obtenir une planche parfaitement plane dont les champs sont tout aussi parfaitement perpendiculaires au parement. Car une fois sciée et séchée, la planche peut prendre des formes qui la rendent inutilisable en l'état : elle peut être concave en largeur ou longueur et donc convexe ou bombée sur la face opposée, ou encore vrillée. Elle garde les traces de la scie, elle prend une teinte grisée du fait de la pluie. Les champs n'ont pas la rectitude souhaitée…

Nous avons vu dans le chapitre précédent que l'artisan peut utiliser une paire de réglets pour vérifier la planéité de la planche. A défaut, il peut se contenter de regarder attentivement la planche : c'est le bornoyage (Dictionnaire Larousse : "viser d'un œil en fermant l'autre pour s'assurer si une ligne est droite, si une surface est plane").

Nous n'abordons pas ici des questions techniques sur l'angle d'attaque du fer, sur son aiguisage, sur la façon de tenir le rabot… : nous n'en avons pas la compétence et nous incitons le lecteur à consulter le livre "Les rabots" déjà cité. Nous nous contentons de montrer notre collection, en espérant ne pas faire trop d'erreurs dans la classification de ces rabots.

Le corroyage concerne des surfaces planes ou incurvées, les premières étant les plus fréquentes.

Pour les surfaces planes, 2 rabots sont utilisés en première intention, le riflard, d'abord, puis la varlope.

Le riflard est constitué le plus souvent d'un fût parallélépipédique  assez long, d'une poignée et le tranchant du fer est plus souvent arrondi pour attaquer le bois en profondeur, la lumière inférieure (au niveau de la semelle) est large. Il est aussi appelé, par certains, demi-varlope.

   

   
     
 

                                                   Riflard, à contre-fer à vis longue (cormier)
                                                   Var            (  )    (  )                            3
                                                               GOLDENBERG
          (sur le fût)       

                                                                          42
                                                  
Fût 58 x 6 x 7   tranchant 42 mm

 

 

La partie avant du fût est protégée par une bande de cuir.

 

   
 

                                                                      Riflard
                                                                       Loire
                                                                       Fût 44 x 5 x 6   tranchant 40 mm

 

 

A côté de cette forme classique, on rencontre des rabots dits de montagne, souvent monoxyles. La semelle de certains d'entre eux est doublée d'une plaque métallique de 2 à 4 mm pour en ralentir l'usure et en augmenter le poids.

 

   
     
 

                                     Demi-varlope monoxyle, de montagne, à semelle métallique
                                     Loire    Fer   PACTENPATH ?
                                     Fût 29 x 5 x 6   tranchant 40 mm   lumière 6 mm

 

 

A l'avant du fût, une corne permet une meilleure préhension de la main gauche.
                                    

         

   
 

                         Demi-varlope monoxyle, de montagne
                         Haute-Loire   fer  PEUGEOT à l'éléphant
                                               contre-fer simple COULAUX & C

                         Fût 29 x 6 x 6   tranchant 42 mm

 

A l'avant, le fût est percé de part en part : on peut y faire passer une tige en bois, en métal ou une ficelle qui permettent à l'apprenti de tirer le rabot vers l'avant.

 

Pour les petites surfaces, l'artisan peut utiliser un rabot beaucoup plus court "en fin de carrière", dit "à dégrossir", ayant subi plusieurs dressages de la semelle et présentant une lumière inférieure beaucoup trop large. Après avoir arrondi le tranchant, on l'utilise pour éliminer les traits de scie, la teinte grisée ou pour travailler autour des nœuds. Question : à partir de quelle largeur de la lumière inférieure un rabot ordinaire ou à replanir passe dans cette catégorie ? Celle des rabots que nous présentons est de l'ordre de 10 - 12 mm.

 

   
   
 

                    Rabots à dégrossir
                    Rhône
                    1 Fût 20 x 5,7 x 5,6   tranchant 40 mm PEUGEOT FRÈRES  lumière 11 mm
                    2 Fût 22 x 6 x 6,2  tranchant 43 mm GOLDENBERG (cygne) lumière 12 mm
                    3 Fût 21 x 6 x 6,5  tranchant 45 mm GOLDENBERG (cygne) lumière 12 mm

 

 

A noter l'arrondi antérieur de la lumière pour les 2 et 3 : caractère régional ? fabricant ?

 

La varlope vient continuer le travail du riflard. La forme générale de l'outil est la même, mais les dimensions sont plus importantes, le tranchant est droit et la lumière inférieure est moins large.

   

   
 

                                       Varlopes
                                        Loire
                                        1 Fût 66 x 6,5 x 7   fer et contre-fer 48 mm (sans marque)
                                        2 Fût 69 x 6,5 x 7,5   fer et contre-fer 48 mm (sans marque)

 

  

     

   

 

         
 

                                                    Grande varlope
                                                     Loire   fer COULAUX & CIE   contre-fer COULAUX & C
                                                     Fût 78 x 6,7 x 7  tranchant 50 mm

 

 

D'après le livre "Les rabots", cette varlope très longue est absente des catalogues français : "il s'agit soit de varlopes d'atelier, soit d'outils alpins ou étrangers". On la rencontre, également, chez le charpentier.

 

Riflard et varlope réunis constituent la paire d'affûtage ou affûtages.

 

Ils sont insuffisants pour donner l'aspect lisse à la planche. D'autres rabots, plus petits, vont être nécessaires tant pour le parement que pour les champs. La galère – pas celle du charpentier ! – commence pour le menuisier, l'ébéniste, et, surtout, pour nous.

Et tout d'abord, une parenthèse sur l'état des rabots de nos collections : ils ont beaucoup servi et ont fait l'objet de nombreuses modifications au niveau de la semelle. Il en résulte une largeur de la lumière inférieure beaucoup plus importante que celle d'un rabot en bon état. Leur classement devient quasi impossible.

Pour donner à la planche son aspect définitif, il faut donc faire appel à un rabot dit "ordinaire" - appellation en relation avec sa taille, de l'ordre de 16 à 25 cm - qui efface toute trace de passes antérieures sans enlever de matière.  Si la forme générale est constante, on distingue, cependant, des modèles qui diffèrent par leur semelle, la largeur de la lumière inférieure et, donc, leur efficacité. Le rabot ordinaire de base possède une semelle en bois ; la lumière est de l'ordre du millimètre qui, on l'a vu, va s'élargir progressivement : c'est le rabot dit "à tout faire". Pour éviter cette usure rapide, la semelle peut être doublée d'une plaque d'acier de 2 à 5 mm d'épaisseur ; la lumière est de l'ordre de quelques dixièmes de millimètres. C'est le cas du rabot à replanir qui permet d'aboutir à la perfection : nous n'en avons pas !

                        

   
 
     
 

                         Rabots ordinaires
                         Loire       
                         1 Fût 22,5 x 6 x 5,5   tranchant 40 mm PEUGEOT FRÈRES  lumière 12 mm  B . L
                         2 Fût 23 x 6 x 6   tranchant 44 mm GOLDENBERG   lumière 8 mm

 

 

Un autre rabot, à semelle métallique, présente quelques curiosités. Il semble qu'il ait reçu une première semelle en bois de 1,5 cm, environ, d'épaisseur, puis, une deuxième, en acier de seulement 2 mm d'épaisseur. Enfin, la lumière inférieure est de 10 mm ! A priori, il s'agit d'un travail artisanal.

      

   

 

 
   
 

                                                   Rabot ordinaire à semelle métallique
                                                    Loire
                                                    Fût 20,5 x 6,5 x 7,5   tranchant 45 mm  lumière 10 mm

 

 

Ces rabots ont la forme typique des rabots ordinaires français. Les rabots ordinaires allemands de finition sont pourvus d'une corne au niveau du nez du fût pour faciliter la préhension de la main gauche.

         

   

 

     

 

     
 

                                                           Rabot ordinaire à corne
                                                            Var    G.STENGEL      fer PEUGEOT FRERES (lune)
                                                            Fût 24 x 4,6 x 6,4  tranchant 32 mm  lumière 10 mm

 

 

A noter l'assemblage des deux bois constituant le fût et l'arrondi du tranchant : rabot à dégrossir ?

 

   

 

     
                                      Rabot ordinaire à corne
                                    Bas-Rhin   sur le fût : W.B. (dans un cœur)
                                                      sur le fer :  BLUCKHAUS
                                                                                (clef)
                                                                          CAST STEEL
                                    Fût 22 x 6,5 x 4,6  tranchant 50 mm   lumière 28 mm !
 

 

    

   

 

     

 

         
                                                 Rabot ordinaire à corne
                                               Loire         SCHUTZ ULMIA MARKE
                                                                                 (église)
                                                                                   OTT
                                               Fût 24 x 6,3 x 6,5  tranchant 48 mm  lumière 10 mm
 

 

La société Georg OTT a été créée en 1894. La marque verte, où figure la cathédrale d'Ulm, a équipé ces rabots de 1925 à 1950. A noter la cale transversale sur laquelle vient se bloquer l'ensemble fer - contre-fer – coin.

 

Nous avons vu jusqu'à présent des outils utilisés pour le corroyage de grandes ou moyennes surfaces planes, les parements. D'autres sont destinés à des surfaces également planes, mais beaucoup plus petites, les champs ou chants. Ce sont des outils à recaler. D'après le livre "Les rabots", "Recaler signifie dresser le bois de bout - ou debout – c'est-à-dire la surface du bout de la pièce, constituée par des pièces se présentant à la perpendiculaire, "debout devant l'outil", par opposition au bois de fil". Cela concerne tous les assemblages de deux pièces identiques dans des plans différents : cadres, corniches, moulures… La coupe se fait à la scie suivant différents angles : 90° (dite carrée), 45° (dite d'onglet), 60° (dite demi-onglet) : les outils à recaler servent à la finition pour que l'assemblage soit parfait. Ici, varlope, demi-varlope, rabot se distinguent des précédents par leur poids et leur taille plus importants, la présence d'une semelle métallique pour limiter l'usure (le bois debout est coupé et offre une plus grande résistance que le bois de fil). La lumière inférieure est très étroite. Poignée (si elle est présente) et disposition de la lame (en biais) peuvent être modifiées par rapport aux rabots classiques.

   

   

 

 



   
 

                        Rabot à recaler (?), à semelle métallique, à biseau caché (?)
                        Loire   sur fût        T.B           dans une couronne de laurier
                                                    LYON
                                   
sur fer     PEUGEOT FRÈRES
                       
Fût 30 x 6,5 x 7,5  tranchant 48 mm  semelle 4 mm  lumière 2 mm 

 

 

Les initiales T.B. sont celles des établissements Thivel et Béréziat créés en 1888.
                       

Pour utiliser ce type de rabot, l'artisan dispose la pièce à traiter sur un bois à dresser ou une boîte à recaler. Nous n'avons pas de bois à dresser qui était souvent fabriqué par l'artisan lui-même : 2 planchettes vissées ensemble, la première supportant l'autre dont la découpe, rectangulaire ou trapézoïdale, permettait de réaliser une coupe carrée ou d'onglet.
La boîte à recaler est plus complexe, munie d'une presse pour maintenir la planche. Il en existe deux modèles : plate, dite de menuisier, qui permet de réaliser les 3 coupes : carrée, d'onglet, de demi-onglet. Avant la finition au rabot ou à la varlope, la pièce est sciée avec une scie à plat (voir le premier article, sur les scies). Plus imposante est la boîte à recaler triangulaire dite d'ébéniste qui permet également de réaliser les 3 coupes.

        

   
   

 

       
 

                       Boîte à recaler
                       Hauts-de-Seine   AUX MINES DE SUÈDE
                                                                 VICTOR
                                                              GAUTHIER
                                                                   & FILS
                                                                    PARIS
                                                5, Rue Rochechouart 5, PARIS
                       
Bâti L 51  h 29   vis en bois 25

 

Les cales A et D sont fixes ; la cale B est actionnée par la vis en bois. La cale C, solidaire de D, permet de réaliser une coupe carrée ou d'onglet ; solidaire de B, elle permet de réaliser une coupe de demi-onglet : elle est bloquée par les vis, sous le bâti, en C*. La barre E permet de fixer la boîte sur l'établi à l'aide d'un valet.

 

 

   
   
                                              Boîte à recaler
                                            Loire
                                            Bâti L 51  h 29   vis métallique 25

 

Un autre modèle, plus simple et plus récent, peut être utilisé pour des coupes carrées ou d'onglet.

 

   
 

                                                  Boîte à recaler
                                                  Loire      A. RENAUD
                                                  38 x 10 x 7,5

 

 

Dans certains cas, le rabot glisse non pas sur la semelle, mais sur son flanc droit : c'est le recalage sur le flanc. Un exemple particulier est celui de la double varlope d'encadreur munie de deux fers, d'une poignée double. La varlope est poussée sur le flanc dans une glissière taillée dans un bois à dresser. La baguette à recaler est plaquée contre une des deux cales symétriques ; on utilise l'un ou l'autre fer, suivant la cale utilisée.

 

   

 

   

 

       

 

   

       
 

                                 Varlope à recaler d'encadreur
                                 Pyrénées-Orientales          A L'INDUSTRIE
                                                                               H. COUSIN
                                                                          BREVETÉ S.G.D.G.
                                                                  95 FAUBG ST MARTIN PARIS

                                 Bois à dresser 70 x 7,3 x 8,5 
                                 Fût 56 x 8,5 x 7,5   tranchant 60 mm  poignée 17

 

 

A noter la disposition en biais des deux fers. Suivant la position des cales, l'angle de coupe est de 45°, 60° ou 75°.

 

Après le gros rabot, nous allons voir quelques petits rabots à semelle plane : rabots de luthier, outils d'amateur, jouets… ?

 

   
 

                             Petit rabot ordinaire
                             Loire         J  D
                             Fût 11 x 3,4 x 4   fer 2,5

 

 

   

 

   



     
 

                                Petit rabot ordinaire
                                Loire
                                Fût 14 x 3,5 x 3,7   fer 2

 

 

 Fer et contre-fer sont très minces (!?).

 

 

 
   
 

                                  Petit rabot à corne
                                  Loire
                                  Fût 14,2 x 4,3 x 4,3   fer 3

 

 

Le suivant tient plus du racloir que du rabot, même si le dessin imprimé sur la boîte montre la formation d'un copeau.          

 

   

 

     
 

                               Rabot ou racloir (?)
                               Loire   DAVID
                                               4
                               Fût 9 x 5 x 3

 

 

Ce dernier outil nous semble plutôt fait pour les amateurs. Les 2 fers sont constitués de lames de rasoir. Il peut être utile pour enlever des taches superficielles, une teinte grisée, sûrement pas pour éliminer des irrégularités provoquées par la scie, la varlope…

 

Tous les rabots de corroyage et accessoires que nous avons vus concernent des surfaces planes. Si leur taille est très variable, leurs formes et leurs fers sont sensiblement toujours les mêmes – exception faite du fer légèrement arrondi du riflard. Les rabots que nous allons voir sont destinés au corroyage de surfaces incurvées ou planes, mais dans ce dernier cas ils présentent quelques différences.

Dans cette rubrique du corroyage, nous ne verrons que des rabots à semelle convexe ou concave de plus de 2 cm de largeur (décision totalement arbitraire !). En dessous, on peut penser que de tels rabots servent surtout à faire des moulures, ce qui, a priori, ne veut pas dire que les fers de plus de 2 cm ne peuvent pas faire de moulures !

Le rabot cintré est convexe dans le sens de la longueur. Nous présentons un modèle utilisé également par le charron (chapitre 3).

 

   



 
                                                        Rabot cintré
                                                       Rhône    fer  COULAUX
                                                       Fût 16 x 5,5 x 6,3  tranchant 4,8
 

 

Cintré également, ce rabot à corne, sans doute d'origine allemande, est porteur d'un fer denté. Ce type de fer est utilisé en marquèterie : nous en reparlons un peu plus loin. Il peut aussi servir pour le corroyage.

 

   

 

     
                                          Rabot cintré à corne et fer denté
                                        Bas-Rhin    fer   COULAUX & C
                                        Fût 23 x 6 x 6  tranchant strié 5  lumière 6 mm
 

                                         

Le rabot peut avoir aussi une semelle concave, toujours dans le sens de la longueur. Le fût est soit classique, soit plus court, à navette, ce dernier étant plutôt utilisé par le charron (chapitre 3)

   

   









 

 

   



 
 

                                                  Rabot à navette cintré en creux
                                                   Rhône     (tête de chat)  5
                                                   Fût L 17,5   tranchant 3,5

 

     

 

Convexité et concavité peuvent s'observer également dans la largeur.

 

   





 
 

                                   Rabots ronds
                                   Loire
                                   1 Fût 22 x 6 x 7,5  tranchant 4   ACIER FONDU GARANTI
                                   2
Fût 21 x 5 x 6     tranchant 3,6   36     GARANTI     (sur quadrillage)

 

 

S'agit-il de deux rabots à fonctions identiques. Si le "2" correspond à la définition donnée dans le livre "Les rabots", page 140, le "1" présente une dissymétrie au niveau des joues et de la semelle. Le fût du rabot "1" comporte une contre-joue embrevée suivant le style rhodanien. Malgré la largeur respectable du fer, on peut penser que ce rabot sert plutôt à réaliser des moulures.

 

Plus rare, le rabot à débillarder est convexe dans les deux sens. Il sert au dégrossissage des pièces cintrées. Nous reprenons le modèle présenté, également, chez le charpentier (chapitre 7) qui s'en servait souvent.  Il était souvent fabriqué par l'artisan lui-même, à partir d'un rabot ordinaire, en enlevant de la matière aux 4 angles de la semelle.  

     

   
 

                                        Rabot à débillarder
                                         Isère
                                         Fût 21 x 6,5 x 6,9 – 6,3  tranchant 4,4

 

 

Nous avons vu un rabot à corne cintré. En voici 2 autres à semelle convexe ou concave dans la largeur : une paire ?

 

   

 

 



   
                       Rabot à semelle concave et corne tournée
                     Rhône           fer  IPML   8                  
                     Fût 27 x 6,5 x 7,5  tranchant 5,3

 

 

     
                               Rabot à semelle convexe et corne
                             Rhône     G. SCHARF   B (?)
                             Fût 27,5 x 6,5 x 6  tranchant 5  

 

Jusqu'à présent, nous n'avons pas parlé des rabots métalliques. Nous n'en possédons que quelques' uns, tous de corroyage. Certains méritent un bon nettoyage avant d'être présentés. Un seul a un réel intérêt, ce Stanley n°113. Ce rabot a été fabriqué de 1877 à 1942, avec des modifications qui sont à l'origine de 11 modèles légèrement différents. Celui que nous présentons date de 1903, modèle 4a, pourvu d'une graduation sur les roues dentées latérales qui assurent un mouvement symétrique du nez et du talon. Ce système permet de travailler des surfaces planes, convexes ou concaves.

 

   

 

     
                                               Rabot métallique cintrable
                                             Val-d'Oise    STANLEY. RULE & LEVEL.CO.
                                                                                     N° 113
                                            
Fût 25 x 8  tranchant 4,5  lumière 3 mm
 

   

Pour terminer ce chapitre sur le corroyage, nous présentons un rabot qui peut participer au corroyage de surfaces planes au fil irrégulier, mais qui est plus souvent décrit chez l'ébéniste pour réaliser des placages. C'est le rabot à fer denté. On le reconnaît à sa petite taille et, surtout, à son fer presque vertical (80°) dont l'extrémité est dentée.

  

   

 

       
 

                          Rabots de placage et de corroyage
                          Rhône ou Loire
                          1 Fût 18 x 6 x 6,5                                   T       42              AU CHATRAIRE
                                                                                       GARANTI
                                                                                            G.R.
                                                                                 VRAI CORMIER
                          2
Fût 16, x 5,8 x 6,5  tranchant 4              12                            GUIME
                                                                                            J  F
                          3
Fût 19,5 x 5,5 x 6,5  tranchant 4,1           T  B    (dans couronne de laurier)

                                                                                            LYON

 

  

 

Le rabot de placage suivant est plus récent : nous le présentons pour évoquer cet autre outilleur lyonnais "Au Sorbier".

     

   

 

         
 

                                         Rabot de placage et de corroyage
                                         Loire         AU SORBIER
                                                                 LYON
                                         Fût 18 x 6 x 6,3   tranchant 4

 

 

 

Dans le chapitre 8 - 2, nous voyons les rabots ou outils à moulure.

 

 

                                                                                                                          A suivre…

 

 A.R.C.O.M.A.  NOS OUTILS ANCIENS DE MENUISIER, ÉBÉNISTE et MÉTIERS DE MENU BOIS : 8 - 1

LES RABOTS DE CORROYAGE, DE MOULURE, D'ASSEMBLAGE…