feed-image

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITÉS 17

 

 

20 juin 2020

 

 

L'optimisme du mois de janvier est quelque peu retombé. La Covid 19  en est en partie la cause. Comme dans de très nombreux domaines, les activités de notre association ont été fortement ralenties : confinement, découverte de nouvelles occupations (rangement, tri, nettoyage, voire jardinage à outrance). Le dé-confinement a montré qu'il y avait un manque de motivation. Cette impression est générale et ne touche pas que les associations.

 

Notre assemblée générale devait se dérouler le 13 mars : nous avons dû la reporter à cause des élections municipales du 15 mars. Le confinement nous a obligés à renoncer à la date du 17 avril choisie en remplacement. Finalement, elle s'est tenue le 12 juin. Neuf adhérents étaient présents, munis de nombreux pouvoirs. La grande nouveauté pour notre association est l'arrivée de 12 dentellières qui rajeunissent l'équipe et, espérons-le, apporteront des idées pour la vie de notre association. A plusieurs reprises, nous avons réalisé ensemble des expositions au cours desquelles elles proposaient une initiation à la dentelle pour enfants et adultes. Trois d'entre elles ont intégré le Conseil d'Administration. Leur intervention dans le cadre du thème de "La vie domestique" est vivement souhaitée.

 

Le projet de la création de la "Cité du Patrimoine Industriel" a avancé, au pas de sénateur ! Après la réunion du 18 décembre, au cours de laquelle un cahier des charges nous a été présenté, une deuxième rencontre s'est tenue le 29 janvier pour présenter les mêmes documents, ou peu s'en faut, pour les personnes qui étaient absentes le 18 décembre. Un comité de pilotage a été désigné, comprenant des représentants des 5 associations attachées au projet. Des personnalités doivent être contactées pour constituer un conseil scientifique, et ce d'ici le mois de juin, le temps de monter le dossier !!! Le 11 mars, nous avons visité deux établissements en Ardèche, a priori considérés comme des musées sur l'industrie. En réalité, il s'agit de Centres de Culture Scientifique Technique et Industrielle (CCSTI) faisant partie d'un réseau national. On peut donc considérer que c'est hors sujet, sauf si nous n'avons pas compris ce que souhaitent les responsables du projet. L'idée même de musée semble obsolète pour certains. Mais, paradoxalement, il est question d'acquérir des collections. Nous sommes donc dans un flou complet : espérons qu'il ne s'agit que d'un problème de communication. Depuis ce 11 mars, rien de nouveau. Le confinement n'explique pas tout. Prochaine réunion, le 24 juin : l'ordre du jour concerne notre avis sur la visite du 11 mars (déjà donné par mail) et le calendrier des prochaines réunions.

 

   
                        Emplacement de la future Cité du Patrimoine Industrielle : de gros travaux à programmer.  

 

 

Le site continue d'avancer, plus lentement, mais le nombre de visiteurs augmente, en particulier durant le confinement avec un record à plus de 120 visites par jour. Au 31 mai, des internautes de 51 pays se sont intéressés à notre site.

 

Mais, notre actualité la plus importante est le décès de l'un des adhérents de notre association. Une perte énorme pour tous. Une tristesse profonde et sincère. Nous n'oublierons jamais sa gentillesse, sa générosité, son humour, sa passion. Il possédait une collection très importante d'objets acquis dans notre Pays du Gier : cela représentait vraiment le patrimoine local. Ce qui nous touche le plus est évidemment la perte d'un ami. Nous souhaiterions qu'il continue à vivre avec nous à travers sa collection. Cela est du ressort de ses héritiers. Nous souhaitons vivement que la municipalité s'intéresse à ce trésor et ne le laisse pas se disperser en France ou à l'étranger, comme cela c'est déjà produit. Si cette collection ne reste pas dans les murs de notre ville, il se peut que l'avenir d' A.R.C.O.M.A. soit remis en cause…

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITÉS 16

 

12 janvier 2020

 

L'année 2019 s'est bien terminée pour les associations saint-chamonaises consacrées au patrimoine du Pays du Gier (21 communes). Elles ont été convoquées par le maire de Saint-Chamond pour envisager la création d'un musée dans cette ville, la deuxième la plus peuplée du département de la Loire.

La demande en avait été faite en… 1944 par un historien local, F. Gonon. "Patience et longueur de temps…". Restons prudents, toutefois, car les obstacles sont nombreux, le premier étant, comme toujours, financier. Le local choisi se trouve dans l'enceinte de Novacieries, nouvelle dénomination des ateliers qui constituaient autrefois Creusot-Loire : il s'agit de la halle 39, structure métallique de type Eiffel, de 1700 m2. Des travaux très importants de mise aux normes sont évidemment à prévoir.

Quel en sera le thème, donc le contenu ? Il évoquera vraisemblablement l'activité industrielle de notre vallée, industrielle et artisanale, espérons-le, car, sans quelques petits artisans, la Révolution industrielle du XIXe siècle n'aurait pas fait de cette vallée le premier site industriel de France. Je pense, entre autres, à Marrel, petit forgeron de Saint-Martin-la-Plaine, à Richard-Chambovet qui débuta avec 3 métiers achetés d'occasion pour faire des tresses et lacets, ou encore à Germain Morel… Faut-il s'en tenir à des outils, à des machines, à des tableaux, à des textes ? Au niveau de notre association, nous pensons qu'il est nécessaire de présenter tout ce qui a fait la vie de ces entrepreneurs, aussi bien à l'atelier qu'au domicile. C'est ce qui fait réellement le patrimoine de notre Pays du Gier.

Des commissions vont être mises en place, sans doute dès la fin de ce mois de janvier. Au total, pour l'instant, ce sont 4 associations et 2 collectionneurs privés qui seront amenés à discuter de ce projet, en présence des représentants de la ville, peut-être d'autres villes de la vallée et, enfin, de Saint-Etienne-Métropole qui participera, au moins, au niveau financier.

Pour certains d'entre nous, la question la plus importante est le délai : 2 ans, 3 ans, plus ? Cela fait 12 ans que les premières promesses ont été faites, renouvelées il y a 6 ans. Nous avons perçu lors de la première réunion, le 18 décembre dernier, une réelle volonté de notre maire. Espérons que tous les acteurs de ce projet auront une véritable ambition, avec, nous le souhaitons avec force, le concours d'un musée national dans le cadre d'une décentralisation souhaitée par certains responsables de la gestion des musées français (Cf entretien sur France-Info, à l'automne dernier).

Ce projet sera le véritable fil rouge de la vie de notre association au cours des mois prochains, sans oublier la participation à l'ouverture (temporaire ?) d'un musée dans une entreprise stéphanoise, les Journées Européennes du Patrimoine et le 20ème anniversaire d'A.R.C.O.M.A.

A bientôt, pour des nouvelles sur ce projet tant attendu et souhaité (wait and see !).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITÉS 15

 

 

10 août 2019

 

Difficile d'être à jour dans tous les secteurs quand on est seul à rédiger les articles : problème de temps, mais surtout simple oubli.

La routine de l'association se cantonne au nettoyage des outils et à aménager un petit musée privé que seuls les adhérents ont le droit de voir !!! Ce musée ne contient que des objets appartenant à l'association, objets qui nous ont été donnés à la suite d'expositions ou de simples contacts. La liste est importante ; certaines pièces sont remarquables. Tout ne peut être exposé, en particulier les vêtements, à cause de l'humidité du local.

Les Journées Européennes du Patrimoine ont lieu le 3ème week-end de septembre. La municipalité de Saint-Chamond a donné comme thème le "Patrimoine en chantiers", en relation avec les travaux effectués dans notre ville pour la conservation ou la mise en évidence du patrimoine (en particulier, restauration du plafond Renaissance à caissons de l'église Saint-Pierre et réaménagement des cuisines de la Maison des Chanoines). Depuis le mois de mars, le nettoyage est donc logiquement orienté vers des outils et des ouvrages d'art des métiers du bâtiment : enlever la rouille avec les brosses "nylon", passer au Rustol, traiter les manches en bois à l'eau ammoniaquée, les cirer. Réaliser enfin les affichettes indiquant le nom et la destination de chaque outil, sur un format A4. 10 nouveaux panneaux ont été réalisés avec plus de 100 outils. Cela porte le nombre total de panneaux à plus de 180 auxquels il faut rajouter vitrines et étagères.

Autre projet à finaliser : la mise en place d'un musée de l'outillage dans une grande entreprise stéphanoise fabriquant des outils depuis bientôt un siècle. Musée provisoire, concernant une partie seulement de nos collections : certains secteurs ne seront pas représentés, comme l'hygiène et la santé, l'habillement… Nous en saurons plus au mois d'octobre.

Des contacts sont à prendre avec deux établissements qui réalisent des expositions temporaires. Pour l'instant, les projets sont uniquement évoqués.

Le plus grand problème est maintenant l'avenir même de notre association. Les deux derniers candidats – élus à la mairie avaient, entre autres projets, celui d'ouvrir un musée. Au bout de 11 ans, nous n'avons rien vu. Le budget 2019 prévoit une étude de projet de salle d'exposition permanente dans l'ancienne chapelle de l'Hôtel-Dieu qui servirait pour plusieurs associations. La surface est de 150 à 200 m2, donc nettement insuffisante. Nous rencontrerons le maire de notre ville en octobre, s'il veut bien nous recevoir. En fonction de ses projets, nous déciderons au cours de notre prochaine assemblée générale des suites à donner. Le vieillissement des adhérents, le manque de renouvellement ne nous rendent pas vraiment optimistes. Nous savons également que nous ne sommes pas un cas unique. Simplement, nous nous étonnons de voir que la deuxième ville de la Loire ne s'intéresse pas au tourisme, par le biais du patrimoine en particulier, dont le rôle économique est indéniable.

A bientôt.