MENUISIERS,   ÉBÉNISTES

 

ET AUTRES MÉTIERS DE "MENU" BOIS

 

 

 

 

RABOTS ET OUTILS PARTICULIERS

 

 

Ce dernier chapitre sur les rabots est consacré à des outils utilisés pour des fabrications bien particulières. Nous nous contenterons de les citer et de vous montrer ceux que nous possédons pour les persiennes, les croisées, les tables. Il nous en manque énormément. Pour plus de détails quant à la façon de les utiliser, une fois de plus nous vous conseillons de consulter le livre de P. Bouillot et X. Chatellard, "Les Rabots", aux éditions Vial.

 

Outils pour fabrication des persiennes

Les persiennes sont des volets ajourés constitués d'un cadre et de lames de bois. Les montants verticaux sont pourvus d'entailles obliques percées d'un trou rond en leur centre dans lequel vient s'insérer le tourillon carré de la lame.

Les entailles dans les montants verticaux sont réalisées avec le rabot ou outil à entailles déjà vu dans le chapitre des rabots d'assemblage.

  

   
                                                                          Outil à entailles  

 

Nous passons sur l'outil pour fausses lames (proche du rabot à élégir) utilisé sur les traverses intermédiaires et le calibre à lames qui sert à donner la même épaisseur à toutes les lames à l'aide d'une varlope.

L'outil suivant évoque une presse avec sa vis en bois. Nous avons vu plus haut que les lames sont terminées par un tourillon carré. Pour gagner du temps, le menuisier réalise ces tourillons sur deux lames à l'aide d'une scie et d'un ciseau. Il met ensuite côte à côte les lames, les deux munies des tourillons étant placées à chaque extrémité. Le tout est inséré dans un châssis à araser. Un conduit est cloué sur l'ensemble, le long des bases des tourillons. Enfin, avec un guillaume à araser les lames de persiennes, le menuisier  dégage les tourillons  de toutes les lames, à l'identique de ceux des 2 lames placées aux extrémités.

                  

   

 

   


 
 

                             Châssis à araser les lames de persiennes
                             Loire
                             Cadre 72 x 10,5   espace entre barres 3,7   poupées mobiles 14 x 4,7 x 3,5
                             Vis 21,5  

 

 

Les barres longitudinales sont percées de trous symétriques dans leur partie inférieure, tous les 5 cm. La cale inférieure mobile est positionnée suivant le nombre de lames à travailler.

     

   

 

   

 
                                     Guillaume à araser les lames de persiennes
                                   Loire
                                   Fût 47 x 6 x 8,5   fer 4
 

 

Le contre-fer est estampillé de la marque "BURNOUD FRERES" dont le dessin est très proche de celui de COULAUX. Les Burnoud, en activité de 1840 à 1870, étaient des quincaillers lyonnais qui vendaient certains fers sous leur nom, fabriqués par Coulaux.

Pour améliorer la jonction entre l'entaille réalisée dans le montant et le tourillon, l'artisan réalise à la base de celui-ci deux encoches à l'aide d'une mouchette (voir rabots de corroyage). Pour les ultimes finitions, il se sert du rabot à replanir et du guillaume à navette (voir rabots d'assemblage).

  

     
                             Mouchette                                                                                           Guillaume à navette  

 

 

Outils pour fabrication des croisées

Une croisée n'est rien d'autre qu'une fenêtre. Rien d'autre ne veut pas dire que la fabrication est simple car les éléments constitutifs sont nombreux : le dormant (cadre fixé dans la maçonnerie), l'ouvrant constitué d'un ou deux bâtis carrés ou rectangulaires (vantaux …) composés de montants, de traverses (celle du bas est appelée jet d'eau ; les intermédiaires sont les petits bois), d'un faux-meneau.

Nous n'avons guère d'outils en ce domaine. Espérons… Pas de pestum, pas de tarabiscot, pas d'enlève-carrés, pas de mouton, de noix, de contre-noix, de congé, de jet d'eau, de goutte d'eau ! Nous n'avons qu'une gueule de loup. La gueule de loup correspond au montant concave du vantail de droite qui vient s'encastrer dans le montant convexe ou mouton du vantail de gauche, derrière le faux-meneau. Qui dit concavité dit fer convexe.

 

 

   

 

                         
 

               Gueule de loup                                      
                Pyrénées-Orientales  ..ORNHOF.  ?
                Fût 29,5 x 4,5 x 6,5   poignée 13,5   fer 2

 

 

Outils pour fabrication de coulisses de table

L'invention de coulisses de table date du début du XIXe siècle. Elles permettent d'accueillir de nombreux convives grâce à des rallonges. Celles-ci sont posées sur des tringles solidaires des pieds et qui coulissent l'une dans l'autre, suivant un assemblage "rainure en queue d'aronde" et "noyau ou noix en papillon".

La rainure est réalisée à l'aide d'un rabot ou d'un guillaume à élégir pour coulisses.

 

   

 

     
 

                                             Guillaume à élégir pour coulisses
                                             Loire                FQUE D'OUTILS
                                                                        V.GISCLON
                                                             29,RUE TÊTE D'OR LYON

                                             Fût 55 x 8,5 x 7,5   fer Goldenberg 2,2

 

 

La rainure est, en coupe, rectangulaire. Pour la transformer en queue d'aronde ou trapèze isocèle, il faut rendre obliques et symétriques les deux parois verticales de la rainure initiale. C'est la fonction du guillaume pour coulisses.

  

     
 

                                                       Guillaume pour coulisses ou de côté
                                                            Loire
                                                            Fût 21,5 x 1,7 x 6,5

 

 

 

Quelques autres rabots

Le rabot à élégir

Parallélépipédique, le rabot à élégir possède une semelle dont la largeur est inférieure à celle du fût, avec deux repos symétriques. Il permet de diminuer l'épaisseur du bois sur une partie de sa surface (l'élégi).

     

   

 

       
                             Rabot à élégir
                           Rhône   31 JF 4   GUIME
                          
Fût 22,2 x 6 x 7   fer 4 (Goldenberg, avec ACIER FONFU en surcharge)
 

 

Les outils de layetiers

Le layetier est spécialisé dans la fabrication de layettes, c'est-à-dire de petits coffres réalisés avec des planches minces. Le domaine est vaste : boîte à chapeau, à perruque, à archives ; cage à perroquet ; crachoir, mais aussi cercueil. On peut donc penser qu'il devait aussi utiliser des planches d'une certaine épaisseur. Le métier a été rattaché au menuisier et tourneur en 1776.

On trouve, parfois, une confusion entre layetier et emballeur. Il semble que les emballeurs utilisaient surtout de la toile pour réaliser des ballots sur lesquels ils marquaient à l'encre des annotations en relation avec les exigences de la douane, la nature des marchandises transportées... On peut, également, penser que le métier a évolué dans les temps.

Cette confusion se reporte sur les outils employés. En voici quelques' uns. Il y en a bien d'autres.

 

   
 

                                         Hachette dite d'emballeur
                                         Loire
                                         L 35   hachette-marteau 10

 

 

Cet outil est à la fois marteau, hache, arrache-clous et pied-de-biche.

 

 

   

 

     
 

                                   Rabots à caisse, dit de layetier
                                       Loire
                                       1 L 33   fer 4,5   manche 20,5
                                       2 L 34   fer 4,7   manche 22   

 

Plus racloirs que rabots, ces outils servaient à enlever les étiquettes collées sur des emballages en bois réutilisés.

 

Le "rabot" suivant, métallique, est souvent appelé "noisette" à cause de sa taille et considéré comme un rabot de luthier. Il a, en réalité, la même fonction que les précédents : éliminer les étiquettes.

 

         
 

                                                Rabot métallique
                                                Yvelines   BTE SGDG
                                                                    EVANO  

                                                5 x 3,4 x 2   fer 2

 

 

Le rabot de raboteur

Le rabot de raboteur est utilisé par le parqueteur pour surfacer le nouveau parquet. Notre modèle ne possède ni semelle en acier, ni tourillon sur le nez, mais a la forme générale attendue, avec, notamment, des arrêtes verticales arrondies.

 

 




   
 

Rabot de raboteur (parqueteur)
Gironde
Fût 23 x 6 x 5,5   fer 4,6

 

 

A noter, ici, un fer Goldenberg, très altéré, à l'effigie de Napoléon Ier, avec la mention "SANS RIVAL". Ce type de fer fut proposé à une époque où il était, à nouveau, de bon ton de célébrer la gloire, l'invincibilité, la force de l'empereur et de transposer ces critères à la qualité de l'acier employé (1840, avec le rapatriement de ses cendres). La défaite de Napoléon III, à Sedan, en 1870, mit fin à cette production. On le retrouve chez une dizaine de fabricants ; au total, il existe une trentaine de modèles différents (position des jambes, de l'épée...).

 

           
                                        GOLDENBERG                                                           MORITZ OHL  

 

Nous terminons ces 4 chapitres sur les rabots par cette note historique. Nous n'en avons pas fini, toutefois, avec les métiers de menuisier, ébéniste et de "menus bois". Toujours dans le même esprit, nous sommes prêts à partager toutes les remarques qui peuvent être faites sur ces documents qui seront mis à jour au fur et à mesure de nos nouvelles acquisitions.

Pour mémoire, nous présentons d'autres rabots spécifiques de certains métiers du bois ou d'autres matériaux : armurier, carrossier (charron), charpentier, charron, tonnelier, vannier ; maréchal-ferrant ; plâtrier-peintre ; sculpteur sur pierre.

 

 

FIN

 

A.R.C.O.M.A.  NOS OUTILS ANCIENS DE MENUISIER, ÉBÉNISTE et MÉTIERS DE MENU BOIS : 8 - 4

DES RABOTS ET OUTILS PARTICULIERS