feed-image

 

 

 

 

 

ACTUALITÉS 13

 

10 février 2018

 

Bonne nouvelle : nous allons disposer d'un nouveau local. La surface de stockage va passer de 152 à 289 m2. Il s'agit toujours d'un local où seuls les membres de l'association pourront intervenir. Seule solution, donc, devenir membre de l'association pour nous rencontrer et voir ce qui est exposé. Pour en limiter le coût, nous avons créé, l'année dernière, une nouvelle catégorie d'adhérents, dits temporaires, à cotisation très réduite (1 ou 5 €). Cette adhésion permet de voir ce que nous exposons, mais aussi de réaliser si le travail effectué, l'ambiance, le but recherché, les moyens utilisés… peuvent amener à une adhésion annuelle, durable. En ce temps de réforme, on pourrait parler d "apprentissage payant" !!!

Ce nouveau local était très attendu car, en 1 an, nous avons rempli celui qui avait été mis à notre disposition, par notre stock et les dons : au total, sur cette année 2017, 25 personnes nous ont fait confiances, plus de 400 pièces sont venues enrichir nos collections, les dernières en date étant des meubles à multiples tiroirs d'imprimeur, avec les lettres en plomb (près d'une tonne), un massicot sur table (200kg), une presse (plus de 300 kg)… Nous avons, également, reçu des vêtements en parfait état de la fin du XIXe siècle, début XXe. Des dons plus modestes, mais très intéressants, concernent les métiers de menuisier, d'ébéniste, d'horloger, de modiste, de cordonnier, de brodeuse, de repasseuse, de carrossier, de vigneron…, et de nombreux autres évoquent la vie domestique. Cela nécessite un important travail de classement, d'inventaire, de nettoyage, de rangement, voire d'exposition.

Il va falloir retrousser les manches pour déplacer tout notre matériel d'un local à l'autre. La distance n'est pas importante, mais ce sera dur, les années n'arrangeant pas ce genre d'exercice.

Une nouvelle rencontre avec le maire  et une élue de Saint-Chamond nous permet d'avoir un peu plus d'espoir pour réaliser notre projet. Un local d'exposition pourrait être mis à la disposition de plusieurs associations : c'est un début. Des projets de modification de statut du complexe où se trouve notre local pourraient nous permettre, à moyen terme, de réaliser une exposition ouverte à tous. C'est, du moins, ce qui nous a été annoncé au cours de notre assemblée générale.

D'autres questions nous ont occupés, concernant la veille patrimoniale sur deux sites de la vallée du Gier. Les démarches sont en cours.

 

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITÉS 12

 

3 janvier 2018

 

 

 

C'est l'heure du bilan avec, comme toujours, les bons et les mauvais évènements. Le plus mauvais a été le décès de notre vice-président. Ancien plâtrier-peintre, il était toujours d'humeur égale, savait nous conseiller sans s'imposer. Quatre années d'une maladie orpheline, invalidante, ont eu raison de lui. Nous le regrettons énormément. Nous pensons, également, à l'épouse de l'un de nos adhérents, qui participait régulièrement à nos expositions et à nos A.G.

Heureusement, il y a eu des moments meilleurs, à commencer par l'aménagement du local mis à notre disposition par la mairie, après 10 ans d'attente. Après un bon dépoussiérage des lieux, nous avons construit des étagères avec les moyens du bord. Les outils et objets stockés dans des caves privés du centre-ville y ont trouvé leur place, suivant un classement acceptable. Nous avons commencé le nettoyage par catégorie : rabots et compas sont maintenant présentables.

Les dons nous ont permis d'augmenter significativement la collection de l'association, par la quantité, mais surtout par la qualité : outils de métiers du bois, du bâtiment, instruments liés à la santé (une dizaine de spécialités), meubles d'imprimeur avec les caractères en plomb… D'autres dons vont nous permettre de mieux aménager le local : étagères métalliques, réfrigérateur, armoire, casiers en bois…

Nous n'avons exposé qu'à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine : exposition difficile, car réalisée à l'extérieur sous chapiteau, un week-end froid et pluvieux. Le résultat a tout de même été satisfaisant à en juger par les commentaires des visiteurs qui nous demandent toujours pourquoi nous n'ouvrons pas un musée…!

En ce qui concerne les finances, l'année a été difficile. Le coût élevé de l'assurance pour le local et le manque de dons – défiscalisables – nous font terminer l'année avec un strict minimum. Plusieurs solutions sont envisagées : subvention, exposition payante, mécénat. Demandes et propositions ont été faites.

Dernier point d'importance, nos relations avec l'Office du Tourisme de Saint-Etienne-Métropole (OT). Deux éléments ont joué un rôle très important dans l'évolution positive de ces relations. D'une part, la création d'un collectif "Lieux et Mémoires de nos Vallées, entre Loire et Rhône" qui réunit 25 associations attachées au patrimoine local. D'autre part, l'arrivée à l'OT d'une chargée de mission qui est rentrée en contact avec toutes les associations patrimoniales du bassin stéphanois. Une exposition a minima s'est tenue dans les locaux de l'OT, en septembre. Cinq groupes de travail ont été créés avec pour but de lister l'ensemble du patrimoine, bâti, historique, industriel… à destination des touristes et de ceux qui vont les accueillir.

 

Que peut-on attendre de cette année 2018 ?

- Une amélioration rapide de nos finances, même si les besoins ne sont pas énormes.

- La réalisation d'expositions pour nous faire connaître davantage et donc obtenir davantage de dons, en nature surtout (trop d'objets sont partis à la déchetterie).

- La possibilité d'avoir, enfin, un local d'exposition permanente.

- L'arrivée de nouvelles recrues pour rajeunir et remotiver notre équipe : c'est le problème général du bénévolat.

- Un enthousiasme toujours croissant malgré les lenteurs auxquelles nous sommes confrontés.

Une lueur d'espoir est née après notre entretien avec M. le Maire de Saint-Chamond, le premier depuis des décennies à prendre conscience de l'importance que peut avoir notre patrimoine dans l'économie locale. Une lueur, seulement. Il faut attendre l'action après les souhaits exprimés. Une nouvelle rencontre devrait avoir lieu en début d'année.

 

   

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITÉS 11

 

20 novembre 2017

 

   Les Journées Européennes du Patrimoine des 16 e 17 septembre sont maintenant bien loin. Le bilan a été positif avec 170 visiteurs dont une vingtaine de jeunes qui ont profité de nos animations, en particulier de la fabrication de beurre avec une petite baratte (voir Facebook). Les chapiteaux mis à notre disposition par la municipalité  nous ont permis de réaliser cette exposition à minima. Le froid et la pluie ne nous ont pas avantagés. Deux points positifs : l'intérêt des visiteurs qui évoquent, pour la plupart, la création d'un musée et l'excellente ambiance entre les membres de l'association qui se retrouvent dans cette action commune, dans ce partage. Que ferons-nous l'année prochaine ?

 

   Temps fort de ce début de mois de novembre, la rencontre avec M. le Maire de Saint-Chamond. A nos côtés se trouvaient le président du CERPI (Centre d'études et de recherches du Patrimoine Industriel) et deux collectionneurs spécialisés dans le matériel photographique. Les demandes des intervenants concernaient essentiellement le problème du stockage. Les locaux sont maintenant trop exigus du fait de dons de plus en plus nombreux. L'impossibilité de réaliser une exposition permanente ouverte au public est un handicap certain (le CERPI a la chance de pouvoir accueillir des visiteurs). Il semble que l'idée d'une maison du patrimoine fasse, enfin, petit à petit son chemin. Il se pourrait qu'une salle d'exposition soit disponible l'automne prochain (encore 1 an à attendre). Globalement, l'espoir est un peu revenu, la première fois depuis 10 ans. Mais rien n'est gagné. Nous devrions avoir une nouvelle réunion début 2018.

 

   Nous parlions de dons. Nous venons de bénéficier de deux dons d'une grande importance, peut-être les deux plus importants depuis la création de notre association.

Le premier vient d'une famille de médecins sur trois générations. Dans un premier temps, ces instruments étaient destinés à un musée d'une grande ville de province. Des liens d'amitié, la confiance qui s'est instaurée envers notre association à l'occasion de nos expositions, le désir d'en faire profiter notre ville ont fait pencher la balance dans le bon sens, le nôtre ! Il y en a environ 200 objets. Les plus anciens datent des années 1850 – 1860. On retrouve plusieurs spécialités : médecine générale, chirurgie, gynécologie, ophtalmologie, O.R.L., chirurgie dentaire… Nous avons un énorme travail, surtout d'identification et un peu, de nettoyage. A priori, il nous faudra tout l'hiver pour redonner à ce matériel son lustre d'antan. Un grand merci à toute la famille donatrice.

Le deuxième vient d'une imprimerie qui a dû fermer ses portes. Le repreneur nous a contactés pour nous donner des étagères, divers petits meubles destinés à la benne. Et, dans un coin, nous avons découvert deux meubles anciens d'imprimeur, avec tiroirs et caractères en plomb. Ceux-ci devaient être vendus et fondus. Finalement, nous avons pu les récupérer grâce à notre statut d'organisme d'intérêt public (mécénat) et à la bonne volonté du donateur. Un grand merci à lui.

Ces deux dons nous font franchir un nouvel échelon et nous confortent dans cet objectif de conservation de notre patrimoine. Un argument concret, aussi, vis-à-vis des élus.

 

   Autre actualité : le site. Il avance, mais le travail est considérable, de plus en plus lourd avec les années (début en septembre 2013). Nous sommes à plus de 50 métiers, plus de 300 articles, plus de 5000 photographies. Comme prévu, nous devrions terminer les articles sur les menuisiers et ébénistes d'ici la fin de l'année. Il faut compléter certains articles pour inclure de nouvelles acquisitions. Au niveau des dictionnaires, nous devons rattraper notre retard : noms d'outils, photographies sont à rajouter. Heureusement, nous avons un certain retour de la part des internautes. Nous atteignons les 80 visites quotidiennes et, surtout, nous recevons des messages très encourageants, le dernier en date venant de la présidente du conservatoire du patrimoine hospitalier d'une grande ville de France. Autre encouragement que nous apprécions tout particulièrement : celui d'internautes qui nous signalent des anomalies, nous suggèrent des corrections ou, encore, nous demandent d'identifier certains objets (ce n'est pas toujours facile !).

 

   Quant à la restauration des outils, essentiellement enlèvement de la rouille, nettoyage des bois (manches, rabots…) et protection du matériel, nous avançons petit à petit. Le froid va nous empêcher de nous rendre dans notre local. C'est pourtant là que nous nous retrouvons avec beaucoup de plaisir et que l'expression "vie associative" prend tout son sens.

 

 Dernier point : le collectif "Lieux et mémoires de nos vallées – Entre Loire et Rhône" (http://www. lieuxetmemoires.com/). Nous en avons parlé dans l'Actualité 10. Nous avons eu une réunion plénière récemment. L'éventail des activités est énorme, les activités déployés aussi. Ce collectif a été remarqué par l'Office du Tourisme de Saint-Etienne Métropole, grâce, essentiellement, à l'arrivée d'une nouvelle collaboratrice. En septembre, nous avons pu présenter nos associations au sein même de l'Office, à Saint-Etienne. Deux week-ends sur le thème de l'eau sont en préparation pour le printemps prochain. Enfin, toujours à l'initiative de l'Office, cinq commissions ont été créées avec différents thèmes en relation avec le patrimoine local. Cela devrait déboucher sur la rédaction de fiches succinctes à destination des touristes, mais aussi des ligériens.

A bientôt.