DISCUSSIONS AVEC LES INTERNAUTES

 

 

 

 

 

VOS CONSEILS

 

VOS QUESTIONS  -  NOS RÉPONSES

 

ANNÉE 2015

 

 

Nous avons créé notre site le 24 septembre 2013. Son adresse mail n'a été longtemps utilisée qu'en interne, entre les membres de l'association. Jusqu'en ce jour de mars 2015 où, pour la première fois, un internaute nous a adressé une question avec photographie à l'appui. C'était nouveau pour nous.

Avant d'en dire plus, il nous paraît important de préciser quelques points sur notre association et ses membres. Les adhérents proviennent de professions très différentes : administratifs, ouvriers spécialisés, enseignants, artisans, pâtissier, ingénieurs, qualiticiens, industriels, professionnels de santé. Certains nous ont quittés : bijoutier, vétérinaire, comptable… Leurs motivations étaient très diverses : l'attrait pour des professions, des objets anciens, pour l'histoire et le patrimoine du Pays du Gier et le manque de vitrine pour ce patrimoine, la passion du bricolage, le besoin de construire quelque chose ensemble et parfois, simplement, mais oh combien important, la confiance et l'amitié. L'attrait ne fait pas la connaissance. Il a donc fallu apprendre et donc constituer une bibliothèque concernant l'histoire de notre vallée, parfois de la France, de nos campagnes, des métiers anciens parfois encore pratiqués avec les progrès nécessaires, et, enfin, des outils et instruments, pour la plupart manuels utilisés par nos ancêtres, dans une centaine de métiers. Nous avons vu, par ailleurs, que le thème de départ a "fait des petits" avec la vie domestique, les instruments de mesure et l'éclairage. Cet éventail énorme, voulu, a nécessité des connaissances très importantes sur tous ces sujets, mais uniquement livresques, partielles et impossibles à mémoriser. La rédaction d'un article permettait de maîtriser un sujet pendant quelques semaines. Le passage à un autre chapitre nous faisait oublier le précédent !

Tout ce long préambule pour dire une évidence : nous ne sommes pas des spécialistes, des experts, contrairement à certaines personnes qui interviennent dans des forums sur internet. Nous souhaitons partager notre intérêt pour ces objets anciens, apporter nos connaissances et recevoir les corrections nécessaires en cas d'erreur de façon à faire de ce site celui des internautes collectionneurs ou, parfois, de découvreurs d'objets insolites dans des vide-greniers ou dans les greniers d'une maison de famille.

Nos réponses sont de 3 ordres :

- le nom de l'outil et son utilité sont connus : la réponse est précise.

- nous pensons à une utilité possible : nous l'exprimons en précisant bien qu'il ne s'agit que d'une hypothèse.

- nous n'avons pas de réponse à donner : nous orientons vers d'autres le demandeur, pas toujours avec succès (peu de retour). 

- pour ce qui concerne les prix, la rareté…, la réponse est très souvent logique ou... évasive. Nous ne saurions trop le répéter. Nous ne sommes pas des experts.

Dernier point : des internautes, souvent des professionnels, nous donnent des informations. Elles se trouvent dans le paragraphe 1. Elles sont tout à la fois un encouragement et un partage d'un savoir-faire que, malheureusement, nous n'avons pas : un grand merci à tous ceux qui nous ont apporté leur aide et leur soutien.

Il est grand temps de passer aux mails échangés. Nous les classerons par type d'objets en incrémentant chaque paragraphe au fil des demandes. Nous réalisons un "Copier-coller" en supprimant les noms des demandeurs et les formules de politesse, parfois certains commentaires, pour éviter des longueurs. Si les questions sont claires, les réponses ne le sont pas toujours. A vous, encore une fois, d'apporter des précisions si vous le souhaitez.

 

1 Corrections – Informations complémentaires

2 Balances romaines

3 Serrurerie

4 Santé et hygiène

5 Vie domestique

6 Lampes de chemin de fer

7 Divers

 

 

1 Corrections – Informations complémentaires

13 mars 2015
Bourrelier retraité et passionné

Nous ne reproduisons pas ici les nombreux mails (une dizaine) que nous avons échangés et qui sont à la base du "Chapitre 6 Discussion des outils de bourrelier". Nous avons commis des erreurs dans la rédaction des chapitres précédents. BM s'en est offusqué. Conversations téléphoniques et courriels nous ont permis de mieux nous comprendre et de réaliser les corrections nécessaires (voir cet article).

 

24 mars 2015
Responsable d'un musée de médecine vétérinaire

A propos des deux  images sur les dernières pages : 

 

   

La Pince à castrer est un „Emasculateur Reymers“ pour castrer des Etalons. Je le trouve dans un livre Instruments de Chirurgie Morin , Avenue Bosquet, Paris-VII 1965

 

   

La Pince à castrer Loire est un „Ovariotome de Hess-Bertschy“ pour castrer des vaches, trouvé dans le même catalogue. Au commencement du 20ième siècle un à fait cette opération chez le vaches infertiles pour sauver leur possibilité de donner beaucoup de lait pendant quelque temps. Aujourd’hui cette opération a disparu.

 

Cette information a complété notre article sur les vétérinaires.

 

11 avril 2015
Collectionneur

Nos propriétaires de boisé utilisent une règle [voir rubrique "outil mystère" : règle graduée avec rainette] semblable pour mesurer les billes de sciage afin de calculer le volume brut de bois utile à produire des planches. 
On obtient un volume en pieds mesure de planche (PMP).
En mesurant le plus petit diamètre de la bille, la règle nous donne directement le nombre de PMP.
Les chiffres à l’extrémité de la règle correspondent à la longueur des billes en pieds et le calcul du volume est lu sur la même ligne.
Vous trouverez la description complète de son usage dans le Guide de mesurage des billes de sciage :

http://www.apbb.qc.ca/FichiersUpload/Documents/20050810140136GUIDEMESURAGE_tableRoy.pdf

Autres informations dans:

http://www.spbestrie.qc.ca/fr/public/archives/FACTEURS_CONVERSION_SCIAGE.pdf

Ces règles sont encore en vente: voir la page 25 de ce catalogue:

http://techno-for.com/comersus/store/catalogue.pdf

 

Cette information se retrouve dans notre article sur la règle graduée avec rainette, dans la rubrique "Outil mystère".

 

21 avril 2015
Sellière

 

Bonjour, passionnée d'outils et sellière, je me disais que ça vous ferait plaisir de lire ce post si vous ne l'avez déjà fait:

http://travail-du-cuir.fr/les-outils/manufacture-blanchard-historique-outils-docs-photos-etc-t722.html?hilit    =    historique Blanchard

Vous y verrez quelques outils de la maison, perso et vu sur le net.
Je peux vous transmettre les copies des catalognes Blanchard anciens pour vous permettre de mieux vous y retrouver dans la nomenclature....
Voir en pj, catalogue de 1934, uniquement les planches, il manque les pages 19 et 20 hélas. Catalogue du revendeur d'outils Blanchard, Lutz Krempp, avec nomenclature à suivre.

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

     

 

Cette internaute nous a autorisé à publier les photographies qu'elle nous a transmises. En voici une sélection avec le texte qui donne des précisions sur le nom exact, éventuellement sur l'utilisation...

 

Photos de divers marquages, la cornette maison étant à l'origine une lame pour couteau mécanique, dit couteau à bande trivialement, modifiée en genre de cornette... ce qui arrivait parfois lorsque l'outil cassait (les 2 ergots), ou était trop usé, il était "reconverti"...

 

         
                  Lame couteau mécanique                                                                         Cornette-maison  

 

Abat-carre (Blanchard certainement) en acajou et pied de biche (Vergez) en buis, dit arrache-clou également.
Coupe-lacet ou couteau à lacet (Raynal et Cie) de cordonnier. Pas un outil de bourrelier, attention à la classification.

 

     
                    Abat-carre et pied de biche                                                                         Couteau à lacet  

 

Des couteaux Blanchard, manche en palissandre: en haut un "couteau serpette" N°636 ou 637 (grand), au milieu un "couteau à main cintré" N°613 (petit) ou 614 (grand), en bas un "couteau à main pointu" ou "pointe au milieu" N°616
Une petite griffe à molette montant simple (manche en frêne?) Blanchard.
Les N° sont les réf chez Blanchard.

 

     
                      Couteaux Blanchard                                                                                 Griffe à molette  

 

 

Petite griffe à molette montant simple (en acajou?), pas marquée.
Trusquin à lame mobile N°760 au manche en palissandre et cornette à chantourner N°656 au manche en ébène.

 

     
                  Petite griffe à molette                                                                 Trusquin et cornette à chantourner  

 

 

Griffe à molette, "montant simple à boîte", manche palissandre, réservoir laiton, molettes diverses en tlle 8, 10, 12, 14 et 14 à faux point.
Couteau à paille, manche ébène.
Couteau mécanique et sa lame de rechange. Existait en 4 versions et plusieurs tailles.
2 griffes à molette à conducteur ref 693 : Celle du haut (manche acajou?) sans son guide, comme beaucoup, cela ne servait qu'aux apprentis et le guide plus gênant qu'autre chose finissait au fond des tiroirs! Ce qui fait qu'elles sont rares à trouver complètes, de plus chaque guide étant adapté pour une griffe, il est impossible de l'ajuster sur une autre!
Celle du bas manche en palissandre foncé est complète, le réservoir contient plusieurs molettes.

 

     
                         Couteau à paille                                                                                  Couteau mécanique  

 

Il s'agit de scans de photos argentiques hélas de mauvaise qualité... pas forcément présentables, enfin vous verrez... Je l'ai toujours, c'est mon bijou!
Egalement 2 photos d'un soufflet de forge dont j'ai refait le cuir en 1999, lors d'un travail de démonstration dans un faux atelier de bourrelier (voir outils derrière) au sein d'un faux village musée, La ferme du Bournat. Il est à la forge actuellement. Je l'ai revu l'année passée et là on le voit accroché au mur derrière la dame, sur la dernière photo du site internet:

http://www.lebournat.fr/artisans-et-vieux-metiers-du-perigord.html?PHPSESSID=tr2lfa7r18bfnsvhgr67d5aff3

 

     
          Selle conçue par AG : la preuve du savoir-faire                            Remise en état d'un soufflet de forge par AG  

 

En attendant, voici d'autres photos d'outils que j'ai eus de passage:
Petite enclume de joaillier ou horloger
Un rabot racloir de caisse (Stanley en fait toujours), appelé "box scraper plane" en anglais, servant à effacer les inscriptions peintes sur les caisses en bois de transport, pour la réexpédition
Une rainette de bourrelier Blanchard, utilisée pour faire une fine rainure dans le cuir en vue d'y incruster la couture.
Un rembourroir de bourrelier Pour pousser la bourre, le crin, la laine dans les matelassures de collier de trait. Trivialement appelé "canne de bourrelier".
Des embauchoirs, utilisés pour garder la forme des chaussures, une paire en bois et une paire en alu. Eventuellement pour cordonnier, à mettre dans "vie domestique" ?

 

     
                     Rabot racloir de caisse                                                                          Rainette de bourrelier  

 

Je ne sais plus si je l'ai déjà envoyée:
Tendeur de bourrelier, utilisé en paire, pour tendre les sangles à coudre (aucune idée de comment ça s'utilisait!!). Vous en avez en photo déjà…
Sinon, dans le chapitre des couteaux (c'est secondaire, juste des précisions)

http://www.arcoma.fr/outils-d-antan/116-par-metiers/metiers-du-cuir/bourrelier/132-bourrelier-1-couteaux-a-pied-couteaux-a-main

ou ici

http://www.arcoma.fr/outils-d-antan/116-par-metiers/metiers-du-cuir/bourrelier/209-bourrelier-6-discussion

l'article n°6 a été modifié de "couteau à raser" en "cornette à dos droit", pourquoi pas, vu qu'il s'agit d'un Blanchard je vérifie sur le catalogue et c'est d'une forme entre la ref Blanchard N°652 ou 653 (grand modèle) "cornette à couper, dos droit" (dessus droit depuis la virole), et entre la ref N°654 ou 655 (grand modèle) "cornette à couper les étoffes".. Je pense que c'est plutôt certainement cette dernière car le dos a un léger arrondi vers la virole, et le dessous a pu devenir plus anguleux qu'à l'origine au fil des affûtages...
Vérifier sur la planche et page 3 du catalogue Krempp envoyé hier... article 395 ou 396 chez eux.
Au fait c'est à vous tous ces outils en photos? Sur fond de bois aglo?

 
L'outil en forme de pistolet (vous en avez un en métal je crois), est un couteau pour faire des bandes de cuir, lame vers le haut, utilisé en tirant vers soi (au contraire du couteau mécanique Blanchard français), marque Osborne (USA), toujours fabriqué. Outil de cordonnier apparemment, plus que de bourrelier. Sur le mien, version luxe en rosewood (palissandre), il manque hélas les 2 cales en métal pour bloquer la lame ainsi que la partie graduée...

En anglais: leather splitter ou draw gauge

http://www.csosborne.com/no51.5.htm

Il y a également 2 cornettes Blanchard manche acajou, celle du haut avec la vis papillon étant une "cornette à jonc" ref 720 (ou "à quadriller" ref 721, fort doute vu que sur les gravures elles sont similaires, dur de trancher sans voir l'autre modèle en vrai!), celle du bas plus simple étant une "cornette à tracer". Toujours produites par la maison.

 

     
              Cornettes à jonc et à tracer                                       Couteau pour faire des bandes de cuir  

 

Une mention toute particulière pour cette internaute : une professionnelle passionnée avec le plaisir de partager ses connaissances, un enthousiasme qui fait plaisir et qui encourage à aller plus loin. Je ne la remercierai jamais assez. J'avoue avoir quelques regrets et scrupules de ne pas avoir prolongé cette suite de mails par la rédaction d'un article sur les selliers. Manque de temps, de connaissances et, surtout, à l'époque, nécessité d'avancer au plus vite en considérant que ce qui a été dit sur les métiers du cuir donne déjà quelques bases sur les outils utilisés dans ces professions. La rédaction de cet article me permet de retrouver des échanges oubliés, mais oh combien sympathiques : j'espère pouvoir reprendre contact.

 

2 Balances romaines

16 mars 2015
Universitaire à Lyon

Voici les photos de deux poids de balances romaines.
L'une, sans date, porte un écusson (de ville ?) comme poinçon.
L'autre porte deux poinçons que je ne déchiffre pas (sauf I B) et l'inscription "POIDS / USUEL".

                                   

         

 

 

     

 

ARCOMA
En ce qui concerne la première balance, je crois lire les lettres "J.B". Il peut s'agir d'une marque de propriétaire. Quant à l'annotation "POIDS USUEL", cela évoque le passage du système de l'Ancien Régime  au système métrique. Vous trouverez quelques indications dans le livre "Manuel Pratique des Poids et Mesures ...", écrit en 1820, numérisé par Google :

                  https://books.google.fr/books?id=Jw3Kf65EM_kC&pg=PA160&lpg=PA160&dq=poids+usuel&source=bl&ots=0T5uwYmANm&sig=5UrSbGCcr4rmSD8cemGqzY4AMkc&hl=fr&sa=X&ei=_ksLVcTvCtLiar6sgIAF&ved=0CCcQ6AEwAQ#v=onepage&q=poids%20usuel&f=false

Il aurait été intéressant de voir la totalité de la balance : la forme de la tête permet de dater, plus ou moins, l'objet. Il serait également intéressant de connaître la nature des graduations : livres (points et traits), kilogrammes (chiffres). A priori, on peut penser qu'elle date de la fin du XVIIIe, début du XIXe siècle.
Quant à la deuxième, elle est de la même époque, plus sûrement du XVIIIe siècle avec un poinçon de ville (laquelle ?).
Pour des renseignements plus précis, je vous conseille de contacter la Maison du Patrimoine et de la Mesure, à la Talaudière, près de St Etienne. Il y a dans ce musée, que je vous conseille de voir si cela n'est déjà fait, des personnes beaucoup plus qualifiées que moi.

Note à posteriori : Nous le vérifierons dans d'autres cas : les noms sur les balances romaines sont plus vraisemblablement ceux des fabricants et non des propriétaires.

 

Internaute
La graduation est chiffrée dans des caractères qui font penser à ceux du début XIXe. De plus, elle porte au dos de la partie graduée une inscription peu marquée : "MONTA-------MACON" (marque de fabricant probablement). Si cela vous intéresse, je ferai une photo de la graduation et de cette inscription.

Internaute
Mais je viens de trouver des précisions sur la balance au poids en oignon. Je  vous joins les photos. J'avais échangé il y a un an et demi avec l'antiquaire qui vendait une balance portant le même poinçon + une date gravée 1683. Elle ignorait de quelle ville étaient les armoiries du poinçon, or aujourd'hui elle indique sur son site (http://grisetrose.canalblog.com/tag/m%C3%A9taux) qu'il s'agit de Moulins. Nous voilà donc renseignés : ma balance portant le même poinçon, nous savons qu'elle a été produite à Moulins à la fin du XVIIe siècle.

 

Note : problème chronologique pour la deuxième balance, ce qui explique en partie notre réponse incertaine.

 

26 mars 2015
Attachée de conservation d'un musée français

En faisant des recherches sur la balance dont je vous joins deux photos, je suis tombée sur votre site.
Je cherche à la dater et à avoir des informations dessus.
D’après ce que j’ai vu, vous êtes spécialistes de ce type d’objet.
Pouvez-vous m’aider ?

 

     

 

ARCOMA
Je dois, d'abord, rectifier votre assertion : je ne suis pas spécialiste des balances romaines, non plus que des outils de tonnelier... Notre association veut évoquer les métiers, les instruments de mesure, la vie domestique... d'autrefois. Nous sommes des "généralistes", avec pour seule prétention de partager nos collections.
En ce qui concerne les balances romaines, nous avons la chance de posséder quelques pièces intéressantes. Nous en avons tiré l'article que vous avez pu voir, étayé par des documents écrits ou trouvés sur internet.
Nous ne disposons pas de balance en laiton comme la vôtre. Nous pensons, très modestement, compte tenu de la forme de la tête que cette balance date tout au plus de la deuxième moitié du XIXe siècle. Elle est peut-être, même, plus récente. Pour avoir un avis plus sûr, je vous conseille de vous adresser à la "Maison du Patrimoine et de la Mesure" de la Talaudière, petite ville située près de St Etienne. Voici un lien :

                         http://www.mairie-la-talaudiere.fr/index.php/component/content/article/79

Vous trouverez là de vrais spécialistes. Si vous obtenez des renseignements, je vous serais reconnaissant de nous les faire parvenir : c'est le meilleur moyen pour nous d'apprendre.

 

9 juillet 2015
Expert en œuvres d'art

Tout d'abord compliments sur votre site ! En gérant un moi-même, je sais ce que cela représente…
Membre de la SMF, que vous connaissez sans doute, je suis en train de préparer un article sur les "échantilleurs" lyonnais.
Il se trouve que vous présentez deux boulons portant des poinçons lyonnais :

  • l'un aux poinçon PG daté 1789,
  • l'autre présente deux poinçons IP et IEP et date 1761

poinçons d'échantillage des PINGARD père et fils.

Ma simple question : autorisez-vous leur reproduction (avec citation ou non du propriétaire), et avez-vous un fichier informatique de meilleure définition que le document Internet ?

 

ARCOMA
… Pour ce dossier, je n'ai reçu aucune remarque alors même qu'il y a certainement des insuffisances. Votre mail en est la preuve : je n'ai ni la documentation, ni la connaissance pour identifier les poinçons des "PINGARD, père et fils" et de tous les autres. La recherche me prendrait, d'ailleurs, trop de temps, mais je le regrette sincèrement.
    Pour revenir à vos questions, j'accepte très volontiers que vous utilisiez les photographies présentées sur notre site, avec citation du propriétaire. Vous trouverez, en pièces jointes, des photographies de meilleure définition.
   Sans en faire une contre-partie de cette autorisation, je serais heureux d'en savoir un peu plus sur ces échantilleurs par le biais soit d'articles déjà publiés, soit de l'article en préparation. Cela pourrait me permettre de compléter mon dossier, tout en indiquant, bien sûr, mes sources. Par la même occasion, je pourrais mettre votre site dans la liste de nos sites amis. Mais encore une fois, je vous laisse décider.

P.S. : A quoi correspondent les poinçons IP et IEP ?

 

Internaute
Pour répondre déjà à votre question :

  • IP = Jean PINGARD, apparaît comme "échantilleur" à LYON entre 1658 et 1727
  • IEP = Joseph-Emery PINGARD, son fils, """ entre 1728 et 1780

 

2 novembre 2015
Amie

Je suis à la recherche d'un livre sur les balances romaines, dans l'esprit de l'excellent article figurant sur votre site.
Un ami est un peu collectionneur de ces balances dites romaines et pour son anniversaire (80 ans) je voudrais lui faire plaisir en lui offrant un livre sur ses chères balances.
Mais je suis un peu en peine pour trouver cela !
Chou blanc sur le site "boutique des musées" ...

 

ARCOMA
En ce qui concerne votre demande, j'avoue ne pas avoir de réponse précise. Je peux juste vous donner un conseil. Prendre contact avec la Maison du Patrimoine et de la Mesure, à la Talaudière, près de Saint Etienne. Ce petit musée, petit par la taille, grand par les connaissances de ses responsables, a publié une brochure de 50 pages sur "Trois siècles de l'Histoire de la Mesure". Je m'en suis servi pour rédiger mon article. Il n'y a que 3 pages sur les balances romaines, mais ce document est vraiment très intéressant. Dans la bibliographie de cette brochure, il est fait mention du livre de Roger Verdier et M. Heitzler, "Balances, poids et mesures". Ce document comporte 4 volumes (assez chers !). L'un d'entre eux peut traiter plus particulièrement des balances romaines. A confirmer.
Vous pouvez contacter Mme Karine PETEL, responsable du musée, qui pourra, peut-être, vous envoyer la brochure (5€ en 2001 + frais de port) ou vous donner les coordonnées d'un livre traitant du sujet qui intéresse votre ami.
Par téléphone : 04 77 01 06 63   par mail : maisonpatrimoine-mesure@latalaudière.fr

 

3 Serrurerie

20 mai 2015
Propriétaire

J'habite dans une vieille ferme lauragaise du XVIII eme siècle dans la région de Toulouse.
Je suis à la recherche d'une clé en forme du chiffre 2 pour une partie de mon habitation que je désire mettre en location et que j'aimerais du coup pouvoir verrouiller.
Je suis tombée sur votre site.
Pouvez-vous m'aider dans mes recherches et me dire où est-ce que je peux retrouver cette clé ou la faire refaire ?

 

ARCOMA
Très sincèrement, il m'est difficile de vous répondre. Cherchez dans les pages jaunes les adresses des serruriers et contactez ceux qui ne sont pas trop "industriels". Il peut y avoir encore quelques artisans passionnés par leur métier, capables de forger de telles clefs. Vous pouvez, peut-être, trouver dans une brocante ou un vide-grenier soit une clef en "2", soit une grosse clef de ferme qu'un artisan pourra modifier. A mon avis, il faut trouver un professionnel sur place pour qu'il puisse voir votre serrure avant toute chose.
Je pense à une autre possibilité : eBay ou Le Bon Coin. Il y a beaucoup de propositions.

Note : ce genre de question est revenu régulièrement. Nous pensons que le meilleur moyen est de s'adresser à un artisan local, serrurier avant tout, forgeron d'art. Le plus sûr, mais pas toujours facile à trouver : un compagnon du devoir ou un MOF. Nous ne sommes pas en relation avec de tels artisans sur tout le territoire français.

 

4 Santé et hygiène

24 octobre 2015
Collectionneur

Je viens d'acquérir cet objet "Véritable le parfait déposé injecteur perfectionné" à piston
Grâce à vous je sais ce que c'est merci à vous
[voir notre article sur la Gynécologie].
Mais pouvez-vous me dire combien il vaut?

 

ARCOMA
Je n'ai pas de valeur précise pour le nôtre qui a été acheté dans un lot. Il y en a 2 à vendre sur eBay : 15€ les deux, mais ils ne semblent pas être en très bon état. Sur le bon coin, il y en a également un à 60€, avec sa boîte. A mon avis, il n'est pas encore vendu car ce n'est pas un objet très rare ! Comme toujours, cela dépend de l'offre et de la demande. Je dirai entre 20 et 30€.

 

16 novembre 2015
Médecin

Je suis médecin et j'écris bénévolement, quelques articles d'histoire de la médecine, pour une revue gratuite, sur Internet.

                                                    http://clystere.pagesperso-orange.fr/

Je souhaiterai avoir l'autorisation gracieuse de reproduire une ou deux images de votre site, en en citant bien sûr l'origine.

 

ARCOMA
Pour répondre à votre demande, je vous autorise à copier quelques photographies. Si cela peut vous aider, je peux vous en envoyer avec une meilleure définition si vous me précisez celles qui vous intéressent.

 

Internaute
A charge de revanche, je vous fais passer des photos de tabouret à Clystère que j'ai scanné depuis le livre édité par le Musée Dauphinois de Grenoble: Marianne Clerc. Hache Ebénistes à Grenoble. Glénat, Grenoble, 1997, p 66.
Celui qui de Pierre Hache est un clystère de voyage, démontable. Il n'est pas estampillé.
Celui de Jean François (Petit fils du précédent) est estampillé, mais n'est pas démontable.
Ces deux objets sont dans des collections particulières.
Sur le même livre, la page 65 parle des bidets et d'un siège d'aisance.

Si vous souhaitiez faire authentifier votre clystère, vous pourriez contacter le conservateur du Musée Dauphinois. Tout ce qui est Hache, est très recherché et malgré tout assez rare. Cette année pour la première fois depuis longtemps j'ai vu à la vente deux pièces Hache : Un bureau Mazarin superbe, chez un antiquaire du midi. Un petit secrétaire, acheté aux enchères de Chambéry par un de mes amis pour le prix d'une belle voiture.

 

ARCOMA
En voyant les clystères présentés par le Musée Dauphinois de Grenoble, j'ai quelques doutes pour le mien, à cause du piètement. Si je trouve le temps (le site m'occupe beaucoup), je contacterai le conservateur du musée et vous tiendrai au courant.

 

5 Vie domestique

16 JUIN 2015
Collectionneur

Je possède un outil pour casser les morceaux de sucre, mais surtout je cherche un endroit ou un site où acheter un vrai pain de sucre; pouvez-vous me renseigner à ce sujet.
Pour info, à propos d'outils, sur des vide-greniers en Angleterre, j'ai vu de ces pinces à casser le sucre, assez semblables à celles que vous montrez, mais au lieu d'être coupantes, en forme de micro hachettes, la partie active était un triangle dont une pointe était la partie active.

 

ARCOMA
Je n'ai malheureusement pas de réponse à vous donner. En allant dans Google, avec la demande "Pain de sucre à vendre", il y a une rubrique "Images correspondant à pain de sucre à vendre". Il y a beaucoup de photographies parasites, comme d'habitude. J'en ai trouvé une avec le lien suivant :               

                 http://www.espaceagro.com/produits-sucres/sucre-incumsa-45_i130778.html

Cette entreprise marocaine a peut-être un importateur en France.

 

6 Lampes chemins de fer

15 juillet 2015
Ancien cadre

Notre société « Nexter Munitions » est en cours de rédaction d’un livre historique sur le site de La Chapelle Saint Ursin. Cet établissement munitionnaire était auparavant dirigé par la société Luchaire. Avant de travailler dans l’armement monsieur Henri Luchaire était fabricant de lampes comme par exemple la lampe SNCF décrite sur votre site « Arcoma ». Or, nous souhaiterions insérer dans notre livre une photo de cette lampe. Nous vous sollicitons donc sur le point suivant :
Accepteriez-vous que nous puissions insérer dans notre livre la photo décrite ci-avant ?

ARCOMA
C'est avec grand plaisir que je vous donne l'autorisation demandée. Vous trouverez, en pièces jointes, les photographies originales présentant une meilleure définition.
Sans en faire une contre-partie, je souhaiterais quelques renseignements sur l'entreprise H. Luchaire. Ils pourraient compléter la présentation de cette lampe, avec, si vous le souhaitez, mention de l'origine du texte transmis. Toute publicité pour notre site sera, aussi, la bienvenue. Mais encore une fois, je vous laisse seul juge.

 

Internaute
Notre livre est axé sur l'armement et de ce fait nous n'avons pas beaucoup développé sur les lampes. Voilà toutefois, ci-après, ce que nous avons rédigé sur ce sujet :

"L’origine de l’entreprise Luchaire date de 1720 mais son essor débute à la fin du 19ème siècle et n’a rien à voir avec les munitions mais avec des lampes !!

Léon Luchaire né le 15 juin 1830 à Paris débute sa carrière dans les chemins de fer comme inspecteur de l’éclairage. Ayant pour mission d’améliorer à moindre coût les appareils d’éclairage en usage, il adopte l’éclairage aux huiles minérales dans les chemins de fer. Il fait également des perfectionnements sur les falots de machines et sur les lanternes à signaux. Il se fait remarquer par monsieur Blazy (ferblantier, négociant) qui le prend comme associé en 1859 dans la fabrique Blazy-Luchaire située rue Galande à Paris. (Nota : Léon épousa la fille de Mr Blazy)

Le pétrole pour les lampes vient de faire son apparition et Léon invente divers brûleurs, solides et simples, dont celui à bec rivé à charnière qui était toujours utilisé à la fin du 19ème siècle sur beaucoup de lignes de chemin de fer françaises et étrangères.

Il crée également des falots à pétrole et des lampes à bec rond pour l’éclairage des voitures des trains. Son succès est tel pour la fabrication des lampes et des becs à pétrole qu’en 1864 il déménage pour s’installer dans une usine plus grande rue Erard à Paris. En 1867, il vole de ses propres ailes pour devenir la société Luchaire.

Les articles qu’il fabrique sont des appareils d’éclairage, des lampes et des lanternes pour phares. Ses clients sont :

  • La Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) pour les lampes mais également pour le chauffage des voitures et les récipients et barils de tous genres,
  • La Marine pour les appareils d’éclairage, les lampes, les becs à plusieurs mèches et les becs à mèches concentriques pour les phares,
  • Le ministère de la Guerre,
  • Les administrations,
  • Certaines villes et communes comme par exemple la ville de Dun-sur-Auron (ville du Cher connue par les employés Nexter) qui équipe son éclairage public de lampes à pétrole Luchaire en juin 1895.

Léon dépose en 1886 un brevet concernant un réverbère à courant d'air ascendant brûlant sans verre cheminée.

Son rayonnement dépasse les frontières et il exporte ses appareils (lampes, becs,…) dans différents pays : Angleterre, Turquie, Espagne, Brésil, Roumanie, Siam, Amérique du sud, Portugal.

Léon Luchaire est fait chevalier de la légion d’honneur le 20 Octobre 1889. Il meurt dix ans plus tard.

Son fils Henri Luchaire, né le 13 septembre 1861 à Paris, poursuit l’activité sur les appareils d’éclairage et agrandit l’entreprise en 1913 en s’installant rue de La Chapelle à Saint-Ouen pour fabriquer des projecteurs de guerre et de marine : phares, bouées, balises.

En 1910, Henri Luchaire met au point un appareil d'éclairage par la vapeur de pétrole pour équiper les phares. Au début du 20ème siècle, Henri s’adapte aux nouvelles technologies en déposant des brevets sur des lanternes électriques.

L’usine de Saint-Ouen est agrandie en 1930 par Maurice Luchaire, fils de Henri Luchaire suite à la reprise des établissements Baysselange et Munie pour y réaliser diverses activités : chaudronnerie, tôlerie, emboutissage, construction mécanique, installations urbaines, caoutchouc."

 

13 octobre 2015
Héritier

Bonjour je possède cette lampe et j'aimerais savoir d'où elle vient, son histoire et peut-être sa valeur si vous savez, il est inscrit établissement A.BUTIN PARIS en bas du S.N.C.F

 

       

 

ARCOMA
Première mise au point, nous sommes des "généralistes", donc nous ne connaissons pas dans le détail ce dont nous parlons. Nous disposons d'une bibliothèque qui nous permet de préciser certains points. Il faut savoir que même les livres spécialisés contiennent des erreurs. Cela m'a valu quelques controverses (bourrelier)...

En ce qui concerne votre lanterne, on peut dire qu'elle est postérieure au 1er janvier 1938, date de création de la S.N.C.F. Elle ressemble à celle de Dehail et Grenier que nous présentons, mais la vôtre est en meilleur état. Lanterne de passage à niveau ou de service de la voie ou encore de secours. Selon moi, hormis ses possibles fonctions, il est impossible de connaître son histoire, où elle a été utilisée.

La société Butin a fabriqué de très nombreuses lanternes. Pour son histoire, reportez-vous à Google. A la fin de notre article, nous proposons deux liens qui peuvent vous faire découvrir cette entreprise. Quant au prix de cette lanterne, cela est toujours difficile à dire. Vous pouvez aller sur eBay, rechercher "lanterne chemin de fer". Vous verrez qu'il y en a une actuellement qui est la copie conforme de la vôtre, mais en mauvais état. Elle est mise à prix à 12€. Je pense que la vôtre peut se négocier entre 50 et 80€. A mon avis, ce n'est pas une pièce très rare, mais qui est intéressante du fait de son état. Et comme toujours, tout dépend de l'offre et de la demande...

 

19 novembre 2015
Passionné par les trains

En pièce jointe vous avez des photos d'un bidon et d'une lanterne. Pourriez-vous avoir l'amabilité de me dire à quoi servait ce bidon, de quelle année est-il et quelle région de France on le trouvait.
Pour ce qui est de la lanterne, est-ce de la SNCF, elle servait à quoi, de quelle année est-elle, à quelle région elle appartenait. Il manque quelque chose dans le rectangle de droite de la lanterne, y avait-il une vitre ? De quelle couleur, à la place il avait mis un bout de calendrier de 1932, découpé à la dimension.
A votre avis, je les laisse dans cet état, ou je les nettoie pour les repeindre ?
Si oui, de quelle couleur été le bidon, et la lanterne ? Couleur mat, brillant ?

 

     





 

 

ARCOMA
Avant tout, je dois vous dire que je suis un "généraliste" de ce que je présente. Je suis donc loin de tout savoir dans tous les domaines. En conséquence, je ne m'aventure pas à affirmer ce dont je ne suis pas sûr.
C'est le cas pour le bidon estampillé SNCF. Il aurait été intéressant d'avoir les dimensions. Il a pu contenir de l'huile ou du pétrole pour nourrir les lampes des cheminots. Le marquage "SNCF" montre qu'il est postérieur au 1er janvier 1938, date de création de la SNCF. On a sans doute pu le trouver sur tout le réseau. Je ne peux rien en dire de plus.
Quant à la lanterne, elle devait équiper un camion, dans les années 1920. A huile ou à pétrole. La vitre manquante était sans doute incolore. Pour ce qui est de la restauration, tout dépend du collectionneur. Je vais rédiger un article d'ici la fin de l'année sur les lanternes des véhicules hippomobiles. A condition, toutefois, que je puisse trouver le temps pour les remettre en état. Je pense à l'une d'entre elles qui est un peu attaquée, comme la vôtre. Je vais juste enlever les aspérités (rouille) et la passer au Rustol dilué au 1/3 dans du White-Spirit. Après séchage, elle sera légèrement noire et un peu brillante. Vous pouvez, bien sûr, la peindre. Noir brillant ou mat !? Je penche pour le mat, mais j'avoue m'être posé la question. Ces lanternes ont 100 ans. La peinture s'est oxydée. A noter aussi que l'on trouve dans les livres spécialisés de l'époque la mention "tôle émaillée noir" ou "vernie noir"... Après, c'est une question de goût. Peut-être faudrait-il trouver de meilleurs spécialistes, dans des musées. Si vous avez des précisions, tenez-moi au courant !

En pièce jointe, vous trouverez une lanterne très proche de la vôtre. Les quatre faces seront visibles dans l'article du site.

 

7 Divers

3 avril 2015
Collectionneur

Pouvez-vous me dire à quoi sert cet outil, et son utilisation ?

 

   

 

 

ARCOMA
Il s'agit d'une pince à cintrer les tubes Bergman qui servaient de gaine pour les câbles électriques. Ces tubes sont en carton goudronné, recouvert d'une feuille d'aluminium. Interdits aujourd'hui, je pense.

 

27 avril 2015
Service Archives et Musée

Je me permets de revenir vers vous car j’ai encore un outil mystère. Il s’agit d’un fer auquel il manque un manche.
Vous trouverez des photos  de cet outil en pièces jointes.

 

         

 

ARCOMA
Je n'ai pas d'outil équivalent. A priori, je n'en ai pas vu, non plus, dans les livres spécialisés. Il semble qu'il y ait deux tranchants latéraux, ce qui en ferait un racloir, vraisemblablement pour un métier du bois. Je ne veux pas en dire plus. Je dois déposer dans le Forum des outils anciens quelques photos d'outils qui me posent des problèmes. Je mettrai le vôtre avec les miens et je vous tiendrai au courant.

 

Internaute
Vous avez le même sentiment que moi car je pense aussi à un outil pour travailler le bois.
Il me fait penser à une grande rouanne ou à un grand boutoir de sabotier mais sans être ni l’un ni l’autre !

 

ARCOMA
J'ai présenté votre outil sur le forum. Voici le lien :

                        http://www.forum-outils-anciens.com/t8536-Plusieurs-interrogations.htm

Pour l'instant, il n'y a que deux réponses pour l'ensemble de mes demandes. Il faut y retourner régulièrement pour avoir, éventuellement, d'autres réponses [Pas  de suite].
Il peut, effectivement, s'agir d'un affleuroir de tonnelier. J'en ai présenté un sur notre site, aux formes plus arrondies et plus habituelles. On en trouve un similaire au vôtre dans le Glossaire de R. Verdier. Seul l'emmanchement diffère, mais pourquoi pas ?

 

14 mai 2015
Collectionneur

Ayant échangé avec vous lors de la brocante de Pont Salomon, je parcours régulièrement votre site pour voir vos mises à jour. Je me permets de vous contacter afin de vous soumettre un objet dont je ne connais pas l'utilisation.

 

         

 

ARCOMA
En ce qui concerne l'objet présenté, je ne peux vous répondre avec certitude ; je préfère donc m'abstenir : je suis loin, très loin de tout connaître. Il existe un forum sur les outils anciens auquel participe nombre de collectionneurs, d'artisans, de passionnés. Il vous est possible de vous inscrire (c'est gratuit) et de présenter votre objet pour le faire identifier.
De mon côté, je vais chercher dans ma documentation, mais j'avoue ne pas avoir le souvenir de l'avoir déjà vu.

 

Internaute
Comme vous me l'aviez conseillé, je me suis inscrit sur le site que je trouve très intéressant. J'ai posé mon énigme et il semblerait que l'usage de mon outil ait été découvert. Il s'agirait d'un tamis pour bac à désoperculer d'apiculteur.

 

12 juin 2015
Service Archives et Musée

Les découvertes de notre musée sont nombreuses et j’ai encore besoin de votre aide.
Comme vous verrez sur la photo, j’ai un objet en forme de crochet large avec un manche en bois court que je ne parviens pas à identifier. Il était pourtant accompagné de la notice suivante « crochet de moissonneur ».
Or, je suis sceptique sur la véracité de cette notice car cela ne ressemble pas aux crochets de moissonneur que j’ai vu sur le net.

 

     

 

ARCOMA
Comme je vous l'avais dit, j'ai présenté votre outil sur le forum. Je viens de recevoir une réponse sur le mail de notre association. J'aurais préféré qu'elle apparaisse sur le forum ce qui aurait pu donner lieu à des échanges contradictoires. La réponse est donc "cure-pied de cavalier". Possible, mais, peut-être à confirmer.

 

24 août 2015
Héritier

Je me permets de venir vers vous car j'ai hérité de mes parents d'une varlope et je ne sais pas trop de quand elle date...
Je vois bien sur la lame "Peugeot et cie", avec le logo du Moulin, mais je n'arrive pas trop à lire les inscriptions qui sont notées sur la semelle, je lis qq chose comme "Au corbier"(?) et "Veuve Aslon" (?). Je vous joins des photos

 

   












 





 

 

ARCOMA
Un premier indice, tout de même : la société Peugeot et Cie a été créée en 1894 et a produit des outils jusqu'en 1936, environ. "Au corbier" pourrait être "en cormier", bois utilisé dans la fabrication des rabots dans certaines régions de France. Je suis étonné, également, que ces inscriptions figurent sur la semelle.

Pour le fer Peugeot, les dates avancées sont bien les bonnes, entre 1894 et 1936.

Pour le rabot, voici ce que j'ai trouvé : "Vers 1880 (en fait, en 1876), Victor (en fait, Louis) Gisclon (et non Veuve Aslon) crée une petite fabrique d'outils portant le nom "Au Sorbier". Il travaille avec deux employés et seulement une perceuse comme outillage mécanique. Il travaille beaucoup sur commande, souvent pour les carrossiers, nombreux dans la région (Lyon). En 1924, l'affaire est rachetée par Louis Denuzière. Elle passe aux mains de son fils Claude alors âgé de seulement 16 ans. Elle est dirigée depuis les années 1980 par la troisième génération en la personne de Georges-Henri Denuzière. Les derniers rabots sont sortis des ateliers en 1984, et l'entreprise vend maintenant ses autres outils depuis son nouveau site de la banlieue lyonnaise sous la marque Outifrance".

Reste à savoir si l'appellation "Au Sorbier" a perduré avec les Denuzière, ou a disparu en 1924, ou en 1984. Vous pouvez contacter Outifrance qui pourra, peut-être vous donner cette précision (le lien : http://www.outifrance.com/index.php?page=21
 En  ce  qui  concerne la varlope, elle me fait penser à une varlope d'encadreur. Savez-vous ce qu'en faisait son propriétaire ?

 

Internaute
Que veut dire "varlope d'encadreur"??? Pouvez-vous dire si elle a une petite valeur ?

 

ARCOMA
Une varlope d'encadreur est un rabot qui permet d'ajuster d'onglet les moulures coupées à la scie pour que celles-ci s'ajustent avec précision et forment, ainsi, un cadre parfait. Le rabot est utilisé semelle verticale. Le fer est souvent large, la semelle peut être garnie d'acier. La poignée est située sur le flanc gauche. Le rabot glisse sur un support, un sommier, sur lequel des cales permettent de bloquer les moulures avant de les traiter.
Votre varlope présente donc quelques caractéristiques de ce type de rabot. Par contre, il manque ce fameux sommier. Par ailleurs, il semble qu'elle soit assez grande, mais, là, tout dépend de la taille des moulures à raboter. Vous trouverez, en pièce jointe, la photographie d'une varlope DOUBLE avec son sommier et deux fers.
Quant au fait de savoir si l'objet est intéressant, il l'est dans la mesure où il provient de la famille. Il faudrait en savoir plus... Sur un plan financier, c'est un autre problème. Cette varlope est en bon état, mais isolée (pas de sommier). Le prix n'est donc, à mon humble avis, pas très important. Une varlope basique se négocie de 5 à 10 €.

 

 

18 septembre 2015
Découvreur

J'ai trouvé une tête de hache je me demandais quelle pouvait en être son utilisation ? C'est le plus gros objet de la photo!
Il y a aussi un cercle en métal de tonneau à proximité.

 

   

 

ARCOMA
Difficile d'être certain compte tenu de l'état de cette hache. Je pense, tout de même qu'il s'agit d'un coupe-marc, éventuellement d'un taille-pré. Daniel Boucard présente, aussi, une forme atypique de hache de charpentier qui ressemble à la vôtre. Mais, a priori, cela correspond plutôt à la première hypothèse.

 

24 novembre 2015
Industriel

Je me permets de vous contactez car je suis à la recherche d’une bigorne à équerre.
Pouvez-vous me dire si vous êtes dans la capacité de me fournir ce matériel ?

 

ARCOMA
Note : nous recevons régulièrement des demandes de vente de nos matériels. Tous les objets dont nous disposons sont anciens. Nous les collectons pour créer un musée. En cas d'échec, ceux qui appartiennent aux collectionneurs pourront être mis sur le marché. Ceux qui appartiennent à l'association seront donnés à des musées existants.

 

24 décembre 2015
Collectionneur

J'ai trouvé dernièrement dans mon garage un outil de mesure, et j'ai vraiment aucune idée de l'utilité de ce "pendule". Auriez-vous des informations concernant cet outil ?

 

   

 

ARCOMA
Je suis désolé de ne pas vous avoir répondu plus vite : fêtes obligent ! A vrai dire, je n'ai aucune idée à vous proposer quant à l'utilité de cet objet. Je ne peux que vous suggérer de présenter les photos sur le forum des outils anciens, dans la rubrique "Vous avez un problème d'identification d'outil".

                                                   http://www.forum-outils-anciens.com/index.php

Il suffit de vous inscrire (c'est gratuit), de vous présenter (c'est fortement conseillé !), puis de présenter l'objet inconnu. Il y a là de vrais connaisseurs.

 

Nous sommes arrivés au terme de ce premier chapitre des échanges que nous avons eus avec vous en 2015. On ne peut que s'en réjouir, d'autant que le site n'en est alors qu'à ses débuts. Nous sommes loin d'avoir su répondre à toutes vos questions, mais nous avons toujours donné suite à vos mails, le plus souvent dans les 24 heures. Si certains d'entre vous étaient des collectionneurs comme nous, d'autres étaient de vrais spécialistes : nous les remercions sincèrement pour leur contribution.

Prochainement, nous verrons les échanges de l'année 2016 dans un nouveau chapitre.

 

 

FIN

                                                                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOS CONSEILS

 

VOS QUESTIONS  -  NOS RÉPONSES

 

ANNÉE 2016

 

Les mails sont de plus en plus nombreux. Notre site semble intéresser des collectionneurs, mais aussi des responsables de musées, d'associations d'histoire. Des demandes ou des propositions particulières apparaissent : proposition d'un poste de tanneur, de services pour rentabiliser notre site (spam ?), recherche de fabricant d'épée du XIIe siècle…

Nous allons reprendre le plan de l'article 2015, avec suppression ou ajout éventuel de nouveaux paragraphes :

1 Corrections – Informations complémentaires

2 Balances romaines et autres

3 Serrurerie

4 Santé et hygiène

5 Vie domestique

6 Lampes de chemin de fer

7 Divers

 

1 Corrections – Informations complémentaires

12 mars 2016
Collectionneur très connaisseur (forum)

Attention, un des outils présenté  (image en pièce jointe) pourrait être un gratte billot utilisé par les bouchers, et non une étire  comme indiqué en raison de la forme des poignées et de l'épaisseur du fer et de sa forme courbe.

   

 

ARCOMA
En ce qui concerne cet outil considéré comme une étire, je l'ai trouvé dans le livre de D.B., "Les outils taillants", page 201, n° 615. Du fait qu'il s'agit d'un dessin, il est impossible de voir l'épaisseur de la lame qui présente une certaine courbure. La forme des poignées est identique. Elles semblent un peu plus longues que celles de l'outil que je présente. Dans le doute, je vais rajouter dans le texte une phrase montrant que cet outil peut être également un gratte-billot de boucher. Cela pourra, peut-être faire, réagir d'autres internautes.

 

30 mai 2016
Collectionneur

Merci pour la qualité de votre site. Espérant vous être utile, je tenais à vous indiquer, que la bisaiguë Compain (n°2 sur la page charpentier) a très probablement été forgée au Mans au tournant du XIXe/XXe.
Au lieu de "vaxe" il faut lire au Mans. Le nom de Compain, toujours porté en Sarthe, apparait dans l'annuaire des artisans et commerçants du Mans au début XXe.

 

     

 

ARCOMA
Et doublement merci : d'abord, de vous intéresser à notre site, ensuite de faire cette remarque. L'absence de forum limite nos échanges avec les internautes. Cela est bien dommage. N'étant pas un spécialiste de tous ces métiers, il m'est difficile parfois d'être très précis. J'ai eu déjà quelques remarques, le plus souvent très courtoises, rarement assez "brutales", même si, en particulier dans le cas du bourrelier, une discussion s'en est suivie donnant lieu à un échange passionnant et à des modifications de l'un de mes articles.
J'ai agrandi la photo de la bisaiguë dont vous me parlez. J'avoue avoir des difficultés à lire "MANS" : la gravure est très altérée, mais je vous crois volontiers. Je modifie mon article en reprenant une partie de votre mail comme je l'ai déjà fait par ailleurs.

 

Internaute
Par ailleurs vous connaissez le forum outils anciens où je suis assez bavard sous le pseudo de floyd. Voici la page qui résume ce que Billman et moi avions trouvé sur les sieurs Compain taillandiers manceaux :

http://www.forum-outils-anciens.com/t1905-Mes-serpes.htm?start=15#p9608

 

21 octobre 2016
Artisan ou collectionneur

J'ai découvert votre site par hasard lors d'une recherche internet. Sur la page des outils de charpentier à la rubrique bédane vous montrez un bédane en croix et à mon avis sa description est erronée. Ce bédane servait surtout à faire des avants trous dans des poutres ou planches pour le passage de gros clous forgés et la croix servait de surface de frappe pour le marteau pour désengager le ciseau. Je pense que cet outil était utilisé par des charpentiers de marine. La surface sous la croix devrait porter des traces de frappe.

 

   

 

ARCOMA
Et merci pour votre intervention. A plusieurs occasions, j'ai demandé et demanderai encore des précisions sur l'utilisation d'objets ou d'outils. Mes connaissances sont essentiellement livresques et les livres, même spécialisés, ne fournissent pas toujours des informations exactes. Je vais reprendre l'article et ajouterai vos remarques.

 

17 décembre 2016
Collectionneur, spécialiste des serpes

La marque inconnue d’un rasoir sur une hache est celle de Meunier et Romet, la Tour du Pin…

 

         

 

 

Note : cette information a été ajoutée dans l'article consacré aux cognées du bûcheron.

 

 

2 Balances romaines et autres

23 mai 2016
Chineur

Le WE dernier, à l’occasion d’un vide-grenier j’ai pu faire l’acquisition d’une balance de marque CHENAT. Bien que brocanteur, le vendeur n’a pas pu me fournir d’informations précises sur les origines de cette balance. Selon lui, il pourrait s’agir d’une balance de pharmacien servant à la réalisation des préparations ?

En cherchant sur Internet, j’ai trouvé un modèle similaire du même fabricant, qui servait à évaluer l’humidité du tabac. Cependant le plateau, la graduation et l’aiguille sont différentes de la nôtre, bien que du même fabricant.

Votre site étant assez complet sur la question, j’aimerai savoir si vous pourriez m’apporter plus de précisions sur cette balance et/ou son fabricant.

Je cherche également à savoir si elle est complète car il semble manquer un poids au-dessus de l’axe ? De même, il semble également qu’il pourrait manquer un élément sur la gauche de la base car il y a un orifice (prévu pour un niveau ?).

La graduation du cadran de notre balance est assez étrange car il débute à 278 g  pour se terminer à 299 g avec un pas de 0,1 g.

 

 

   

 

ARCOMA
Pour être franc, je ne connais absolument pas  ce type de balance. Notre association est "généraliste". Il nous est donc impossible de tout savoir. Par contre, j'ai trouvé un lien dans lequel on retrouve votre balance. Celle qui est présentée est à vendre, avec plusieurs photos, un descriptif succinct. Son propriétaire est antiquaire. Peut-être pourrait-il vous donner des renseignements plus précis ? Il vend également cette balance sur "Le Bon Coin".
Le lien : [le lien donné à cette époque n'est plus valable et, surtout, semble contaminé par un virus].

 

22 septembre 2016
Chercheur de métaux (?) et secrétaire d'une Société d'Histoire

Félicitation pour votre site de grande qualité !
Mardi dernier nous avons trouvé en forêt de Meudon (92) un ancien peson de balance romaine. Il est mauvais état mais complet. Sa forme est curieuse et je ne l'ai pas vu sur les pages de votre site.

http://www.arcoma.fr/instrument-de-mesure/97-instruments-de-mesure/mesure-des-masses/148-balances-romaines-1

 

ARCOMA
Comme vous avez pu le constater, nous sommes des "généralistes". Nous sommes donc loin de tout savoir sur tout. Mais je regarderai avec plaisir la photo de ce peson. Si je ne peux vous donner des renseignements, je vous indiquerai les coordonnées d'un musée de notre région qui présente des instruments de poids et mesures. Ils sont beaucoup plus compétents que moi en ce domaine.

Internaute
Il pèse 88 g. Le diamètre du cylindre est 57 mm, l'épaisseur 13 mm. La plus grande longueur mesure 89 mm. Le cylindre est en partie creux...

     

 

ARCOMA
Très sincèrement, je n'ai aucune idée sur la nature de cet objet. Son état rend difficile toute interprétation. Est-ce vraiment un peson ? Je ne saurais le dire.

[Et quelques jours plus tard]
J'ai, peut-être, une réponse à votre question. En feuilletant un livre sur des outils et instruments exceptionnels, je suis tombé sur la photo d'une balance à bras égaux qui se terminent par une pièce qui ressemble fort à celle que vous m'avez montrée.

     

 

 

26 septembre 2016
Collectionneur

Je voudrais connaître  à qui correspond les initiales des poids. Exemple: C.T correspond à Charles Testut. J'ignore les autres. Les connaissez-vous?

ARCOMA
Je ne connais pas les noms correspondant aux initiales. Vous pouvez vous adresser à la Maison du Patrimoine et de la Mesure, près de Saint-Etienne. Vous devriez obtenir ce renseignement auprès de ce musée. Si vous avez une réponse intéressante, je vous serais reconnaissant de m'en faire part.

                                 Adresse e-mail    : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

19 octobre 2016
Collectionneur

CETTE BALANCE ROMAINE SEMBLE NORMALE MAIS A QUOI SERT CE GENRE D'ENTONNOIR ?

 

   

 

ARCOMA
Effectivement, cet entonnoir est curieux. Il semble que la partie basse soit obstruée par un bouchon amovible (difficile à voir sur la photo). Le chiffre de 5,4 kg peut correspondre à la tare (le poids de l'entonnoir). Le tout peut recevoir du grain (par exemple). Lorsque la balance est à l'équilibre pour 10 kg (toujours par exemple), cela veut dire que l'on a 10 - 5,4 = 4,6 kg de grains. On ouvre le bouchon et les 4,6 kg de grains sont recueillis dans un sac... Cela n'est qu'une hypothèse. J'avoue n'avoir jamais vu un tel ensemble.

 

25 décembre 2016
Collectionneur

Je pense détenir un peson mais je ne suis pas sûr de son origine. Il est dévissable et je ne vois aucune inscription. Pouvez-vous m'éclairer ?

 

     

 

ARCOMA
… Je peux seulement vous dire ce que m'inspire d'emblée l'objet que vous me présentez. Il est difficile d'envisager un peson dévissable car on pourrait, en rajoutant de l'eau ou n'importe quoi, en modifier le poids et donc fausser les mesures. Par ailleurs, le peson est habituellement muni d'un anneau qui permet de le faire glisser sur le fléau. Le bouton de préhension de  votre objet comporte plusieurs petits trous : je n'en vois pas l'utilité pour un peson. Je pense donc qu'il ne s'agit pas d'un peson de balance romaine, sans toutefois être capable de vous dire à quoi sert cet objet.  Toujours curieux d'en savoir plus, je vous serai reconnaissant de me dire ce que d'autres personnes plus compétentes que moi pourraient vous dire.

Internaute
Après enquête, je pense qu'il s'agit d'une partie d'un fil à plomb de charpentier du XIXe siècle, où il manquerait le contrepoids pointu, le trou étant un pas de visse.

 

3 Serrurerie

23 août 2016
Héritier

Je viens de parcourir votre site et vous devez vous y connaitre en ce qui concerne les clefs. Voilà pourquoi je me retourne vers vous pour une identification de clef.
… Pour la clef, elle est dans la famille depuis un bon bout de temps et elle a été trouvée en Dordogne dans une vieille forge. Je viens de lui passer un coup de brosse car elle commençait à se couvrir de fleur de rouille.

 

     
                                                                                                                (reçue ultérieurement)  

 

ARCOMA
D'abord, et encore une fois, je ne suis pas un spécialiste. En recherchant dans ma documentation, j'ai trouvé, tout de même, avec une quasi-certitude qu'il s'agit d'une "clef dite vénitienne" (voir Google), utilisée pour un coffre-fort (il aurait été intéressant d'en avoir les dimensions). La tige semble forée en trèfle (une photo montrant cette ouverture de la clef, aurait, là aussi, été intéressante). Quant à son ancienneté, on peut penser qu'elle date du XVIIe ou début du XVIIIe siècle : je ne suis pas un expert ! C'est, en tout cas, une très belle pièce.

 

4 Santé et hygiène

20 mars 2016
Chineur

J'ai acheté ce matin ce microscope!! Vide grenier.  A votre avis, quelle époque. C'est un Weitzlar ! Ça fonctionne, mais image sombre. Est-ce qu' il est complet ??

 

   

 

ARCOMA
Avant tout, je tiens à préciser que je ne suis pas un spécialiste des microscopes, pas plus que des outils de tonnelier... Je vous donne mon avis qui mérite certainement d'être confirmé. Je pense qu'il ne s'agit pas d'un microscope, mais d'une loupe. Il n'y a aucun système d'éclairage (d'où une image sombre), aucun porte-lame éclairé par dessous, pas de miroir, pas de déplacement latéral possible... On peut juste faire monter ou descendre la colonne qui supporte les objectifs pour mettre au point. A propos des objectifs, ils doivent comporter un chiffre qui donne leur pouvoir de grossissement. Quant à la datation, il faudrait un catalogue de la marque pour être sûr : entre 1940 et 1955 ? Mais sincèrement, je l'ignore. Je ne peux guère vous en dire plus. J'ai trouvé ce lien qui vous permettra, peut-être, d'en savoir plus :

                                            http://www.lenaturaliste.net/forum/viewtopic.php?f=57&t=951

 

30 mars 2016
Collectionneur

Avez-vous une idée de la fonction de cet outil ?

 

   

 

ARCOMA
… Pour ce qui est de cet outil, je n'ai pas de réponse à vous donner. Il semble être relativement récent. Il serait intéressant de me dire ce qui est écrit sur les poignées.

 

Internaute
… j'ai trouvé la réponse par ailleurs. Il s'agit d'un cranioclaste. 

 

7 Divers

12 février 2016
Président d'une Société d'Histoire

Je me permets de vous contacter pour vous soumettre la photo ci-jointe d'armoiries figurant sur un tableau (Descente de croix) du XVIIe siècle...
Il s'agit manifestement d'un outillage qui forme les armoiries d'une corporation qui devait avoir sa chapelle dans l'église où était le tableau. On croit reconnaître l'église de La Platière à Lyon sur le tableau lui-même. En identifiant l'objet, on pourrait retrouver l'origine (tous les tableaux ont été changés d'emplacement lors de la Révolution).
Les historiens de l'art ont séché jusqu'à présent. L'objet le plus proche serait le fuseau, pour la laine, avec le même axe, bobine, et crochet. Si vous avez une idée...

 

     

 

ARCOMA
… En ce qui concerne l'outil représenté sur ce tableau, je ne peux guère vous répondre. Il serait intéressant d'avoir d'autres photos permettant de voir davantage l'environnement de cet outil  et pas seulement l'outil. Mais il n'est pas dit que je puisse répondre à votre question. Si vous le souhaitez, vous pouvez me faire parvenir d'autres photos avec une définition un peu plus importante (autour de 300 Ko). Je pourrais les présenter sur un site, le Forum des outils anciens. Il y a de vrais experts. Vous pouvez vous y rendre vous-même (lien sur notre site : Association - Sites Amis) et les déposer dans la rubrique "Vous avez un problème d'identification d'outil ?"

... Suivant votre autorisation, j'ai présenté la photographie sur le forum des outils anciens. Pour l'instant, il n'y a que deux réactions. Je vous les laisse découvrir avec ce lien :

http://www.forum-outils-anciens.com/t9995-Identification-d-outil-sur-tableau-du-XVIIe-si-cle.htm

Peut-être y aura-t-il d'autres réponses ? A suivre donc régulièrement sur ce même lien.

 

Note : d'après les membres du forum, il ne s'agirait pas d'outils, mais de lanternes de procession. Sans faire de publicité pour ce site, eBay propose de nombreuses lanternes de ce type : cela donne une idée de la forme de ces lanternes, à rapprocher des "objets" observés sur le tableau du XVIIe siècle. Nous retenons cette idée de "lanternes de procession". Merci au Forum.

 

16 février 2016
Service Archives et Musée

Décidément, les outils mystères se succèdent dans notre petit musée. Cette fois, l’outil que je vous propose me parait appartenir à la famille des tenailles ou des pinces. Il est estampillé de la marque BOST FRERES 1940. Il mesure 41cm de longueur. Mais je ne vois l’usage de cet outil, dans quel corps de métier il a pu être utilisé.

 

   

 

ARCOMA
Pas de réponse pour l'instant. Cisaille pour découper des métaux. Peut-être mécanicien, plombier, ferblantier, dinandier… ? Je cherche.

 

2 avril 2016
Sabotier de Hong-Kong

I am interesting with your paroir de sabotier (sabotier knife), which you shown in your web page. I am a shoe maker from Hong Kong. I am looking for a sabotier knife for shoe last crafting.

Can you sold me one of these sabotier knife? I really want one for shoe making. And I can afford the shipping charge, if you can sell me to Hong Kong.

ARCOMA
Pour l'instant, je ne peux vendre aucun de nos outils. Par contre, vous pouvez trouver des paroirs sur eBay. Il vous suffit d'aller sur eBay, de taper "Paroir de sabotier" et "rechercher". Il y en a plusieurs à vendre. Voici un lien :

http://www.ebay.fr/sch/i.html?_from=R40_trksid=p2050601.m570.l1313.TR0.TRC0.H0.XPAROIR+DE+SABOTIER.TRS0&_nkw=PAROIR+DE+SABOTIER&_sacat=0

 

Internaute
I feel very sorry to you. I was wondered you are a auction page or second hand tools suppliers. I miss that you are a sssociation.
I have already searched for many of sources and informations about Paroir de sabotier. I know this beautiful made tools are from France. However, France's artisans or company are stop to make this tools any more. And even some of shoe makers told me, they also can not find this tools today.
The eBay page which you have shown me. Honestly, I had read for few times. I saw some Paroir de sabotiers. However, some of them are not in good condition looking. Some are very thick layer of rust on the blade part. Even I bought it, I still have to polish it. And the rust are too thick and their age are too old. After I polish it, the knife will become quite thin. It will not easy to cut some harder wood blocks.
Therefore, by your collection expertises. Would you mind provide me more about Paroir de sabotiers? Like where I can find a good condition one, or does any sword makers still making it? etc.
I have try English style clogging knifes and French style knife. I like French's sabotier knife. Because the proportions, mechanicial angles, weights. They are easier to handle. And they are beautiful made.

ARCOMA
Je ne pense pas qu'il y ait encore des fabricants de paroir de sabotier. Les seuls modèles que l'on puisse trouver sont donc chez des antiquaires ou assimilés. Je n'ai pas vos connaissances, ni votre expérience, n'étant pas moi-même artisan. Je comprends que la rénovation d'une lame de paroir n'est pas toujours possible à cause de l'usure. Il me semble, pourtant que ceux que l'on voit sur eBay sont en aussi bon état que les miens, à une ou deux exceptions près. Ceux que je montre sur le site ont été achetés chez un antiquaire.

Internaute
Futher to your reply. Should I go to France and take a look or visit some antique tools/ kits shops?  I think maybe there still have some these tools , I can find. I know there are some weekend markets may have old time things, like Paris. But I never been to France before.
By the way, thank you for your reply of my questions.

ARCOMA
Si vous souhaitez venir en France, je vous indique un site qui vous donne les dates des principales ventes d'outils anciens pour 2016 :

                                http://www.outils-passion.com/ou-nous-trouver-en-france-en-2015/

Les 2 plus importants sont Bièvres et Saint Nectaire. Je vous donne un autre lien pour un forum consacré aux outils anciens. Dans la rubrique "Publicité", vous pourrez trouver des renseignements sur ces ventes :

                                               http://www.forum-outils-anciens.com/index.php


Internaute
Thank you for provide me these sources. I will visit these tools market , when I come to visit France.

 

22 juin2016
Responsable dans l'un de plus grands musées de France sur l'outil.

Je suis très impressionné par votre base de données.
Je passe mes vacances en Haute Loire. Pourrais-je voir votre collection  au mois  de  Juillet?

 

ARCOMA
Comme vous avez pu le découvrir, nous ne disposons pas de local pour exposer nos collections. Celles-ci sont disséminées dans la vallée du Gier, pour l'instant, rangées dans des cartons ou dans des lieux difficiles d'accès. Nous ne manquerons pas d'informer les internautes si la mairie nous donne enfin un local : la décision devrait tomber dans les semaines à venir... Par contre, nous devons réaliser une exposition importante du 7 au 18 décembre 2016, à Saint Chamond. A cette occasion, nous présenterons les outils et objets divers les plus représentatifs. Je suis désolé de ne pouvoir répondre, pour l'instant, à votre demande.

Note : un local a été mis à notre disposition le 19 décembre 2016 pour le stockage et la restauration des objets appartenant à l'association. Seuls peuvent y accéder les membres de l'association. La situation perdure en juin 2020, et sans doute pour quelques années. Nous y avons installé un petit musée avec les seuls objets appartenant à l'association.

 

23 septembre 2016
Chineur

L’objet est en os ou en corne. Il est composé de trois plaquettes finement ciselées pour les plaquettes extérieures. Celle qui se trouve au centre est pleine.
Les plaquettes sont maintenues par des axes à leurs extrémités avec des petites lames crantées qui sont mobiles. Les lames sont au nombre de 6 de chaque côté soit un nombre total de 12. Elles sont totalement indépendantes des unes et des autres. Pour maintenir ces lames crantées dans une position, il suffit d’exercer une pression sur les axes. Pour retrouver la mobilité de ces lames, il faut légèrement écarter les plaquettes. Sur la périphérie des plaquettes extérieures, il y a des crans inclinés.
Les dimensions : Hauteur : 3 cm ; Longueur : 8 cm ; Epaisseur : 2 cm.

 

     

 

ARCOMA
Objet étonnant qui fait penser à un "couteau suisse" par son principe. J'avoue n'avoir aucune idée sur la destination de cet instrument. Dans quel métier s'en sert-on ? Pourquoi est-il en os ou en corne ? Il sert sûrement à marquer avec ses roues crantées un matériau plutôt tendre. Tout cela ne répond pas à votre question. Je peux juste vous conseiller d'aller sur le forum des outils anciens. Il suffit de vous inscrire (c'est tout simple et gratuit), de vous présenter en quelques mots et, enfin, de charger les photos et votre descriptif. Il y a dans ce forum des personnes vraiment très compétentes qui devraient vous donner les renseignements que vous cherchez.

                                                http://www.forum-outils-anciens.com/index.php

Internaute
Je vous remercie pour votre réponse et j'ai la même déduction que vous concernant le marquage dans un matériau tendre et j'avais pensé dans le domaine culinaire mais je n'ai rien trouvé me confirmant cette idée. Ma première idée fut un outil pour la couture ou le filage de coton mais là aussi, il n'y a rien que me conforte dans ce domaine. J'ai quelques connaissances des outils ou objets anciens car je chine depuis 25 ans mais je suis "collé" avec cet objet. J'ai effectivement utilisé le forum outils ancien mais pour l'instant, personne ne m'a aiguillé malheureusement.

 

26 octobre 2016
Propriétaire

J'ai cassé le panneton d'une clé ancienne, j'ai essayé de le faire souder par mon ferronnier mais ça n'a pas tenu ... Refaites-vous des clés avec le modèle, sinon pourriez-vous m'indiquer quelqu'un qui le ferait ? Je peux vous envoyer une photo si vous voulez, de la clé et de la serrure ...

ARCOMA
Nous ne sommes qu'une association de collectionneurs. Même si certains d'entre nous sont très bricoleurs dans le bois, les métaux, le cuir, nous ne pouvons répondre à votre demande. Peut-être pourriez-vous vous adresser à un horloger ou à un bijoutier, un vrai, (pas une chaîne !).

Note : ce genre de question nous est posé régulièrement.

 

17 décembre 2016
Historien local

Après avoir fait de nombreuses recherches sur sites ou autres, je n'arrive pas à trouver une information sur les verriers de Rive de Gier partis  travailler à Sao Palo au Brésil vers 1900 (voir avant)  et pour quelle entreprise de Rive de Gier. Je viens de consulter votre site, d'où ma demande.
http://www.lareveillee.org/wp-content/uploads/2010/02/Verrerie-Lafregeyre-au-Br%C3%A9sil-Circulaire-R%C3%A9veill%C3%A9e-mai-2015.pdf
J'ai seulement ce document du consulat Français que je retrouve sur le lien.

ARCOMA
…je ne puis vous répondre. Il faut que je recherche dans mes documents, mais je ne suis pas sûr de trouver la réponse que vous souhaitez. Je contacterai une association ripagérienne qui a, peut-être, la réponse. Je vous tiens au courant, d'une façon ou d'une autre, dès que possible.

 

19 décembre 2016
Spécialiste des chemins de fer

J'ai lu avec intérêt vos articles sur l'éclairage et j'ai été spécialement intéressé par celui sur l'éclairage ferroviaire. En effet, travaillant comme bénévole dans un chemin de fer touristique, j'ai acheté au gré des brocantes un certain, nombre de lanternes, la plupart en assez mauvais état ou incomplètes afin de les restaurer au moins dans un état fonctionnel pour le utiliser sur les trains.
Mon intérêt ayant été un peu au-delà des éclairages de matériel roulant, j'ai acquis quelques autres pièces (applique, lampe à main...), pas toutes nécessairement ferroviaires et j'essaie de retrouver quel pouvait en être l'usage.
Avant de découvrir votre site, j'ai déjà trouvé beaucoup d'informations sur le "Forum Passions Métriques et Etroites"

                                   http://www.passion-metrique.net/forums/viewtopic.php?f=2&t=4239

que je consulte (souvent) et sur lequel je poste (quelquefois)

ainsi que sur le site du "Musée du lampiste"

                                                http://lemuseedulampiste.pagesperso-orange.fr/

Peut-être ces sites vous donneront-ils encore quelques détails sur vos éclairages. J'ai aussi quelques fac-simile de catalogues (Butin, Gillet-Forest) récupérés sur internet ou communiqués par des relations.
Votre collection est-elle accessible à la visite?

 

ARCOMA
En ce qui concerne votre visite éventuelle, nous ne disposons depuis 5 jours que d'un local destiné au stockage et à la restauration des outils. En théorie, nous ne pouvons recevoir des visiteurs. Il faut que nous nous organisions pour aménager ce local. Nous ne ferons pas d'expositions dans les mois qui viennent, mais peut-être arriverons-nous à aménager ce local et à présenter quelques pièces intéressantes, sur rendez-vous et à un nombre restreint de visiteurs.

Note : comme nous l'avons écrit par ailleurs, notre local ne répond pas aux normes ERP. Ne peuvent y rentrer que les adhérents. Pour pallier à ce problème, nous avons créé une catégorie particulière, les adhérents temporaires, qui viennent s'informer sur notre association avant d'adhérer ou non, normalement. A noter que ce local ne comporte que la collection de l'association.

                                                                                                                           

 

 

 FIN

 

 

 

 

 

 

 

VOS CONSEILS

 

VOS QUESTIONS  -  NOS RÉPONSES

 

ANNÉE 2017

 

Les mails sont de plus en plus nombreux. Notre site semble intéresser des collectionneurs, mais aussi des responsables de musées, d'associations d'histoire. Des demandes ou des propositions particulières apparaissent : proposition d'un poste de tanneur, de services pour rentabiliser notre site (spam ?), recherche de fabricant d'épée du XIIe siècle…

Nous reprenons le plan de l'article 2016 :

1 Corrections – Informations complémentaires

2 Balances romaines et autres

3 Serrurerie

4 Santé et hygiène

5 Vie domestique

6 Lampes de chemin de fer

7 Divers

 

1 Corrections – Informations complémentaires

 

14 mai 2017
Collectionneur

Hier, j'ai eu une conversation sérieuse avec un connaisseur sur les outils anciens, et d'après lui, de source sûre, comme disait notre regretté Jacques MARTIN dans son émission télévisée " LE PETIT RAPPORTEUR", il s'agirait d'une pince pour casser la croute du pain rassis (?).

Le hasard faisant parfois bien les choses, cette conversation est partie sur un stand où se trouvait QUOI ???? Je vous le donne en mille mon bon monsieur, votre pince en personne !! et une autre presque similaire aux dessins de cannelures des deux mâchoires qui, celles-ci avec des restes de chrome, possède une empreinte avec  le mot DEPOSE, la marque pour l'instant n'est pas lisible. Le sera-t-elle si j'enlève la pellicule de chrome rien n'est moins certain  car pas très profondément marquée .

 

   

 

Internaute
J'ai trouvé sur www.le forum outils anciens.com une question déposée par caloutil le 24/5/2014 dénommée pince à crans. Il lui a été répondu  qu'il s'agissait d'une pince casse-croute comme en témoigne le dessin du catalogue CAMION FRERES  de 1891 PLANCHE 9 article 264, dessin qui correspond bien à votre pince.

Note : la modification a été faite sur le site.

 

 

23 septembre 2017
Un vrai collectionneur, un vrai connaisseur

Voir document joint sur ce que je pense être un défaut d'identification.

Je repars continuer ma lecture

 

   

 

ARCOMA
Merci pour cette intervention qui me convient tout à fait. J'avais mis cet objet dans ma boîte de pilons. J'avais quelques doutes et je l'ai mis avec le plombier. Pourquoi ? Votre photo est très claire. Je vais donc modifier l'article. Merci encore. Votre avis a une grande importance : vos prises de position sur le forum montrent votre savoir en de très nombreux domaines, un savoir et parfois une déduction logique que je n'ai pas moi-même.

 

 

23 septembre 2017
Artisan-vitrier ?

Voici une page de catalogue d'outillage de 1978. C'est un grossiste en outillage bien connu des quincailliers (c'était avant), la sté Marmont  dite Robert Marcel. Les tarifs sont en francs.
Ne pas confondre coupe-verre (à molette) avec diamant qui comme son nom l'indique est un petit diamant serti en bout de l'outil.
Certains coupe-verre de la forme du 79 se dévissaient au milieu et il y avait d'un côté un petit tournevis et de l'autre 2 ou 3 molettes de rechange. On m'avait appris à tremper légèrement le coupe verre dans du pétrole pour faciliter le travail.

 

   

 

ARCOMA
… J'ai regardé de mon côté un catalogue de la Manufacture de Saint-Etienne, de 1930. Il y est question de molettes et non de roulettes. Je vais donc modifier mon texte dans les jours qui viennent. Comme je le disais sur le forum, la lecture de documents dits spécialisés ne conduit pas toujours à une certitude ou une exactitude. Si vous avez d'autres conseils, n'hésitez pas, je suis preneur.

 

Internaute
Voici quelques précisions sur les outils de plombiers. La cisaille pour les tubes se nomme coupe-tube et une distinction entre le porte-filière et la filière. Idem pour le porte taraud. Photos issues du même catalogue.

 

     

 

ARCOMA
… Je vais modifier l'article du plombier avec ces nouvelles précisions. Vous êtes 3 du forum à m'envoyer ce genre de réactions : c'est tout-à-fait ce que je souhaite pour que le lecteur moins averti trouve dans ce site ce qui est vrai, surtout lorsque cela vient d'un professionnel. Donc merci pour ces interventions.

 

Internaute
Suite de mes petites précisions. Outils de couvreur : l'arrache-clou d'ardoisier se nomme  tire- clou d'ardoisier. L'herminette de couvreur se nomme essette de couvreur.

Dans les outils de bourreliers, il y a marteau à jonction ; c'est en fait un marteau a placage. Réf 684. Un bourrelier peut s'en servir comme de n'importe quel marteau, ce qui n'en fait pas un outil de bourrelier.

 

   

 

ARCOMA
En ce qui concerne le marteau à jonction, je pense que cela fait partie de ces outils adaptés à un métier par l'artisan lui-même. En l'occurrence, ce marteau appartenait au père d'un membre de l'association, qui était bourrelier. Il s'en servait pour réaliser des courroies. On est plus habitué à le voir chez l'ébéniste comme marteau de placage : je le présente, à nouveau, dans le chapitre 7 des outils du menuisier-ébéniste. Je vais voir ce que j'ai écrit pour le bourrelier et j'ajouterai une petite note pour donner cette précision, si je ne l'ai déjà fait.

 

 

27 septembre 2017
Enseignant

Le globe terrestre vient du collège des Collines (ex Collège des Combes) à Rive de Gier dans la Loire. Il m’a été donné par le Chef d’établissement qui venait de prendre ses fonctions en septembre 2001 : il réaménageait son bureau autrement et avait prévu de le jeter. Les Frères des Écoles Chrétiennes ont ouvert cette école privée de confession catholique le 2 octobre 1886. Ce globe terrestre a certainement appartenu à l’école dès son origine.

 

             

 

ARCOMA
… Je vous remercie pour ces premières informations : c'est une façon de faire revivre un objet lorsqu'on en connaît l'histoire. De mon côté, j'ai cherché, sur Google, des précisions concernant les personnes qui ont contribué à la fabrication de ce globe terrestre : R. Barbot, L. Sonnet et IKELMER. Il semble que ce globe ait été fabriqué entre 1865 et 1878, ce que viendrait confirmer les dates où il a été médaillé (1879, 1880, 1881).

 

Internaute (après contact avec un professeur d'histoire).
« Il est forcément d'avant 1905 puisque la Norvège est encore liée à la Suède, et d'après 1830 puisque la Grèce est indépendante, mais on peut être plus précis sans difficulté. »
« Après 1878 vu que la Roumanie est indépendante et avant 1885 au vu de la carte de l'Afrique.  En regardant l'Afrique et l'Europe balkanique avec plus de précision on peut encore resserrer un peu. »
« Je dirais 1879. La Serbie et la Roumanie sont indépendantes en 1878 et on ne voit pas encore la Bulgarie dont une part du territoire acquiert l'indépendance en 1879. »
De plus, « la Bulgarie devenant indépendante en 1879, il est probable que les cartes ne la mentionnent ainsi qu’à partir de l’année suivante, c’est pourquoi 1879 parait le plus plausible. Le raisonnement s’applique également pour la Serbie et la Roumanie, indépendantes l’année précédente. »

La date de réalisation du globe terrestre est bien l’année 1879

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb407011215

Note : cet échange fait suite au don de cette sphère terrestre des écoles par l'internaute qui nous a donné par la suite tous ces renseignements.

 

 

14 novembre 2017
Collectionneur

Pour compléter la marque de la serpe italienne sur cette page de votre site :  https://www.arcoma.fr/outils- d-antan/78-par-metiers/ metiers-du-bois/bucheron/105- bucheron-3-les-serpes

Voir en bas de page : http://www.forum-outils- anciens.com/t12567-une-serpe- Piemontais.htm#p133503  avec lien vers la société qui fabriquait ces serpes.

La marque exacte est donc RUBINO NETRO

 

ARCOMA
Voilà tout-à-fait la façon dont je conçois le fonctionnement de ce site. Il est impossible de tout connaître. Les suggestions extérieures sont donc les bienvenues. Alors, n'hésitez pas ; je suis preneur et si une explication est un peu longue, je peux faire un copier-coller avec nom ou initiales de l'auteur. Cela a déjà été fait à plusieurs reprises. J'ai effectué la modification sur le site pour cette serpe.

 

2 Balances romaines et autres

13 janvier 2017
Collectionneur

Je viens vers vous pour un renseignement concernant une balance romaine graduée d'un côté 70kg et de l'autre 160 kg, mais... il lui manque son peson. Comment calculer le poids de celui-ci en vue de son remplacement ?

ARCOMA
En ce qui concerne votre question, j'avoue ne pouvoir vous répondre. Il y a sûrement une formule mathématique, mais je ne la connais pas. La seule solution est de faire la recherche sur nos balances romaines.

Voir ci-dessous "6 août 2017".

 

 

9 juillet 2017
Collectionneur

Je possède une balance identique à celle sur la photo jointe, en 200kg, mais aucune inscription sur le contrepoids laiton comme sur votre site. Les seules inscriptions sont  1773 A2 d.R D K

Est-ce que cela vous évoque quelque chose ?

 

   

 

ARCOMA
… Je vous conseille de prendre contact avec la Maison du Patrimoine et de la Mesure. Ce musée devrait pouvoir vous renseigner. Si vous avez une réponse, merci de me la transmettre : c'est une façon d'apprendre ... L'adresse e-mail de ce musée : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Note : à plusieurs reprises, j'ai donné cette adresse. Je crains malheureusement qu'il n'y ait jamais eu de suite. Je pense rentrer en contact avec un nouveau responsable pour essayer d'établir une meilleure collaboration.

 

 

6 août 2017
Collectionneur

J'ai acheté une romaine avec un fléau de 26 cm. Le peson pèse 350 grammes. N'est-ce pas trop ?

ARCOMA
Des questions telles que la vôtre m'ont déjà été posées. J'avoue ne pas avoir pu répondre. Il se peut qu'il y ait une relation mathématique entre longueur du fléau et poids du peson. Mais je l'ignore. Je vais essayer de reprendre mes balances romaines et de mesurer le poids des pesons. Je vous tiens au courant. Simplement, ne soyez pas trop impatient : le site me prend énormément de temps.

PS : pouvez-vous m'envoyer une photo de votre balance ou du peson pour en connaître à peu près l'ancienneté : peson moulé à partir du XIXe siècle, peson forgé avant ?

Comme promis, j'ai évalué le poids des pesons de nos balances romaines. Vous trouverez ces valeurs dans notre article, en face de "peson", pour chaque balance. Un fléau de 26 cm avec un peson de 350 g me paraît tout-à-fait correct. Tout dépend également de la portée de votre balance. A titre d'exemple, on peut comparer les balances 4 et 8 du XIXe siècle. Les 2 ont un fléau de 21 cm, mais la 4 a une portée de 19 kg pour un peson de 1 kg, alors que la 8 a une portée de 10 kg pour un peson de 0,43 kg. Sans doute existe-t-il une équation mathématique, mais cela dépasse mes compétences.

 

Internaute
Je vous envoie trois photographies. Si elles peuvent vous être utiles... Auriez-vous une idée sur la signification des quatre points creusés ?

 

         

 

ARCOMA
D'après André MERCUZOT, "les séries de points sont des signes discrets, mais souvent compagnonniques et précèdent quelquefois le nom du compagnon ou une autre inscription... Celle de quatre points symbolise ce chiffre fétiche chez les compagnons".  Bien sûr, cela n'est qu'une hypothèse et il existe des signes beaucoup plus évidents pour les compagnons : arbre de vie (feuille d'acacia), étoiles, symboles religieux...

 

 

14 août 2017
Collectionneur

Je possède cette balance sans vraiment savoir son histoire. Pouvez-vous m'en dire plus et savez-vous sa valeur?

 

   

 

 

 




 





 

 

ARCOMA
En ce qui concerne votre balance que vous avez mise en vente sur eBay, je ne peux vous en donner le prix : c'est une question d'offre et de demande, comme toujours. Je ne peux que vous souhaitez bonne chance. Quant à son histoire, là encore, je ne serai pas très bavard. Je peux juste vous signaler que "Marius Chenat était balancier, 9 rue Claudius Penel, dans le quartier de Montchat à Lyon, fabricant de matériel utilisé dans les métiers de la soierie, après 1930". Il faudrait  faire des recherches dans ce domaine sur Google.

 

 

5 septembre 2017
Collectionneur

J'ai consulté ce matin votre site Internet et j'ai trouvé un début de réponse à beaucoup de mes questions.
... J'y ai acheté cet été dans une vide-grenier une balance romaine qui présente ce que je pensais être des particularités. D'après ce que j'ai trouvé sur votre site, les graduations sont donc en "livre". Je ne peux guère aller plus loin puisque j'ai laissé la balance dans l'Allier et je n'ai des photos précises que des graduations + une de la tête de la balance. Par exemple, je ne peux pas vérifier la présence d'un poinçon pour dater la balance (son contrepoids mobile est en forme d'oignon donc je pense à une fabrication au plus tard dans la 1ère moitié du 19° siècle). Mais votre site m'a énormément renseigné. Merci.
Une particularité vraie cependant (qui serait l'œuvre d'un farceur ?) : les 2 crochets de suspension (fort et faible) sont du même côté de la tête !!! (voir photo). Sauf erreur de ma part, cela est un mystère pour moi.
Si vous avez qqs suggestions, je suis preneur et j'aimerais savoir si votre association nécessite une adhésion et si elle publie une revue périodique.
J'ai aussi une autre balance acheté ici à Marseille (mais stockée dans l'Allier) à un monsieur âgé qui la tenait de son grand-père négociant en grains dans la région. Elle est munie d'un contrepoids en laiton mais je n'ai pas de photo disponible.
Avec mes vifs remerciements et encore bravo pour votre site qui est une mine d'informations
[NDLR : quelques mots qui font plaisir et nous encouragent !]

 

   

 

ARCOMA
Votre balance romaine pose effectivement problème quant à l'implantation des 2 crochets de suspension : je ne peux l'expliquer. Quand vous l'aurez en main, amusez-vous à utiliser les 3 crochets avec une masse connue : vous aurez, peut-être une explication. Je doute qu'un farceur ait réalisé ce changement. Regardez, également, s'il n'est vraiment pas possible d'inverser la position du crochet en question. Quant à la date de fabrication de cette balance, on peut estimer, effectivement, par la forme du peson forgé et de la tête, qu'elle est du XVIIIe ou début du XIXe siècle.

En ce qui concerne le peson en laiton, je ne peux pas, là non plus, être d'un grand secours. J'en ai vu quelques' uns sur eBay. Dans notre collection, je présente deux balances qui en sont pourvues : une, d'une portée de 200 kg du XXe siècle, l'autre, plus ancienne, qui a un peson en plomb et laiton. A priori, je pense qu'en général, ce sont des balances plus récentes. Pourquoi du laiton ? Peut-être pour des problèmes d'utilisation en milieu humide et donc éviter la rouille. A confirmer.

Notre association est une association loi 1901. Les adhérents payent une cotisation de 20 euros : c'est là notre seule source de financement. Depuis l'année dernière, le fisc nous a considérés comme un organisme d'intérêt public. A ce titre, nous pouvons délivrer un reçu fiscal permettant au donateur de déduire de ses impôts 66 % du montant versé, pour un particulier, 60 % pour une entreprise. Enfin, nous n'éditons pas de revue périodique. Je suis seul à gérer le site. Je viens d'ouvrir une page sur Facebook, mais je n'ai guère le temps de m'en occuper. Pour l'instant, les Journées Européennes du Patrimoine, les 16 et 17 septembre prochains, m'occupent à plein temps. Comme dans beaucoup d'associations, le nombre d'actifs n'est pas très important et le renouvellement, avec des plus jeunes, ne se fait pas : c'est le problème général du bénévolat.

 

Internaute
… Ce qui m'a fait penser à un farceur pour le crochet côté fort c'est que la partie faisant fonction d'aiguille (je ne sais pas si un terme adéquat existe) est bien à l'opposé du crochet sur la tête et aussi il faudrait lire la masse sur les graduations qui sont alors sur la face cachée du grand bras. Un moyen d'essayer d'éclaircir en partie sera de faire des pesées. J'ai également cherché sur un forum d'outils anciens, très bien (http://www.forum-outils-anciens.com/index.php) et je n'ai pas vu de balance avec cette particularité. Ce site m'a aidé à avancer dans les échelles de graduation et je pense pour l'instant que ma balance pèse de 15 à 65 livres d'un côté et de 60 à 230 livres (voir un peu plus, mais les dernières photos sont approximatives) de l'autre.

 

 

27 novembre 2017
Collectionneur

… de l'île de Malte en Méditerranée. Je suis un ingénieur électricien de profession. Depuis quelques années, je collectionne des moulins à café Peugeot, mais très récemment, j'ai commencé à collecter des balances anciennes. C'est à propos de deux de ces échelles que j'aimerais bien avoir des informations, mais pour l'instant, je voudrais vous poser une question sur l'un d'entre eux. La première balance est une Balance Romaine que j'ai récemment acheté en France. S'il vous plaît se référer aux photos ci-jointes. La plupart sont en laiton, y compris la tige ou "fléau ou tige", la tête, la plaque et les chaînes. Les crochets et seulement quelques autres pièces mineures sont en métal. Il ne semble y avoir aucun marquage de fabricant sur ces échelles, ou, du moins, je n'en ai trouvé aucun.

D'après les photos, quelqu'un peut-il me dire : le pays où ces balances auraient pu être fabriquées ? Quand ces échelles auraient pu être fabriquées ? Que signifie "A.138", tel qu'il est gravé sur la tige ? Les marques de poids sur la tige ne correspondent pas aux kilogrammes. Les marques sont une série de points / points et tirets / barres. Que peuvent-elles être?

 

       









     

 

ARCOMA
Avant d'essayer de répondre à vos questions, je dois vous dire que je ne suis pas un spécialiste des balances romaines. J'ai beaucoup lu sur ce sujet, mais aussi sur le maréchal-ferrant, le serrurier... Donc mes connaissances sont avant tout livresques. Je suis tout au plus un "amateur généraliste éclairé (et encore !)", sûrement pas un expert.
En ce qui concerne votre balance, il s'agit d'une belle pièce, en bronze, laiton et fer. J'avoue ne pas avoir trouvé beaucoup de renseignements sur ce type de balance romaine. Pourquoi en bronze et laiton ? Est-ce lié à une demande particulière, à une utilisation à l'extérieur (ne rouille pas), à la proximité d'une carrière de cuivre...?
Vous l'avez achetée en France : le fabricant est sans doute français, mais d'autres pays sont possibles, européens ou moyen orientaux (forme de la tête). Dans ce dernier cas, cela expliquerait pourquoi il n'y a aucun poinçon (royal, ville ou date) car, en France, ces balances étaient contrôlées, en principe tous les ans, et étaient marquées sur le peson ou la tige, d'un poinçon attestant de leur exactitude (voir notre site).
Les graduations sont en livres et non en kilogrammes (voir notre site). Le poids de la livre variait d'une ville à l'autre : à vous d'établir l'équivalence (là encore, voyer notre site).
Les couteaux sont alignés : c'est une romaine dite folle, à couteau alignés, moins précise que les romaines oscillantes dont les couteaux sont en position alternée. Enfin la tête est étroite, allongée.
Ces éléments me font penser que cette balance est du XVIIIe siècle, au plus tard début du XIXe, avant que le système métrique ne soit obligatoirement appliqué (il a fallu une cinquantaine d'année pour y parvenir).
Quant au "A 138", j'avoue ne pas pouvoir vous donner de réponse.
Si je peux trouver d'autres renseignements, je ne manquerai pas de vous les faire parvenir.

 

Internaute
Puis-je vous demander si vous pouvez me donner des informations sur une seconde balance que j'ai achetée il y a quelques mois? Je l'avais achetée dans un marché aux puces d'Amsterdam. J'ai fait quelques tests et estimations avec des poids différents et j'ai confirmé que les gradations sont en kilogrammes. Dans ce cas, il y a au moins quatre marques sur le contrepoids en laiton à la tête de la balance, mais je ne sais rien à leur sujet. Pensez-vous qu'il s'agit d'un article fabriqué en France ou d'un autre pays? Quelqu'un peut-il faire une estimation de son âge?

 

   











 
                                                     

 

ARCOMA
…, mais je ne connais absolument pas les balances non françaises. J'ai donc transmis vos 2 mails à un musée spécialisé dans les instruments de mesure. A ce jour, je n'ai pas encore eu de réponse. Je vous tiens au courant dès que possible.

Le musée que j'avais contacté vient de me donner une première réponse pour la 2ème balance (A priori, pour la 1ère, ce que je vous ai déjà dit serait suffisant, mais...). Il pourrait s'agir d'un Bismar (?), venant d'un pays du nord de l'Europe.

 

Internaute
Malheureusement, le musée que vous avez contacté n'est pas encore revenu avec des informations significatives. Nous devons attendre. Oui, mes deuxièmes balances peuvent être un Bismar. Je n'avais jamais entendu parler des balances Bismar, avant de les lire sur votre propre page Web sur des balances, ce qui est très, très détaillé. Mes compliments.

 

ARCOMA
Votre mail m'a incité à revenir sur l'article que j'ai réalisé sur les balances romaines et j'ai effectivement évoqué cette balance dite "bismar". Je ne m'en souvenais pas. J'ai, en fait, un gros problème : je suis seul à rédiger tous les articles de notre site. Passant d'un métier à un autre, d'un sujet à l'autre, je ne peux pas me souvenir de tout ce que j'ai écrit au bout de quelques semaines, a fortiori de quelques mois (plus de 300 articles pour 50 métiers, plus de 5000 photos). Votre mail m'a relancé sur ce type de balance. Je dois voir la directrice du musée la semaine prochaine.

 

Internaute
Comment allez-vous avec la langue italienne. Eh bien, voici un site qui se réfère à l'histoire des balances. Étant typiquement italien, ce type prétend que le Balance Romaine a été inventé en Campanie en Italie, mais je ne suis pas d'accord. Quel est ton opinion?

 

ARCOMA
A titre personnel, je ne peux avoir la prétention de savoir quand et où a été créée la balance romaine. Je ne peux que me fier à des articles que j'ai lus, qui, bien souvent, sont contradictoires. Même les historiens ne sont pas tous d'accord. Ci-dessous, un lien intéressant dont l'article en italien que j'ai lu a pu s'inspirer. La Campanie y est cité :

http://www.direct-pesage.net/fic_bdd/pdf_fr_fichier/11816585730_Histoire_Pesage_et_Mesure.pdf

Je n'ai pas trouvé l'auteur de ce texte qui est très intéressant.

Note : l'article cité n'existe plus sur internet.

 

3 Serrurerie

8 septembre 2017
Propriétaire

Vous trouverez ci-joint les photos d'une clé ancienne, je ne saurai pas vous dire si c'est une clé bénarde ou à gorge etc. Cette clé fait 21 cm de longueur.
Pourriez-vous me dire quel type de clé c'est ?
Connaissez-vous un serrurier quelque part en France qui saurait faire une reproduction à l'identique ?

 

     

 

ARCOMA
… Je ne suis donc absolument pas un expert. Je possède un certain nombre de livres spécialisés ce qui, a priori, me permet d'évoquer une centaine de métiers sans commettre trop d'erreurs, et encore...! En ce qui concerne votre clef, je dirais (conditionnel !) que c'est une clé d'accès à un bâtiment du XIXe siècle. C'est une clef bénarde (la tige est pleine). Le panneton semble être en C suspendu avec un rouet très court. Comme je l'ai écrit dans mon article, s'il y a des formes typiques, il en est d'autres conçues par le serrurier du village, d'où, parfois, la difficulté de répondre avec certitude, sauf pour un véritable expert. Pour ce qui est de la reproduction de ce type de clef, je ne connais personne. Par contre, je vous conseille d'aller sur Google et de renseigner "Reproduction de clé ancienne" : vous n'aurez que l'embarras du choix. Renseignez-vous avant sur les prix, sur la qualité du travail et cherchez un serrurier proche de chez vous.

 

 

6 Lampes de chemin de fer

17 mars 2017
Propriétaire

Bonjour veuillez trouver ci-joint les photos de la lampe.

 

       

 

ARCOMA
… En ce qui concerne votre fanal, je suis intrigué par le verre latéral rouge, normalement en fin d'un convoi de chemin de fer, alors que la vitre incolore correspond à un fanal posé à l'avant d'une machine. Je dois me renseigner auprès d'une personne passionnée par le chemin de fer. Je vous donnerai tous les renseignements que je pourrai obtenir.

 

Internaute
Bonjour je me permets de revenir vers vous, tout d’ abord pour vous remercier de votre réponse. La vitre rouge est interchangeable.

 

ARCOMA
Voici quelques renseignements. Il s'agirait d'un petit fanal d'angle. Jusque dans les années 1950 - 1960, il y avait sur le dernier wagon, en bas à gauche un grand fanal rouge, indiquant la fin du convoi. Sur ce même wagon, il y avait en haut, à droite et à gauche, 2 fanaux d'angle avec 3 verres interchangeables : blanc (incolore), rouge et jaune. Ces fanaux étaient destinés au garde-barrière ou au sous-chef de gare, au personnel à terre : le verre blanc signifiait qu'un train spécial inhabituel suivait et qu'il ne fallait pas remonter la barrière ; le verre jaune signifiait qu'il pouvait y avoir un autre train, donc se méfier ; le verre rouge voulait dire qu'il n'y avait rien de spécial et que la barrière pouvait être relevée. En principe, ces lampes étaient à pétrole. Il y en avait deux au cas où l'une d'entre elles tomberait en panne. Il semble que votre fanal porte une plaque d'identification correspondant à la ligne de chemin de fer et au dépôt.

 

 

7 Divers

1 février 2017
Office de tourisme

Je suis en charge du développement culturel de la ville de XXXX et je suis en train de concevoir l'exposition temporaire 2017. Cette dernière parlera de la mode au XVIIIe siècle, au travers trois grandes thématiques :
- le vêtement (tissus, teinte, motifs, formes)
- la cosmétique (parfum, maquillage, coiffure)
- les accessoires (chaussures, bijoux, éventails)
Afin d'illustrer les textes, je suis à la recherche d'objets en lien avec les différents métiers de la mode : bijoutier, coiffeur, cordonnier, dentellière, modiste, repasseuse. Bien sûr l'idéal serait des objets datant du XVIIIe siècle, mais des objets plus récents dont l'emploi est déjà attesté au XVIIIe siècle feraient également mon bonheur.
Auriez-vous des outils pouvant correspondre à ma demande et accepteriez-vous de les prêter à la mairie le temps de l'exposition, soit de début juin jusque fin septembre 2017.
En ce qui concerne les conditions d'exposition, les objets prêtés seront tous assurés par la mairie. L'exposition se tiendra dans les cuisines du château, qui datent elles aussi du XVIIIe siècle, les lieux sont donc un peu humides et peuvent connaître des écarts de température.

 

ARCOMA
… En ce qui concerne votre demande, je dois bien sûr en parler à mes amis : notre assemblée générale a lieu le 13 février. Nous n'avons pas l'habitude de réaliser des expositions aussi loin de notre ville-siège, Saint Chamond. Toutefois, à en juger par le travail que nécessite l'installation de nos collections, cela suppose pour un tel déplacement des volontaires, une certaine logistique et donc des frais.

Pour avoir des précisions sur votre projet et vos souhaits, je me propose de vous téléphoner soit demain, soit lundi matin.

Note : compte-tenu de l'éloignement (environ 400 km) et des difficultés pour trouver des volontaires, sans parler des frais de transport et d'hébergement, ce projet n'a pu aboutir à notre grand regret.

 

 

7 mars 2017
Mouvement associatif

Je vous contacte car je fais une recherche sur les métiers des annéeS 50 dans l'objectif de trouver des exposants.
En effet, nous allons organiser une journée sur le thème des années 50 sur les métiers d'autrefois, travail des chevaux de labour, débardage, bal musette, costumes d'époque ex .....
Cette journée se déroulera le dimanche 27/08/17 à XXX.
 Seriez-vous intéressé pour venir exposer ?

ARCOMA
En ce qui concerne votre demande, je ne peux répondre positivement, pour plusieurs raisons : la durée de l'exposition (1 journée), la distance (plus de 500 km), les frais (location de véhicule, essence, péage, hôtel, restaurant...), le poids du matériel à transporter pour une période très courte, le thème choisi (années 50 : bon nombre de nos outils sont beaucoup plus anciens), la date elle-même. J'espère que vous comprendrez ce refus. Le but de notre association est d'aller à la rencontre des gens et votre proposition va tout-à-fait dans ce sens. Mais les obstacles sont trop nombreux.

 

 

17 avril 2017
Responsable dans un musée

> > … Depuis 33 ans nous préservons des outils d'une centaine de métiers.
> > Nous avons un Musée depuis 20 ans où nous exposons une vingtaine de métiers. Du tailleur de pierre, au lapidaire, en passant par la dentellière, le charron et le tonnelier.
> > Je suis chargé de l'inventaire et un outil nous interpelle.
> > Est-il utilisé pour vérifier les 2 extrémités d'un moyeu ?
> > Ou quelle peut-être son utilisation?
> > Nos recherches dans notre bibliothèque sont restées vaines.
> > Nous joignons au présent quelques photos de cet outil.

 

       

 

ARCOMA
Parmi les membres de notre association, nous avons un passionné de charronnage qui fabrique régulièrement des roues pour son plaisir. Je l'ai donc interrogé en lui transmettant votre mail. Voilà ce qu'il me répond :

   "Concernant les photos de cet outil, je ne pourrais être catégorique, mais je pense qu'il s'agit effectivement d'une jauge qui devait servir, suivant le diamètre des moyeux à tourner (branche mobile pour s'adapter aux différents diamètres), à avoir directement le diamètre du bout d'avant (plus petit) et celui du bout d'arrière (plus grand) .Quant aux 2 pointes fixes à l'avant, elles pourraient servir pour tracer le logement de la boîte ? Voilà tout ce que je peux en dire ; je n'ai aucun document sur ce type d'outil, mais il est très probablement de "facture" personnelle pour faciliter le travail de celui qui l'a créé."

 

 

28 juin 2017
Guide conférencier du Musée des Métiers de Saint-Laurent de la plaine (49)

En recherchant sur internet des infos sur certains outils, je suis tombé par hasard sur votre site. Je suis guide-conférencier bénévole du Musée, très dynamique en objets et serai  très heureux de vous y accueillir. Ce musée, fondé par un charpentier et un forgeron, rassemble, en situation, dans de très beaux ateliers, de nombreux métiers de l'artisanat du bois, du fer mais aussi de nombreuses autres professions, parfois liées aux traditions de l'Anjou.
Les bâtiments et charpentes qui les abritent y sont remarquables!

 

ARCOMA
Et merci pour votre invitation. Votre description, en particulier des locaux, ne peut que nous rendre curieux et admiratifs. Pour ce qui nous concerne, nous n'avons pas la chance d'avoir un local visitable. La mairie nous a concédé une friche industrielle qui ne répond pas aux normes de l'ERP. Nous y stockons notre collection et restaurons le matériel. C'est tout. Quant au musée, promesse de deux maires successifs, il pourrait être créé lors de la prochaine mandature... En un mot, ce n'est pas gagné. Je vais rarement dans votre belle région. Mais on ne sait jamais.

 

 

20 juillet 2017
Artisan-paveur

Je cherche marteau de paveur. Je suis très intéressé par les trois marteaux que je peux voir ici. Est-ce que certains peuvent être vendus? Je suis paveur du Danemark, donc je suis désolé pour la grammaire.

 

ARCOMA
Pour l'instant, tous les outils un peu particuliers que nous possédons ne sont pas à vendre. Le but de notre collection est de créer un musée sur l'artisanat. Je suis désolé de ne pouvoir répondre positivement à votre demande.

 

 

9 août 2017
Propriétaire

J'ai trouvé cet objet chez mon beau-père qui a une grande collection d'outils d'antan ; il les connait à peu près tous, mais celui-ci aucune idée.
Son chalet, situé dans les alpages Suisses, regorge de vieux outils qui servaient aux agriculteurs, fromagers et autres travaux de la ferme en montagne.

 

   

 

ARCOMA
A priori, votre outil est un tiretoir ou chien de tonnelier : voir chapitre 5 du tonnelier dans les métiers du bois. Le manche a une forme particulière, sans doute du fait de traditions locales.

 

 

5 octobre 2017
Collectionneur

Je cherche à contacter un collectionneur de fer à oublies (hosties). Auriez-vous un contact ?

 

ARCOMA
… Je ne peux malheureusement répondre à votre demande. Tout au plus, je peux vous conseiller, si vous ne l'avez déjà fait, de poser la même question sur le forum des outils anciens. L'inscription est gratuite et l'éventail des questions posées (et solutionnées) est très large. L'un des adhérents pourra peut-être vous répondre.

Note : si, parmi les lecteurs de ces articles, il en est qui connaît un collectionneur de fer à oublies, merci de me donner l'information. Nous ferons suivre.

 

 

6 octobre 2017
Conservatrice du patrimoine hospitalier d'une grande ville française

Bravo pour la qualité de votre travail
Je viens de découvrir votre site dans le cadre d’une recherche sur la Gynécologie et j’ai parcouru vos différentes pages avec beaucoup d’intérêt.

ARCOMA
Un grand merci pour ce mail qui est un véritable encouragement. Croyez que cela est nécessaire dans une ville moyenne où les élus, depuis des décennies, négligent totalement le patrimoine local. Nous avons dû attendre 11 ans pour obtenir un local de la mairie. Ce local nous sert à stocker, à restaurer, mais malheureusement il nous est impossible d'y recevoir des visiteurs. Pour l'instant, nous devons nous contenter de réaliser des expositions temporaires qui semblent appréciées par les visiteurs. Nous l'avons encore constaté lors des Journées Européennes du Patrimoine. J'ai regardé une vidéo de votre site. Je vous envie d'avoir de tels locaux et de pouvoir faire partager votre passion.

Note : ce message montre l'importance de la diversité de nos collections. Nous ne pensions pas qu'une telle réaction puisse venir de la conservatrice d'un musée de la médecine. C'est un honneur pour nous (et une grande satisfaction !!!).  

 

 

16 octobre 2017
Joueuse

Je participe à un concours d'un quotidien local : nous avons des questions cette année sur les métiers d'autrefois et entre autre cette question sur les instruments qui servaient à la fabrication des sabots en bois.
Vous trouverez jointe la photo de cet outil : j'ai le choix entre 4 réponses : talonnière, boutoir, rainette, galochier. Pourriez-vous m'éclairer sur la réponse ? Je cherche mais j'ai beaucoup de doute...

 

   

 

ARCOMA
J'avoue avoir des doutes, moi aussi. La photographie ne permet pas de voir correctement l'extrémité de l'outil. Cela fait penser à une "langue retournée" à son extrémité. Cet outil s'appelle une ruine ou rase, mais il n'est pas dans votre liste ! Ce n'est sûrement pas une talonnière qui est un paroir, un couteau de grande taille, donc à exclure. L'extrémité d'un boutoir n'a pas cette forme. La rainette a un manche très court. Quant au galochier, ce terme n'existe pas (je ne le connais pas et il est introuvable dans le dictionnaire des outils), ou alors c'est un terme local pour désigner un outil utilisé dans la fabrication des galoches, chaussures en cuir à semelle de bois, qui n'étaient pas fabriquées par le sabotier. Je suis désolé de ne pouvoir être plus catégorique. Si cela peut vous être utile, je peux vous dire que j'ai eu la visite de plus de 300 internautes le jour de ce concours, avec comme recherche "boutoir de sabotier".

 

Comme on peut le voir, cette année 2017 a été très riche en demandes diverses, mais aussi en conseils. Une fois de plus, nos réponses sont souvent insuffisantes. Il faut dire que les domaines abordés sont très vastes. Les échanges ont parfois été passionnants. Il va de soi que la mise en place d'un blog, voire d'un forum (mais il en existe déjà un remarquable) serait intéressante. On ne peut pas tout faire. Si vous avez des réponses aux questions qui n'ont pu être résolues, n'hésitez pas : cela permettra de compléter cette suite d'articles et je ferai suivre.

 

 

 

FIN

 

 

 

 

 

 

 

 

VOS CONSEILS

 

VOS QUESTIONS  -  NOS RÉPONSES

 

ANNÉE 2018

 

 

Nous continuons notre retour en arrière avec ces échanges que nous avons pu avoir des internautes. Certains mails sont très flatteurs. Vous nous pardonnerez de les présenter : c'est une façon de montrer (en vain) à nos élus que des outils peuvent faire "rayonner" une ville…! Remarque prétentieuse, certes, mais signe d'une véritable lassitude : les années passent de plus en plus vite et la sortie du tunnel n'est toujours pas en vue.

 

Les demandes sont plus nombreuses. Nous modifions le plan initial en créant de nouvelles rubriques :

1 Corrections – Informations complémentaires

2 Balances romaines et autres

3 Métiers des métaux : serrurerie…

4 Métiers du bois : charron, tonnelier…

5 Santé et hygiène

6 Vie domestique

7 Eclairage : lampes de chemin de fer, …

8 Divers : outils (roche, cuir…)

9 Demandes particulières : étudiants, vente,…

 

 

1 Corrections – Informations complémentaires

9 avril 2018
Un vrai collectionneur, un vrai connaisseur (déjà intervenu)

Un petit coucou toujours aussi admiratif pour ton travail et celui de l'ensemble des membres d'ARCOMA. Dans le chapitre VIE QUOTIDIENNE ou DOMESTIQUE – LE REPASSAGE il est présenté une réalisation artisanale d'une presse dont la surface fixe est recouverte d'une plaque de caoutchouc, et la surface mobile constituée d'un fer à repasser électrique, dont vous vous questionnez sur l'usage. Ancien mécanicien réparateur automobile, j'ai utilisé un matériel manufacturé similaire qui était une presse à vulcaniser pour poser des rustines particulières préencollées en réparation de chambre à air pour pneumatiques.

 Voir : Forum Tonton Vélo • Afficher le sujet - CHEMICO APPAREIL à VULCANISER

 Et en pièce jointe un document publicitaire sur un tel appareil.

 

   

 

ARCOMA
Merci pour cette nouvelle précision que je vais enregistrer sur le site. Je n'interviens pas souvent sur le forum, faute de temps et surtout de compétence par rapport à vous tous, et plus particulièrement à toi. Je ne cherche pas à "passer la brosse", mais il y a une intelligence de l'outil que je n'ai pas. Je suis donc admiratif devant vos déductions qui sont bien souvent, aussi, le fruit d'une expérience professionnelle : là encore, ce n'est pas mon cas.

   

 

 

18 juin 2018
Passionné du Patrimoine
J'ai consulté votre site, tout à fait intéressant avec un nombre impressionnant de photos. Votre système à plusieurs entrées est très pertinent, personnellement j'y ajouterais volontiers une recherche plein texte mais ceci oblige à créer une base de données ce qui ne semble pas avoir été prévu. J'ai créé plusieurs sites qui ont tous un rapport avec le patrimoine. Le premier et principal est : http://noms.rues.st.etienne.free.fr/index.php En cliquant sur le lien mine vous aurez accès aux catastrophes, au noms des puits, à la géolocalisation des puits etc. Malheureusement, le BRGM n'a pas répertorié les coordonnées des puits de la vallée du Gier d'où leur absence. C'est dans le lien grisou que pourraient se placer vos photos de crézieux. J'ai remarqué que vous écrivez crésieu, le musée de la mine de Couriot l'écrit avec un z, c'est donc l'option que j'ai choisie. Tous les sites qui sont en lien en bas de ma page index m'appartiennent également et deux d'entre eux au moins sont participatifs, les croix et le mobilier religieux, avis aux amateurs. Par ailleurs, je participe à la remise en route (très laborieuse) du musée de Villars créé par Jean-Marie Somet mineur rescapé de la catastrophe de la Chana. Nous avons donc des personnes susceptibles de vous poser des questions ou, au contraire, de vous apporter des réponses, nous verrons cela. Mon grand-père était mineur et j'ai encore son "escoffine" c'est le nom qu'il donnait et que l'on donnait localement à la scie de boiseur, en fait une égoïne. J'ai finalement trouvé sur votre site deux photos de crézieu, l'ordinaire et celle du chef mais il manque la rave à 16 pans. Lorsque j'aurai les trois, je vous demanderai l'autorisation de les publier avec, naturellement, un lien vers votre site. J'espère que vous trouverez dans mes sites des informations qui vous intéresseront comme j'en ai trouvé et en trouverai encore dans le vôtre.

ARCOMA
En ce qui concerne le crézieu, ce mot s'écrie avec un "z" effectivement. Cela fait partie des distractions qui peuvent se produire lorsque l'on veut trop en faire et, donc, aller trop vite. Pour le 3ème à 16 pans, je n'ai pas eu le temps de le mettre sur le site à cause de la préparation de l'exposition. Ce sera pour cet été. Plusieurs articles sont à compléter, en particulier les dictionnaires. En pièces jointes, vous trouverez les photographies réduites (je n'ai plus l'original de celle à 8 pans) des 3 crézieux. Vous pouvez les utiliser pour votre site.

 

       
 

Crézieux mineur                                       Crézieux contremaître                                    Crézieux Gouverneur
          rond                                                           8 pans                                                              16 pans

 

 

Internaute
Bonjour et merci pour les photos. Vous pourrez les retrouver à la page : http://noms.rues.st.etienne.free.fr/rues/grisou.html avec un lien vers votre site.

 

2 Balances romaines et autres

23 mai 2018
Héritier
Lors d’un vide cave de chez mes parents suite à leur décès j’ai découvert une balance romaine dont le contre poids est daté de 1729. Est-ce un objet rare et comment l’estimer ? Faut-il la nettoyer au risque de faire disparaitre des inscriptions ? Longueur du fléau 90cm. La graduation sur les deux cotés est réalisée en chiffres arabes. Graduations de 5 à 175 K et de 5 à 15 M. Contre poids : 5,4kg. Gravé sur le contrepoids : 1729

 

     

 

ARCOMA
Cette balance romaine est intéressante : il est difficile d'en trouver de cette époque. Je pense que vous pouvez la nettoyer en douceur, sans risque. J'utilise une brosse dite nylon bleue (douce) ou rouge (plus agressive). Une brosse métallique peut aussi convenir, mais a tendance à "cirer" le métal. Par contre, les meules sont évidemment à proscrire. Cela vous permettra de découvrir des poinçons, peut-être d'autres dates. En 1729, les masses étaient évaluées en livres avec des graduations très particulières : traits et points (voir le site). La vôtre est graduée en chiffres romains et kg : elle a été transformée lorsque le système métrique a été rendu obligatoire, vers la fin de la 1ère moitié du XIXe siècle. En ce qui concerne sa valeur, je ne m'aventure pas trop. Celles que je vous présente sur le site ont fait l'objet d'un achat groupé. La transformation des graduations diminue certainement sa valeur que j'estime, sans certitude, entre 80 et 120 €. C'est aussi le problème de l'offre et de la demande...

Internaute
Comme j’ai reçu en retour un message de non réception avec fichiers trop gros. Je me permets de vous le renvoyer en plus léger  ( ?).[Photo de droite].

ARCOMA
Les photos que vous me transmettez montrent les graduations en livres (traits et points). Il serait intéressant de voir les autres graduations (5M...). Et n'hésitez pas à faire un petit nettoyage : vous pouvez faire des découvertes.

 

15 décembre 2018
Museo Bilancia
Bonjour, je suis le conservateur du Musée de Balance de Campogalliano (Italie). Je cherche un contact de M. Vela pour discuter avec lui d’un poids curseur de balance romaine semblable à ce que vous avez publié au bas de cette page.

https://www.arcoma.fr/fr/instrument-de-mesure/97-instruments-de-mesure/mesure-des-masses/148-balances-romaines-1

Est-il possible de me donner son email?

ARCOMA
Plusieurs mails ont suivi. Nous transmettons, ci-dessous, l'échange qui nous semble le plus intéressant entre la conservatrice du musée et M. Vela. Voir aussi le chapitre 5 des balances romaines  https://www.arcoma.fr/fr/instrument-de-mesure/97-instruments-de-mesure/mesure-des-masses/148-balances-romaines-1

 

Internautes
… je peux vous dire que nous avons pratiquement les mêmes problèmes, à savoir qu’il nous est impossible d’interpréter les signes et autres symboles qui figurent sur ces fameux curseurs ou boulons de nos romaines respectives. Je sais qu’il existe en France de nombreux collectionneurs d’instruments de pesage et en particulier de balances romaines; il faudrait peut-être  entrer en contact avec eux et c’est là toute la difficulté. Je ne sais si cela peut vous intéresser mais à Marseille, le Musée d’Histoire possède encore 5 romaines géantes dont je suis devenu le propriétaire à un certain moment avant que je ne les donne définitivement. Le Musée ne possède pas de place suffisante pour les exposer et malheureusement elles croupissent dans un entrepôt depuis pas mal de temps et c’est bien dommage car elles sont susceptibles d’impressionner les visiteurs vu leur gigantisme. Si cela vous intéresse, il serait peut-être possible d’envisager un prêt ?

 

Subject: Re: Balances romaines

Gentilissimo, grazie per la veloce risposta. Approfitto della sua conoscenza dell'italiano per scriverle nella mia lingua. Le mando subito le foto di due romani di stadera che ho in studio (non sono di proprietà del museo ma di collezionsti che stanno lavorando con noi ad una pubblicazione che vedrà come oggetto 100+1 romani, la metà dei quali provenienti dal riutilizzo di pomi di spada!). Tra questi romani ce ne sono due di forma molto simile fra loro e molto simile a quelli che si vedono sulle stadere utilizzate dai peseurs-jures di Marsiglia.
Volevo mettermi in contatto con lei per chiederle se a suo parere possono essere marsigliesi, se ha avuto modo di visionare dal vivo dei romani di stadere sicuramente marsigliesi del 1700, se le risulta che sul romano fosse incisa la portata in libbre, utilizzando il simbolo della libra pondo (quella che somiglia ad una U corsviva maiuscola, che vedrà nella foto romano 43 ADM_5). Sui romani che ho in ufficio non trovo traccia del numero che veniva messo (uguale sull'asta della stadera corrispondente) per non confonderlo con quello di altre bilance (probabilmente è usanza più recente). Sono entrambi del XVIII secolo e manca la stadera. A seguire le fornisco alcune informazioni tecniche.

romano 43ADM
oltre 3.500 g (in questo momento non ho sottomano una bilancia più grande ma non credo ecceda i 4 kg)
data 1755
punzone giglio
467 (simbolo libra pondo) : portata della stadera?
29,5 cm h (gancio alzato)
79 mm diametro


romano 44ADM
2185 g
date 1707, 1714, 1718, 1726, 1740, 1772, 17[..]
269 (simbolo): portata della stadera?
25 cm h (gancio alzato)
69 mm diametro

Per facilitare la lettura ho disegnato quello che riesco ad interpretare. Non mi è chiaro quel simbolo che è in alto tra le sigle LAN e ORF che le sovrascrive (o è stato sovrascritto). Anche la lettera B, non capisco che significato ha.
Sono contenta di essere riuscita a rintracciarla, in prima battuta avevo chiesto a Bernard Masson della Societé Métrique de France, che però non aveva più un suo contatto. Anche lui è a conoscenza di questi romani perchè si è offerto di aiutarmi e gli ho inviato le medesime foto.

 

ARCOMA
Un grand merci pour ce partage. Vous évoquez les collectionneurs d'instruments de pesage et la difficulté de les contacter. Il me vient une idée : Facebook. Je ne suis pas un fanatique de ce moyen de communication, mais pourquoi pas. Si vous le voulez, je peux télécharger les photos que vous m'aviez transmises sur mon compte personnel et sur celui d'ARCOMA. Dites-moi ce que vous en pensez.

En ce qui concerne les grandes balances romaines et le prêt, pour le moment je ne peux l'envisager car nous n'avons pas de local à visiter. Avec mes amis de l'association, nous nous sommes faits une petite exposition que nous sommes les seuls à pouvoir apprécier. Le local mis à notre disposition par la mairie ne répond pas aux normes de sécurité ! Mais je garde l'idée, au cas où nous disposerions d'un local ouvert au public.

 

Internaute
Come promesso Le invio le foto di una stadera di grandi dimensioni che abbiamo esposta al museo, anche se non è paragonabile alla vostra grosse Bertha. Il nostro esemplare (prestito sig. Enzo Lugli) è lungo 240 cm ed ha una portata di 1040 kg; il romano pesa circa 12 kg. Firmata e datata Béranger à Lyon, 1850.

 

       

 

 

3 Métiers des métaux : serrurerie…

7 mai 2018
Chercheur heureux
J'aimerai avoir votre avis d'expert sur une clé que je possède. Je l'ai trouvé dans un champ à l'aide de mon détecteur de métal en Gironde et après nettoyage et test du matériau (produits chimiques), il s'avère qu'il s'agit d'une grosse couche de plaqué or de 9 carats. Sa dimension fait environ 8cm de long. Pour le poids je peux juste dire que c'est lourd. Pourriez-vous m'en dire plus à son sujet s'il vous plaît ? De quelle époque peut-elle datée ? Quel prix sur le marché ?

Il y a une gravure sur le bout : HUWILL

 

   

 

ARCOMA
Au risque de vous décevoir, je ne suis pas du tout un expert. Je dispose simplement de livres traitant de tous les sujets que vous trouvez sur notre site, en particulier "400 ans de serrures", rédigé par JP Guarry, qui, lui, est un véritable expert. Pour compléter, j'utilise internet. Pour votre clef, la marque HUWIL (L ?) laisse penser qu'elle n'est pas très ancienne. Je n'ai pas trouvé la date de la création de cette entreprise ; il faudrait chercher davantage. Je pense, sans l'affirmer, qu'elle date du XIXe, début XXe. Cette clef est lourde : sans doute en bronze, plaqué or. Elle devait équiper un meuble assez luxueux. Quant au prix, je n'en ai aucune idée. L'offre et la demande, d'une part, le poids de l'or d'autre part sont les 2 éléments qui rentrent en ligne de compte.

Note : on trouve sur Google de très nombreuses références sur HUWIL. On peut y lire : "La société mère HUWIL –  établie de longue date – a transmis à son héritière HMT des  connaissances solides, lui permettant de voler de ses propres ailes en tant qu’entreprise autonome." (https://www.huwil.de/fr/82-hmt-news/83-bienvenue-a-hmt).

 

21 mai 2018
Propriétaire
Pourrais-je avoir une datation de cette serrure et sa clef en fer forgé d’une suite de huit et de quatre clefs de dimensions : 77 X 57 X 15 mm d’épaisseur provenant d’un bureau Mazarin du XVIII siècle ? Que peut-on dire de l’anneau dont je n’ai rien trouvé de pareil ?

 

   







 

 

ARCOMA
A noter, tout d'abord, que je ne suis pas un spécialiste des clefs et serrures. Je dois traiter d'une centaine de métiers, de la vie domestique... Il est impossible de tout savoir sur tout. Je me considère comme un modeste généraliste, rien de plus. Mes connaissances sont essentiellement livresques.

Pour en revenir à votre clef, effectivement, elle n'est pas classique. Il aurait été intéressant de voir le panneton en coupe. L'anneau peut faire penser à la forme en "cuisse de grenouille" stylisée. Il se peut que ce ne soit pas la clef d'origine de votre meuble du XVIIIe siècle. Je pense plutôt à une clef du XIXe. En ce qui concerne la serrure elle-même, je n'en dirai rien : les photos ne sont pas assez explicites. C'est d'ailleurs souvent le cas lorsqu'elles sont complètement fermées et ne laissent pas voir le mécanisme. Mais encore une fois sous toutes réserves. Si vous avez des renseignements plus précis de la part d'un expert, je vous serai reconnaissant de m'en faire part.

 

17 août 2018
Propriétaire
Nous avons un secrétaire Empire.  Le plateau a une serrure qui sert a fermer le secrétaire à clé lorsqu’il il est levé contre le meuble. Notre serrurier local dit qu’il n’a pas de clés pour une serrure aussi ancienne que la nôtre. Je mets en annexe les dimensions et 4 photos de la serrure. Merci de bien vouloir m’indiquer si vous être en mesure de me dépanner.  Et si vous ne l’êtes pas, pourriez-vous, s’il vous plaît, me diriger vers un artisan qui pourrait le faire.

   

 

ARCOMA
Je ne suis pas étonné par la réponse de votre serrurier. A mon avis, la clef doit être refaite par un ferronnier d'art ou par un serrurier-forgeron, très difficile à trouver. En pensant à des mails, j'ai retrouvé un document qui peut, peut-être, répondre à votre demande. Je vous le fais suivre dans un deuxième mail. Si vous obtenez une réponse positive, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m'en informer.

Note : Nous avons donné les coordonnées de Jean-Pierre Augier, artiste-ferronnier remarquable, à Saint-Antoine-de-Siga (Alpes-Maritimes), utilisant comme matériaux de base des vieux outils pour réaliser des objets d'arts magnifiques. Il semble qu'il n'y ait pas eu de suite.

 

18 décembre 2018
Chercheur de métaux
… Je regardais votre site très intéressant car Je fais de la détection de métaux et j'ai hier trouvé cette vieille clé en plein milieu d'une forêt enfouie sous 20 cm de terre. Auriez-vous une idée de son époque ? Le panneton est relativement large et ne présente visiblement qu'un seul rouet.

 

     

 

ARCOMA
En ce qui concerne votre découverte, compte tenu de la section du panneton, je dirais que cette clef est du XVIIe ou XVIIIe siècle. Il y a un gros obstacle : son état. C'est tout de même une belle découverte qui a dû vous réjouir. Sur un plan "commercial", je pense qu'il ne faut pas trop en attendre du fait de l'importance de la rouille.

 

Internaute
Je suis retourné aujourd'hui dans le même bois et j'ai trouvé ceci. Pensez-vous que cela pourrait aussi être une clé ? J'ai l'impression de distinguer un panneton "divisé" en 2 (cf troisième photo)comme pour entrer dans une serrure.

Auriez-vous une idée de l'époque qui la caractériserait si c'en est bien une?

 

   

 

ARCOMA
Clef possible, mais je ne veux pas m'aventurer compte tenu de l'état de cet objet. Essayez de faire un nettoyage léger et progressif avec une brosse métallique ou une brosse nylon rouge. On verra peut-être plus clair après.

Note : "à l'impossible, nul n'est tenu".

 

4 Métiers du bois : charron, tonnelier, charpentier…

17 janvier 2018
Héritier
Bonjour,
Issu d'une famille de charrons, je suis à la recherche d'informations concernant l'outillage de cette profession.
Et sur votre site, j'ai consulté le chapitre consacré au perçage du moyeu pour y placer le "boîtier" ou "boîte" en fonte. Dans l'atelier de mon beau père, j'ai retrouvé un système très particulier assurant un centrage parfait de ce perçage. Je vous transmets une image de ce "guidage" très particulier. Connaissez-vous ce système qui, d'après mon beau père, était rare, mais qui à l'époque leur a valu une certaine réputation : leurs roues ne présentaient pas de défaut de centrage.
Merci de m'apporter plus de précisions sur ce système que je n'ai retrouvé nulle part ailleurs.

 

     
  L'ARTISANE  

 

ARCOMA
… Nous ne présentons - et connaissons - que les outils dont nous disposons. Pour être franc, je ne connais absolument pas l'outil que vous me présentez. Par contre, je vous indique un lien qui vous permettra, peut-être, d'avancer dans vos recherches :

                         http://www.forum-outils-anciens.com/t9996-Un-outil-de-charron-identifier-pour-Coudray.htm

Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire sur ce forum : c'est gratuit et les internautes qui le font vivre ont des connaissances sans commune mesure avec les miennes (l'union fait la force ; je suis tout seul de mon association à rédiger les articles du site).

Internaute
Sur le forum outils anciens, j'ai trouvé la même pièce et aussi les interrogations qu'elle pose. Je tenterai d'en expliquer l'utilisation avec les informations que mon beau-père m'avait transmise avant son brusque départ ! J'aurais aimé croiser les infos fournies par différentes sources afin d'avoir un avis plus éclairé.

ARCOMA (information donnée par un sympathisant passionné par la charronnerie).

… Concernant la photo de l'outil, il s'agit effectivement d'une machine pour faire le logement de la boîte dans le moyeu. Cette machine est composée de 2 flasques se fixant sur les bouts d'avant et d'arrière du moyeu (la photo représente une des 2 flasques) et d'une tige filetée en partie, recevant le couteau et actionnée par un tourne à gauche. Cette tige passe par les 2 flasques et traverse le moyeu. Cette machine, "l'ARTISANE" était fabriquée par "COCHIN Frères" à ANGERS (on peut voir la publicité d'époque en consultant le site "Trait charentais", à la rubrique charron : http://traitcharentais.wifeo.com/charron.php).

Internaute

Bonjour, j'ai tardé à vous faire parvenir ce que je pense être les trois éléments qui composent cet outil permettant de réaliser le logement de la boîte dans le moyeu. Sur la photo cette tige est de section carrée et s'insère parfaitement dans les emplacements des deux flasques. En son milieu est fixé un fer tranchant qui assure "l'alésage conique voulu"... C'est ce que je crois...

 

   

 

13 juin 2018
Propriétaire
Ayant vu votre site et étant à la recherche de l'origine de cette hache,  je me permets de vous contacter. Cette hache ancienne pèse environ 3kg 300, largeur 36 cm, haut 32 cm estampillée  l.  bladairond,  il me semble. Si vous pouviez me renseigner ?

 

     

                                                                                          

ARCOMA
… A priori, je pense, toutefois, qu'il s'agit d'une doloire de charpentier : n' a-t-elle bien qu'un seul biseau ? Le manche est-il déporté par rapport au plan de la joue de la hache ?

Internaute
Par le fait il n y a qu'un biseau et par contre il n'y avait pas le manche d'origine.

Et plus tard :
Je me permets de revenir vers vous afin de savoir si vous avez quelques renseignements à m'apporter au sujet de la hache. Moi je ne trouve rien, donc j'espère qu'un connaisseur pourra m'apporter quelques éléments.

ARCOMA
... Pour en revenir à votre outil, je pense qu'il s'agit d'une doloire de charpentier (par définition, hache à un seul biseau et à manche déporté par rapport au plan de la joue) qui sert à blanchir le fût, avant l'équarrissage. Ce modèle pourrait venir de l'est de la France, de Franche-Comté. Il pourrait dater du premier quart du XXe siècle. Quant au nom qui est inscrit sur la joue, il peut correspondre à celui du forgeron ou du propriétaire. Je ne peux vous en dire plus. J'ai l'habitude de dire que je ne suis qu'un "généraliste". Mes connaissances sont essentiellement livresques, donc incomplètes.

 

25 juin 2018
Héritier
je viens de trouver cet "outil". Hélas mon beau père nous a quittés au mois de janvier dernier et avec lui de nombreux précieux renseignements. Peut-être pourriez-vous me donner et le nom et l'usage de cet outil : "robuste" cette "mâchoire" s'entrouvre et se referme mais sur quoi ?

 

     

 

ARCOMA
L'outil que vous me présentez est moins énigmatique que le premier. Il s'agit d'un traitoir ou tire à barrer ou chien de tonnelier qui sert à positionner les cercles métalliques qui maintiennent ensemble les douelles. Vous en trouverez quelques modèles dans le chapitre 5 du tonnelier.

 

26 juillet 2018
Charron amateur
Nous sommes lancés avec des amis dans la restauration d'une calèche et nous devons désormais restaurer les roues de la calèche. Je me permets de vous contacter pour savoir si vous aviez des bons plans ou des personnes qui pourraient nous aider dans cette tache technique car nous sommes un peu perdus.

ARCOMA
J'ai fait suivre votre mail à un sympathisant de notre association qui est charron amateur et a réalisé des roues magnifiques. Je lui ai suggéré de vous contacter, mais la décision lui appartient.

 

 

7 Eclairage : lampes de chemin de fer, …

27 janvier 2018
Passionné des chemins de fer
Votre site est bien fait, je peux vous apporter une précision concernant une lanterne qui vraisemblablement n'a rien de ferroviaire ; il s'agit de la lanterne rouge n°7. Il se trouve que ce type de lanterne a servi dans la plus part des cas comme lampe de signalisation de chantier sur les routes Nationales, départementales, communales, pour sécuriser les chantiers sur les accotements, voire éventuellement de route barrée ; compte tenu qu'elle n'a pas de marquage spécifique, et je n'ai pas de photos pour étayer cette situation, mais je l'ai fait par des recoupements d'information. Les lanternes n° 6 et n° 8 (verte) sont des lanternes de copies de modèles ferroviaires et ne possédant pas de plaques de marquage distinctes ni d'identification peuvent être à usage dite de privé, telle que certains fabricants et fournisseurs ( LUCHAIRE, BUTIN, GILLET-FOREST,...) ont pu vendre à des sociétés, des communes, ou des services de surveillance, de police, douanes,  mines, carrières, voir militaire. Je me rappelle que dans ma jeunesse j'ai pu trouver encore une de ces lanternes neuves chez un quincailler de l'époque (quincaillerie aujourd'hui fermée depuis + de 40ans)

ARCOMA
Vos renseignements sont très précieux et je vais les inclure dans l'article. Pour la lanterne rouge, j'avais un doute : j'ai bien  précisé "lanterne de chantier (?)". Vous le confirmer, avec une nuance ; elle était surtout utilisée sur les axes routiers.
Pour les lanternes 6 et 8, j'émets un doute sur l'origine dans le texte. Là encore, vos informations sont très précieuses.
Sans chercher d'excuses à ces "insuffisances", je dois dire que je suis seul à réaliser ce site. Je suis donc généraliste et mes connaissances sont essentiellement livresques. Il est difficile de tout savoir sur le tonnelier, le chirurgien ou le tailleur de lime... C'est pourquoi j'apprécie tout particulièrement des interventions comme la vôtre qui me permettent de transmettre la meilleure et la plus juste information sur tous ces objets anciens.
Je profite de vos connaissances pour joindre les photos de deux lampes qui, je crois, appartiennent au secteur ferroviaire, peut-être des lampes de quai, en particulier la deuxième à base trapézoïdale. C'est au cours d'une exposition que cela m'a été suggéré, mais, dans l'incertitude, je n'ai pas osé les ranger dans cet article.

 

     
                                          1                                                                                          2  

 

Internaute
Je vous félicite pour votre site et votre documentation. Effectivement, je ne prétends pas tout savoir mais si je peux aider il n'y a pas de problème, on apprend à tout âge...
- pour la lanterne rouge, il y a bien existé des lanternes de chantier spécifiquement dans le domaine ferroviaire, ainsi que de puissants projecteurs fonctionnant à l'acétylène,
- d'après mes recherches il se peut que la lanterne (photo 1, ci-dessus) puisse être un signal latéral d'un bateau. Ce signal ne doit se voir que de l'avant du bateau et un peu de côté sans excéder 90°, avec un verre de couleur, d'une péniche, les feux de couleur rouge ou vert situés uniquement de part et d'autre d'un poste de pilotage de navire , mais d'après la structure pas de navire de mer.
Pour la lanterne (photo 2, ci-dessus) j'ai trouvé par analogie une lanterne similaire, définie :" pour des camions" 
- dans le domaine ferroviaire, les constructeurs de lanternes, (H.Luchaire, Gillet-Forest, A.Butin), ont fabriqué des lanternes et appareils d'éclairage en fonction du cahier des charges des différentes compagnies PO, ETAT, EST, PLM, AL, Chemin de fer Départementaux, Compagnies hors de France... et certaines lanternes ont eu des affectations complètement différentes au cours de leur vie, voire que certain lampiste adaptait, modifiait, transformait ces lampes en fonction d'un usage bien spécifique à la demande des compagnies voire des services. J'ai une lanterne de type SNCF à acétylène (chef de service) transformée en version électrique par un lampiste, et qui n'existe dans aucun catalogue.

 

8 Divers : outils

18 mars 2018
Association
Nous sommes une association qui récupère, rénove des outils et ustensiles anciens. A la demande, de la Mairie ou de tout autre organisme, nous exposons suivant un thème donné le matériel que nous avons. Mais nous ne savons pas tout. Exemple les 2 pièces dont la photo ci jointe.
De quoi s’agit-il ? Le premier qui ressemble à un hachoir, nos recherches n’ont rien donné.            Le second encore moins, le nom mais surtout l’utilisation.
Nous faisons appel à vos lumières pour tout savoir.

 

   

                      

ARCOMA
Je ne vais pas pouvoir vous être d'une grande utilité. Le premier objet est, d'évidence, un hachoir, mais je ne saurai en dire davantage. Le deuxième objet m'est totalement inconnu. Je peux vous conseiller de présenter vos photos au forum des outils anciens. Vous avez de vrais experts, avec des documentations concernant tous les outils. Le lien :

                                                http://www.forum-outils-anciens.com/index.php

Il suffit de vous inscrire, c'est gratuit, de vous présenter succinctement et de poser vos questions. Il est rare qu'il n'y ait pas de réponse.

 

25 mars 2018
Collectionneur

J'ai découvert avec grand plaisir votre site, m'intéressant depuis peu aux outils anciens (pour les utiliser, notamment en travail du bois).

J'ai une question car j'ai vu sur un vide-grenier des gouges anciennes que je n'avais jamais vu ailleurs, ni sur votre site, il y en avait 3 de tailles différentes, concaves entre 15 et 35mm de largeur je dirai, et toutes avaient la particularité d'avoir la lame entaillée au bout de 2 ou 3 fentes (façonnées, pas des brisures) , comme je l'ai représenté sur l'image.

L'épaisseur du métal n'était pas différente de celle des outils à bois, ce qui ne me fait pas penser à une utilisation sur pierre (ou alors sur tuffeau)

Auriez-vous une idée sur la destination de ce type d'outil ?

 

   

 

ARCOMA
Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu une telle gouge. Je serai tenté d'évoquer une gradine, mais qui est un ciseau à fer plat et non incurvé (épaisseur du fer ?). Peut-être s'agit-il d'un outil destiné à une tâche particulière, dessiné par son propriétaire, auquel cas il sera difficile de trouver la solution. Si vous ne l'avez pas déjà fait, je vous conseille de poser votre question au forum des outils anciens :

                                                  http://www.forum-outils-anciens.com/index.php

Inscrivez-vous, c'est gratuit. Présentez-vous (très important !), puis dans la rubrique "Vous avez un problème d'identification d'outil", présentez cette gouge, avec ses dimensions. Il est rare que les membres du forum n'aient pas les réponses souhaitées. Si vous avez un problème pour la photo (voir rubrique "A l'aide"), n'hésitez pas à me contacter.

ARCOMA
… il me semblait avoir vu ce type de gouge. En cherchant, j'ai trouvé ce qui semble être votre interrogation. Voir photo en pièce jointe : outil de tailleur de pierre (livre de J-N Mouret).

 

   

 

Internaute
Bien vu ! "Gouge à dents plates". J'en ai profité pour chercher un peu, et j'ai pu découvrir que dans le domaine de la taille de pierre on parle même de "gouge SANS dents"  (ce qui irait de soi pour tout un chacun) pour les distinguer de celles à dents pointues ou à dents plates. Ça reste un outil différent de la gradine (elle aussi à dents pointues ou plates) qui donne un travail plus grossier. Si j'avais fait collection, ça aurait donc été une trouvaille sympa…

 

3 mai 2018
Collectionneur ?

Bonjour, peut-être pourriez-vous m'aider, je cherche à savoir ce qu'est cet outil :

 

   

 

ARCOMA
Votre outil est un baille-voie ou tourne-à-gauche utilisé pour écarter alternativement à droite et à gauche les dents d'une scie à bois, et donner, ainsi, de la voie à la lame. Vous en trouverez quelques exemplaires dans notre site chez le charpentier et le menuisier.

 

5 août 2018
Collectionneur
Je viens d'acheter cet outil dans magasin d'antiquités à la Nouvelle Orléans, et je souhaiterais savoir quel est le nom et à quoi sert-il ? De plus que signifient ces gravures ?

 

   

 

Je crains de ne pouvoir vous être d'une grande aide dans votre recherche car ce "fer à déformer" a sans doute été fabriqué aux Etats-Unis. Les nôtres sont tous français (voir "Cordonnier chapitre 4"). Cette tête de lion est sans doute l'emblème du fabricant, les lettres B M C (c'est du moins ce que je peux lire) pouvant être ses initiales ou celles du revendeur. Je pense que vous aurez des réponses à vos questions en contactant un vieux cordonnier, sur place, qui en saura beaucoup plus que moi sur ce sujet ... "américain". Peut-être existe-t-il une amicale de cordonniers ? Voir aussi Google.

 

Internaute
En fait, je l'ai trouvé à la Nouvelle Orléans, mais chez un brocanteur Hollandais qui se fournit en France.

Note : L'internaute est français, mais vit aux Etats-Unis. Il a d'abord contacté une association spécialisée dans les outils de cordonnier qui nous a fait l'honneur de nous transmettre cette demande. Notre réponse n'est pas à la hauteur !

 

13 octobre 2018
Héritier
J’ai trouvé récemment dans un grenier cet outil (photo jointe) qui ressemble à une pince de levage. Pouvez-vous m’en dire plus, l’utilisation et dans quel domaine d’artisanat.

 

   

 

ARCOMA
Je pense que vous avez raison et qu'il s'agit bien d'une pince de levage. Pour quel métier ? Bien difficile à dire : très souvent meunier, mais pas toujours ! Dans le 1er article sur le vigneron, nous présentons une pince que l'on pourrait prendre (et utiliser) comme une pince de levage : il s'agit à priori d'une pince arrache-cep. Mais là encore, le doute est présent. C'est le cas pour ces outils ambivalents...

 

4 novembre 2018
Collectionneur
… j’ai acheté dernièrement cette petite pique en fer forgé. J’affectionne les objets liés à la pêche en mer, mais celui-ci ne semble pas rentré dans cette catégorie.

 

   

 

ARCOMA
… En ce qui concerne le vôtre et d'après la photo, les fourchons me semblent beaucoup trop importants pour aller à la pêche. Les foënes ont des branches plus fines, parfois en forme de harpons et sont plus nombreuses. Je pense qu'il s'agit plutôt d'un outil agricole, genre "déplantoir" comme nous en présentons dans le chapitre 4 de l'agriculteur.

Note : après réflexion, s'agit-il d'un outil agricole ?

 

30 novembre 2018
Propriétaire
Je possède un outil dont j'ignore la fonction...Sur un site, forum d'outils anciens, un autre chineur vient de me dire qu'il possédait un outil de la même marque (BOSSAN NARDI) mais ignore l'usage. Cependant il l'a récupéré chez un ancien fabricant de galoches. Je me permets donc de vous soumettre l'outil mystère, même si je pense plutôt à un outil de bottier ou gantier....?

 

   









 

 

ARCOMA
Je ne sais absolument pas à quoi sert cet outil. Mais je ne suis pas le seul ! Via Google, je suis tombé sur le forum des outils, auquel je participe très modestement. Cet outil est évoqué, mais son utilité n'est pas évidente. Je vous donne le lien qui vous permettra d'en savoir un peu plus (!?).

                                        http://www.forum-outils-anciens.com/t4562-Outil-pour-le-cuir.htm

PS : l'article date de 2012. Peut-être est-ce vous qui l'avez relancé le 18 novembre dernier ? Dans ce cas, je ne vous apporte rien de plus.

 

9 Demandes particulières : étudiants, ventes…

22 janvier 2018
Des écolières

Excusez-nous de vous déranger  nous sommes des élèves de l'école YYY.
Nous faisons un travail sur les sources d'énergie utilisées autrefois.
Nous aimerions savoir s'il y avait des moulins à vent à Rive-De-Gier avant.
Merci de votre compréhension.

ARCOMA
D'abord, je tiens à vous féliciter pour ce beau travail tout-à-fait d'actualité. Je ne peux rien affirmer quant à l'existence de moulins à vent à Rive-de-Gier dans le passé. Je n'ai jamais étudié cette question. Toutefois, dans mes nombreuses lectures liées à la réalisation du site de notre association, je n'ai pas le souvenir d'avoir lu quoi que ce soit à ce sujet. En fait, l'énergie provenait essentiellement des rivières qui descendent du Mont Pilat. On retrouve de très nombreux moulins à eau le long de ces rivières, moulins à céréales et surtout à soie... qui sont à l'origine des activités textiles de notre vallée (rubans, tresses et lacets...).

 

11 mars 2018
Site touristique

Superbe travail que vous avez réalisé avec ce site formidablement documenté. Le type de reportages « scieurs de long » est passionnant parce que très vivant. Que pouvons-nous faire pour vous faire connaître au public  et reconnaître par les instances ? Ne faites pas l’erreur de vous reposer uniquement sur Facebook. Gardez surtout votre site web, c’est grâce à lui que vous pouvez vous indexer par tous les noms d’outils qui figurent dans votre catalogue. Pour votre information, je vous ai trouvé en cherchant « Marrel Fonderies » P.J. Jointe.

 

   

                                                                             

ARCOMA
Et merci pour votre mail qui est un véritable encouragement pour toute l'équipe d'ARCOMA. Si vous allez sur Facebook, vous verrez qu'il y a très peu d'articles, faute de temps, ce temps qui est consacré essentiellement à notre site. Bien sûr, nous cherchons à être connus du grand public, mais surtout des élus, car notre seul avenir est l'ouverture d'une maison du patrimoine, avec d'autres associations. En principe, la ville devrait mettre à disposition une salle d'exposition réservée au patrimoine de notre ville. Nous avons également d'autres projets : rédaction de livres, traduction de tous les articles en anglais (des internautes d'une cinquantaine de pays visitent le site régulièrement). Reste à résoudre le problème des finances. Des expositions payantes pourraient être une solution : nous en prévoyons une à Villars, près de Saint-Etienne, au mois de juin. En ce qui concerne le site, nous sommes à mi-chemin. Il y a donc encore 3 ou 4 ans de travail

Internaute
En tout cas, le Département transfèrerait utilement le coût d’exploitation de la maison du Gier sur votre association. J’ai été choqué l’autre jour en passant en repérage d’un circuit cycliste sur le tracé de l’aqueduc du Gier, de voir l’importance de cette "maison" toujours vide et dont les occupants (nombreux) ne font rien d’autre que de surveiller le lavage des vitres par des prestataires externes. Mais vous avez matière à rayonner au-delà de la seule commune, car la mémoire industrielle pour votre secteur va de Givors à Saint Martin en haut en passant par Saint Chamond. Et l’important, ça n’est pas le matériel que vous avez sous la main, mais la qualité des locomotives que vous êtes capables de fédérer pour tirer les wagons. J’espère que l‘aqueduc pourra être un moteur le jour où les services culturels régionaux se seront aperçu de la richesse qu’il représente. Mais il faut aussi que les locaux se saisissent du problème sans attendre des subventions qui risquent de se réduire gravement 
Continuez bien.
Je vais faire ce que je peux à mon niveau pour faire connaître votre travail.

Internaute
Je commence donc par une mention dans le dernier compte-rendu de mes balades cyclistes dans votre région au riche passé industriel, avant de pouvoir organiser une visite avec quelques copains pour tâter de la Mourine. Je vais très prochainement emmener un petit groupe visiter la vallée des forges ; si l’occasion s’en présente je passerai vous voir à cette occasion.
Connaissez-vous d’autres associations dans le même style « patrimoine industriel abandonné » dans la région (mis à part bien entendu la maison des tresses et lacets que je connais bien) ?

ARCOMA
Merci pour vos commentaires. Il est difficile de vous dire tout ce que j'ai fait depuis 12 ans pour faire comprendre aux élus que nous étions la seule partie du département de la Loire à ne pas avoir de musée (en 2000). 12 ans, car si notre association a 18 ans, elle n'était pas crédible jusqu'en 2006 (manque de matériel). A partir de 2006, j'ai cherché à avoir un local : j'ai contacté une quinzaine de maires du Pays du Gier (sur 21). La réponse était toujours la même : votre idée est excellente, mais nous n'avons ni argent, ni local. Une façon de me dire non, car des locaux il y en a : toutes les friches industrielles. Nous n'avons un local que depuis décembre 2016. Avant, nous stockions chez les uns ou les autres, dans des caves : il était difficile de faire vivre l'association. Ce local est donc à St Chamond, mais ne peut recevoir que le matériel et les membres de l'association. Les normes ERP ne sont pas respectées. J'ai tourné ce problème en créant une nouvelle catégorie d'adhérents, dits temporaires, à cotisation très réduite (1 ou 5 €, suivant la durée au lieu de 20 € pour une cotisation annuelle). Pour l'instant, sans succès (ce pourrait être une force pour nous si nous étions plus nombreux). Ce local de 150 m2 s'est vite avéré trop petit. La mairie met à notre disposition un autre local, juste à côté du premier, de 280 m2. Il va falloir tout déménager il va falloir pas mal de bras. C'est donc un premier pas. Un deuxième pourrait être franchi d'ici la fin de l'année, avec mise à disposition, pour plusieurs associations ou collectionneurs privés, d'un local aux normes, de 300 m2 : petit, mais on ne va pas faire la fine bouche. C'est un début, pour la première fois. S'il n'y a pas de suite, j'arrêterai tout : les années passent et les outils sont de plus en plus lourds ! Et plus de 10 000 pièces (XVe - XXe siècles) seront dispersées, loin du Pays du Gier.

En ce qui concerne les associations comme la nôtre ou musées existants dans notre secteur, je vous conseille de vous rendre sur un site que nous avons créé dans le cadre  d'un collectif de 25 associations ou petits musées locaux :

                                                             http://www.lieuxetmemoires.com/

Ce site, à développer, vous indique toutes les associations patrimoniales du bassin stéphanois adhérentes. Pour répondre plus précisément à votre question, outre les Tresses et lacets, la Mourine, il y a le CERPI, Centre d'études et de recherches du patrimoine industriel. Cette association est constituée d'anciens ingénieurs et ouvriers de la belle époque. L'association a la chance d'avoir un local visitable et organise des visites de friches industrielles ou de lieux qui ont marqué l'économie de notre vallée (canal). Elle présente également un petit musée. Notre local est situé dans le même ensemble de bâtiments que celui du CERPI (anciennes teintureries Gillet-Haon, près de la piscine de St Chamond). Il y a deux autres structures intéressantes, des musées municipaux, avec une directrice salariée dans les deux cas : petit musée des passementiers, à St Jean Bonnefonds et musée de référence sur les instruments de mesure, à la Talaudière. Il y a aussi l'association de la mine de Bissieux (mais je connais moins). Dernier point, l'aqueduc romain. Il faut dire que dans notre vallée, tout a été cassé ou presque : du côté de Saint Joseph, au-dessus de Rive de Gier, il y a des restes intéressants, dans un très beau cadre. A Saint-Chamond, il reste 2 piles en très mauvais état, à conserver, bien sûr, mais, pour l'instant, elles ne valent pas le détour. Rien à voir avec Mornant, Chaponost... J'ai proposé à notre collectif une journée de déblaiement au cours de laquelle les associations et nos concitoyens dégageraient de la végétation des restes de l'aqueduc. Tout cela, avec l'accord des élus. Ce serait un moyen de sensibiliser élus et citoyens. Pour l'instant, il n'y a pas de suite.

Si vous venez dans notre secteur, nous pourrons effectivement nous rencontrer, mais seulement à partir de la fin mars.

Note : depuis cette date, le local d'exposition évoqué n'a jamais été mis à disposition des associations de la ville. Le site http://www.lieuxetmemoires.com/ a dû être fermé, faute d'articles. Un projet de "Cité de la mémoire industrielle" est en cours de montage : cette seule appellation laisse planer quelques doutes sur son succès auprès des éventuels visiteurs. Elle devrait ouvrir dans 5 ou 6 ans. Serons-nous encore là ? Quant à l'aqueduc du Gier, il n'est pas prêt de faire déplacer des montagnes, même si, dans le nouveau conseil municipal, un élu en est plus particulièrement chargé.  En conclusion, "nul n'est prophète en son pays"

 

8 avril 2018
Collectionneur

Je viens de regarder votre catalogue en ligne, une merveille pour les collectionneurs qui cherchent comment s'appelle l'outil chiné le dimanche matin et à quoi il sert. Je n'ai plus qu'à continuer à trier et nettoyer les outils chinés et les répertorier. 2 outils intéressants ce matin : une tarière avec son étui en bois et un compas à rondelle de bourrelier.

ARCOMA
Merci de vous intéresser à notre site. Merci plus encore pour votre mail qui est un encouragement pour continuer. Chinez bien, surtout si vous êtes dans une région où l'on peut encore trouver de belles pièces (ce n'est pas vraiment le cas dans la Loire). Surtout, nettoyez au fur et à mesure de vos découvertes.

Internaute
Oui, il y a de moins en moins de belles pièces, ça dépend beaucoup des villes, des régions et des brocantes. Les beaux outils sont maintenant en général dans les collections de chacun, sur Ebay ou chez les brocanteurs professionnels. Mais on fait quand même de temps de vraies découvertes, j'ai quelques outils que je date du 18e ou début 19eme siècle. Effectivement, il ne suffit pas d'aller se promener le dimanche matin, encore faut-il après nettoyer, trier, répertorier... J'ai à peu près 6 mois de retard de nettoyage, pas facile quand on travaille. De plus quand on est en immeuble il est peu apprécié de certains voisins de faire tourner la polisseuse à brosse le dimanche sur le balcon...on se demande pourquoi ? J'ai prévu de les trier par famille de métiers : travail du bois, du cuir, horlogerie, vigne et vin, région Savoie, + quelques divers qui sont les catégories principales que je recherche.
Il faudra un jour que je fasse un répertoire photo et un site comme vous et/ou que je vous envoie des photos pour compléter votre site. Mais je ne sais pas encore quand.
Juste une idée pour les utilisateurs de votre site : si vous pouvez faire des photos plus claires et/ou sur fond plus clair pour qu'on distingue mieux les outils et éventuellement des photos plus grandes à télécharger ou agrandissables pour les visionner sur votre site, ce serait super.

ARCOMA
Je réponds à votre demande du dernier paragraphe. Peut-être parlez-vous des photos de la colonne de gauche dans les dictionnaires. En fait, à cet endroit, je ne peux pas mettre de photos plus grandes : c'est une question de place. Par contre, en cliquant sur le libellé cité dans la 4ème colonne, à droite, vous avez accès direct à l'article où il est question de l'objet qui vous intéresse. La photo y est beaucoup plus grande et plus claire. Par ailleurs, nous ne tenons pas à mettre des photos trop grandes : d'abord, pour des questions techniques (suivant les conseils de notre informaticien), ensuite parce que certains pourraient s'en servir à des fins commerciales, bien qu'elles soient notre propriété.

Internaute
Merci pour vos explications, les photos par métier sont plus grandes mais restent assez sombres, on a de la peine à distinguer les détails utiles de certains objets.
Dans certains cas, ce serait vraiment utile de mieux voir certains détails.
L'idéal serait de pouvoir les avoir en grand format en cliquant dessus comme sur lbc ou ebay ou de pourvoir passer une loupe dessus comme ebay.
Parlez-en à vos informaticiens pour vos développements futurs.

ARCOMA
Pour l'instant il m'est difficile de faire plus et j'en suis désolé : récupération ou achat des objets, nettoyage, photographie (près de 10 000 pour 5300 téléchargées), rédaction du texte, téléchargement du texte et des photos : pour un seul homme, c'est beaucoup. A cela, il faut ajouter l'organisation du déménagement de notre association (plusieurs tonnes à déplacer) avec problèmes administratifs (clefs, électricité, eau) ; organisation d'une exposition en juin ; préparation d'une participation éventuelle aux JEP 2018 ; courriers ; résumé des activités pour les adhérents. Par ailleurs, notre budget n'est pas celui de eBay. Je dois contacter mon informaticien : j'évoquerai cette possibilité de loupe. Mais ce n'est pas ma priorité : compte tenu du nombre d'anglophones qui visitent le site, je souhaite que mes articles soient présentés en anglais (j'ai les traducteurs gratuits).

PS : éventuellement, donnez-moi un exemple de "... on a de la peine à distinguer les détails utiles de certains objets. Dans certains cas, ce serait vraiment utile de mieux voir certains détails."

 

Note : effectivement, la réalisation de ce site demande beaucoup de temps. En ce qui concerne les photographies, je n'ai pas cherché à en faire plus, hormis l'agrandissement des photos dans les dictionnaires. Par ailleurs, je ne suis pas vraiment doué pour les prendre. Il faudrait que je passe plus de temps (encore le temps !). Il n'est pas rare que je prenne 5 à 10 photos pour un objet et que je n'en publie que 3 ou 4. J'avais fait appel à un amateur éclairé, mais ce n'était pas sa tasse de thé  et le résultat n'a pas été probant.

 

12 avril 2018
Héritière

Seriez-vous intéressé par un cygne de cordonnier avec son billot en bois. Il était à mon grand-père et je souhaite le vendre. Je peux vous envoyer des photos.

ARCOMA
Je vous remercie pour votre proposition, mais nous ne sommes pas intéressés. Cet outil est très fréquent : il était indispensable au cordonnier. Nous en avons déjà plusieurs, avec leur billot et de forme très variable.

Note : ce genre de proposition n'est pas très fréquent. Nous en verrons d'autres. Dans le cas présent, nous avons une vingtaine de ces enclumes de cordonnier.

 

15 avril 2018
Vendeur

Pourriez-vous me préciser si vous achetez des outils anciens de cordonnier ?

 

   

                                                                              

ARCOMA
Notre association n'a pas de moyens financiers. Ses collections proviennent donc de dons. Ces dons, lorsqu'ils sont importants, peuvent faire l'objet d'un reçu fiscal. Les achats peuvent être faits par des collectionneurs de l'association, mais il y a des limites et cela est fonction de l'intérêt de l'objet. Cela concerne tous les métiers, la vie domestique... Dans le cas de vos "patrons", quelle somme en demandez-vous ?

Internaute
Ce message pour vous informer que ces objets sont en vente sur Ebay sous le nom de : rares gabarits de patronage chaussures cordonnier en bronze laiton Excelsior.

 

29 mai 2018
Etudiante
Je me permets de prendre contact avec vous dans le cadre de mon mémoire de fin d’études. Je suis en effet en dernière année de Master Communication au sein de Sup de Com Montpellier et je réalise mon mémoire sur le thème du monde vitivinicole. J’ai choisi d’axer mes recherches sur les relations entre les acteurs de la filière avec la problématique suivante :

Quelles stratégies BtoB mettre en place au sein du secteur vitivinicole français pour valoriser la filière ?

Je réalise aujourd’hui une enquête terrain pour étayer mes réflexions avec des faits concrets pour pouvoir répondre au mieux à cette problématique. Je vous sollicite donc pour savoir si vous auriez la gentillesse de répondre à un questionnaire de quelques minutes pour m’aider à refléter au mieux la réalité du marché. Vous trouverez donc ci-joint le lien eval&go qui vous permettra de répondre en ligne à ce questionnaire :

https://app.evalandgo.com/s/?id=JTk2bSU5M28lOTYlQUI=&a=JTk1cSU5NGklOUElQU=

Si vous ne souhaitez pas y répondre en ligne, je vous joins celui-ci aux formats Word et PDF que vous pourrez remplir directement et me les renvoyer par mail. Je vous joins aussi une attestation sur l’honneur du respect de l’anonymat et de la non diffusion des informations récoltées pour un autre usage que celui présenté ci-dessus. Je me tiens à votre disposition si vous souhaitez échanger sur ce sujet, si vous avez des questions ou des remarques.

 

ARCOMA
Je pense qu'il y a erreur sur notre association. Notre but est patrimonial et concerne la vie de nos ancêtres artisans. Le vigneron fait partie de ces artisans, comme le maréchal-ferrant, le chirurgien ou le cordonnier. Il est évident que nous n'avons pas la connaissance de l'avenir de ces 100 professions, de la vie domestique, des instruments de mesure et des systèmes d'éclairage. Notre but est de monter un musée dans la 2ème ville de la Loire. Je ne peux donc répondre à votre demande.

Note : ce genre de demande nous touche énormément, même si dans ce cas particulier, il y a évidemment erreur de l'internaute. Nous pensons que notre association, comme tant d'autres, ont un rôle à jouer dans la transmission, la formation, voire l'enseignement non seulement par les objets que nous détenons, mais aussi par notre modeste bibliothèque.

 

13 août 2018
Propriétaire
Je possède un microscope C. Verick N° 5335 dans son coffret avec loupe, revolver porte objectifs, 2 petites boites pour les objectifs et diaphragmes, lame et lamelles avec quelques préparations + des boîtes de lamelles et lames vierges. Je souhaiterai avoir une approximation de la valeur que cet instrument peut représenter. Auriez-vous une estimation ?

ARCOMA
Comme toujours, les prix varient en fonction du modèle, de son état, de l'offre et de la demande. Actuellement, il y en a 2 à vendre sur ebay proposés, depuis plusieurs semaines, à 350 €. Ils n'ont pas trouvé acquéreur. Un autre (ventes terminées) a été acheté 150 €. Compte tenu de votre description, je pense, tout de même, que le vôtre pourrait valoir autour de 300 - 350 €. Il suffit de tomber au bon moment. Autre précision : si j'ai acquis de nombreux instruments, outils..., je ne suis pas un expert quant à la valeur de ces objets.

 

10 octobre 2018
Etudiant
Actuellement en Master 2 d'Archéologie - Sciences pour l'Archéologie au sein de l'université Lyon 2,  et réalisant un mémoire portant sur la serrurerie médiévale, je me permets de vous contacter car j'aurais souhaité savoir si vous disposiez d'éléments de serrurerie (clefs, serrures...) au sein de vos collections pouvant venir compléter mon corpus. Si tel est le cas, vous serait-il possible de me faire parvenir un inventaire de ces éléments, ou le cas échéant, que nous puissions convenir d'un rendez-vous pour que je puisse venir étudier ce mobilier ?Le but de ce mémoire étant de réaliser une typologie approfondie permettant de mieux cerner les différents éléments techniques liés à l'évolution de la serrurerie, je vous ferais parvenir une copie numérique de mon mémoire dès sa finalisation, pour vous permettre d'avoir une étude spécialisée du mobilier présent dans vos collections.

ARCOMA
… Je crains toutefois de vous décevoir car notre collection d'objets en relation avec la serrurerie ne va pas au-delà du XVIIe siècle. Nous sommes donc loin de l'époque médiévale. Pour rédiger mes articles, je me suis appuyé sur l'excellent livre de Jean-Pierre GUARRY, "400 ans de serrures" aux éditions ARGUSVALENTINES. Ce livre retrace l'histoire des serrures de 1450 à 1850. Si vous ne le connaissez pas, c'est le seul élément que je peux vous apporter pour votre mémoire. Il va de soi que je serai intéressé par tout document qui pourrait compléter les articles de notre site sur la serrurerie.

 

 

Ainsi s'achève cette troisième année d'échanges plus intenses avec les internautes (nous n'oublions pas 2014 et l'article 5 des Balances romaines). Les demandes sont plus variées. Nous sommes étonnés, parfois, par la qualité des intervenants. De notre côté, de revoir nos réponses nous incite à être vraiment modestes. Nous avons répondu à toutes les demandes. Si certains d'entre vous ont des réponses ou des précisions à donner sur les questions qui nous ont été posées, n'hésitez pas.

 

 

FIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOS CONSEILS

 

VOS QUESTIONS  -  NOS RÉPONSES

 

ANNÉE 2019

 

Nous continuons notre retour en arrière avec ces échanges que nous avons pu avoir des internautes. Certains mails sont très flatteurs. Vous nous pardonnerez de les présenter : c'est une façon de montrer (en vain) à nos élus que des outils peuvent faire "rayonner" une ville…! Remarque prétentieuse, certes, mais signe d'une véritable lassitude : les années passent de plus en plus vite et la sortie du tunnel n'est toujours pas en vue.

Les demandes sont plus nombreuses. Nous modifions le plan initial en créant de nouvelles rubriques :

1 Corrections – Informations complémentaires

2 Instruments de mesure : Balances romaines et autres ; mètres ; mesures de volume…

3 Métiers des métaux : serrurerie…

4 Métiers du bois : charron, tonnelier…

5 Santé et hygiène

6 Vie domestique

7 Eclairage : lampes de chemin de fer, …

8 Divers : outils (roche, cuir…)

9 Demandes particulières : étudiants, vente,…

 

1 Corrections – Informations complémentaires

27 mars 2019
Artisan amateur et passionné
Je parcourais votre site et je pense avoir repéré des erreurs :
*Dans "CHARPENTIER 1 : Les scies" :
> La scie à araser Mostley and sons ne peut pas en être une, j'en suis quasiment certain. Ce modèle existe encore aujourd'hui, on parle le plus souvent de scie à dos et elle sert aux coupes fines pour les assemblages (tenons, queues d'aronde). Le dos rigide et la longueur relativement courte de la lame vont à l'encontre de la fonction d'arasage. Le dos buterait contre la pièce par exemple.
> La scie à cheville Loire, sa lame est typique d'une scie à incruster, pour découper les rainures d'un meuble ou pour la marqueterie par exemple.

*Dans "CHARPENTIER 3 : Les haches" :
> Le creux à la base de la joue de la première hache n'est pas un arrache clou (mais ça existe), il permet plutôt de positionner sa main dans l'alignement de la tête pour un travail en finesse. Ce design existe encore aujourd'hui sur les haches de charpentier. De plus, on ne parle pas de hache-marteau, mais de hache de couvreur ou de charpentier pour ces haches avec cette double tête, elle ne sert pas seulement à frapper mais surtout à recevoir des coups (l'usure typique de certains de vos exemplaires en témoigne : les bourrelets sur les bords de la tête témoignent des frappes au marteau).

*Dans "CHARPENTIER 5" :
> "Le ciseau creuse la mortaise dans le fil du bois, tandis que le bédane enlève les fibres perpendiculaires au fil." Pas très clair, le bédane sert surtout à atteindre le fond de la mortaise, il n'y a pas de "sens" de coupe à proprement dit.
> Je ne connais pas le terme "frette" dans le cas des ciseaux, on dirait plutôt de "virole".

*Dans "CHARPENTIER" 7 : Les rabots :
> "La varlope venait, ensuite, pour les finitions. Récemment, nous avons eu un contact avec un menuisier retraité qui nous a déclaré exactement le contraire ! J'aurai tendance à croire davantage le livre, à cause du détail technique sur la forme du taillant du fer. " Ce qui compte en fait, c'est la forme de la lame et la taille du rabot. La lame ronde permet d'attaquer plus fort le bois et évite que le rabot se bourre de fibres, d'où son utilité pour le travail grossier. Quant à la taille du rabot, sa fonction est évidente, mais attention on peut faire du travail grossier avec un petit rabot (ex : rabot n°5 + lame très arrondie).
> Demi-varlope monoxyle
                            Loire
                            Fût L 30   l 5,2   h        Fer  4
 > J'appuie votre conclusion sur l'origine de l'Est ou germanique, ça ressemble fortement aux rabots en bois allemands d'aujourd'hui. Je ne me fierai pas à la taille de la lumière pour déterminer son usage par contre.
> "Plus celle-ci est étroite, meilleure est la finition" Complètement faux, la lumière n'a pas d'impact sur la finition. Ce qui va la déterminer c'est la lame et son affûtage, son inclinaison et son réglage en profondeur. La lumière joue sur certains détails comme l'évacuation des copeaux ou la rigidité de la lame. Une lumière inadaptée peut faire perdre en efficience (ex : rabot qui bourre et se dérègle), mais n'est pas rédhibitoire.
> Le bouvet avec "ses barres de tirage", je ne pense pas que ça en soient :
                         https://www.fine-tools.com/combinationplane.html

Je suis qu'un amateur du travail du bois "à l'ancienne", mais ça vaut ce que ça vaut. Très beau site et bonne continuation.

ARCOMA
Et merci de vous intéresser à notre site. Un plus grand merci, encore, pour vos remarques. Je ne suis qu'un "généraliste", à peine bricoleur du dimanche. Mes connaissances sont essentiellement livresques : en ce qui concerne les rabots, je me suis largement inspiré du livre "Les Rabots" de Pierre Bouillot et Xavier Chatellard. Il se peut que certaines de mes interprétations ne soient pas toujours correctes, d'où l'importance de votre mail. Le domaine que je traite dans ce site est très vaste : une centaine de métiers, la vie domestique, les instruments de mesure, l'éclairage, c'est beaucoup pour un seul homme. J'aurais voulu créer un blog ou un forum pour multiplier les échanges. Mais je n'en ai pas le temps. Je dois terminer cette semaine un article sur les instruments de mesure de longueurs. J'en aurai fini avec ce thème ; il faudra simplement que je rajoute quelques pièces acquises récemment (nettoyage, photos, texte...c'est très long). Je reprendrai ensuite votre mail pour l'inclure dans le site. Simplement, il me faudra quelques jours (semaines, soyons prudents) pour y parvenir.

Internaute
De rien, je suis aussi un généraliste mais plutôt de la pratique. Je viens des beaux-arts et j'aime surtout découvrir de nouveaux outils ou gestes, donc j’apprends sur le tas.

Je vous conseille de jeter un œil à Japanese Woodworking Tools de Toshio Odate, il décrit certaines pratiques anciennes que l'on retrouve aussi en Europe, il a fait son apprentissage dans les années 30 ou 40 dans un pays avec un retard technologique (surtout après-guerre), c'est très intéressant. On trouve certaines pages sur le net, les dessins sont très beaux.

Son métier (fabricant de portes coulissantes) était itinérant, il bossait chez le client, ce qui impliquait de nombreuses astuces dans la méthode et les outils.

Une petite note supplémentaire sur les lames arrondies des rabots. J'ai trouvé une explication à ce propos en lisant sur les "chouna" des sortes d'herminettes nipponnes. Il y a longtemps, la lame de ces outils était arrondie car ils étaient utilisés assis, par la suite elle est devenue droite (XVI°) quand les charpentiers japonais se sont mis à l'utiliser debout.

L'arrondi rend en fait la coupe plus aisée dans des cas difficiles comme celui du travail assis ou du travail grossier - qui nous concerne. Quand le tranchant droit pénètre le bois sur toute sa longueur en même temps, l'arrondi, lui, le fait progressivement du centre vers les côtés. Ça explique ce choix pour les riflards, on les utilise pour faire de gros copeaux ce qui augmente les contraintes sur la lame.

ARCOMA (12 avril !)
Je viens de télécharger vos remarques sur le site. En page d'accueil général, rubrique "En Bref", j'ai évoqué vos remarques et l'importance de ce partage.

 

8 octobre 2019
Archéologue
Sur la sacoche, on peut lire également :

                                                                                    63 075

                                                                       ALES VE 7 ENOBRE

A propos d'une inscription sur la sacoche d'un niveau à collimateur. Je pense que VE 7 ENOBRE doit en fait se lire VEZENOBRE. Il s'agit en fait d'une petite commune près d'Alès dans le Gard.

ARCOMA
… Merci également pour cette remarque tout-à-fait vraisemblable. Je vais regarder la sacoche de plus près et ferai la modification sur le site.

 

6 novembre 2019
Amateur éclairé
Sur l'une des pages de votre site (outils de bijoutier https://www.arcoma.fr/fr/outils-d-antan/21-par-metiers/metiers-d-art/bijoutier/65-bijoutier01 ), un outil désigné par vous comme "Instrument en laiton avec une roulette à chaque extrémité", me semble être une fraise pour chanfreiner les trous de la platine d'une montre ou horloge qui servent de portée ou palier aux pivots des axes des rouages. Le petit chanfrein ainsi créé, en faisant pivoter l'outil avec la main, sert à retenir une minuscule goutte d'huile. Les deux disques sont normalement en acier trempé et leurs arêtes bien vives. Je ne me souviens pas s'il y a une désignation plus précise de cet outil. Je ne suis pas un professionnel, mais un amateur, je cherche, restaure, entretiens et utilise des outils anciens dans les domaines de la bijouterie et de l'horlogerie, et je lis des ouvrages anciens sur ces domaines. Je découvre tout juste votre site au hasard d'une recherche, je vais le parcourir plus en détail, et vous recontacterai certainement pour d'autres outils.

ARCOMA
Merci de vous intéresser à notre site et de nous apporter ce commentaire qui figure maintenant dans notre article. L'éventail de notre collection fait que nous ne pouvons pas tout connaître dans tous les domaines que nous traitons, et ce, malgré un certain nombre de documents. Votre intervention est donc très précieuse et je serai très heureux d'avoir d'autres corrections ou renseignements. A propos de l'horloger, je suis en contact avec un ancien professionnel et j'aimerai réaliser un "éclaté" de montre pour présenter les différentes pièces qui la compose. Malheureusement, cette personne est âgée et peu réactive. Si vous avez un document de ce type, et si je peux le mettre sur le site (droits d'auteur, de propriétaire), je suis preneur.

 

 

2 Instruments de mesure : Balances romaines et autres ; mètres ; mesures de volume…

25 février 2019
Collectionneur
Je suis collectionneur de pieds à coulisse anciens, environ 300 et par complémentarité d'autres objets de mesure, environ 400 actuellement. En pièces jointes expédiées successivement, ne sachant pas compresser, deux objets dont j'ignore l'utilisation. Néanmoins, a priori, la première photo doit représenter un "calibre à cornes" qui permet de mesurer la distance entre les oreilles d'une montre pour la largeur de son bracelet. En ce qui concerne la seconde photo, aucune idée, ni de la part du vendeur que je questionne toujours.

Je profite des envois précédents pour vous faire la photo d'un pied à coulisse provenant d'un stock d'horloger. A vrai dire ce n'est pas un pied à coulisse puisqu'il n'a pas de vernier. C'est plutôt un calibre ou une mesure. Les collectionneurs de compas appellent "compas" les pieds à coulisse sans vernier bien qu'ils en aient la forme.

 

     

 

 

ARCOMA
Comme vous avez pu le constater, l'éventail de nos collections est très important. Quelques pièces sont rares, mais nous avons surtout des outils ou des objets qui ont chacun leur histoire, utilisés par des artisans de la "France profonde". Mes connaissances sont essentiellement livresques. Et je ne suis qu'un "généraliste". Les objets que vous me présentez sont très particuliers. Nous avons quelques pieds à coulisse de quelques centimètres ou pouces à 2,20 m. Nous les présenterons prochainement, après nettoyage, dans un nouvel article consacré aux mesures linéaires. En ce qui concerne le premier objet, je pense à une jauge ou pige ou touche de sabotier. Nous en avons une d'un demi-mètre, graduée en cm. Il aurait été intéressant d'avoir la dimension de cet objet. Pour les autres, je préfère m'abstenir. Par contre, je peux vous conseiller de vous adresser soit à la Maison du patrimoine et de la mesure, à la Talaudière (42) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., soit au forum des outils anciens  http://www.forum-outils-anciens.com/index.php. L'inscription est gratuite. Il y a là des personnes beaucoup plus savantes que moi. Dernière possibilité, je peux faire suivre vos mails à René Verstraete, l'auteur du livre "L'Esprit des Compas".

Internaute
Pour ce qui est de la dimension des objets, ils sont photographiés sur un plateau de découpe ou les gros trais représente 5 cm ente eux, les traits un peu plus fins le cm. et les traits fins le mm ce qui vous donne une idée assez précise de la dimension sans rapport avec l'échelle. J'ai eu contact téléphonique avec René Verstraete et Lionel Royer de qui je tiens cette désignation de "compas" pour un pied à coulisse sans vernier. Je prends note des deux autres adresses et vais m'en rapprocher. Connaîtriez-vous le nom du collectionneur de pieds à coulisse ou mesures linéaires ?

ARCOMA
Je pense que ma pige de sabotier n'en est pas une ! Cette règle est trop petite (ou alors pour enfant ?). Je ne connais pas le nom donné à un collectionneur de pieds à coulisse. Dans l'article 1 de l'horloger, vous pourrez voir un pied à coulisse sans vernier, mais peut-on parler de pied à coulisse ? Je présente d'autres pieds à coulisse avec vernier dans l'article "Outils par famille - Compas". Rien d'extraordinaire.

Internaute
A titre d'information je possède une vingtaine de pieds à coulisse à manchon dont un daté de 1829, trois avec vernier, voir pièce jointe, trois à double manchons, deux à double becs, quelques logarithmiques, dans des tailles de 80 mm à 200 mm. J'ai un quinzaine de ce que j'appelle "compas d'épaisseur à ressort", soit à lecture basse, en bas, soit à lecture haute, en haut. Pour tous ces objets il y en a en pouces français, en mixte pouces français et centimètres  etc... Mon plus vieux pied à coulisse daterait de 1795 et j'ai dans ma vingtaine d'anciens catalogues, un qui date de 1897. En général je trouve les désignations des objets  dans ces derniers.

Les lettres des poinçons "à la bonne foi" correspondent à une année. Avez-vous ou est ce qu'il existe un tableau de correspondance.

J'ai quelques objets poinçonnés de lettres et voudrai bien en connaître l'année.

ARCOMA
La réponse se trouve dans l'article récent que j'ai rédigé à propos des instruments de mesure de volume. Les poinçons primitifs y sont indiqués avec les dates d'utilisation. Pour la bonne foi, les dates sont de 1849 à à 1862, puis de juillet 1873 à nos jours.

Internaute
Merci de votre réponse. Je découvre.  En ce qui concerne les mesures de volumes, c'est noté. Mais je suppose que ces lettres de poinçons sont aussi valables pour les mesures de longueur qui est mon centre de collection. Ces lettres apparaissent souvent sur des mètres pliants, bois, laiton, ou des demi-mètres, mètres pour couturière ou drapiers, etc... Indépendamment de cela il est difficile de pouvoir dater un objet compte tenu qu'une même lettre concerne plusieurs années, cela devient une affaire d'expertise.

 

21 mars 2019
Collectionneur suisse
Voici des photos d’une balance de fabrication suisse, canton de Berne, poinçons de contrôle et de garantie, professionnelle, boucherie ou agricole. Afin de compléter vos dossiers.

 

                
         

 

 

 

 

 

 

ARCOMA
… Tous les jours, des internautes suisses nous rendent visite. Un vétérinaire de Zürich m'a apporté de précieux renseignements sur des instruments concernant sa profession. J'apprécie énormément ce type d'échange.

En ce qui concerne votre balance, je découvre les poinçons suisses que je ne connais absolument pas. Je suis "généraliste" et mes connaissances sont essentiellement livresques. J'avoue m'être cantonné jusqu'à présent, à 99 %, aux objets français : les domaines que je traite sont énormes. Toutefois, si vous me le permettez, je pourrais intégrer vos photographies dans le site. Je ne sais comment. Mais cela pourrait susciter d'autres échanges.

Internaute
L’origine de cette balance est Courtelary (région Jura du canton de Berne). Là, il y a une importante fabrique de chocolat (Camille Bloch) fondée 1ère moitié du 20ème siècle. La balance se trouvait dans le grenier du comptable de cette fabrique. Peut-être a-t-elle un lien avec cette fabrication ?

Je suis horloger, pendulier, micromécanicien. Si je peux vous aider dans vos recherches, n’hésitez pas.

 

 

3 septembre 2019
Propriétaire
En fouillant sur le net, je suis tombée sur vous et votre site Internet est fort intéressant ! Je vous remercie pour la richesse de vos contenus.
Je vous envoie ce mail, car je suis en possession de 7 instruments de mesures en étain. De type cylindrique avec poignée, d'aspect mate avec deux poinçons au dos, 2 fleurs de lys, les indications des volumes y sont mentionnées. J'ignore si ces objets sont précieux, rares ou banals. Je possède des photos que je vous joins en pj . Qu'en pensez-vous ?

ARCOMA

Comme vous avez pu le constater, l'éventail de nos articles est très important. Il est donc difficile de tout savoir dans tous les domaines. Je ne suis donc pas un expert. Je vous donne simplement mon sentiment sur ces mesures en étain. Dans l'article que j'ai réalisé sur ce sujet, je parle de 3 poinçons :

- le poinçon primitif officiel : il est généralement situé sur le haut ou le bec de la mesure, jamais sur le fond. Ici la fleur de lys évoque l'Ancien Régime. Je la trouve grossière, peu crédible.

- le poinçon de maître : il se trouve sous la mesure, constitué d'un dessin et du nom ou des initiales du maître. Ici, on retrouve ces deux fleurs de lys qui n'ont rien à y faire.

- le poinçon de jaugeage : ce sont uniquement des lettres à partir de 1802 et non comme sur vos mesures une succession de lettres, de chiffres et de couronnes. Avant 1793, ces poinçons représentaient le blason de la ville.

    Dans les livres que j'ai lus, je n'ai jamais rien trouvé de semblable. J'émets donc un doute sur l'ancienneté et la qualité de ces mesures. De nombreuses séries ont été réalisées aux XIXe et XXe siècle avec reprise d'anciens poinçons.  Il aurait été intéressant, également, d'avoir une photographie de l'indication des volumes, même si cela n'aurait pas permis d'avoir un avis décisif.

Internaute
Je reviens vers vous avec quelques photos plus précises que je vous joins en PJ. Certaines sont en mauvais état. Pour info, elles ont été trouvées en 2002 lors de travaux sous les colonnes Ledoux de la place de la Nation.

 

 

        
                            

 

ARCOMA
J'ai pu revoir le "TARDY". Comme je l'ai indiqué, le poinçon de maître se trouve sous la mesure. Dans votre série, il y a 2 fleurs de lys sans initiales. Tardy montre deux poinçons de maître de ce type, tous les deux du XXe siècle. Par ailleurs, les "poinçons de jaugeage" sur le pourtour du col sont curieux et, à mon humble avis, ne correspondent à aucune prescription légale. L'écriture du 5 ne me paraît pas très ancienne, tout au plus du XIXe. Même remarque pour le X. Quant à la couronne, elle n'a rien à faire à cet endroit. Il faut savoir qu'au XIXe siècle, il y a eu de nombreuses copies de poinçons. Vous évoquez mon "œil expert". Je ne puis en dire autant. Je vous donne simplement mon avis à partir de ce que j'ai pu lire. Il peut y avoir un autre élément, les dimensions : la hauteur = 2 fois le diamètre mais seulement à partir de la fin du XIXe siècle. Si c'est le cas de vos mesures, cela confirme qu'elles sont du XIXe (ou XXe), le fabricant ayant voulu se conformer à la loi.

 

14 novembre 2019
Propriétaire
Je vous écris car je possède une balance romaine, malheureusement j'ai perdu le peson, et je n'arrive absolument pas à comprendre le système de graduation qui se trouve sur le fléau. Je vous envoie quelques photos. Pouvez-vous m'aider à comprendre les graduations, et à retrouver le poids du peson ?

 

 

                       

 

ARCOMA
… J'avoue ne pas comprendre cette graduation de votre balance. Je vous conseille de contacter la Maison du Patrimoine et de la Mesure, à La Talaudière, dans la Loire, près de Saint-Etienne (tél. 04 77 01 06 63 - voir aussi sur Google) spécialisée dans les instruments de mesure et de renommée nationale. Si vous avez des réponses à vos questions, je vous serais reconnaissant de me les communiquer. Je pourrais compléter mon article sur les balances romaine
s.

 

 

3 Métiers des métaux : serrurerie…

11 juin 2019
Chercheur de métaux
J'ai trouvé une nouvelle clé perdue en plein milieu d'une forêt. Elle paraît ancienne et fait 6.5 cm. Une clé de coffre peut être ? Auriez-vous une idée de son époque? 

 

   

 

ARCOMA
Je pense qu'elle peut dater de la fin du XVIIIe, début XIXe. Pour l'expertiser (encore une fois, je ne suis pas un expert), il faudrait la nettoyer davantage, en douceur, et une photo du panneton en coupe (clef forée ou bénarde) comme je l'ai fait sur le site permettrait d'être plus affirmatif.

Internaute
Je l'ai nettoyée du mieux possible je l'ai prise sous plusieurs angles le panneton est un peu érodé par le temps, ceci vous orientera il plus?

 

 

   

 

ARCOMA
Difficile de vous en dire plus. La déformation liée à la rouille empêche de voir le panneton, les rouets... Seul l'anneau est bien visible. Si je possédais cette clef, je crois que je "l'attaquerais" en douceur, avec une meule très  fine, à petite vitesse, au risque, bien sûr, de l'abimer : c'est un procédé que j'ai utilisé très rarement lorsque la rouille a plus d'un millimètre d'épaisseur.

 

31 juillet 2019
Propriétaire

… je me permets de vous contacter pour avoir des renseignements sur une clef que j'ai trouvée chez moi. J'ai fait quelques petit travaux dans ma maison qui, elle, a été construite à l'époque du moyen âge, j'ai découvert en détruisant un mûr une clef qui étais bien cachée, je ne sais pas son âge exact, mais j'ai pu faire quelques petites recherches sur le net que je vous enverrai. Du coup, sauriez-vous me dire plus ou moins son époque, ce qu'elle pourrait valoir et à qui pourrais-je la vendre svp ? 

 

ARCOMA
D'abord, je ne suis pas un expert : le domaine que je traite est beaucoup trop vaste. Ensuite, les éléments que vous me donnez sont intéressants, mais insuffisants. Des photographies sont indispensables, de l'anneau, de la tige, du panneton à plat et de face (clef forée ou bénarde)...

 

Internaute
                     

   

 

ARCOMA
On trouve ce type de panneton aux XVIe et XVIIe siècles. Comme je vous l'avais dit, il est également intéressant de voir la clef en coupe. Cela peut donner de précieux indices. En ce qui concerne le prix, je pense qu'un bon nettoyage est nécessaire avant de la mettre sur le marché. Vous pouvez regarder sur eBay, "clefs anciennes". Les prix sont très variables : voyez surtout les ventes terminées car si les vendeurs sont parfois exigeants, ils sont aussi souvent obligés de baisser leur prix. A mon avis, mais encore une fois je ne suis pas un expert, votre clef ne vaut pas plus de 20 €, et encore, car l'anneau est très simple.

 

12 août 2019
Propriétaire
Je suis à la recherche d'une clef pour un secrétaire à abattant de style Empire. Sauriez-vous m'aider ?

ARCOMA

… En ce qui concerne votre clef, je n'ai pas de solution précise. Sans garantie, je vous propose deux adresses :
- M. REZE, à Ollioules dans le Var. Tél 06 15 09 44 16. Il s'agit d'un forgeron, maître serrurier. En fonction de votre lieu d'habitation, il pourra peut-être vous donner les coordonnées de l'un de ses confrères
-  hier, sur TF1, il y a eu un reportage sur le château de Lectoure, dans le Gers où se sont regroupés des brocanteurs et un serrurier. Je vous donne le lien :

https://www.lci.fr/regions/sos-villages-jt-13h-tf1-replay-jacques-legros-chateau-de-lectoure-gers-le-lieu-de-rendez-vous-des-brocanteurs-2129467.html

Si vous trouvez la solution à votre problème avec l'une de ces adresses (ou une autre), je vous serai reconnaissant de me le faire savoir. Vous n'êtes pas le premier à m'envoyer une telle demande.

Note : le lien avec le reportage de TF1 est toujours d'actualité, ce 21 août 2020. Merci à toutes personnes qui aurait pris contact avec le serrurier et qui aurait obtenu "gain de cause" de nous prévenir. Nous pourrons faire suivre.

 

 

4 Métiers du bois : charron, tonnelier…

15 janvier 2019
Propriétaire
Je mets de l'ordre dans ma cave et retrouve un outil dont je ne connais pas l'usage. Je vous joins une photo. Peut-être pouvez-vous me renseigner ?

 

   

 

ARCOMA
La pince que vous avez trouvée est un baille-voie ou pince à avoyer qui permet de "donner de la voie" aux scies en inclinant les dents de la lame, alternativement à droite ou à gauche. Nous vous présentons un modèle similaire dans les articles 1 du charpentier et du menuisier. C'est une pince assez courante, du XXe siècle.

 

9 mai 2019
Propriétaire
J'ai retrouvé cette règle, jauge (?) dans la cave où un vigneron avait des foudres à Dôle 39100 Jura. Cet instrument de mesure a une longueur de 135cm, graduée elle est dotée d'un curseur coulissant et réversible. Il y a des graduations  différentes sur chaque côté, d'un côté la graduation commence à 33 cm du bout et de l'autre à 25,5cm. Je pense que c'était une jauge pour mesurer la hauteur du vin à l'intérieur des tonneaux qui étaient de différentes capacités. La fille du vigneron aujourd'hui décédée - elle aurait 119ans - m'a confié que les tonneaux avaient été construits à l'intérieur de cette cave et qu'enfant c'était elle qui entrait par la porte de visite pour les nettoyer . Pouvez-vous identifier cet objet en acier que j'ai nettoyé ?

 

       

 

ARCOMA
La règle dont vous disposez est une velte. Elle permet de mesurer le volume d'un tonneau. Nous en présentons un modèle dans l'article "Vigneron 6 : Vinification". En pièces jointes, je vous transmets un article détaillé sur l'utilisation de cet instrument de mesure.

Internaute
Merci de votre réponse rapide. Je vois que la date est 1828, c'est super qu'elle ne soit pas partie dans le débarras. Bien cordialement et bravo pour ce partage des connaissances.

 

20 août 2019
Collectionneur ?
Je possède un objet et ne sais pas à quoi il sert et comment l’utiliser. Pouvez-vous me conseiller ?

ARCOMA
Pour répondre (peut-être !) à votre question, il faut me faire parvenir une ou plusieurs photographies de l'objet en pièces jointes.

Internaute
Suite à votre acceptation de m'aider à découvrir la nature et l'usage d'un objet découvert dans le bureau d'un ancien charpentier, voici en p.j. l'objet en question.

 

   

 

ARCOMA
J'avoue ma totale ignorance. Je n'ai jamais vu ce genre d'objet. Je vous propose deux solutions :
- faire la même demande sur le forum des outils anciens : http://www.forum-outils-anciens.com/index.php . Il y a dans ce forum des personnes qui ont une compétence bien supérieure à la mienne.
- présenter sur notre site cet objet et voir si des internautes le connaissent.

 

6 octobre 2019
Propriétaire
Suite à notre conversation à l’occasion des journées du patrimoine, je vous envoie la photo de la machine que je possède.

 

   

 

ARCOMA
… En ce qui concerne l'objet que vous nous proposez, je pense qu'il a un certain poids. Je dois donc trouver le véhicule et les bras pour le transporter. Je dois en parler avec mes amis et vous tiendrai au courant dès que possible, plus vraisemblablement fin octobre, début novembre.

Note : à ce jour (août 2020), nous n'avons toujours pas récupéré cette cintreuse de charron, pour deux raisons : le problème du transport et l'avenir de notre association. A suivre.

 

 

25 décembre 2019
Collectionneur ?

J’ai obtenu votre adresse courriel en consultant Internet sur les vieux outils.

Vous êtes collectionneur de vieux outils et je pense que vous allez pouvoir m’aider dans mes recherches. En effet, j’ai en ma possession un beau et grand rabot en bois et métal que je détiens de ma famille (voir pièce jointe). Je souhaiterais en savoir un peu plus sur cet outil, notamment sur son historique, l’année de sa fabrication, s’agit-il d’un outil rare, quel pays, etc.
A défaut de pouvoir me renseigner, pouvez-vous m’indiquer  les coordonnées de quelqu’un qui pourrait m’aider dans ces recherches ?

 

   

 

ARCOMA
J'ai trouvé quelques renseignements sur un rabot de corroyage qui ressemble fort au vôtre, une belle pièce : celui que je vous présente est de 1846, conçu par "Chardoillet". Il aurait été intéressant de voir s'il y a le nom du fabricant qui aurait pu (peut-être) nous donner des indications sur la date de fabrication, son origine... Pour lire le texte de la pièce jointe, il suffit d'agrandir la photo.

   

 

Internaute
Je vous remercie de la rapidité de votre réponse, de votre aide et de votre document. Il s’agit bien de la marque « Chardoillet » écrit en lettres gothiques.
J’ai lu avec intérêt votre document en pièce jointe, je suis resté sur ma faim d’informations, pourriez-vous me communiquer les pages précédentes et suivantes concernant ce rabot, auriez-vous d’autres documents sur les brevets d’inventions et d’autres informations.

ARCOMA
En pièces jointes, vous trouverez la page précédente et la page suivante concernant Chardoillet. En ce qui concerne les brevets, je n'ai pas de documents particuliers. Vous pouvez vous rendre sur Google, avec comme demandes "Brevetés SGDG" ou, comme je l'ai fait "Brevet d'invention sans garantie du Gouvernement".

 

 

   
   

 

Documents extraits de l'excellent livre "Les Rabots", de Pierre Bouillot et Xavier Chatellard, Éditions Vial 2010. A acquérir absolument si le sujet vous intéresse.

 

 

5 Santé et hygiène

7 janvier 2019
Vétérinaire collectionneur
J'ai découvert votre site ...SUPER
Je  suis  Dr  vétérinaire et je collectionne depuis longtemps les vieux outils et spécialement les anciens outils de ma profession. Si  cela  vous intéresse, je peux vous envoyer pour votre site quelques photos  d'outils  que  vous  n'avez  peut-être  pas  (un écraseur de CHASSAIGNAC , des trousses de vétérinaires XIXeme et XVIIIeme ....) ainsi que des outils d'autres professions dont je connais (ou je pense connaître l'usage) ...ou pas.

ARCOMA
J'avoue ne pas avoir imaginé mettre des photos d'objets qui ne nous appartiennent pas. Mais, pourquoi pas ? On pourrait créer une rubrique spéciale pour chaque métier. Cela ne doit pas être très compliqué et permettrait d'avoir un éventail encore plus large. En ce qui concerne les instruments de vétérinaire, vous avez vu que nous présentons surtout des outils de maréchal-ferrant opérant qui permettaient de soigner les animaux. Nous n'avons que quelques instruments de vétérinaire dont cet appareil relativement récent pour castrer les vaches, l'ovariotome de Hess-Bertschy, identifié par le curateur d'un musée de Zürich et qui nous a été donné par un ami vétérinaire de St Chamond. Nous présentons deux écraseurs linéaires de Chassaignac  dans l'article sur la gynécologie car cet instrument était utilisé pour éliminer les polypes utérins. Nous soulignons qu'il est également utilisé en médecine vétérinaire : je pourrais le rajouter dans l'article maréchal-ferrant/vétérinaire. Vous pouvez m'envoyer quelques photographies d'objets que vous possédez. Je verrai comment on peut les intégrer. Les outils que nous présentons ont fait l'objet d'un nettoyage pour éliminer la rouille, faire briller les cuivres, les cuirs et les manches en bois. C'est un travail très long. Je suis le seul de mon association à réaliser ce site, du nettoyage des outils à la rédaction et au téléchargement des articles. C'est très lourd. Mes connaissances sont essentiellement livresques. Les erreurs ne sont donc pas exclues. Ma grande satisfaction est de voir l'intérêt que portent les internautes. En 2018, j'ai eu près de 30 000 visiteurs, en augmentation de 40 % par rapport à 2017, provenant de 39 pays.

 

7 Eclairage : lampes de chemin de fer, …

31 janvier 2019
Propriétaire
Je suis tombé sur votre site en indiquant : lanterne à pétrole LUCHAIRE, et je me permets de vous solliciter. Depuis quelque temps déjà, je cherche à identifier une lanterne de marque LUCHAIRE qui m'a été offerte voici une quarantaine d'années. J'ai bien évidemment parcouru les différents sites du net, mais sans succès (voir photos en PJ).
Dimensions: hauteur 58 cm, largeur 30 cm, profondeur 25 cm. Le déflecteur, en cuivre argenté est amovible de manière à être facilement nettoyé. Il s'agit, parait-il, d'une lanterne de passage à niveau, mais je souhaiterais en avoir confirmation, savoir de quand elle date et connaître son réseau d'origine. Je dois préciser que la lampe à pétrole présente à l'intérieur n'est pas d'origine, même si j'ai eu la chance de trouver celle-là parfaitement adaptée. Merci par avance et bravo pour votre site très intéressant.

 

   







 

 

ARCOMA  (sympathisant passionné par les chemins de fer)
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une lanterne de P N : celles-ci ont un coté en tôle pour être appuyées à un mur ou un poteau. La lanterne ci-dessus est vitrée sur les 4 faces, je pense plutôt à une lanterne d'intérieur : bureau, salle d'attente… En tout cas, je ne connais pas ce modèle et ne peux pas préciser le réseau.

 

5 février 2019
Propriétaire
Je suis en possession d’une lampe Junius dont je vous envoie les photos. Savez-vous de quelle année elle peut être ? Environ, bien sûr, moi je dirais 1930/1940 ? Peut-être avant.

 

   















 

 

ARCOMA
En ce qui concerne votre belle lampe Junius, je dirais qu'elle est de la fin du XIXe, début XXe. Je n'affirme rien. Je vais contacter l'un de mes amis qui est passionné par tout ce qui touche à la photographie. Je ne manquerai pas de vous communiquer sa réponse.

Vous trouverez ci-dessous les commentaires de mon correspondant qui confirme la date du début du XXe siècle :

Junius était un fabricant Belge qui marquait toujours sur ses lanternes "LAMPE JUNIUS Btée. SGDG". Je n'ai pas retrouvé exactement l'objet de votre correspondant ; il me semble que c'est un Phare Multicolore Junius monté sur une lampe à essence ou à pétrole. Un phare Junius est composé d'un cylindre tournant, en verre rouge, muni d'une fente permettant de découvrir quatre plaques de verre, rouge, jaune, vert ou blanc dépoli. Le but étant d'adapter la lumière pour obtenir des teintes de gris en rapport avec la sensibilité chromatique de l'émulsion. J'ai trouvé un document, en vente sur internet, avec une liste des produits Junius Le  phare Junius est cité, sans dessin ni description. Ce document est daté "d'environ 1900". Je pense que, s'il s'agit bien d'un phare multicolore, on peut raisonnablement le dater des années 1900/1910. Sur la photo de votre mail on distingue, sur le verre le début d'une inscription. Pour en être sûr, il faudrait que votre correspondant vous la transmette en entier et qu'il vérifie si le verre rouge est bien tournant.

 

4 mars 2019
Propriétaire
Mon compagnon a reçu pour cadeau une lanterne ancienne de ses grands- parents, il y a des années. Fascinés par les anciens objets, nous l'avons sortie pour un dépoussiérage pour la décoration de notre maison. Je me suis mise à rechercher des informations sur internet, mais rien. Lanterne de cheminot ? De diligence?... Rien de semblable. Il n'y a pas de date, pas d'information sur l'ancienne entreprise, c'est un lanterne à huile (photos ci joint). Il est écrit dessus :

GATINE

Fabricant de Lanternes

rue de grenelle st honoré 10

ci devant rue d'Angiviller

PARIS 

 

       

 

ARCOMA

Je pense qu'il s'agit d'une lanterne de chemin de fer pour personnel de surveillance, d'entretien ou de travaux. La société Gatine semblait être spécialisée dans ce genre de fabrication.

J'ai contacté l'un de mes amis qui connait particulièrement bien tout ce qui concerne les chemins de fer vers lesquels je m'étais tourné. Il ne connait pas ce type de lanterne et se tourne donc vers les véhicules hippomobiles. J'ai donc recherché dans le livre de Bernard Mahot qui présente une lanterne provenant d'un autre fabricant, mais dont les caractéristiques sont proches de la vôtre : "Les lanternes à huile ou à pétrole, munies d'une gaine arrière de suspension et d'un socle, pouvaient être aisément retirées de leur support et utilisées en lanternes à main ou posées sur une table ; certaines avaient un anneau sur le chapiteau qui permettait de les pendre ; cela en faisait des lanternes très utiles". On retrouve pour les chemins de fer des lanternes assez proches, mais sans verre rouge, qui étaient utilisées par les agents d'entretien, de surveillance. Je pense donc qu'il faut s'orienter vers une lanterne de véhicule hippomobile : diligence, cabriolet...

Internaute
Cela confirme ce que je pensais car l'adresse écrite sur la lanterne n'existe plus depuis 1858.

 

25 juin 2019
Photographe ?
Bonjour, pouvez-vous m'indiquer l'année de création de la lampe inactinique semi cylindrique à bougie qui est présentée dans votre site.

ARCOMA 
Comme vous avez pu le constater, je traite de très nombreux sujets et n'ai pas la prétention de tout savoir. De quand date cette lampe, j'avoue ne pas le savoir. Sans doute remonte-t-elle aux années 1830 - 1840, mais cela n'est qu'une hypothèse de ma part. A noter qu'une lampe identique à la nôtre est présentée dans le catalogue de la Manufacture de Saint-Etienne de 1910, alors même que des lampes à huile, à essence, à pétrole... existaient déjà.

 

15 novembre 2019
Collectionneur ?
J'ai une lanterne de queue de train allemand DB 74 (photo ci jointe). Sauriez-vous me donner l'historique de ces lanternes : Constructeur ? Dates de début et de fin d'utilisation ? Pourquoi ? Comment ? A défaut, sauriez-vous m'orienter vers une autre adresse ?

 

   

 

ARCOMA
En ce qui concerne votre lanterne, je ne peux donc répondre à vos questions. Je peux seulement dire que j'ai vu à plusieurs reprises ce modèle sur eBay. Je transmets votre mail à l'un de mes amis qui est passionné par les chemins de fer, surtout français. S'il me donne une réponse, je ne manquerai pas de vous la transmettre.

La réponse a malheureusement été très rapide. Mon contact ne connait pas l'histoire de cette lanterne étrangère. J'ai trouvé une lanterne proche dans le livre de Bernard Mahot : il n'y a qu'une description, sans date, sans nom de fabricant. Avez-vous fait une recherche sur Google avec comme mots-clefs : lanterne, chemins de fer allemands..? Vous pourriez aussi contacter la Deutsche Bahn qui a certainement des archives. Pour l'instant, je ne vois que ces deux solutions.

Internaute
J'ai réussi à obtenir via la DB l'adresse de ce site dédié spécifiquement à ces lanternes... Il y en a de plusieurs types.  https://www.eisenbahnlampen-ausbesserungswerk.de/petroleumlaternen/zugschlusslaternen/

La lanterne de fin de train / la lanterne de superstructure

Informations importantes à l'avance : les lanternes Bundesbahn / Reichsbahn / DRG et Unger appelées ici lanternes arrière sont des lanternes de superstructure (OWALA en abrégé). Ces lanternes étaient également fixées à l'extrémité du train, et bien sûr remplissaient également cet objectif, mais étaient fixées «en haut de la voiture» et non comme les lanternes de fin de train «en dessous» sur le tampon ou le crochet de remorquage. L'ancien terme lanterne d'extrémité de train a été conservé, c'est pourquoi ces lanternes sont généralement appelées lanternes d'extrémité ou lanternes d'extrémité de train à ce jour.

La lanterne la plus célèbre de l'histoire des chemins de fer allemands est sans conteste la lanterne à superstructure. Tout le monde vous reconnaît immédiatement par l'étiquette rouge et blanche et la laque noire autrement simple.Même si leur design a un peu changé au fil des décennies, la structure est toujours restée la même.Tout d'abord, nous aimerions fournir quelques informations sur le feu d'extrémité de train de la Deutsche Bundesbahn.Vous trouverez ci-dessous des informations sur la lampe de fin de train de la Deutsche Reichsbahn.   Lanterne de chariot supérieur (DB) / lanterne de queue de train (DB)Fabriquée au milieu des années 1950 par plusieurs petites usines de tôlerie, Osnabrücker Metallwerke J. Kampschulte & Co. (OSMEKA) fabriqua cette lanterne pour la Deutsche Bundesbahn. Fabriqué en tôle d'acier de 1 mm d'épaisseur, il pouvait être produit rapidement et à moindre coût. Les quatre pieds initialement très solides en acier laminé / deux tôles épaisses ont été fabriqués à partir de tôle d'acier mince avec l'introduction de la dernière version au début des années 1980. À partir de là, un apprêt a également été supprimé, ce qui explique pourquoi de nombreux spécimens plus jeunes sont souvent dans un état pire que les lanternes plus anciennes.Jusqu'à la fin, il y avait un insert au kérosène, qui fournissait la lumière nécessaire. Une sortie de lumière rouge à l'avant signalait la fin du train la nuit. En face se trouve une prise de lumière blanche qui peut être fixée sur le côté de la voiture comme feu de position. Le bout de la lanterne du train signalait le bout du train à l'arrière et le conducteur du train à l'avant que la dernière voiture était toujours là ...L'insert de kérosène mentionné ci-dessus fait partie de la technologie actuelle de la lampe d'extrémité de train. Il est équipé d'un réservoir chromé en tôle d'acier de 1-1,5 mm contenant environ 400 ml de pétrole. Un brûleur cosmos à 8 lignes fournit la luminosité nécessaire. Avec une consommation d'environ 38 ml / heure. un brûleur à 8 lignes peut brûler pendant environ 10 heures. Un cylindre en verre de 170 mm de long assurait la bonne traction du brûleur et empêchait ainsi également l'intérieur de la lanterne de se salir. Celui-ci est cylindrique, ce qui était espéré pour une meilleure réflexion de la lumière et une augmentation de la luminosité. Cependant, vous deviez accepter des pertes en tirant le brûleur.La cheminée est à double paroi et les gaz de combustion sont détournés par le couvercle et dirigés vers l'extérieur par les trous au milieu de la cheminée. Le couvercle de la cheminée a également reçu de petits trous et était également à double paroi. Les trous doivent garantir que la surface du couvercle n'est pas trop chaude et que vous ne vous êtes pas brûlé en portant ou en fixant les lanternes. Cependant, cela n'a fonctionné que modérément, car le couvercle en tôle d'acier mince a chauffé relativement rapidement et donc également considérablement chauffé en raison des gaz chauds à 400 ° C.La lumière a été amplifiée par des réflecteurs en acier émaillé et les vitres ont été remplacées relativement rapidement par le verre acrylique moins cher et incassable.

 

ARCOMA
Belle réussite en très peu de temps. Il faut que je traduise (ou fasse traduire !) ce document pour en tirer un résumé que je pourrai mettre sur le site avec les références, bien sûr, et, si vous me le permettez, les photos de votre lanterne. Cela ne sera pas fait dans l'immédiat : je travaille actuellement sur les ustensiles que l'on peut trouver sur une table de salle à manger. Un programme très différent, donc.

 

 

8 Divers : outils (roche, cuir…)

10 février 2019
Propriétaire
Auriez-vous une idée de ce qu'est ce matériel?

 

   

 

ARCOMA
... En ce qui concerne ce matériel, il aurait été souhaitable d'avoir un peu plus de renseignements : photographie de la totalité de l'objet, dimensions approximatives, existence ou non d'une lame tranchante... Je pense, toutefois, qu'il s'agit d'une fagotière utilisée pour réaliser... des fagots. Nous en présentons une dans le chapitre 4 des outils de bûcheron.

Internaute
Mon père possédait quelques vieux outils et votre site devrait m'aider à les identifier. Pour celui que je vous envoyé en photo je vais regarder les dimensions et voir s'il existe une partie tranchante. Ce qui m'a surpris c'est la plaque qui fait état de la "Manufacture Française d'Armes et Cycles de St Etienne".

ARCOMA
Effectivement la plaque est curieuse. J'ai trouvé une fagotière sur Google qui semble plus proche de la vôtre que de la mienne et qui est sans doute un produit manufacturé : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Fagotiere_(c)TDion.jpg

Internaute
J'ai mesuré la pièce : le support inférieur en fer mesure 90cm de long, la hauteur du sol jusqu'au bras en bois fait 44cm. Le bras se soulève. Il n'y a pas de partie tranchante, à l'extrémité du bras il y a une pièce métallique en forme de 2 pointes. Les pointes s'enclenchent dans une autre pièce métallique en partie inférieure ; à l'opposé il y un chaînon dont on ne voit pas l'utilité.

 

   






 






 

                             

Internaute
J'ai eu l'occasion de voir un monsieur relativement âgé (environ 80ans) qui est passé au garage de mon père Il a aperçu l'outil et m'a dit qu'il s'agissait (très probablement) d'une machine à faire des gerbes de céréales. La fonction est donc très proche de la fagotière. Les pointes que j'ai évoquées dans mon dernier mail devaient probablement être un lieur ou avoir un rôle très proche ?
Voir http://vieilles-soupapes.grafbb.com/t12996-machine-a-lier-les-gerbes-de-ble-en-1911 

 

20 février 2019
Propriétaire
Connaitriez-vous le nom et l’usage de cet objet qui fait 40 cm de hauteur ?

   

 

ARCOMA
… J'ai cherché dans ma documentation et n'ai rien trouvé. Savez-vous d'où vient ce récipient ? Y-a-t-il des traces de chauffage, des inscriptions ? A priori, d'après la photo, il est en laiton et fer blanc. Il pourrait être utilisé pour des sirops mais cela n'est vraiment qu'une hypothèse. Je n'affirme rien. Eventuellement, vous pouvez poser votre question au Forum des outils anciens. En font partie des personnes très compétentes et qui ont parfois une documentation impressionnante. L'inscription est gratuite. Le lien :

                                                 http://www.forum-outils-anciens.com/index.php

Internaute
Merci pour votre réponse, on m’a dit de chercher également vers CANNE à LAIT 2 ANSES.

 

3 mars 2019
Propriétaire

Bravo pour votre site qui est une mine de renseignements. Mes ancêtres étaient cultivateurs en Creuse et sur plusieurs documents notamment d'inventaires ou sur un bail à ferme je cherche à quoi correspond un jambigé ou autrement écrit chambigés garnies de leurs araires. A chaque fois il est précisé que c'est dans une grange je suppose donc que c'est une sorte de charrue... Connaissez-vous ce mot ?

ARCOMA
… Honnêtement, je ne connaissais pas ce terme. J'ai fait une petite recherche. Voilà ce que je peux vous dire :
- chambige (sans accent sur le e) : En Auvergne, dans le Languedoc, nom de l'age (sans accent sur le a) courbe de certains types d'araire.
- age : pièce maîtresse longitudinale de la charrue supportant le corps (soc et versoir), le coutre et la rasette et servant à transmettre l'effort de traction par l'intermédiaire de la tête d'attelage.

Ces définitions proviennent du dictionnaire Larousse. Vous pouvez aller sur Google, "Différentes pièces de la charrue, images". Vous verrez les différentes pièces qui composent la charrue, dont l'age, le soc, le coutre...

 

21 mars 2019
Collectionneur
J'ai besoin de votre aide afin d'assouvir ma curiosité, ci-joint un outil de 22cm ; acier , deux lames cuivre crantées comme un couteau , il est noté sur les lames Blanchon breveté et blanchon à l'aigle , sur l'outil : ' par clanch à l'aigle' une idée.

  

   

                        

ARCOMA
L'objet que vous me présentez est un étau de gantier ou pince à coudre de gantier. Il est utilisé pour le montage des gants, la couture des différentes pièces. Je n'ai pas encore rédigé d'article sur ce métier. Patience ! Par contre, je vous indique un lien qui vous permettra d'en savoir plus sur son utilisation.

                    http://histoiresdoutilsartisanaux.fr/outil.php?outil=Pince_a_coudre_de_gantier

 

26 juin 2019
Collectionneur ?
J'ai trouvé ces 2 outils dont personne ne sait ce à quoi ils pouvaient servir. Je pense qu'il y a un rapport avec la couture de cuir.

 

 

   

 

ARCOMA
J'avoue n'avoir jamais vu ce type d'outil. Si vous ne l'avez pas encore fait, présentez-les au forum des outils anciens. Il y a là des personnes vraiment très compétentes.

 

4 septembre 2019
Propriétaire passionné
J’ai lu votre article « les métiers de la pierre » sur les outils de taille de pierre, avec beaucoup d’intérêt. J’ai des outils ayant appartenu à mon père, mon grand-père, mon arrière-grand-père, tous tailleurs de pierre (et pour mon père sculpteur aussi). J’ai remarqué que les outils étaient gravés d’une lettre dont le L. J’ai observé que les photos des outils que vous montrez ont aussi des lettres dont la lettre L. J’en cherche l’explication ? Marque du fabricant ? Initiale du tailleur ?

ARCOMA
Vous venez d'une belle famille d'artisans : c'est superbe. En ce qui concerne la lettre L que l'on retrouve sur les rabots, il ne s'agit que d'une initiale du propriétaire. Cela n'a donc aucune signification ésotérique. Il arrive d'avoir sur le même outil plusieurs initiales montrant que l'outil a eu plusieurs propriétaires.

Internaute
Je tiens beaucoup à ces outils et je souhaite évidemment les « comprendre ». Mes ancêtres les ont tellement manipulés, au point que le manche d’un ciseau, pourtant en bois dur, a pris la forme courbe de la main de mon aïeul. Ce qui a le plus marqué mon enfance dans ce métier, c’est de voir mon père qui caressait la pierre pour les sculptures, la soupesait pour les moellons, en cherchait le fil et la fendait d’un coup sec et assuré ; le moellon en sortait avec une face plane. Je me souviens aussi des bacs à chaux qui étaient conservés à l’abri de l’air et de la lumière pour utiliser cette espèce de crème parfaite pour enduire. Je cherche des renseignements aussi sur les écoles de trait. Mon père en a fréquenté une, pendant plusieurs années près de La Rochelle.

 

 

18 septembre 2019
Musée ?
Quel est cet outil ? Le musée de Monclar possède cet outil, et nous ne savons pas ce que c'est.

 

   

 

ARCOMA
Pour l'instant, je n'ai pas de réponse à vous donner. Il me semble l'avoir vu dans l'un de mes livres, mais sans certitude.

 

16 octobre 2019
Musée
De gros travaux sont à venir sur le Musée et nous devrons nous séparer de nombre d'objets. Si des objets de la blanchisserie, du monde agricole vous intéressent, merci de me contacter dès que possible.

ARCOMA
Je viens de découvrir votre mail qui était dans les spams. Bien sûr, nous serions intéressés par les objets que vous nous proposez. Dans un premier temps, pourriez-vous nous envoyer quelques photographies et je vous recontacte rapidement pour vous donner ma réponse. A noter que nous sommes intéressés par des objets manuels n'utilisant pas l'électricité, donc a priori antérieurs au XXe siècle. Nous disposons de plusieurs ustensiles (modestes) de lavandière : un "tabouret", un trépied en V monoxyle pour bassine, une bassine en fonte avec son foyer, une grande bassine en zinc et son équivalent en jouet, des battoirs, un objet en laiton qui sert de "machine à laver" (agitation de l'eau savonneuse !?). L'ensemble fera l'objet d'un article lorsque nous en aurons terminé avec les ustensiles dédiés à l'alimentation.

Note : notre association a ainsi récupéré un banc à carder la laine, un rouet, des mesures à alcool.

 

18 novembre 2019
Héritier
Je vous joins 2 outils qui appartenaient à mon grand-père, sellier-bourrelier (cordonnier ?) dans les années 20-40. Je suis preneur de vos lumières.

     

 

ARCOMA
… j'ai cherché dans ma documentation et n'ai pas trouvé les outils que vous me présentez. J'ai contacté un ami dont le père était bourrelier. Pour l'instant, je n'ai pas de réponse. Sans aucune certitude, je pense que le premier pourrait permettre une décoration en forme d'étoile (?), par exemple sur une selle. Le deuxième évoque un abat-carre ou un ébourroir (couteau à border). Ce n'est là qu'une supposition. Je vais essayer de contacter une autre personne. Je vous tiens au courant si j'ai une réponse plus certaine.

 

26 novembre 2019
Association humanitaire
Je me permets de vous envoyer ce mail pour savoir si vous êtes en mesure d'identifier cet objet ..? (outil de prélèvement ? carottage ?) ..Aucunes inscriptions…

 

       

 

ARCOMA
Je ne connais absolument pas l'objet que vous me présentez. Par contre, votre idée de carottage est tout-à-fait plausible. Si je trouve une idée plus précise, je ne manquerai pas de vous en faire part. Vous pouvez également vous adresser au forum des outils anciens (http://www.forum-outils-anciens.com/index.php). Il y a là des personnes qui pourraient vous donner une réponse grâce à leurs connaissances ou à des catalogues qu'elles possèdent.

 

29 décembre 2019
Association

J'ai trouvé cet objet à Joyeuse (Ardèche), apparemment en réemploi dans le muret d'une très vielle châtaigneraie. Auriez-vous une idée de ce que ce peut être ?

 

   

 

     

 

ARCOMA
J'avoue mon ignorance. Je suis incapable d'identifier cet objet en pierre. Je me consacre davantage aux outils qu'ils soient pour l'atelier, le cabinet médical ou la cuisine. Il est impossible de tout savoir sur tous ces sujets. Je pourrais éventuellement faire suivre votre mail à un tailleur de pierre local, mais j'ai des doutes sur sa capacité à me répondre.

Note : reste d'une meule !?

 

9 Demandes particulières : étudiants, vente,…

11 février 2019
Propriétaire
Je recherche des informations concernant le choix de burins pour personnaliser mes boules de pétanques INOX. Que conseillez-vous et où les acheter ?

ARCOMA
… Je pense, toutefois, qu'il y a erreur sur nos activités. Notre site est consacré à des outils ou objets anciens (musée). Nous ne connaissons donc pas les outils fabriqués actuellement et sommes incapables de répondre à votre demande. Cherchez sur Google et faites le bon choix.

 

25 mars 2019
Propriétaire
Est-ce que vous conservez toutes les pièces que vous avez mises sur votre site?

ARCOMA
Les pièces que nous présentons sur le site sont la propriété de l'association (dons faits par des visiteurs de nos expositions ; rares achats : environ 2500 pièces) et de 2 membres de l'association (4500 et 6000, environ). Les collectionneurs les mettent à disposition pour les expositions, le site. Ils sont libres de les vendre : pour l'instant, il n'en est pas question. Quant aux objets de l'association, ils sont conservés et ne peuvent être vendus. Pour mémoire, notre but est de monter un musée dans notre ville. Si rien n'est fait concrètement d'ici la fin du mandat du conseil municipal actuel, nous mettrons fin à nos activités, sauf pour le site. Les objets de l'association seront donnés à des musées existants.

Note : l'un des deux collectionneurs est décédé. Ces héritiers décideront ce qu'ils font des très nombreux objets collectés. Ils pourraient rentrer dans un musée car le maire de St Chamond a décidé in extremis d'ouvrir un musée… dans 6 ans. Pour l'instant, notre association vivote avec des difficultés au niveau du local mis à sa disposition. Une décision définitive devrait être prise en cette fin d'année 2020 et lors de la prochaine AG, début 2021.

 

1er avril 2019
Généalogiste amateur
‌Bonjour, en faisant des recherches généalogiques, je m'aperçois que dans la région de Chandon, Charlieu on trouve beaucoup de charpentiers et maîtres charpentiers. Au 17e siècle il y a une "dysnastie" de Delorme dit Bertet, ils sont témoins, parrains dans des actes concernant d'autres charpentiers. L'un d'entre eux -Benoît- épouse une fille d'Isaac Ligoure, charpentier à Cours (Rhône). J'ai deux questions : y aurait-il une raison à cette "concentration" de charpentiers ? Avez-vous, au cours de vos travaux, rencontré ces noms de Delorme et Ligoure ? Merci pour votre réponse.

ARCOMA
Je ne peux répondre à votre question car je me suis concentré dans la plupart de mes articles sur la vallée du Gier. J'ai bien essayé de consulter les archives sur internet pour trouver des noms d'artisans dans cette même vallée, depuis le XVIIe siècle. Mais j'avoue que cela demande trop de temps. Peut-être, pourrai-je recommencer lorsque j'aurai achevé la rédaction du site ?

 

9 mai 2019
Historien local
J’effectue des recherches sur les dons effectués au XVIe siècle par certaines familles de Rive de Gier, en particulier les GACO et à ce titre, j’ai été intéressé par votre article consacré à l’hôpital. Les fondations en faveur de l’hôpital et d’une chapelle par cette famille sont reprises par plusieurs auteurs, néanmoins aucun ne précise la source d’archives correspondante. J’ai questionné les archives de la ville de Rive de Gier, qui n’ont pas connaissance d’archives spécifiques de l’hôpital datant de cette époque, de même que les archives départementales. C’est pourquoi je fais appel à vous : auriez-vous connaissance de fonds d’actes concernant cet hôpital pour le XVIe siècle ou avant et de leur localisation. Peut-être l’hôpital actuel conserve-t-il lui-même des archives anciennes, comme c’est le cas ailleurs (Belley dans l’Ain…). Ces archives, même limitées à quelques pièces, peuvent être du plus grand intérêt pour mes recherches, car il apparaît que la pratique des legs en faveur de l’hôpital était très répandue au XVIe siècle, et pas seulement aux familles les plus aisées.

ARCOMA
Je ne peux malheureusement pas vous aider dans votre recherche, pour l'instant. La base de mes articles est constituée par des livres consacrés à chacun des sujets que je suis amené à traiter. Je n'ai absolument pas le temps d'utiliser les archives. Peut-être, pourriez-vous vous informer auprès de Généagier qui a fait un travail considérable sur les archives de notre vallée ? Je vous souhaite bonne chance pour vos recherches. Si vous disposez de nouvelles informations concernant l'hôpital de Rive-de-Gier, sachez que je suis intéressé et prêt à les ajouter à mon article.

 

10 mai 2019
Propriétaire
Bonjour est ce que ça peut vous intéresser ? Une paire de moules.

 

   

 

ARCOMA
Votre proposition est bien sûr intéressante, même si nous possédons déjà cet objet. Mais pour l'instant, nous ne cherchons plus à augmenter nos collections, sauf dons locaux, pour des questions de place et, surtout, d'avenir de notre association.

 

27 mai 2019
Collectionneur ?
Je suis intéressé par le    Compas à rondelles double (manque le couteau de droite)                 Pas-de-Calais

                            L 45,5   h 16,5   poignée 15
Le vendez vous ?

ARCOMA
Comme vous avez pu le lire, notre but est de réaliser un musée rassemblant toutes les pièces que nous avons réunies jusqu'à ce jour. Il n'est donc pas question, pour l'instant, de nous séparer d'une pièce quelconque de nos collections. Il va de soi que si notre projet ne pouvait aboutir, il en serait tout autrement. Suivant les propositions des élus locaux, nous prendrons notre décision d'ici la fin 2020.

 

7 juillet 2019
Collectionneur spécialisé
ll est toujours agréable de faire une visite dans un musée même virtuel comme le vôtre. Si vous en avez le loisir, je viens de mettre en ligne un site consacré à l’herminette  www.herminette.net qui est une mouture moderne plus esthétique d’un précédent.

ARCOMA
Et merci pour cette information. Remarquable collection illustrée par un site tout aussi remarquable. Que de pièces magnifiques, quel patrimoine. Votre option est différente de la nôtre avec le choix d'un type d'outil, ce qui vous a permis d'avoir des pièces exceptionnelles. Nous avons voulu avoir un domaine très large, ce qui fait que nos collections sont surtout faites d'objet classiques, à quelques exceptions près. Je vais mettre le lien de votre site dans notre rubrique "Sites amis" pour le plus grand plaisir de nombre de nos visiteurs.

Internaute
Je vous remercie pour cette très gentille appréciation. Le premier outil de collection que j’ai acheté a été une herminette et je suis resté attaché à cet outil alors que je suis certainement incapable de l'utiliser. J’avoue que le côté esthétique a été ma première démarche. Et puis on ne peut pas tout collectionner. J’ai eu aussi la chance d’habiter à côté de Villeneuve en Aveyron où s’est situé pendant quelques années un musée extraordinaire et totalement méconnu d’art populaire - et avec des outils - Certainement un des plus beaux en France. Et malheureusement la propriétaire a dû tout vendre en un lot à un mystérieux acheteur. J’ai bien peur qu’il n’y ait pas ou peu de relève.

Note : intéressant et désolant de voir que l'on ne peut être prophète en son pays. Nous nous acheminons de plus en plus vers la même fin.

 

30 août 2019
Passionnée du patrimoine

[Les deux premiers mails ont disparu !]

Je vous remercie de votre message. Je voulais vous poser quelques questions concernant la sélection qui se trouve dans la salle de la mairie :
- C’est une sélection dédiée à un métier d’art spécifique ?  Avez-vous une estimation du nombre de pièces présenté dans cette salle?
- Pourriez-vous me dire où exactement se trouve la mairie ? La semaine prochaine je viens passer quelques jours dans le Haut-Bugey pour faire une recherche sur l’artisanat (bois & corne) et l’industrie de la  plasturgie.
  Dans la mesure du possible, j’aimerais inclure une visite à votre collection.

 

ARCOMA
… En ce qui concerne le lieu de stockage que la mairie a mis à notre disposition, nous avons réuni dans une pièce les objets (outils, ustensiles domestiques) qui ont fait l'objet d'un nettoyage. Ils sont soit sur des panneaux, soit dans des vitrines. Ils ne correspondent pas à un type particulier de métier. Ils concernent, par exemple, l'imprimeur, le bourrelier, le charron, le tonnelier, le cordonnier, le menuisier, l'horloger, le soyeux, l'armurier, les instruments de mesure... Quant au nombre, il est de l'ordre de 4 à 500. Dans une exposition comme celle de Villars, nous en exposons environ 2500. Pour le projet de visite, ce ne sera pas possible la semaine prochaine car je suis absent. Les quelques adhérents actifs sont très occupés par la préparation des Journées Européennes du Patrimoine qui auront lieu les 20, 21 et 22 septembre. Notre exposition aura pour thème "Les bâtisseurs de cathédrales et de châteaux" avec les métiers du bâtiment (environ 600 pièces). Par ailleurs, nous sommes à Saint-Chamond, donc relativement loin du Haut-Bugey. De quelle région êtes-vous ? Je suis désolé de ne pouvoir répondre positivement à votre demande pour l'instant.

Internaute
Merci de votre retour. Je suis de Bruxelles et tout juste de retour de mon séjour dans le Jura et Haut-Bugey. Une expérience très intéressante. J’espère pouvoir visiter votre collection dans le futur. En entretemps, je me dirige vers votre site pour découvrir une partie de la collection en version digitale.

Note : notre réponse est un véritable crève-cœur. On souhaiterait partager, qui plus est avec des personnes qui viennent de l'étranger, mais on ne nous donne pas les moyens et, avec le temps, cela ne s'arrange pas.

 

29 octobre 2019
Association
J'ai eu connaissance des activités de votre association, il y a plusieurs années. Entre autres, j'ai pu apprécier votre expo en déc. 2016 à l'école Lamartine de St Chamond.

Comme vous, je suis dans une association de sauvegarde du patrimoine :   PRIVALS, à Trévoux ( 01 )Pour prendre connaissance de nos activités :   www.privals.fr  Trévoux a été un lieu ''industriel'' ancien : affinage des métaux précieux, tirage de fils d'or et d'argent, orfèvrerie. Puis, tréfilage et fabrication des filières de tréfilage, en acier, puis en rubis saphir, puis en diamant. Je suis bien documenté sur les dernières fabrications  (filières en diamant). Par contre, je n'ai rien sur la fabrication des filières en métal  (fer, acier, etc...)

Filière : trou conique réalisé dans une pièce métallique, et qui sert à étirer un fil de métal pour le rendre plus petit. Et, lorsque l'on sait que, à Trévoux, on tirait du fil d'or de la taille d'un cheveu, je ne vois pas comment on pouvait faire un tel outil au 16 ème et 17 ème siècle. Auriez-vous des infos sur ce point  ?? Je vous joins pour explication, le schéma de principe d'une filière et un plan coté de fabricant actuel. Je peux sans problème rencontrer quelqu'un de chez vous, car je me rends encore régulièrement à Rive de Gier pour des visites familiales. Cette demande rentre dans le cadre d'une reprise des recherches faites il y 15 - 20 ans par notre association, ceci en allant plus loin, et en cherchant les liens entre les diverses activités qu'il y a pu avoir dans la cité.

 

     

 

ARCOMA 
Et merci de vous intéresser à notre association. Comme vous avez pu le constater sur notre site, l'éventail des domaines abordés est très important : une centaine de métiers, la vie domestique, les instruments de mesure, l'éclairage. Je suis seul à rédiger les articles du site (plus de 300 à ce jour, et ce n'est pas fini). Il m'est impossible de tout connaître. Je dois survoler certains sujets sans avoir le temps de les approfondir. C'est le cas pour ces filières du bijoutier, du serrurier... Je suis donc dans l'incapacité de répondre à votre question.  En ce qui concerne nos collections, elles sont la propriété de deux collectionneurs privés adhérents et de l'association.

 

Ainsi s'achève cette suite d'échanges entre vous et ARCOMA pour l'année 2019. Au total, 171 mails contre 112 en 2018. Ferons-nous mieux encore cette année ? Ce n'est pas sûr du fait de la crise sanitaire que nous vivons. Le confinement avait fait augmenter de 25 % le nombre de visiteurs. Le déconfinement suivi par les vacances annuelles, un retour à la liberté, à la nature, a produit un effet inverse. Il semble qu'une augmentation de la fréquentation s'opère depuis quelques jours. N'hésitez pas à nous contacter : nous vous répondrons toujours, conscients de nos méconnaissances, mais heureux de partager avec vous conseils et questions.

Prochain épisode de cette série en janvier 2021 !

 

 

 

FIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOS CONSEILS

 

VOS QUESTIONS  -  NOS RÉPONSES

 

ANNÉE 2020

 

 

Nous continuons notre retour en arrière avec ces échanges que nous avons pu avoir des internautes. Certains mails sont très flatteurs. Vous nous pardonnerez de les présenter : c'est une façon de montrer (en vain) à nos élus que des outils peuvent faire "rayonner" une ville…! Remarque prétentieuse, certes, mais signe d'une véritable lassitude : les années passent de plus en plus vite et la sortie du tunnel n'est toujours pas en vue.

Les demandes sont plus nombreuses. Nous modifions le plan initial en créant de nouvelles rubriques :

1 Corrections – Informations complémentaires

2 Instruments de mesure : Balances romaines et autres ; mètres ; mesures de volume…

3 Métiers des métaux : serrurerie…

4 Métiers du bois : charron, tonnelier…

5 Santé et hygiène

6 Vie domestique

7 Éclairage : lampes de chemin de fer, …

8 Divers : outils (roche, cuir…)

9 Demandes et réflexions particulières : étudiants, vente, informations…

 

1 Corrections – Informations complémentaires

1 juin 2020
JCD
Collectionneur
Bonjour, je viens de découvrir votre site et le remarquable travail de recherches que vous avez effectués… J’ai moi-même la passion des vieux outils (entre autres..) et sur l’un de mes 3 blogs, j’aborde aussi ce sujet… D’ailleurs, hier j’ai rajouté votre site dans mes « liens »

http://jicede95.over-blog.com/2020/05/l-association-pour-la-recherche-et-la-conservation-des-outils-des-metiers-de-l-artisanat-a.r.c.o.m.a.html

Ce message pour répondre à une interrogation que vous avez formulée dans le sujet des équerres : juste après la sauterelle (en bois) ou fausse équerre - d’ailleurs elles existent aussi en métal pour les serruriers - il se trouve une équerre métallique avec un coté à 45° qui est une équerre de serrurier. Il se trouve que j’ai la même que j’ai utilisée de nombreuses années (à l’époque où je travaillais dans une ferronnerie)…

ARCOMA
Un triple merci pour votre mail : merci pour les mots élogieux à propos de notre site ; merci pour le lien sur votre blog ; merci pour vos remarques sur les équerres. J'apprécie sincèrement les trois éléments.

Le premier est un encouragement à continuer, même si petit à petit j'ai présenté la plupart des objets dont nous disposons. Parfois, nous acquérons des objets par don, de plus en plus rarement par achat et nous les rajoutons dans le site : cela est signalé dans la rubrique de la page d'accueil "En bref". II me reste quelques métiers à traiter comme le jouguier, mais surtout tous les métiers des tissus particulièrement importants dans notre région, et l'éclairage domestique. Pour ces deux derniers sujets, je recule l'échéance : c'est un travail énorme.

Le second permet de nous faire connaître, ce qui, à terme, peut nous donner un peu plus de poids auprès de la mairie pour l'ouverture d'un musée dans notre ville de Saint-Chamond.

Le troisième apporte des précisions sur nos commentaires. Je suis seul à réaliser ce site et je ne peux tout connaître. Une intervention comme la vôtre est donc très importante et permet d'approfondir nos connaissances sur ces outils ou objets.

 

6 juin 2020
JP
Charpentier
Ce qui est marqué sur le tampon de la première Bisaiguë de charpentier de vote site : "Goldenberg Acier Fondu" en cercle. A l'intérieur du cercle, le logo de Goldenberg : un œil.


ARCOMA
… Merci également pour cette précision que je ne manquerai pas de rajouter dans mon article. Je m'aperçois, en fait, qu'il serait bon que je revoie tous mes articles (environ 375) car il y a des erreurs ou des manques de "jeunesse". C'est un travail énorme et votre remarque me fait gagner du temps.

Internaute
Je suis content de vous avoir fait plaisir. Je suis charpentier et j'aime faire vivre ces outils anciens. Pour moi, un outil en vitrine est un outil mort. Lorsqu'on l'a dans les mains et qu'on le fait travailler, bien réglé et affuté, on sent bien le plaisir et le son de l'outil. Les outils anciens ont une âme. Merci pour votre travail.

 

12 octobre 2020
VL
Menuisier-ébéniste
Bonjour, merci pour les informations sur votre site et votre travail précieux. Sur cette page : https://www.arcoma.fr/fr/outils-d-antan/173-par-metiers/metiers-du-bois/menuisier-ebeniste-metiers-de-menus-bois , vous classez des rabots à refendre dans les scies à araser. En réalité ce ne sont pas des scies à araser mais des rabots à refendre. On utilise ces rabots pour creuser une fine rainure sur la tranche d'une planche. De cette façon la scie à refendre (ou la scie égoïne) sera guidée par cette fine rainure. C'est un outil extrêmement utile dans le travail à la main et quasi impossible à trouver. Heureusement il est facile à fabriquer.

 

     

 

ARCOMA
… Merci plus encore de nous apporter vos connaissances. Comme vous avez pu le constater,  l'éventail des sujets est très large. Je suis seul à réaliser ce site et mes connaissances sont essentiellement livresques. Je n'ai donc pas "la pratique" de tous les outils présentés. Je modifierai mon article en conséquence dans les jours qui viennent.

Internaute
Oui quel travail vous faites ! Je suis certains que l'artisanat reviendra, ces outils serviront de nouveau un jour et les référentiels comme le vôtre seront une précieuse documentation. Ça commence déjà.

 

 

2 Instruments de mesure : Balances romaines et autres ; mètres ; mesures de volume…

5 mars 2021
FJ
Collectionneur

Je possède un mètre en laiton gradué en centimètre avec gravé dessus “ Mètre ” mais aussi les initiales “T.F.” dans une ellipse comme sur votre site. Je me demandais ce que voulaient dire ces initiales? Et la date de fabrication de ce mètre? Est-ce un objet rare de nos jours?

 

   

 

ARCOMA

Le mètre pliant que vous possédez est assez courant. La date de fabrication se situe à mon avis entre 1900 et 1950, peut-être un peu avant, peut-être un peu après ! Quant aux lettres "T.F", elles correspondent très vraisemblablement au fabricant. Quel est son nom ? Comme vous avez pu le constater, l'éventail de mes articles est très large. Je ne peux donc pas tout connaître.

 

4 avril 2020
JR
Collectionneur
Bonjour, vivement intéressé par votre site en particulier par le § instruments de mesures, j'ai eu le plaisir d'y découvrir au chapitre 4 des balances romaines du XVIII votre balance n°2 "1787" similaire à une romaine que je possède. Mon peson est également annoté JEAN PIERRE REYMON , daté lui aussi de 1787 et il comporte un poinçon aux armes de France avec 3 fleurs de lys sur fond azur. Il semblerait donc que REYMON soit le nom du balancier plutôt que celui du propriétaire de la balance.

 

     

 

ARCOMA
A priori, il semble que nous n'ayons pas répondu à cet internaute, une erreur de notre part (du moins, nous n'avons pas retrouvé notre mail). En revanche, nous avons fait un copier-coller de son mail dans notre article sur les balances romaines. Effectivement, on peut penser que JEAN PIERRE REYMON soit bien le balancier qui a fabriqué cette romaine.

 

20 juillet 2020
JPB
Collectionneur ?
Comme vous me l'avez demandé, je vous transmets ma demande concernant une boîte de poids que vous avez identifiés dans votre article comme étant des poids bancaires et/ou notariaux. Je souhaite savoir à quoi ils servaient et à quelle époque on les utilisait.

 

ARCOMA
Je ne vous ai pas oublié. J'attends que mon correspondant me rappelle pour en savoir (peut-être) un peu plus.

Mon correspondant, un notaire, n'a pas su me répondre. Pour information, je vous indique 2 liens, l'un sur les poids, l'autre sur le franc-or. J'espère que cela répondra au moins en partie à votre question : https://fr.wikipedia.org/wiki/Franc-or ; http://www.lecompendium.com/dossier_misce_05_poids_or/tares_monetaires_or.htm                           

 

26 juillet 2020
KB
Propriétaire

Nous avons une balance et recherchons des informations car sur une face figure la date de 1673. Il y a également un écusson avec une petite fleur de lys visible... le reste l’est moins. Il y a également un poinçon avec la lettre C et une couronne la surplombant sur les 3 autres faces.

   
   


 

 

ARCOMA
La fleur de lys est sans doute un poinçon primitif utilisé lors de la mise en service de la balance, donc en 1673. L'écusson peu lisible est sans doute celui de la ville où elle a été fabriquée : il semble comporter 3 fleurs de lys, mais son état rend l'interprétation difficile. Quant au C couronné, je ne l'ai pas vu sur vos photos. Ce dernier poinçon semble avoir été utilisé plus tard, sous Louis XV, mais plutôt pour des objets d'orfèvrerie. En nettoyant le peson, il serait, peut-être, possible d'en dire plus (voir notre article : https://www.arcoma.fr/fr/avis-conseils/98-avis-et-conseils). Sur ce sujet, je dois prendre des informations auprès d'un musée spécialisé dans les instruments de mesure, mais il change de conservateur et n'ouvrira qu'en septembre. Si j'ai d'autres précisions, je ne manquerai pas de vous recontacter.

 

26 novembre 2020
AM
Ingénieur
Ayant travaillé pour une société US qui avait construit des balances étiqueteuses pour souvent les hypermarchés et autres grandes boucheries, j'ai souvenir qu'à l'époque, lorsque nous allions dans les locaux des poids et mesure afin de faire étalonner les poids, un poids étalon était vérifié au départ avec une balance électronique du type METLER, (comme pour les poids ordinaires), mais au final avec une balance à trébuchet d'environ 1,20 d'envergure ; une manivelle était dessus afin de la débloquer très doucement sans à-coup, avec des calculs sophistiqués qui duraient pas mal de temps, d'où le tarif élevé d'un poids étalon , je crois que le kg , c'était 10 000 F, ce qui pour les années début 80 n'étaient pas rien. J'aime à raconter cette anecdote à tous ceux qui oublient que le passé a été très constructif et qu'il ne faut pas s'en moquer. Mais à ce jour est-ce que mon discours est toujours valable? N'a-t-on pas inventé mieux en pesée que la jauge de contrainte ? C'est ce que je recherchais en "tombant" sur votre site, par ailleurs très intéressant et rempli d'images d'outils magnifiques. https://patents.google.com/patent/US3045229A/en : lien brevet de la 1ère balance que j'ai connue de 1975 à 1978, principe de la balance à grain qui était motorisée, vitesse rapide pour aller vers 80 grammes du poids et vitesse lente pour arriver au poids par un jeu de contact nommé lamelle sensing (de sensibilité). Puis en fichier de la 2ème identique mais fonctionnant avec une crémaillère, un disque codé éclairant par le jeu de miroir et loupe une chambre noire contenant des cellules qui, éclairées suivant le code, envoyait les informations à un calculateur. L'éclairage venait d'une ampoule de voiture 12 v. 

ARCOMA
… Vos informations sur les poids-étalons sont, bien sûr, très intéressantes. J'avoue ma totale ignorance en ce domaine. Si vous en êtes d'accord, cela pourrait constituer un chapitre complémentaire sur les "balances et poids". Pour l'instant, je ne peux m'en occuper, étant très pris par la rédaction des articles sur l'histoire de l'enseignement. Si vous avez d'autres documents, ils pourraient compléter ceux que vous m'avez déjà transmis. Donnez-moi votre avis et nous pourrons réaliser ce complément dans quelques semaines. Bien sûr, je vous le soumettrai avant de le publier.

Internaute
A propos de l'outil suivant présenté dans l'article de cette série, année 2019, AM nous donne ces informations :

 

     

                        

En me promenant sur vos "questions réponses", je pense que cet outil existe toujours ; il sert à   fraiser un trou où on vissera une vis à tête fraisée qui sera noyée et donc à fleur de la planche. Un bourrelier ou cordonnier devait aussi s'en servir afin que les  têtes de vis ne blessent pas la personne ou l'animal.

ARCOMA
Notre supposition était donc erronée ! Merci pour cette précision.

 

3 Métiers des métaux : serrurerie…

8 avril 2020
XX
Serrurier amateur
… Ce sont des serrures en acier avec des petites plaques en laiton F.T 1ere qualité. Savez-vous quel est le nom du fabricant qui se cache sous F.T. Par ailleurs, certaines des clés ont été perdues et les serrures portent des numéros comme F.T 5 et une autre 10. Est-ce que ce sont des formes standards et où puis-je les trouver ?

ARCOMA
Comme vous avez pu le constater, l'éventail de nos articles est très important. Je suis seul à les rédiger à partir de documents de notre bibliothèque ou d'internet. Il m'est donc impossible de tout savoir. Par ailleurs, sauf exception, mes recherches concernent la période située avant la fin du XIXe siècle. Tout cela pour vous dire, et j'en suis désolé, que d'une part je ne suis pas un expert, d'autre part je ne peux répondre à vos questions. Cela ne veut pas dire que je ne ferai pas de recherches sur ce sujet, peut-être simplement en contactant un serrurier. Si j'obtiens des renseignements, je ne manquerai pas de vous les communiquer.

Avant de vous envoyer ce mail, j'ai fait un aller-retour sur Google. F.T semble être "FONTAINE, anciennement FONTAINE et VAILLANT". Je vous donne un lien : https://mescadenas.files.wordpress.com/2017/11/logos-et-sigles-en-serrurerie.pdf

 

17 avril 2020
JLV
Propriétaire
Je suis le propriétaire d'un buffet ancien en noyer qui, à mon avis est de la fin du 18ème siècle ou du début du 19ème. Ce type de meuble rustique, s'inspirant du style Louis XV, a été produit jusqu'au 19ème siècle. Je voudrais pouvoir le dater plus précisément. Aussi, je me suis intéressé à la serrure qui y est montée et qui, je pense, est d'origine : l'entaille dans le bois correspond parfaitement à la boîte contenant le mécanisme. Je me permets de vous envoyer une photo de cette serrure que j'ai démontée ainsi que de la clé. Je ne sais si vous avez, au sein de votre association, un spécialiste ou amateur éclairé qui pourrait m'apporter quelques informations sur l'ancienneté de ces deux objets. 

 

   

 

ARCOMA
Comme vous avez pu le constater, l'éventail de nos articles est très important. Je suis le seul rédacteur et ne peut donc pas tout connaître. Je ne suis sûrement pas un expert. Pour les serrures, ma référence est le livre de J.P. Guarry, "400 ans de serrures". L'auteur est, lui, un expert. En ce qui concerne votre serrure, je pense qu'effectivement, elle est bien d'époque, fin XVIIIe, début XIXe. Pour la clef, j'émets un petit doute car le panneton ne semble pas avoir la forme de l'entrée de serrure. Il serait intéressant d'avoir une photographie de la section de ce panneton. S'il n'y a pas de correspondance exacte de la forme (ce qui n'est pas nécessaire pour un bon fonctionnement), on peut penser qu'elle est plus récente, mais toujours du XIXe siècle.

Internaute
Et merci pour votre réponse. Vous avez certainement raison concernant la clé. En regardant le panneton de face, il est clair qu'il a une forme qui ne correspond pas à l'entrée visible sur le foncet. Il est mince en haut et s'évase un peu vers le bas mais largement moins que l'ouverture elle-même. À ce propos, je me suis interrogé aussi sur la manière dont cette entrée est découpée dans la tôle. On voit la possibilité de faire entrer la clé par deux orifices différents. Je suppose que ceci devait permettre de placer la serrure horizontalement ou verticalement, selon le besoin. Savez-vous si ce type d'ouverture est ancien ? J'ai regardé sur Internet à propos du livre de Guarry. On en trouve encore quelques-uns mais ils ne sont pas donnés. Sont-ils vraiment bien documentés ? Par ailleurs, j'ai cherché à voir si je pouvais entrer en contact avec ce monsieur mais, sauf erreur sur la personne, il semble qu'il soit décédé en 2013.

ARCOMA
Le livre de Guarry est très bien fait, mais il a été écrit par un expert qui a l'habitude de voir des pièces exceptionnelles. Il manque des précisions basiques, mais l'iconographie est très bien réalisée et permet de rêver ! Je pense qu'en cherchant bien sur Google, il est possible de trouver des sites très bien faits. Récemment, un internaute m'a demandé ce que signifiaient les lettres FT sur des clefs. Par chance, en cherchant les "serruriers anciens", j'ai pu lui répondre. Un coup de chance, car j'avoue qu'il est impossible d'être "pointu" sur tous les domaines.

 

19 avril 2020
AC
Propriétaire
Bonjour, Je possède cette clé qui, avec toutes réserves, viendrait des serrures d'une porte du château de Versailles....ceci étant les dires de mon père qui est décédé. Merci de me donner votre avis.

 

     

 

ARCOMA
… Premier point : je ne suis pas un spécialiste d'un métier quelconque, encore moins un expert en serrurerie. L'éventail de mes articles et l'âge (!) ne me permettent pas de tout savoir sur tous les sujets que j'aborde. Ceci dit, que penser de cette clef ? L'anneau est dit de style Louis XVI. La section du panneton serait en faveur d'une fabrication du XVIIe ou, plus vraisemblablement, du XVIIIe siècle. Elle aurait pu servir dans un château ou dans une demeure cossue bien que le panneton soit très simple, à un seul rouet.

 

Internaute
Je souhaiterais savoir si cet objet a une certaine valeur collection svp.

ARCOMA
C'est toujours le même problème : l'offre et la demande. A mon humble avis, votre clef n'a pas une très grande valeur. Le panneton n'est pas assez travaillé et je pense que ce modèle n'est pas très rare. Vous pouvez regarder régulièrement sur eBay, rubrique "Clefs et serrures anciennes". Cela pourra vous donner une idée du prix.

 

27 octobre 2020
JA
Propriétaire
Je suis tombé par hasard sur votre site Internet et j'ai vu qu'il y avait beaucoup d'information concernant les anciennes serrures et clés. J'ai dans ma maison des vieilles serrures avec des clés que j'aimerais faire en double. Sauriez-vous s'il y a des artisans spécialisés en mesure de répondre à cette demande ? (pas facile de trouver sur Internet). J'avais demandé à un serrurier "classique" mais sans succès car ce sont des modèles qui ne se font évidemment plus du tout.

ARCOMA
… je cherchais seulement un lien que j'avais donné à une personne qui souhaitait faire faire des clefs. Car votre demande est récurrente. Malheureusement, je n'ai pas la solution. Je pense qu'il faut trouver un ferronnier d'art dans votre région qui soit effectuera ce travail, soit vous donnera l'adresse d'un serrurier capable de faire ces copies. Vous pourriez également vous adresser à la Chambre des métiers de votre département ou encore à une section locale des Compagnons du Devoir. Enfin, dernière possibilité, j'ai vu l'année dernière un reportage sur TF1 sur le château de Lectoure, dans le Gers, où se sont regroupés des brocanteurs et un serrurier. Je vous donne le lien qui est encore valable :

https://www.lci.fr/regions/sos-villages-jt-13h-tf1-replay-jacques-legros-chateau-de-lectoure-gers-le-lieu-de-rendez-vous-des-brocanteurs-2129467.html

Si vous obtenez un résultat, merci de me le faire savoir. Encore une fois, cette demande m'est transmise plusieurs fois chaque année et cela pourrait rendre service à d'autres internautes.

 

30 novembre 2020
CM
Propriétaire
J'affiche une photo de la serrure. J'apprécierais beaucoup si vous pouviez m'aider.

 

   

 

ARCOMA
En cherchant sur internet, je pense avoir trouvé le nom de cette pièce : "une carre chaînette". Demandez cet objet sur Google ; vous en trouverez quelques exemples. Un forgeron ou un bon serrurier devrait pouvoir vous refaire cette pièce sans problème. Il se peut que cela existe dans des magasins de bricolage. Vous pourriez également remplacer cette chaînette en laiton par une chaînette en acier après l'avoir fait vieillir dans la terre, ou avec un acide... Par contre, quel dommage de voir ces deux verrous récents sur une aussi belle porte.

 

4 Métiers du bois : charron, tonnelier, menuisier…

1 février 2020
MR
Propriétaire

Je découvre avec intérêt votre site. J'ai récupéré dans un grenier familial une hache, selon modèle dont deux photos jointes; je pensais à un outil à équarrir, mais s'il y a bien un côté plat, la joue est franchement déportée quand on regarde l'outil dans l'axe.

 

     

 

ARCOMA
… En ce qui concerne la hache que vous me présentez, il s'agit, a priori, d'une doloire : joue déportée et biseau du tranchant sur une seule face, d'après ce que je peux voir sur la première photo. On trouve cet outil chez le charpentier, le sabotier, le tonnelier. Je pense que la vôtre est une doloire de charpentier : le tranchant pour équarrir ou blanchir, la tête servant à enfoncer les chevilles en bois.

 

2 mars 2020
AB
Collectionneur ?

J’ai visité votre site sur les outils des métiers du bois et je me permets de vous contacter pour des informations. On vient de me donner un vieil établi de menuisier, qui était stocké dans une ancienne maison des templiers en Touraine. J’ai fait refaire le bas des pieds qui étaient en mauvais état. Je l’ai ensuite poncé et j’ai remarqué l’inscription « 1667 », pensez-vous qu’il puisse s’agir de l’année ? Pouvez-vous me donner des infos sur ce modèle ? 

 

     

 

ARCOMA
… Je ne peux que vous donner mon sentiment sur cet établi. Je le trouve en trop bon état pour ses 353 ans. On pourrait s'attendre à des arrêtes des pièces de bois plus ou moins arrondies. Leur section est ici parfaitement carrée. Est-ce l'effet du ponçage ? Autre point qui me laisse interrogateur : le graphisme des chiffres qui ne me paraît pas conforme à ce que l'on voit habituellement au XVIIe siècle. Nous avons deux établis du XIXe siècle, toujours fonctionnels, mais qui ne sont absolument pas dans cet état.

 

21 mars 2020
JMC
Collectionneur
J'ai récupéré un outil en bois qui a la particularité d'être gradué par unité de 6mm puis par 2 puis par 6.

 

     

 

ARCOMA
Votre outil me fait penser à un trusquin. Théoriquement, cet outil ne comporte pas de graduations, mais par contre possède une pointe qui permet de tracer sur le bois une ligne parallèle au bord de la planche et située à une distance déterminée à l'avance. Le fait d'avoir des graduations permet à cet objet d'être plus précis. Vous trouvez des trusquins dans nos articles sur le menuisier : allez dans le dictionnaire pour la lettre T, cherchez "trusquin" et cliquez sur l'article du trusquin, dans la colonne de droite.

Internaute
… effectivement j'avais pensé à un trusquin mais il n'y a aucune trace de frottement sur l'élément coulissant. J'avais pensé à un outil de contrôle ou de mesure. Par exemple mesure sur une peau en cuir traçage de nombre de lacets que l'on peut couper ?

ARCOMA
Vous pouvez vous adresser au forum des outils anciens : https://www.forum-outils-anciens.com/index.php; Il est composé de personnes beaucoup plus performantes que moi.

 

23 septembre 2020
VR
Brocanteur ?
Je viens d’acheter un ancien atelier de menuisier avec tous les outils et 2 grosses machines... Je voulais savoir si vous pouvez me conseillez un brocanteur ou collectionneur ou si ça vous intéresse. Je suis dans le 33.

ARCOMA
Nous possédons déjà de très nombreux outils de menuisier. Par ailleurs, nous nous situons dans la Loire. Tout cela fait que nous ne sommes pas intéressés par votre achat, même si celui-ci comporte certainement des pièces que nous ne possédons pas. Quant à un brocanteur en Gironde, je n'en connais pas. Je peux tout juste vous donner les coordonnées d'un expert situé à St Nectaire qui soit sera intéressé, soit sera en mesure de vous donner les coordonnées de l'un de ses confrères. Il s'agit de : M. Daniel VERDIER Tél 04 73 88 52 39 Courriel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

15 octobre 2020
JFM
Héritier
… J'habite Saint Martin la plaine. Mon père était tonnelier. En raison de la vente de notre maison familiale, dans les prochains mois, j'aimerais faire don de bons nombre d'objets, d'outils manuels et de matériel liés à la tonnellerie. Seriez-vous intéressé pour recueillir  tout ce patrimoine ?

ARCOMA
Comme je vous l'ai dit lors de notre conversation téléphonique, je suis intéressé par ces outils. Je vous contacterai dès que possible pour prendre rendez-vous et me rendre à Saint-Martin-la-Plaine.

A cause des problèmes sanitaires, nous n'avons pas pu nous rendre chez ce donateur immédiatement. Un professionnel était aussi intéressé. Il est passé avant nous et a pris un certain nombre d'outils, en a réservés d'autres, notamment un magnifique basset. Nous avons récupéré ce qui restait : cela fait l'objet d'articles sur Facebook, compte ARCOMA, série "Avant-Après nettoyage". Au total, plus de 150 pièces : tonnelier, menuisier, arpenteur, vie domestique…

 

15 décembre 2020
FD
Collectionneuse ?
J'ai parcouru votre site très intéressant, j'aimerai savoir à quoi correspondent les logos des planes numéros 4 et 11 (les 2 pipes croisées) vous remerciant pour vos éclairages.

ARCOMA
Je n'ai malheureusement pas de réponse à vous donner. J'ai cherché dans le forum des outils : on retrouve le même logo que celui de la plane 4, mais le fabricant n'est pas identifié. Je vous donne le lien répondant sur ce forum à la demande "logo fabricant plane"

  https://www.forum-outils- anciens.com/search.php?q=marque+fabricant+plane&search_terms=any&search_author=&search_forum=-1&search_time=0&search_fields=all&search_cat=-1&sort_by=0&sort_dir=DESC&show_results=topics&return_chars=200

Je vous laisse le soin de chercher. Il y a énormément d'articles ; ils sont loin de tous correspondre à ma demande sur ce forum. Si vous trouvez la solution n'hésitez pas à me le faire savoir.

 

29 décembre 2021
VB
Propriétaire, mère de famille (très important)
Ayant depuis quelques années un objet magnifique, j’ai voulu savoir ce que c’était. Je me doutais bien que c’était un outil ancien de menuiserie ou ébénisterie. Après quelques recherches, je suis tombée sur votre magnifique site dans lequel j’ai trouvé des outils ayant des points communs. J’ai supposé que c’est un rabot Bouvet, je me trompe peut-être ?

J’ai pris quelques photos et vous envoie ce document afin que, si vous le pouviez, vous me donneriez quelques éléments supplémentaires ou correctifs ?

     

 

ARCOMA
Votre rabot est un "bouvet à approfondir" qui permet de tracer à distance du bord d'une planche une rainure de profondeur variable et qui permettra ensuite un assemblage. Nous vous en présentons dans l'article "Menuisier 8-3". Il en existe plusieurs modèles. Je vous donne le lien : https://www.arcoma.fr/fr/outils-d-antan/173-par-metiers/metiers-du-bois/menuisier-ebeniste-metiers-de-menus-bois/308-menuisier-ebeniste-8-3-rabots-d-assemblage

Le nom "BLANC" est celui de son propriétaire. J'espère que vous trouverez les informations que vous souhaitez dans cet article.

Internaute
C’est Vraiment extrêmement gentil de m’avoir répondu aussi vite et en me donnant tous ces détails. Je vais les conserver précieusement pour les transmettre à mes enfants, c’est tellement important de conserver la mémoire de l’intelligence, du travail et de l’amour du travail bien fait de nos pères. Je vous félicite pour ce site très bien fait, très agréable à regarder et instructif.

 

5 Santé et hygiène

21 septembre 2020
CBK
Médecin généraliste collectionneur
C'est avec un grand plaisir que j'ai découvert votre site consacré aux outils d'antan et concernant les métiers de la santé. C'est une superbe réalisation! Médecin généraliste à la retraite, je collectionne depuis très longtemps les instruments médicaux. J'ai peut-être des objets que vous aimeriez photographier et c'est avec grand plaisir que je vous accueillerais.

 

   

 

ARCOMA
Et merci pour l'intérêt que vous portez à notre site. Votre mail est un véritable encouragement pour continuer la réalisation de ce site. C'est aussi un plaisir de voir les photographies de votre collection qui nous obligent à être très modestes : quelle collection ! Comme vous avez pu le constater, le nombre d'objets dont nous disposons pour le chapitre "Santé" est limité. Cela s'explique par la diversité des sujets que nous traitons. Par ailleurs, nous n'avons commencé qu'en 2000. Nous souhaitions à cette époque ouvrir un musée : une utopie par rapport à la "volonté" des élus et de l'administration saint-chamonaises. Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir continuer. Nous ne cherchons plus à acquérir de nouveaux objets, quel qu'en soit le sujet.

 

6 Vie domestique

18 juin 2020
MP
Collectionneur

Mon épouse a une petite collection de fers anciens, à braise, à lingot et des fers-plaques ; il y en a 3 dont je n'ai pas su déterminer l'origine (fabricant). Si vous pouviez m'aider, ça serait super.

 

   

 

     

 

ARCOMA
Pour l'instant, je n'ai pas de réponse à vous donner, ce qui prouve que j'ai encore beaucoup de recherches à faire. Ma seule excuse est d'être seul pour réaliser ce site dont l'éventail est énorme. Pour autant, je ne vous ai pas oublié : dès ce matin, j'ai téléphoné au musée des fers à repasser de Longwy, sans doute le plus important en France, voire en Europe, sur ce sujet. Je suis tombé sur l'Office du tourisme. Un membre du musée doit me rappeler. Pour l'instant, je n'ai pas de réponse. S'il le faut, j'appellerai de nouveau. 

 

18 septembre 2020
LSS
Propriétaire (Barcelone)
Information about a leather working tool
Hi. I have recentely found the tool of which I am including some photos. Could you tell me its name (in French) and what it is used for?

Hola, recientemente he comprado la herramienta de la cual incluyo fotos.

Podrías decirme como se la llama (en francés) y cual es su uso exacto?

 

     

 

ARCOMA
Votre ustensile n'est pas un outil pour le cuir, mais pour la cuisine : il s'agit d'un ouvre-boîte. Vous avez un modèle identique au vôtre dans la "Vie domestique", "A la cuisine 1".

Internaute
Could you tell me its age or period ?

ARCOMA
J'ai retrouvé des modèles identiques sur Google, malheureusement sans la date de fabrication. Je ne suis pas un expert, mais je pense qu'il pourrait dater des années 1930 - 1950. Ce n'est qu'une hypothèse, je n'affirme rien.

 

29 septembre 2020
JPR
Propriétaire
Pouvez-vous me dire à quoi pouvait servir cet outil, ce ban trouvé dans une grange ?

 

   

 

ARCOMA
L'objet que vous me présentez est un pied porte-cuve à lessive sur lequel est posée la cuve à lessive pour être surélevée de façon à pouvoir soutirer l'eau. L'eau, récupérée dans un baquet, est transférée dans un chaudron pendu dans la cheminée ; l'eau réchauffée est reversée dans la cuve à l'aide d'une cruche. Il peut être en V (comme le vôtre), en T, étoile, en X, en croix à bras égaux...

 

28 novembre 2020
YR
Héritier
Pouvez-vous me renseigner sur la nature de l'outil en photos jointes ? Trouvé lors du décès de mes parents.

 

         


ARCOMA
L'objet que vous me présentez est une pince ou cisaille à sucre. Elle était utilisée pour casser les morceaux de sucre provenant d'un pain de sucre lui-même fractionné à l'aide d'un marteau ou d'une hache à sucre (voir notre article sur le sucre https://www.arcoma.fr/fr/vie-domestique/36-alimentation/81-le-sucre dans la rubrique "Vie domestique"). La partie courte de cette pince était fixée sur une planchette de bois. C'est un bel objet que nous n'avons pas et qui pouvait être utilisé soit dans une épicerie, soit chez un particulier qui utilisait beaucoup de sucre !. Il joue le même rôle que les pinces que nous présentons qui, elles, n'étaient utilisées que chez des particuliers (l'une d'entre elles provient de mes arrières grands-parents, vers 1870-1880).

 

 

7 Eclairage : lampes de chemin de fer, …

27 juin 2020
MC
Collectionneur ?
En consultant votre site et en particulier les pages consacrées aux lanternes de la SNCF j'ai relevé une erreur concernant la lanterne n°10. Celle-ci n'a rien à voir avec les trains. Il s'agit ici d'une lanterne militaire en bakélite utilisée par l'armée allemande durant la Seconde guerre mondiale. Après la guerre, de nombreuses lampes ont été récupérées et il n'est pas rare d'en trouver en foires à tout avec pour certaines d'entre elles le crochet en aluminium à la poignée permettant de les suspendre.

 

   

 

ARCOMA
Comme vous avez pu le constater, l'éventail de nos collections est très important, peut-être unique en France (j'exagère peut-être !). Etant seul à rédiger tous les articles, à identifier les objets après les avoir remis en état et photographiés, je dois m'appuyer sur des livres de spécialistes, ce qui n'exclut pas les erreurs. Concernant les lanternes des chemins de fer (pas seulement de la S.N.C.F., comme cela est mentionné dans l'article), je m'appuie sur le livre de Bernard Mahot "Les lanternes, phares et fanaux" qui présente un modèle identique au nôtre. Voilà ce qu'il en dit, page 105 : " Lanterne de service à acétylène, à trois faces vitrées, sur réservoir à carbure cylindrique. Fabrication en bakélite utilisée par les compagnies de chemins de fer allemandes, vers 1930. Fumivore tunnel doublé d'amiante. Large poignée ergonomique à laquelle était fixé un crochet. Existe en brun ou vert chiné". Par ailleurs, un internaute, JC (voir article), nous a dit qu'elle était utilisée par les agents de service. Dans votre mail, vous parlez de l'armée allemande. L'origine allemande est bien connue (voir Mahot et notre article), par contre à quoi servait-elle dans l'armée ? Comment était-elle utilisée selon vous. Il serait intéressant d'en faire la demande à la Bundesbahn. J'avais suggéré cette idée à un internaute pour une lampe qu'il possédait. Il a effectué cette démarche et a eu une réponse très rapidement, en allemand, mais Google est là pour traduire !

Internaute
En effectuant quelques recherches sur le Net où l'on trouve de tout, j'ai trouvé la notice suivante sur la lanterne qui nous préoccupe ici : la Einheitslaterne 37 de son petit nom allemand. Mais vous verrez, il est dit qu'elle était aussi en usage dans les chemins de fer allemands...Finalement, chacun de nous aura sa part de vérité sur le sujet.               https://www.kriegsfunker.com/pdf/lanterne.pdf

 

21 juillet 2020
EL
Propriétaire
Par ce message, je souhaiterai avoir votre avis sur une lanterne que j'ai trouvé dans le grenier de mes grands-parents. Cette lanterne toute en cuivre ou laiton devait être alimentée au carbure, d'après sa conception ! Etait-ce une lanterne à main, ou posée sur une voiture à cheval ou automobile ancienne ?

 

 

   

 

ARCOMA
Votre lampe (magnifique) est à comparer à celle que nous présentons à la fin de notre article, fabriquée par SIMON-ROCHE à Tours. Il s'agit d'une lampe à carbure de calcium. Je la verrais davantage sur une automobile que sur un véhicule hippomobile, au début du XXe siècle (1910 - 1920). Avez-vous une photo montrant le mode de fixation et une autre indiquant le nom du fabricant. Ne pouvant consulter ma bibliothèque pour l'instant, je ne peux vous en dire plus : étant seul à rédiger tous les articles du site, ma mémoire ne me permet plus de sauvegarder tout ce que je peux lire (!) et la mémoire-papier m'est indispensable.

Internaute
Pour la fixation, sur une des photos que je vous ai envoyées, celle vue de dessus, je pense que cela se situe au niveau des papillons de chaque côté. Pour le fabricant, j'ai retourné la lanterne dans tous les sens et je n'ai rien trouvé, aucune marque, ni de référence.

 

21 septembre 2020
DV
Collectionneur ?
(Le message de cet internaute a été transmis par Messenger : nous ne l'avons pas retrouvé. Il concerne un "phare à acétylène").

 

     

 

ARCOMA
Je possède quelques livres sur l'éclairage, en particulier des vélos et motos. J'ai enregistré vos photos sur mon PC, mais celles où l'on pourrait voir la marque ne sont pas nettes. Pourriez-vous m'en renvoyer, à cette adresse mail et non sur Facebook, une ou deux de façon à ce que je puisse lire l'inscription. Je pourrais alors, peut-être, répondre à votre demande.

 

Internaute
Merci encore pour votre réponse rapide et votre aide pour la recherche de cette lampe de vélo. J'en ai déjà vu Marque Peugeot de ce type, mais cette marque impossible de déchiffrer...Voilà ce que je pense lire : Radior ou radios

 

ARCOMA
La marque de votre lanterne est "REIDUOR" = "Reiduor", marque française du début du XXe siècle. Je n'ai pas de renseignement particulier sur ce fabricant, mais vous pouvez trouver de très nombreuses offres sur Google en demandant "Lanternes reiduor". Peut-être trouverez-vous des renseignements complémentaires ? Si c'est le cas, merci de m'en faire part.

 

15 novembre 2020
GB
Collectionneur
Bonjour, je reviens vers vous cette fois concernant 3 lampes "tempêtes" dont je vous envoie les photos en suivant.
Une ALG, une portant uniquement la mention "Marine" sur le réservoir et une sans distinction particulière.

 

       

 

ARCOMA
Nous n'avons pas retrouvé de réponse à ce mail qui, en fait, ne pose pas de question. GB voulait-il en savoir plus ou simplement nous présenter ce qu'il avait trouvé, en relation avec notre site ?

 

19 novembre 2020
BF
Brocanteur
En cherchant des informations sur ma lampe je suis tombé sur votre site qui est une mine de renseignements (c'est le cas de le dire😊) Bravo !

Alors je me suis dit que vous auriez peut-être des informations concernant ma lampe qui est en bronze ou laiton, qui est fort jolie, mais dont je n'ai aucune idée ni de sa provenance, ni de son âge. Aussi je me permets de vous joindre une photo en espérant que vous pouvez me renseigner.

   

 

ARCOMA
Votre lampe de mineur est aussi appelée crézieu ((voir l'historique dans notre site : chapitre 1 des outils de la mine, dans Métiers de la roche). C'est une lampe typique de la région stéphanoise, même si l'on a pu la voir dans d'autres régions de France. Votre modèle semble être en laiton. J'en possède une, moi-même, mais je n'ai osé la mettre sur le site car, vraisemblablement, il s'agit d'une copie récente faite en Chine ou en Afrique du Nord (trop bon marché pour être vraie !). Qu'en est-il de la vôtre ? Difficile de se prononcer sur cette seule photo. Elle présente une certaine patine qui laisserait penser qu'elle est ancienne, mais en cette matière tout peut être fait. Le poids, la facilité à la faire pivoter dans son étrier pourraient peut-être apporter quelques indices, mais sans certitude. Je ne peux vous en dire plus sur son ancienneté réelle.

Internaute
Je ne suis absolument pas spécialiste dans le domaine, au contraire je suis brocanteur retraitée et par conséquent un généraliste. Votre expertise m'a beaucoup apportée et je vous en remercie encore. Je ne saurais vous dire s'il s'agit d'une lampe originale d'époque ou d'une copie ; je pencherai toutefois pour une copie pas forcément très récente. L'un de mes contacts collectionneur de lampe de mine penche lui également pour une copie m'indiquant que les lampes originales sont toutes estampillées avec le nom de la manufacture. Personnellement, je pense que c'est un bel objet de décoration qui peut se suffire à lui-même.

 

30 novembre 2020
DL
Collectionneur
Je viens de découvrir votre site sur les lampes tempête. Il est très bien fait et les photos de grande qualité. Je suis collectionneur d'objets et articles militaires. Je possède une lampe ROYALUX peinte avec des restes de peinture kaki. J'en déduis qu'elle vient d'une commande faite par l'Armée Française a cette société. Avez-vous des infos à ce sujet ? Pour savoir si elle a pu être en dotation dans les postes avancés pendant la Guerre d'Algérie, ceux-ci n'étant pas toujours équipés de groupe électrogène ? Merci de vos éventuelles infos et bonne continuation dans l'élaboration de votre site de passionnés.

ARCOMA
Comme vous avez pu le constater, l'éventail des sujets traités est très important et il m'est impossible de tout connaître dans le détail. Mes connaissances sont avant tout livresques. Je profite parfois d'informations données par des internautes. Je les partage en les ajoutant dans mes articles. Je les ai rassemblées dans les articles "Vos questions - nos réponses". Concernant votre lampe-tempête, j'avoue ne pas avoir de réponse. Je garde toutefois votre mail avec intérêt et ne manquerai pas de vous donner des informations, si j'ai la chance d'en trouver.

Internaute
Je vais continuer à visiter votre site ;  il contient beaucoup d'infos utiles. PERSEVEREZ

 

8 Divers : outils (roche, cuir…)

17 janvier 2020
OC
Promeneur

J’ai trouvé cet outil dans un champ il y a quelques temps mais impossible de savoir vraiment de quoi il est question.
Cela ressemble a un petit outil, il est en cuivre, il se dévisse et une des partie supporte une aiguille protégée lorsque l’outil est fermé (l’aiguille serait cassée visiblement). A l’extérieur sur le corps de l’outil on trouve 3 encoches de dimension différentes.

 

 
   

 

ARCOMA
Il s'agit d'un coupe-verre à molette... en mauvais état. Vous en trouverez quelques modèles entiers dans notre site, chez le vitrier :   https://www.arcoma.fr/fr/outils-d-antan/162-par-metiers/metiers-du-batiment/verrier-et-vitrier

 

26 janvier 2020
MG
Collectionneur ?
A la recherche de l'utilité de ces outils, si vous pouvez m'éclairer, environ 15 cm.

 

     

 

ARCOMA
... A priori, vos outils sont artisanaux. Je serais tenté de penser qu'il s'agit de brunissoirs d'horloger-bijoutier (ou autres métiers) utilisées pour polir des pièces. Cela reste toutefois à confirmer. Désolé de ne pouvoir être plus affirmatif.

 

26 janvier 2020
AB
Collectionneur ?
J'ai un outil dont j'ignore l'usage, qui s'en servait ? Venant de trouver sur internet votre association sur l'outillage ancien, je me permets de vous poser la question ... après des dizaines de références épluchées, je n'ai rien trouvé qui y corresponde ! Si vous n'avez pas de réponse, ne vous en tracasser pas ! Je vous joins sa photo en document joint.
NB : les deux branches latérales se replient ... si cela peut vous aider dans vos investigations !

 

     

 

ARCOMA
J'avoue humblement de jamais avoir vu votre outil. J'ai cherché dans des livres, en vain. Le crochet et le fait que les branches se replient font penser qu'il permet d'attraper par le crochet et d'assurer la prise par rapprochement des deux branches. Outil de pécheur ou de chasseur ? Ce n'est là qu'une hypothèse.

Internaute
Merci Bruno pour vos recherches ... Comme moi vous n'avez pas trouvé ! J'en suis arrivé aux mêmes conclusions que vous pour l'instant en attendant de trouver l'utilité de cet outil, qui doit dater d'après 1915, date d'apparition des écrous à  6 pans dont il est muni pour tenir son manche !

ARCOMA
J'ai "posté" votre outil sur le forum. Une première réponse va dans le même sens que la mienne : instrument "possible" de pêche. Pourriez-vous me faire parvenir d'autres photos : branches fermées, branches entièrement ouvertes et m'indiquer les dimensions : longueur du manche, longueur totale ?

Internaute
Je vous renvoie les deux photos prises de l'outil en question : les dimensions avoisines les 10 cm en largeur et 20 cm en hauteur. Je vous les ai faites sur une feuille blanche en indiquant ces dimensions. Moi je pensais à un outil pour filet de pêche : une partie avec "hameçon" pour tirer un fil, l'autre branche "coupante" pour couper le fil et la partie "fourchue" du dessus pour serrer les nœuds ???? Bref merci pour votre recherche encore une fois ... si quelqu'un à un objet similaire, peut-il (elle) m'envoyer une photo en retour du sien !

Internaute
J'ai repris une photo de l'outil où apparaît un petit anneau rond, probablement pour l'attacher [voir plus haut, photo de droite]...

ARCOMA
Surprise,  peut-être ! Ma dernière intervention sur le forum :
Petite trouvaille dans le catalogue de Manufrance de 1950. Si l'objet trouvé n'a pas la même forme générale que celui qui nous a été présenté, il en a toutes les fonctions. Le fait que les branches se replient permet un moindre encombrement. Il pourrait s'agir d'un décroche-ligne :

 

     


Internaute
Oui oui ! Tout à fait le genre de l'outil ! MERCI je vais chercher dans ce sens ... Le profil du manche correspond en plus tout à fait à l'emboîtement dans une canne à pêche, permettant de récupérer les lignes en hauteur voire de couper les branches avec la partie tranchante ... je suis ravie de cette trouvaille ... depuis le temps que tout le monde me demande "à quoi ça sert ça ?"

 

3 mars 2020
JC
Collectionneur ?

Tout d’abord félicitations pour ce que vous faites, c’est un beau projet que de sauvegarder le patrimoine culturel de nos anciens. Cela peut paraitre illusoire pour certains, je suis de ceux qui pensent l’inverse. Puisse votre travail susciter la curiosité et donner envie de réactiver des vocations. J’en profite pour vous soumettre une question. Voici un objet que j’ai récupéré parmi une multitude d’autres outils de cordonnier. Il servait à chauffer un bâton  (de cire ?). Mais pourquoi exactement ? Quel est son nom ?

 

   

 

ARCOMA
Vous trouverez votre "lampe à déformer" dans le 4ème article consacré au cordonnier. Elle sert à chauffer le "fer à déformer" utilisé pour le lissage de la semelle. Mes explications sont peut-être insuffisantes : je ne suis qu'un généraliste et ne peux être performant sur tous les sujets. L'intervention d'un internaute (texte en bleu : Copier/Coller) permet d'apporter quelques précisions.

 

8 avril 2020
GA
Collectionneur
… je viens de découvrir votre site et il est riche et très intéressant. Etant un fan de chaussures dans toute sa définition, je cherche à comprendre ce que veulent dire les marques entourées et soulignées que je vous envoie en pièce jointe. J'ai demandé à bon nombre de maison de souliers, JM Weston, Berluti, John Loob et bien d'autres, mais personne ne répond clairement. Est-ce purement esthétique? Ou bien ces marques ont servi à une époque passée ?

 

   

 

ARCOMA
… J'avoue ne pas avoir de réponse à vous donner pour l'instant. J'ai contacté l'un de nos adhérents qui est cordonnier ; il me répond qu'il lui semble avoir vu ces signes sur des semelles en cuir.

 

15 avril 2020
BB
Collectionneur
En faisant quelques recherches sur internet au sujet des collections concernant les vieux outils, je viens de tomber sur votre site. Je collectionne depuis plusieurs années les pots en terre cuite concernant l'horticulture (pots à orchidées/ à boutures/ à semis/ à concombre etc.). C'est une "denrée" assez peu courante, pourriez-vous, s'il vous plaît, m'indiquer si au sein de votre association des gens se sont intéressés à ce genre d'objets ?

ARCOMA
… Il est impossible de traiter tous les sujets dans le moindre détail. C'est le cas pour ces pots en terre cuite. En l'état actuel, nous ne possédons et ne connaissons que ceux (peu nombreux) que nous présentons chez le "jardinier".

 

24 avril 2020
OB
Propriétaire
Bonjour, après de longues et vaines recherches sur différents blogs et sites et après avoir parcouru le vôtre (arcoma.fr), je n'arrive pas à trouver à quel métier ancien je peux associer les outils de la photo jointe, surtout la série d'outils du bas qui sont les boules métalliques au bout d'un tube plein lui aussi en métal et avec un manche en bois . Toutes les boules sont de diamètres différents et les manches de ces outils sont pour certains marqués de noir au niveau de la virole comme si ils avaient été mis à chauffer sur une source de chaleur pour leur utilisation. Certaines personnes m'ont parlé d'outils de bourreliers sans que je puisse en avoir confirmation car elles ne connaissaient pas l'utilisation exacte de ces outils. Je ne sais si les deux emporte-pièces de droite représentant des rosaces ainsi que la série des outils en bois du haut de la photo étaient utilisés pour la même profession. Ces outils ont été trouvés dans la cave d'une vielle maison à rénover sans que l'on puisse recueillir d'infos des anciens propriétaires.

 

   

 

ARCOMA
Bien qu'étant "généraliste", c'est-à-dire non spécialiste d'aucun métier, je pense qu'il s'agit d'outils utilisés pour la fabrication de fleurs artificielles en tissu. Les sœurs du Carmel de St Chamond étaient spécialisées dans ce domaine. Quand elles sont parties, elles ont vendu tous leurs biens, dont ces outils : nous sommes arrivés trop tard ! Nous n'en avons donc pas. C'est pour cela que vous n'en voyez pas sur notre site où nous ne présentons que ce qui nous appartient, par don ou prêt. Voici 2 liens trouvés par Google. Il en existe certainement beaucoup d'autres.

http://www.boutique-legeron.com/fr/38-notre-savoir-faire

https://www.pinterest.fr/pin/493284965436169201/

Internaute
Bonjour, merci beaucoup pour cette réponse rapide et documentée avec les deux liens qui nous ont permis de valider votre "expertise"! Nous étions loin de nous imaginer que ces outils correspondaient à ce métier pour le moins spécifique.

 

25 avril 2020
JRM
Promeneur
J'ai trouvé ce morceau de métal en forêt (à moitié enterré). Auriez-vous une idée ? J'ai pensé à une tarière (pour le bas), mais la tige et les boucles me laissent perplexe ...

 

   


ARCOMA
Je n'ai jamais vu ce genre d'outil. On peut penser effectivement à une tarière. Quant aux boucles, elles peuvent soit servir à évaluer la profondeur si elles sont équidistantes entre elles, soit elles permettent d'introduire une barre pour "forcer" le forage. Ce ne sont là que des hypothèses.

 

2 mai 2020
KT
Photographe ?
Je me baladais sur votre site quand je me suis demandé de quand dataient vos lampes inactiniques que vous montrez ici : https://www.arcoma.fr/fr/eclairage/94-eclairage/327-eclairage-laboratoire-photographique
Savez-vous de quand date leur invention ?

ARCOMA
… En ce qui concerne les lanternes inactiniques, je n'ai pas de réponse précise à vous donner. Je pense simplement qu'elles furent découvertes dès que l'on utilisa un sel d'argent, chlorure ou nitrate, pour réaliser ce qui deviendra bien plus tard une photographie, en noir et blanc : sans cette lumière, à mon humble avis, il n'aurait pas été possible de faire apparaitre l'objet "photographié". Les premiers essais positifs datent de la fin du XVIIIe siècle. Il est certain que, dès 1829, Niepce et Daguerre les utilisaient pour réaliser leurs expériences avec les sels d'argent quel qu'en soit le support. Les lanternes à bougie que nous présentons sont de la deuxième moitié du XIXe siècle. On les retrouve dans les catalogues de Manufrance de 1910 et 1930. Si j'obtiens d'autres renseignements, je ne manquerai pas de vous les communiquer.

Internaute
Vous avez dit : " Les premiers essais positifs datent de la fin du XVIIIe siècle". Pourriez-vous être plus précis ? Voulez-vous dire que les lampes inactiniques existaient bien avant Niepce ? J'ai beau chercher sur le net, j'ai beaucoup de mal à trouver leur origine, voire la date d'invention.

ARCOMA
Comme je vous l'ai laissé entendre, ce n'est qu'une hypothèse. Les premières utilisations des sels d'argent (chlorure et nitrate) datent effectivement de la fin du XVIIIe siècle. Ce sont les travaux de Jacques Charles fin XVIIIe, et de Thomas Wedgwood, tout début XIXe (voir mon article, et surtout Wikipedia). Pour pouvoir obtenir une image avec les sels d'argent, il ne faut pas de lumière du jour. Hors ces deux chercheurs ont obtenu des images furtives, mais réelles. On peut donc penser légitimement qu'ils connaissaient le principe de ces lanternes inactiniques. Bien sûr, cela reste à prouver.

 

5 mai 2020
JB
Collectionneur ?
Peut-être avez-vous une idée de l'utilité de cet objet... 

 

 
   

 

ARCOMA
Très sincèrement, je n'ai jamais vu un tel instrument. Je peux juste émettre une hypothèse : manifestement l' "aiguille pleine" (d'après la photo, l'aiguille est bien pleine ?) qui se déplace est là pour percer. A l'extrémité de l'objet, il y a une "garde" qui vient, a priori, se poser sur une surface, permettant ainsi de maintenir l'objet perpendiculairement à cette même surface. Problème : quelle est cette surface ? Je pense à un instrument de vétérinaire, genre vaccinostyle. Encore une fois, ce n'est qu'une hypothèse. Pour l'instant, je n'ai pas trouvé de document sur cet objet peu fréquent. Si je trouve la solution, je ne manquerai pas de vous la communiquer. Vous pouvez également prendre contact avec le forum des outils anciens : https://www.forum-outils-anciens.com/index.php

J'ai pensé à une autre possibilité : un outil pour percer des trous dans un métier du cuir. Une fois de plus ce n'est qu'une hypothèse.

 

4 juillet 2020
JLB
Collectionneur

Je suis l’heureux propriétaire d’une collection d’appareils photos. Elle est située dans les locaux d’un camping et depuis des dons d’appareils anciens me sont confiés. Alors, après plusieurs recherches, je n’ai rien trouvé sur cette visionneuse et je ne comprends pas son fonctionnement. Pouvez-vous m’aider s’il vous plait ?

 

 

   

 

     

 

ARCOMA
… J'ai présenté un stéréoscope dans mon article qui montre qu'avec ce genre d'appareil on peut visualiser des photos jumelles et avoir ainsi un aspect en 3D. Est-ce que le vôtre est différent ? A-t-il un fonctionnement particulier ? Je ne peux le dire. Il aurait été intéressant d'avoir une vue plus générale de l'appareil (face, profil, arrière), ce qui aurait permis, peut-être, de voir comment il fonctionne. Si vous m'apportez d'autres éléments, je pourrai vous répondre ou du moins me renseigner auprès d'un de mes amis qui a une collection très importante d'appareils photos, qui a peut-être ce même stéréoscope.

 

13 août 2020
FL
Ami collectionneur
En ce qui concerne ma collection, elle a bien évolué. J’ai attrapé le virus des outils anciens et sans prétention je possède à ce jour environ 2000 pièces sur différents métiers.  Je me permets de t’envoyer deux photos d’un outil découvert dans le Gers. Si tu pouvais me donner quelques pistes pour connaître son utilisation, j’en serais ravi.

 

     

 

ARCOMA
… En ce qui concerne cet outil, j'avoue ne les avoir jamais rencontrés dans mes livres. Il se peut qu'il soit spécifique du Gers. Il pourrait servir à ramasser une brassée de céréales ou autres plantes. Pure hypothèse. Tu pourrais les présenter au forum des outils anciens :

                                               https://www.forum-outils-anciens.com/index.php 

Autre utilisation possible : le transport du fumier !? Par ailleurs, j'ai trouvé dans le dictionnaire de D.Boucard un outil de 80 cm de long, à 2 fourches, la grappine double, "sorte de pince à mâchoires fourchues et à manche court pour saisir les rafles lors de la vendange".

 

18 août 2020
SD
Rallye-woman
Mon village organise un rallye découverte sur lequel figure des outils mystères. Pourriez-vous m'aider ?

 

   

 

ARCOMA
Votre premier outil est un baille-voie ou tourne-à-gauche utilisé pour donner de la voie à la lame de la scie en écartant les dents alternativement une fois à droite, une fois à gauche (voir charpentier, menuisier). Le deuxième est une rainette utilisée dans les métiers du bois : chez le charpentier, pour creuser des entailles, chez le sabotier pour décorer le dessus des sabots. On rencontre aussi cet outil chez le maréchal-ferrant pour nettoyer la sole du sabot du cheval : on l'appelle aussi curette à sabot, cure-pieds. Jusqu'à quand ont-ils été utilisés ? Le premier, je dirais jusque vers les années 1950, le deuxième, il se peut qu'il soit encore utilisé. Pour ce dernier point, je suis moins affirmatif ; il faudrait en parler à des professionnels.

 

4 octobre 2020
JBT
Collectionneur

J'ai cet outil (voir PJ). Savez-vous comment il s'appelle et à quoi il sert ?

 

   

 

ARCOMA
J'avoue n'avoir jamais vu ce genre d'outil et suis donc incapable de vous répondre. Je peux juste vous suggérer de présenter cette pièce jointe au Forum des Outils Anciens : https://www.forum-outils-anciens.com/index.php

 

18 octobre 2020
JMR
Héritier
A la suite d'un héritage je possède ce coffret et souhaite en connaitre son utilité. Pourriez-vous m'aider s'il vous plait ?

 

     

 

ARCOMA
Je ne vous ai pas oublié, mais pour l'instant je n'ai pas de réponse. La qualité du coffret et des manches, a priori, en ébène m'ont orienté vers des instruments chirurgicaux. Pour l'instant, je n'ai pas de confirmation. Je vais joindre une personne qui possède une magnifique collection d'instruments médicaux. Je vous tiendrai au courant quelle que soit la réponse. De votre côté, avez-vous des renseignements (profession du possesseur, comment se termine la pièce cylindrique noire, en quel matériau est l'objet blanc ; la pièce ronde semble être une pierre à aiguiser...) sur ce coffret ?

Nous avons contacté un chirurgien et un médecin généraliste ; ils ne connaissaient pas ces instruments.

Internaute
Merci pour votre réponse rapide, ce coffret appartenait à mon arrière arrière grand père pharmacien. 

On vient de me donner l'usage de cet objet, il s'agit d'un ancien set pour la fabrication d'anche de hautbois. Ci-joint une vidéo montrant l'utilisation de quelques outils La fabrication des anches du Hautbois -DVD en français

ARCOMA
Nous pensions "hanche", c'était "anche"..!

 

7 décembre 2020
YC
Collectionneur ?
…, j'aurais besoin d'une aide afin d'identifier cet objet.  Ou tout du moins ce fragment. Je suis tombé sur votre site en tapant : objet breveté P.G .Matière laiton dimension 42mm assez fin   semble être en forme de cône ajouré. Une marque est ainsi gravée.  Breveté P.G France étranger

 

   

 

ARCOMA
Je ne vous avais pas oublié : je cherchais, mais j'avoue ne pas savoir. Je n'ai pas trouvé d'équivalent dans ma documentation. Par ailleurs, je suis intrigué par la taille de ce fragment, 42 mm de longueur (?). Vous pouvez transmettre la photographie au forum des outils anciens :

                                                 https://www.forum-outils-anciens.com/index.php

Internaute
Bonjour, oui je confirme bien les dimensions   42mm, je vais envoyer comme indiqué.

 

9 Demandes et réflexions particulières : étudiants, vente, informations…

27 février 2020
AS
Héritière

Je vis au Pays Basque. Mon père était forgeron et maréchal ferrant. Il utilisait une machine pour le cerclage de roue de charrette, dont aujourd’hui je n’aie pas l’utilité.

Je voulais savoir si ce type de matériel pourrait vous intéresser ? Ou peut-être connaissez-vous quelqu’un qui le serait ?

 

ARCOMA
A l'heure actuelle, nous n'avons pas de machine à cercler de charron. Nous en avons une en vue, mais nous n'avons pas les moyens de la transporter : elle fait certainement plus de 500 kg. Dans votre mail, vous ne précisez pas où se trouve la vôtre : Pays Basque ou Pays du Gier dont vous êtes peut-être originaire. Dans tous les cas, nous avons un problème de transport. Précisez-moi où se trouve cette machine. Je conserve votre mail : on ne sait jamais.

 

17 avril 2020
CG
Collectionneur
Etant moi-même collectionneur d'outils anciens, j'ai découvert votre site remarquable voici quelques mois. Je voulais vous dire combien il m'a rendu de services pour l'identification d'outils ou d'objets anciens, combien votre rubrique "sites amis" est utile et judicieuse pour orienter le collectionneur vers des sites spécialisés sur une profession ou un type d'outil, combien vos photos, commentaires, articles historiques sont précieux et pertinents pour nous les collectionneurs.

Je voulais donc vous dire un grand merci pour les services que vous nous rendez, vous les passeurs et conservateurs de la mémoire ouvrière et artisanale de notre France.

Je souhaite longue vie à votre association, à ses membres, et j'espère bien passer dans votre région pour vous rendre visite et vous dire "merci" de vive voix.

ARCOMA
Et merci de vous intéresser à notre site. Votre courrier me réjouit, comme vous pouvez le penser. Je ne suis qu'un amateur. Mes connaissances sont avant tout livresques et acquises petit à petit grâce à la bibliothèque modeste, mais très orientée que nous avons constituée. "Nul n'est prophète en son pays". Cela se vérifie pour nous. Nous avons créé notre association en octobre 2000 dans le but de créer un musée à St Chamond et de rendre hommage aux artisans qui ont fait du Pays du Gier le première vallée industrielle au XIXe siècle. A partir de 2008, nous avons demandé un local à nos élus qui, en tant que candidats, avaient proposé d'ouvrir un musée. Nous n'avons eu ce local qu'en décembre 2016. Ne répondant pas aux normes ERP, il ne peut recevoir que les adhérents de notre association. Depuis le mois de décembre dernier, il semble que notre maire veuille tenir ses engagements de candidat. Mais le délai de réalisation nous semble beaucoup trop long : nous risquons, comme le disent certains de mes amis, d'être invités à l'inauguration à titre posthume !

Le site reste pour l'instant le seul moyen de nous faire connaître. En 2019, les internautes qui l'ont visité venaient de 58 pays. Depuis le 1er janvier de cette année, des internautes de 42 pays se sont déjà connectés.

Encore une fois, je vous remercie : votre réaction est un formidable encouragement. Je me donne encore 3 ans pour terminer ce site. Il nous aura fallu 10 ans pour le réaliser.

 

31 mai 2020
RT
Président d'association

En Côte d'Or, nous avons créé un musée de la lime en mai 2019, grâce au legs de Pierre Renaudin. En 1900, 400 personnes (sur 3000 habitants) travaillaient pour tailler des limes. Nous avons un site internet : la-lime-a-arnay-le-duc que vous pouvez visiter

ARCOMA
Vous avez une très belle collection de limes, mais manifestement, il y avait de très nombreux fabricants de limes dans votre ville. Ce n'était pas le cas dans le Pays du Gier : il y en avait surtout dans la vallée de l'Ondaine, c'est-à-dire vers Firminy. Je mettrai l'adresse de votre site internet dans notre rubrique "Sites amis".

Internaute
La Loire était un département qui comptait de nombreux fabricants. Dans l'annuaire  Rousset de 1934, nous en avions répertorié un certain nombre que j'ai mis en pièce jointe, si cela peut vous être utile. J'ai retrouvé également certaines marques qui figuraient sur les limes.

 

   

 

   

 

23 juillet 2020
LA
Conservatrice du Musée de la balance, à Campogalliano, Italie
Cari amici del museo,
la presente per informarvi che in occasione della Fie... sta di Luglio (24-28 luglio) il Museo propone ai suoi visitatori aperture serali gratuite (con visite guidate gratuite, massimo 8 persone a turno, partenza ogni 30 minuti) cui si affianca una serata con gli esperimenti di Magica Scienza dedicata ai bambini.
Proprio durante la fiera estiva inaugureremo (in una modalità del tutto nuova, "spalmata" su 5 giorni e senza taglio del nastro per evitare assembramenti) la mostra nata a conclusione di un ambizioso percorso di ricerca durato quasi 4 anni che ha coinvolto collezionisti, fotografi, studiosi e sostenitori del museo. I materiali esposti sono il cuore di un impegnativo progetto editoriale sfociato nella pubblicazione Spade e stadere. 100 romani di diverso gusto e provenienza, proposto a un prezzo speciale per gli acquisti effettuati dal 24 al 28 luglio. Qui potete trovare alcune informazioni sull'opera.
Vi ricordiamo che per potervi offrire visite guidate in totale sicurezza le stesse sono su prenotazione obbligatoria, da effettuarsi anche il giorno stesso, scrivendo a Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. o chiamando al numero 059 527133 e lasciando i propri dati per poter essere richiamati.
Fino al 27 settembre sarà visitabile anche la mostra fotografica Spade e stadere in poesia, realizzata in occasione della presentazione del calendario di Coop Bilanciai.
Sperando di avervi a Campogalliano porgo cordiali saluti

 

ARCOMA
Nous n'avons pas répondu à cette information et nous le regrettons. Mais nous ne pouvons qu'être satisfaits de voir que notre collection intéresse des musées étrangers ("Nul n'est prophète en son pays", mais nous l'avons déjà dit !)

 

26 juillet 2020
AD
Etudiant
Je suis un jeune graphiste diplômé d'un BTS Design Graphique à la recherche d’un stage non-rémunéré d’une à quatre semaines. Voici quelques-uns des services que je peux proposer gratuitement à votre association :
- Logo
- Charte graphique
- Flyers
- Maquettes de site web
- etc
J’aurais à cœur de faire des propositions qui collent au mieux aux besoins que vous exprimeriez, mais bien entendu cela ne vous engagerait à rien si à l’issue du stage, vous décidez de ne pas les retenir, et cela ne vous aura rien coûté. De mon côté, cela me rendrait énormément service si vous pouvez m’accueillir, compte tenu du contexte difficile pour trouver un stage.
Vous pouvez trouver un échantillon de mes réalisations précédentes sur mon site
Merci d’avoir pris le temps de me lire et n’hésitez pas à transférer à d’autres personnes susceptibles d’être intéressées.

 

ARCOMA
Votre courrier a retenu toute mon attention, mais malheureusement, je n'ai pas la possibilité de prendre un stagiaire dans mon association. Si ARCOMA dispose d'un local municipal, celui-ci ne peut recevoir que les adhérents d'après la convention car il ne répond pas aux normes ERP. Cette possibilité est même contestée : nous  ne pourrions qu'y déposer du matériel et repartir immédiatement, sans pouvoir le restaurer ! En d'autres termes, notre association est menacée. Si l'on ne peut agir, on préfère dissoudre. Par contre, je vais transférer votre demande auprès d'amis qui disposent de structures bien établies, en espérant que l'un d'entre eux pourra répondre positivement à votre demande.

 

12 août 2020
JM
Professeur agrégé en Génie Industriel Bois - Construction Bois et Bâtiment (Auteur de livres de technologie).

[Nous ne donnons ici que des extraits des échanges entre JM et ARCOMA. Les documents transmis sont remarquables. Espérons que nos associations pourront un jour se rapprocher dans une exposition commune].


… J'ai terminé ma carrière dans l'Education Nationale, agrégé en Génie Industriel Bois - Construction Bois et Bâtiment (Auteur de livres de technologie). Tous les outils manuels des métiers du bois me sont familiers et je peux en faire des démonstrations d'utilisation après parfaite restauration, bien sûr avec tous les commentaires y afférant : prise en main, réglages, contrôle, affûtage... Retraité, je suis président fondateur d'une Association de Conservation du Patrimoine. La vie de notre association est entièrement assurée par la préparation des expositions que nous présentons sur les thèmes variés de nos collections... En pièces jointes quelques documents concernant ces expositions. Nous possédons une grande quantité de documents de description d'outils anciens que nous pourrions vous présenter et éventuellement vous transmettre... Tous vos diaporamas sont forts intéressants, je me suis permis d'en enregistrer quelques-uns afin de mieux analyser les photos et les textes... Bien sûr j'aurais des remarques à exprimer et surtout des compléments d'explication : j'ai le grand défaut d'être très précis et pointilleux ...

ARCOMA
… Depuis décembre dernier, notre maire a décidé d'ouvrir un musée à Saint-Chamond. Enfin ! Enfin, mais pas vraiment : il ne devrait ouvrir ses portes que dans 5 ou 6 ans... Où serons-nous en 2025 ? Notre association existera-t-elle encore ? La question se pose sérieusement. Vous parlez de remarques et de compléments d'explication. Je suis évidemment preneur. Régulièrement, je reçois des conseils d'artisans ou de vrais connaisseurs. Je réalise un  "Copier-coller"  et intègre le mail en couleur bleue dans l'article concerné, à condition bien sûr que les explications ne soient pas trop longues. Pour moi, c'est un moyen de donner un maximum d'informations exactes aux internautes qui consultent notre site. Alors, n'hésitez pas. J'avais pensé ouvrir un blog, mais je n'en ai pas le temps. Les internautes sont actuellement ma grande satisfaction : depuis le 1er janvier de cette année, des internautes de 61 pays sont venus visiter notre site…

Internaute
… En lisant votre courriel, je constate avec intérêt que les fonctionnements de nos associations sont très similaires. Pour transporter et installer les expositions les bras sont toujours à peu près suffisants... Par contre pour nettoyer et restaurer les objets ainsi que pour réaliser les documents, photos et étiquettes, personne, je suis seul à réaliser ces travaux chez moi... Il faut dire que je fais beaucoup de restaurations très délicates et invisibles, qui ne sont pas à la portée de tous, en fin de traitements, nos outils sont parfaitement utilisables pour présenter des démonstrations d'utilisation (Nous exposons fréquemment nos outils agricoles manuels dans les expositions de plein air). Vous avez la chance de vous trouver dans une grande communauté urbaine où les moyens sont au moins existants... Nous sommes dans un tout petit village du Bas Dauphiné : les moyens se résument aux photocopies et à la gratuité de notre présence dans la salle des fêtes... Je consulte avec beaucoup d'intérêt vos diaporamas thématiques par contre j'ai de plus en plus de difficultés à y accéder...

ARCOMA

Ce dernier mail de JM date du 28 septembre 2020. Nous n'avons pas eu de nouveaux contacts et ARCOMA le regrette sincèrement. Il y a sûrement une manifestation commune passionnante à organiser. La crise sanitaire est passée par là : on constate une démotivation générale. La création d'un musée à Saint-Chamond est de plus en plus douteuse, à court terme du moins. C'est là une autre source de démotivation. Peut-on encore espérer en l'aboutissement de notre projet né en 2000 ?

 

27 août 2020
HB
Restaurateur (d'appartement)

Je recherche un plâtrier staffeur spécialisé dans la reconstitution d’une rosace sur un plafond.

ARCOMA
J'ai connu un staffeur du nom de Gaillard qui travaillait à St Etienne. Il a restauré plusieurs châteaux. A l'époque, il avait l'âge de la retraite et, surtout, il avait un problème de santé. Il participait aux activités de l'association "L'Outil en main" qui accueille des jeunes, le mercredi, pour leur faire connaître des métiers manuels, artisanaux. Je ne sais s'il appartient toujours à cette association dont je vous donne le lien : https://www.loutilenmain.fr/associations.asso254.html

A l'époque, il nous disait qu'il était le dernier staffeur de Saint-Etienne... Renseignez-vous auprès de cette association. Elle pourra peut-être vous orienter vers un professionnel.

 

16 octobre 2020
JG
Etudiante
Bonjour, je suis élève en "bioo je j’étire", actuellement en mention complémentaire joaillerie à Saumur. Je cherche des ciseleurs pour aller effectuer des stages à leurs côtés dans l’année. Auriez- vous des contacts à me procurer svp ?

ARCOMA
Comme vous l'avez peut-être lu, notre association a pour but d'ouvrir un musée sur l'artisanat d'autrefois. Nous n'avons aucun contact, sauf rare cas, sur internet, avec des professionnels. Je peux tout juste vous suggérer de vous renseigner auprès des Chambres des métiers des départements proches du vôtre pour expliquer votre cas et disposer d'une liste de ciseleurs, de joaillers... qui seraient susceptibles de vous accueillir comme stagiaire. Autre suggestion : sur Google, écrivez le mot "ciseleur" ; vous pourrez, peut-être, trouver des adresses de professionnels. Mais, peut-être, avez-vous déjà fait tout cela. Il est certain que la crise sanitaire ne facilite pas votre recherche. Je vous souhaite bon courage et bonne chance. Tenez-moi au courant si vous obtenez une réponse positive.

Internaute
Merci monsieur de votre réponse. Bien sûr j’ai déjà fait des recherches sur internet et sur le site de l’institut des métiers d’art. Par contre je n’avais pas pensé à la chambre des Métiers. Comme je dois y aller demain ça tombe très bien. 

 

1er décembre 2020
BQ
Commercial, Collectionneur, Tailleur de pierre ?
Je pense que vous avez établi cet inventaire des outils de tailleur de pierre aussi  à l'intention des curieux d'une façon générale et de ceux qui respectent le geste. 

Je l'ai parcouru avec beaucoup d'intérêt et je crois qu'il plaira au plus grand nombre d'entre nous. Personnellement je consulte assez souvent le forum des outils, parfois je recherche une appellation, très souvent j'ai la réponse mais faute de transmission on a rarement l'occasion d'échanger sur les gestes qui malheureusement ne laissent pas de traces physiques.

Pour en revenir aux outils de tailleur de pierre je n'en suis pas un vrai collectionneur, mais je suis très malheureux quand sur les brocantes je vois de magnifiques pics, polkas ou autres vendus 0,50 € ou un euro. Alors de temps en temps je m'insurge et j'en achète ici ou là. J'ai eu occasion d'utiliser  une boucharde sur de la pierre tendre dans la restauration d'un mur d'une maison du XVIe siècle, hélas J'ai rapidement compris que c'était lourd et que l'énergie à déployer était considérable pour faire une petite surface. Tout récemment encore j'ai acheté un élégant taillant auquel je viens juste d'ajouter un manche sans savoir exactement quelle était la longueur appropriée, ni si le manche avait aussi une vocation d'équilibrage comme dans certains métiers. Dans vos informations j'ai noté un manche de 40 cm c'est à peu près ce que j'ai fait avec de l'acacia que j'avais sous la main. Quant à l'usage, une main tient le taillant la paume orientée vers la face du mur ça au moins c'est sur l'autre se positionne-t-elle au bout ou au milieu pour donner de l'effet à la masse et faciliter le dressage.

Avant tout le but de ce message est de vous remercier et encourager  ARCOMA à poursuivre et autant que faire se peut en complétant l'outil par le geste de l'homme.

ARCOMA
Un grand merci de vous intéresser à notre site : c'est un formidable encouragement à continuer malgré une lassitude qui commence à s'installer. Je suis seul à rédiger les articles après nettoyage des outils, prise de photographies... Il faut vraiment être à la retraite pour faire ce genre de "travail". Votre mail touche également un point très important : le geste. Mes connaissances sont essentiellement livresques. J'ai pu trouver, rarement, des informations sur les gestes, en particulier, justement, pour le tailleur de pierre (le taillant travail à l'oblique et non perpendiculairement), mais c'est l'exception. Il faudrait que des artisans interviennent sur le site et je me ferai un plaisir de faire un "Copier/coller". Ce serait un moyen de faire que ce site soit celui de tous les passionnés de ces métiers manuels qui sont aujourd'hui, pour certains, à l'origine de la richesse de notre patrimoine. Pour l'instant, malheureusement, ce n'est pas le cas. Votre réflexion  sur ce geste me fait penser à une solution possible : un appel sur les réseaux sociaux comme Facebook. Qui ne tente rien n'a rien !

Internaute
Je ne m'attendais pas à une réaction et encore moins à un sympathique message de votre part. C'est moi qui vous remercie et je constate que nous sommes quelques-uns à penser la même chose. Hélas je n'ai pas la moindre compétence sur ce sujet j'ai fait ma carrière dans le marketing et le lobbying aujourd'hui à la retraite. Mais, j'ai toujours admiré ceux qui étaient capables quelle que soit leur profession de faire du beau avec des outils simples que quelqu'un à un moment avait pensé et réalisé bien avant eux.  J'ai le même réflexe devant des silex du paléolithique façonnés pour piler, écorcer ou chasser, ils sont si nombreux là où j'habite qu'on les ignore comme des cailloux. J'ai un peu ce débat avec mon club des collectionneurs, les membres sont plusieurs centaines avec des collections très variées, certaines plus ou moins documentées mais qui ont peu de chance de survivre après la propriétaire. J'essaye de faire partager aux uns et aux autres et à la mairie,  l'idée qu'il serait bien d'avoir quelque part à disposition un conservatoire des outils oubliés en rapport avec la région. Jusqu'à présent je n'ai pas eu beaucoup d'écho, mais nous avons un bulletin dans lequel je voudrais faire apparaître régulièrement dans chaque numéro une collection d'outils représentative d'un métier. J'observerai les réactions quand nous aurons la possibilité espérée de se réunir à nouveau et sans risque.  Evidemment avec les événements tout est compromis nous avons dû annuler une grande exposition consacrée aux outils et instruments de mesure. 

Collectionneurs Bergeracois, Dordogne ...

www.collectionneurs-bergeracois.fr

Si un jour vous voulez faire un article sur les outils de tailleur de pierre, on pourrait peut-être en reparler, sait-on jamais. 

 

14 décembre 2020
GD
Descendant de Charron ?
Nous sommes en Normandie sud manche. Nous sommes en cours de rangement de l’atelier familial. De multiples vieux éléments de construction ont été stockés. Nous vous proposons de vous céder à titre gracieux le matériel vu sur la photo ci-jointe. Vous conserverez les frais d’acheminement à votre charge. La caisse est composée comme suit : boulon de charron servant à assembler le bandage sur la jante en bois ; boulon diam 8 long 90mm écrou carré : 14 lots de 30 pièces ; boulon diam 8 long 110mm écrou carré : 2 lots de 30 pièces.

 

   

 

ARCOMA
… Merci également pour votre proposition. A mon avis, le poids de tous ces boulons doit être très important. Les frais de port ne sont donc pas négligeables. L'association ne dispose que des cotisations des adhérents et d'une petite subvention de la mairie. La quasi-totalité est consommée par l'assurance de nos locaux. Finalement, c'est moi qui paye un certain nombre de frais. Il faudrait savoir le montant des frais pour l'ensemble ou simplement pour 2 lots de 30 pièces, un en 90 mm, un en 110.

Internaute
Réponse automatique : Je serai absent jusqu'au moins le 08 octobre 2058.
Eh oui, je suis en retraite
. [Donc pas de suite possible : on ne peut que lui souhaiter une bonne retraite].

 

 

En réalisant cet article, nous avons constaté que l'éventail des questions est vraiment important et dépasse très largement nos connaissances. Une bonne raison de rester très modeste. Nous sommes heureux de voir que notre travail a tout de même apporté quelques précisions à des internautes passionnés ou simplement curieux d'en savoir un peu plus sur un objet qu'ils possèdent.

Si vous avez des réponses sûres pour les objets pour lesquels nous n'avons pas pu répondre, n'hésitez pas, nous transmettrons. Cela est valable pour tous les articles de la même série (années 2015, 2016...). Indiquez-nous la date et les initiales de l'internaute en même temps que votre proposition.

Cette année 2020 a été une année de records (Bien sûr, rien à voir avec eBay ou Le Bon Coin !) avec les visites d'internautes de 70 pays, répartis sur 5 continents. Le plus grand nombre de visites quotidiennes a été observé en avril (135). Les questions-réponses ont fait l'objet de 207 mails.

Cette année 2021 sera sûrement moins bonne. La soif de liberté, de sorties, de voyages, de rencontres, bien compréhensible en cette période de crise sanitaire, place l'ordinateur et la tablette au second plan. Ce n'est pas si mal !

Merci à tous pour votre confiance.

 

 

FIN